Connect with us

Circuit

24H du Nürburgring 2018 : au coeur de la Légende !

Publié

on

Pour la cinquième année consécutive, me voilà sur la grille de départ des 24H du Nürburgring ! Je vous raconte tout, des essais nocturnes du jeudi à l’arrivée le dimanche soir !

Enfant, je rêvais de me rendre un jour en Allemagne pour assister à des courses automobiles et pour voir Porsche courir. Quelques années plus tard, alors que je commençais la photographie, je m’imaginais sur la mythique boucle nord du Nürburgring…  Nous sommes aujourd’hui en 2018, et après cinq années en tant que photographe aux 24H du Nürburgring, j’ai enfin pu vivre et immortaliser le moment que j’attendais depuis toujours : la victoire de Porsche dans une course de 24H d’ampleur internationale.

J’en ai pourtant parcouru des circuits, vu des courses, entendu des moteurs… Mais vous comprendrez au fil de cet article à quel point celle-ci a de la valeur pour moi. Un article que je tournerai d’ailleurs davantage sur le plan de l’atmosphère et des émotions plutôt que sur un listing non exhaustif du plateau, des chronos, et des points au championnat. Mettez donc bien votre ceinture et embarquez au cœur de la plus belle course automobile au monde !

Jeudi 10 mai : prise de repères

Chaque année c’est la même chose : difficile de concilier vie professionnelle et sport automobile ! Pour autant, la séance d’essais qualificatifs nocturne du jeudi soir représente une envie qu’il est dur de canaliser. Le vendredi quant à lui est souvent une journée avec peu d’activités, je décide donc comme l’année passée de faire l’impasse sur le vendredi et de faire l’aller-retour France-Nürburg le jeudi soir pour les essais. La folie mène déjà 1-0 face à la raison, et ce n’est que le début ! A peine arrivé en fin d’après-midi, la tentation de se rendre en forêt assister aux premiers tours de roues des autos est trop forte, et me voilà donc déjà le long de la piste, après avoir traversé les traditionnels campings et barbecues sauvages ! Que c’est bon de retrouver cette ambiance et ce plateau de rêve allant de la simple Clio Cup à l’AMG GT3 en passant par la Hyundai I30N ou encore l’Audi R8 LMS. 200 autos, plus de 600 pilotes, plusieurs centaines de milliers de spectateurs, et le plus beau circuit de la planète ! L’équation est simple et reflète bien l’ampleur de l’évènement.

Et le voilà le premier moment tant attendu ! Retrouver la pitlane du circuit GP en conditions nocturnes est quelque chose d’unique : les lumières font briller les carrosseries encore toutes flamboyantes d’un plateau GT3 chaque année plus impressionnant, le bruit des pistolets pneumatiques se mélange à la symphonie des moteurs et aux discussions des équipes en anglais, français, allemand, italien…. Les odeurs d’essence, de pneu et de currywurst forment une atmosphère bien allemande comme on les aime !

Il s’agit donc de la première séance d’essais qualificatifs. Une seconde aura lieu le vendredi, avant d’aboutir sur un Top30 rassemblant pendant une petite heure les 30 autos les plus rapides qui viseront la précieuse Pôle. Certains chanceux ont d’ores et déjà validé leur ticket pour le Top30 grâce à leur victoire aux deux premières manches de VLN et à la course de préparation. C’est notamment le cas du team Porsche-Manthey, qui peut donc se concentrer sur les réglages pour viser la Pôle le lendemain.

La photographie dans ces conditions est un exercice toujours aussi satisfaisant ! Capter le regard d’un Patrick Pilet attendant son tour de manège à 23h ou encore l’attention des mécaniciens dans leur tâche est un vrai régal ! C’est aussi le seul moment du week-end où l’on peut relativement prendre son temps pour faire des prises de vue, à l’inverse de la joyeuse précipitation des conditions de course. Je vous laisse en juger vous-même.

Samedi 12 mai matin : la pression monte…

De retour en Terre Sainte après un aller-retour chez les Franzosen, je suis accompagné de mes proches qui pour la première fois font le déplacement pour assister à ces fameuses 24H dont ils entendent parler à longueur d’année. La matinée est donc consacrée à une visite touristique des lieux, et un rapide passage chez Aston-Martin pour admirer la Valkyrie AMR. Je retrouve également mon ami Joris Clerc que je vais avoir le plaisir de former au Nürburgring pendant la course, il ne savait encore pas dans quel coup il allait se fourrer !

Les heures passent, le gong de midi est déjà largement passé, et il ne reste plus beaucoup de temps pour profiter de l’atmosphère avant le grand rush de 24h. Un dernier tour en pitlane, les batteries sont pleines, les boissons énergisantes sont en place, l’assaut va pouvoir commencer ! Je change de stratégie cette année et décide de me rendre directement sur la boucle Nord pour assister au départ. Je fais ainsi faux-bond aux festivités du paddock et à la mise en grille. La raison s’explique en trois termes simples et précis : Porsche – 919 – Evo. Pour fêter les 70 ans de la marque, Porsche a décidé de rassembler la 919 Evo (récente détentrice du record du tour à Spa Francorchamps) et la mythique 956 de Stefan Bellof, qui fait toujours office de référence avec son 6.11 sur la boucle Nord. C’est une longue attente qui se présente à moi, avec aucune visibilité sur l’arrivée des autos et une chaleur digne d’un mois d’aout ! Après une heure de stress et de position « Sniper », les voici enfin. 15 secondes et les voilà déjà qui disparaissent de l’autre côté de la forêt, mais la sensation d’avoir immortalisé un moment d’Histoire l’emporte, frissons immédiats !

« Gentlemen, Start your Engine ! »

Plus que quelques minutes avant le départ, le timing parfait pour récapituler les positions sur la grille. A mon plus grand plaisir, ce sont trois Porsche qui trustent le haut de la grille : la n°911 de Manthey Racing devant la n°44 de Falken Motorsport et la n°31 de Frikadelli Racing. Derrière cette armada de Zuffenhausen, on retrouve l’AMG GT3 n°4 de Black Falcon, et l’Aston Martin Vantage GT12 officielle. La première BMW M6 GT3 est dixième, la première Audi R8 LMS, quinzième.

Un grondement au loin à travers les arbres, le ballet des hélicoptères dans le ciel, la folie des spectateurs et de leurs sonos à Brünnchen, et voilà la meute bien lancée à plus de 200km/h au milieu de la forêt. La terre tremble, les oreilles saignent, le cœur bat fort, et le sourire est vissé en butée.

Le rythme est d’emblée insoutenable, les retardataires se font déjà manger après seulement quelques tours et les situations dangereuses ne manquent pas d’apparaitre rapidement ! Petites touchettes, gros appels de phares, et décollages à volonté, me voilà à Pflanzgarten. Vous voyez souvent des GT3 décoller les quatre roues avant de passer quasi à fond dans un virage en aveugle vous ?!

Après non-loin de deux heures de course, les Porsche sont toujours en tête, et nous remontons tranquillement le circuit. La lumière commence à être intéressante est créé de beaux puits lumineux à travers les arbres, les conditions sont optimales pour les photos alors on en profite !

Il est 18h, et le temps de la grande marche du Karussell a sonné : 45 minutes de montée en pleine forêt, 13 kg de matériel photo dans le dos, des bruits de moteurs qui transpercent la tranquillité d’une superbe nature, et des écureuils sauvages qui traversent la route… Il est plus éprouvant que vous pensez le métier de photographe, n’est-ce pas Joris ? Mais qui sommes-nous pour nous plaindre, accrédités sur la plus belle course du monde, le sourire prendra toujours le dessus, et après un bel effort nous voilà dans ce virage unique en son genre !

Cet endroit est vraiment particulier, les autos entrent et sortent de la courbe sur trois roues, tout en frottant le fond plat tout du long ! La lumière à cette heure de la journée y est exceptionnelle, faisant à nouveau apparaître puis lumineux, rayons, ombres, et contrastes intéressants ! C’est aussi à cette période de la course que commencent à apparaître les premiers symptômes de contacts sur les autos, qui leur donnent un côté encore plus attachant ! Rayures, bosses, bouts en moins, et double face… sur toutes les faces ! Miam !

Mais les premiers symptômes de fatigue ne se font pas ressentir que sur les autos… Si je ne me mets pas encore de double face sur les mollets, il est tout de même grand temps de retourner sur ses pas avant de rejoindre les paddocks pour la nuit, et de profiter d’un break avant une session nocturne éprouvante ! Difficile tout de même de résister à l’envie de s’arrêter tous les dix mètres pour capturer une AMG entre les arbres…

Une nuit mouvementée !

Après une pause bien méritée et de bons moments entre amis le long de la piste, il est temps de se remettre au travail ! Il est minuit passé, la nuit noire est bien tombée, et la pitlane est surchargée. La sirène retenti, et voilà des GT3 de top-teams qui rentrent : photographes, caméras de télévision, mécaniciens qui courent dans tous les sens… Les voilà ces moments nocturnes que l’on attend en frissonnant d’une année à l’autre ! Il est toujours aussi incroyable d’admirer le joyeux bazar organisé de cette pitlane, et plus particulièrement lorsque trois ou quatre autos débarquent en même temps et doivent se partager les quelques mètres carrés du même stand ! Je ne crois pas avoir déjà vu cela ailleurs !

Cette année, l’apparition d’une grande roue dans l’enceinte du circuit GP crée le même effet d’excitation chez tous les photographes ! Le trophée reviendra alors à celui qui parviendra à sortir la plus belle image nocturne avec la roue en fond… Défis difficile, mais relevé ! C’est également l’occasion d’attraper quelques disques rouges au bout de la ligne droite, où les pilotes arrivent lancés à plus de 300 km/h pour engager une lente épingle, impressionnant !

Trois heures du matin, les jambes sont lourdes et refusent désormais tout mouvement ! Les photos sont faites, et l’idée de profiter de quelques heures de sommeil devient persistante. C’est d’ailleurs le drame depuis quelques heures puisque la Porsche officielle de tête pilotée par Romain Dumas a fini dans le mur à plus de 200 km/h suite à une perte d’adhérence sur plaque d’huile…. Toujours au bout de la ligne droite, je regarde passer les pilotes comme une vache devant un TGV ! Bon, une vache rêveuse tout de même ! Puis tout se précipite, et nous allons vivre un des moments les plus forts de ces 24H. Boom, la foudre claque, le circuit tremble, et l’on devine les cerveaux des ingénieurs qui doivent fumer dans les paddocks. A peine le temps d’imaginer rentrer aux stands en prévision d’une averse que le déluge est déjà là ! Nous voilà sous une pluie tropicale à 3h du matin sur le plus beau circuit du monde, et soudainement les douleurs aux jambes s’effacent au profit de la motivation de réaliser des images de cahot sous la pluie ! Quelques minutes plus tard, me voilà de retour dans la cohue des stands, où tout le monde est rentré en même temps comme il a pu, en évitant les pièges d’une piste brûlante et grasse ! L’appareil photo est trempé, votre serviteur aussi, mais qu’importe, voilà peut-être des images que je serai fier de présenter à mes petits enfants dans 50 ans ! Folie 2 – 0 Raison !

4h30 du matin, cette-fois je sombre sur mon bureau en salle de presse, le regain d’énergie n’aura pas duré longtemps ! Je pars un peu plus tard chercher un confort tout relatif dans le siège passager de mon auto … Game over !

Prenant en compte la météo, je tire un trait sur le levé du soleil et me réveille étourdi à 8h dans un brouillard à couper au couteau et sous une pluie fine mais persistante. Je rejoins progressivement le circuit et me positionne dans le premier virage de la Nordschleife. Je me perds alors à imaginer ce que pourrait penser une personne lambda dans la rue en me voyant : trempé, des cernes sous les yeux mais debout, capuche vissée et bien motivé à faire des photos malgré le fait que l’on ne voit pas à dix mètres ! On n’explique pas ce genre de moment, on les vit !

A ce stade bien avancé de la course, deux autos se sont désormais détachées en tête et sont seulement distantes d’une trentaine de secondes : la Mercedes AMG GT3 n°4 du Team Black Falcon, et la Porsche 991 GT3-R n°912 du Team Porsche-Manthey. Chaque ravitaillement échange les positions, mais le faible écart nous laisse rêver à un duel final épique ! On ne croyait pas si bien dire… Encore quelques photos, puis du repos !

Les dernières heures : entre tensions et émotions !

En fin de matinée, le brouillard se fait si épais et dangereux que la direction de course décide de déployer le drapeau rouge ! Incroyable coup de théâtre, tout le monde rentre au stand jusqu’à nouvel ordre, dans l’attente d’une potentielle reprise de la course pour un dernier rush avant l’arrivée. Le timing est parfait pour aller se ressourcer en fan-zone et assister à tout cela devant le plus grand écran LED d’Europe, avec une foule rassemblée en masse à l’abri de la pluie. J’y rejoins un ami pour assister avec lui à la fin de course. Une fin de course qui s’annonce palpitante puisqu’elle reprendra pour un peu moins de deux heures, ce qui signifie que compte tenu de l’écart inférieur à un tour entre les deux autos de tête, elles repartirons à touche-touche pour une lutte finale. L’Aston-Martin Vantage GT12 officielle complète pour l’instant le podium.

Drapeau vert, et revoici notre bande de furieux qui se présentent sur la ligne de départ pour un deuxième départ lancé dans des conditions météos tout aussi mauvaises que lors de l’arrêt de la course ! Les cœurs battent fort et on ne peut qu’applaudir face au courage de ces pilotes pour se battre dans de telles conditions ! Les premiers tours se font sans incident majeur, mais le spectacle est incroyable : Frederic Makowiecki au volant de la Porsche ne lâche pas d’une semelle Adam Christodoulou dans la Mercedes de tête ! Pendant de nombreux tours, tout le monde est subjugué par le niveau de pilotage des deux talents qui ne commettent aucune erreur et se battent admirablement, presqu’à l’aveugle ! Puis arrive ce moment magique : Fred Mako prend l’aspiration dans la ligne droite du circuit GP, Adam Christo se défend en freinant plus tard à 300 km/h, et voilà la Porsche qui passe à l’extérieur et prend la tête de la course à une heure de l’arrivée ! C’est littéralement l’émeute dans la fan-zone où tout le monde se lève comme un seul homme et crie sa joie ! Mais ce n’est pas fini puisque l’AMG continue à suivre le rythme dans l’échappement de la 911…. Bien des ongles furent rongés à ce moment précis ! Mais voilà, les efforts de l’anglais ne suffisent plus, la Porsche commence à se détacher et la victoire se profile !

Ne pouvant pas manquer une telle occasion de vivre ces moments avec ma « famille », je décide de passer les trente dernières minutes de course en pitlane. La tension et l’excitation y est plus palpable que jamais, les minutes durent des heures…

Enfin ! Une dernière pointe de vitesse et voilà la Porsche qui passe sous le drapeau à damiers, quelques secondes seulement devant la Mercedes ! Tout le monde explose chez Manthey, tout le monde pleure, de Nick Tandy à Frank Steffen Walliser en passant par les mécaniciens, c’est la délivrance ! Le mélange de fatigue et d’émotion me fait craquer aussi, impossible de retenir mes larmes en voyant ces héros qui représentent tant pour moi gagner sous mes yeux dans un tel final, sur une telle épreuve, avec les drapeaux flottants d’une marque qui compte énormément dans ma vie. Probablement le moment le plus fort que j’ai pu vivre à ce jour en sport automobile ! Je ne rate aucune miette et fait de mon mieux pour immortaliser ces moments historiques !

Les autos victorieuses rejoignent lentement le dessous du podium, l’occasion de prendre connaissance de notre glorieux troisième, la Mercedes AMG GT3 n°5 du Team Black Falcon ! Je me faufile tant bien que mal pour être au plus près des pilotes à la sortie des autos, et voilà Patrick Pilet qui courre rejoindre son acolyte français Fred Makko. Il le sert dans ses bras et les premiers mots sont plein de sens « ouhhh, elle fait du bien celle-là ! ». Voilà des années que Porsche se battait pour reprendre la couronne dans l’Eifel, et on sent un réel soulagement chez cette équipe. Et quel plaisir de voir nos frenchies briller ainsi ! Suivent encore quelques minutes d’euphorie et un podium bien arrosé puis le temps arrive de faire le bilan et de prendre tranquillement le chemin du retour.

Quelle course ! Une édition bien-sûr spéciale pour moi grâce à la victoire de Porsche qui vient célébrer de la plus belle des manières leur 70e anniversaire. La météo nous aura également réservé de belles surprises, dans une épreuve où le spectacle est toujours au rendez-vous au même titre que des spectateurs incroyables créant à eux seuls une ambiance inimitable ! Les 24h du Nürburgring restent et resteront l’évènement n°1 dans mon calendrier pour longtemps, et je ne peux encore une fois que vous encourager à venir constater le mythe de vous-même l’année prochaine !

 

// Crédits Récits et Photos : Nicolas Verneret pour Crank.fr

Circuit

Volkswagen et Romain Dumas, nouveaux rois de la montagne

Publié

on

Romain Dumas a signé le nouveau record de la montée de Pikes Peak au volant de la Volkswagen I.D. R Pikes Peak, battant la performance de Sébastien Loeb.

Pikes Peak est une course de côte mythique connue dans le monde entier. Située au Colorado (États-Unis), Pike Peaks est une montagne dont le sommet culmine à 4 302 mètres, à gravir le plus rapidement possible.

Romain Dumas et Volkswagen Motorsport ont réussi leur pari dans la Course vers les nuages. Au volant du prototype électrique Volkswagen I.D. R Pikes Peak, le double vainqueur des 24 Heures du Mans a bouclé la montée de 20km dans le Colorado en 7’57’’148.

Volkswagen ne décroche pas seulement le record en catégorie électrique qui était détenu jusqu’ici par Rhys Millen avec un chrono de 8’57’’118 signé en 2016. Le constructeur allemand bat également la performance réalisée par Peugeot et Sébastien Loeb lorsque le nonuple champion du WRC avait grimpé la montée en 8’13’’878 au volant de la 208 T16 Pikes Peak, soit plus de 16 secondes de mieux.

« Avec ce résultat, nous avons même dépassé nos attentes, qui étaient pourtant élevées. Depuis les essais de cette semaine, nous savions qu’il était possible de battre le record historique. Mais pour que cela se produise, il fallait que tous les éléments soient réunis, depuis la technologie jusqu’au pilote. Et le temps devait lui aussi être de la partie. Que tout se soit si bien déroulé me comble de joie, et le nouveau record de Pikes Peak est vraiment la cerise sur le gâteau. J’ai encore du mal à réaliser que Volkswagen et mon nom soient associés à ce chrono formidable. L’I.D. R Pikes Peak est la voiture la plus impressionnante que j’ai eu à conduire en compétition. Comme la propulsion électrique changeait pas mal de choses, j’ai beaucoup appris au cours du projet. L’équipe a fait preuve d’une minutie de tous les instants, sans jamais perdre de sa décontraction. Non seulement nous avons obtenu le résultat escompté, mais l’esprit d’équipe était aussi au rendez-vous. Je suis extrêmement fier d’avoir pu prendre part à cette aventure. »

Romain Dumas, Volkswagen I.D. R Pikes Peak n°94

Romain Dumas a notamment pu profiter de la technologie électrique qui offre une pleine puissance sans être concerné par l’altitude qui limite les moteurs thermiques. L’équipe a aussi eu la chance de bénéficier de bonnes conditions climatiques. Pour sa tentative de record à Pikes Peak, Volkswagen a pu compter sur la présence à ses côtés de solides partenaires : ANSYS, Michelin, Integral e-drive et aussi OMP.

Lire la suite

Circuit

Nissan met à jour sa GT-R Nismo GT3

Publié

on

Nissan-GT-R-NISMO-GT3
La Nissan GT-R commence à prendre de l’âge mais le constructeur continue à l’améliorer au fil des ans. Il en est de même pour le modèle de course, la GT-R Nismo GT3, qui se voit recevoir une série d’amélioration pour 2018.

Actuellement disponible à la commande, le constructeur Japonais a optimisé la répartition du poids et abaissé le centre de gravité de sa voiture de compétition-client. Ceci est rendu possible en positionnant le moteur V6 bi-turbo de 3.8L plus bas et 150mm plus en arrière. Ce dernier produit toujours 550 ch et 637 Nm de couple.

En plus de déplacer le moteur, Nissan a développé une nouvelle suspension pour améliorer le comportement du véhicule. L’arceau est revu pour augmenter la rigidité en torsion et en flexion de la GT-R. Elle reçoit également un système de freinage amélioré qui promet d’avoir une meilleure durabilité et une fiabilité accrue.

Alors que la GT-R Nismo GT3 a été conçu pour la course, le modèle 2018 sera disponible avec un système de climatisation en option. Nissan affirme qu’elle a été conçue exclusivement pour la voiture et contribuera à rendre le modèle plus confortable lors des courses d’endurance. Dernièrement, Porsche proposé aussi la clim sur sa GT3 R de course, d’autres constructeurs devraient logiquement suivre.

Les modifications peuvent sembler légères, mais Nissan dit que la voiture a amélioré sa compétitivité tout en étant facile à conduire à la fois pour les pilotes mais aussi les gentlemen drivers. La force de la GT-R est d’être capable de rouler avec vitesse et stabilité sur n’importe quel circuit et avec n’importe quelle marque de pneu.

La Nissan GT-R Nismo GT3 est fabriquée sur commande et les premières livraisons devraient débuter en janvier.

Lire la suite

Circuit

Porsche dévoile sa nouvelle 911 GT3 R au Nurburgring

Publié

on

Porsche 911 GT3 R 2019
Porsche a présenté au Nürburgring la nouvelle 911 GT3 R qui sera accessible aux clients à partir de 2019.

C’est dans le paddock du Nürburgring où se tient ce week-end la course des 24 heures que Porsche a présenté sa nouvelle 911 GT3 R. Ce modèle répondant à la catégorie GT3 repose sur la 911 GT3 RS de série et a reçu plusieurs évolutions au niveau de l’aérodynamique, de la sécurité et des coûts de production et d’entretien pour être encore plus efficace. Le système de freinage a également été retravaillé.

Elle dispose d’un châssis en composite aluminium-acier et des éléments en CFRP comme le capot, le toit, les arches de roues, les portes ou encore des panneaux de carrosserie de la partie arrière, les fenêtres sont en polycarbonate. Pour la première fois, la Porsche 911 GT3 R dispose de la climatisation pour garder le conducteur au frais et maintenir une meilleure concentration.

Au cas où vous pensiez que sa livrée verte (La 911 RSR est rouge) signifiait une version électrique, que nenni. La nouvelle Porsche 911 GT3 R est animée par un flat 6 de 4.0L développe 550ch qu’elle partage avec la version de série, il est ici associé à une boite séquentielle à 6 rapports.

L’aéro a été notamment optimisé sur la partie avant avec un nouveau spoiler. Le plein de la voiture peut se faire à droite ou à gauche selon la disposition de la piste. Le réservoir a une capacité de 120 litres et permettra à la 911 GT3 R de passer moins de temps dans les stands.

Les intéressés pourront s’offrir ce joli jouet pour un prix de 459 000 € HT. Porsche compte fournir les premiers modèles en décembre.

Vidéo de la Porsche 911 GT3 R 2019

Photos de la Porsche 911 GT3 R 2019

Lire la suite

Tendance