Essais

Essai de la Peugeot 208 1.6L VTi 120ch

2 minutes de lecture

Premier contact avec la petite Lionne cette semaine.

Avec la 208, Peugeot veut clairement casser la baraque. Innover et lancer une nouvelle dynamique à sa série 200, la voiture est plus courte ( – 7 cm) et plus légère (- 110 kg en moyenne) au point de repasser sous la tonne en version de base. Elle profite du nouveau style de la marque, plus harmonieux et joli à regarder peu importe l’angle.

La version la plus puissante proposée lors de ces essais fut la 1.6L VTi 120ch. Il propose 160 Nm de couple et une boite manuelle 5 rapports. Le 0 à 100km/h est abattu en 8.9sec, tout comme la reprise de 80 à 120 en 5e.

PLACE A BORD

A l’intérieur, on prend place dans sièges offrant un excellent maintien. Le poste de conduite se divise en 3 éléments: le volant, les compteurs et un écran tactile. Le volant est petit, très agréable à manier, il offre précision, sensation de compacité et une touche de sportivité. Il permet en outre de placer les compteurs au dessus, et ainsi quitter le moins possible la route du regard. Le problème, pour ceux qui aiment être bas dans l’auto, est que la jante du volant masquera les compteurs… Il faut alors lever le siège car poser le volant sur les genoux n’est pas l’idéal!

L’écran tactile regroupe les fonctions: GPS, radio, téléphone, navigation… Il sait tout faire ou presque! La qualité perçue est en hausse, la planche de bord est agréable à l’oeuil

MOTEUR

Pour allez chercher les 120ch, il faudra accepter d’envoyer l’aiguille titiller les 6000 tr/min. En naviguant dans ces eaux, la petite Lionne commence à sortir les crocs, mal aidé par une boite allongeant les rapports pour contenir la consommation. On atteint cependant rapidement des vitesses suffisantes à vous retirer le permis.

COMPORTEMENT

La direction est précise via le petit volant, le train avant accrocheur et les mouvements de caisse sont bien maîtrisés. Peugeot a su nous concocté un châssis aux petits oignons, sachant que plus la motorisation est puissante, plus le train avant est ferme, mais pas trop. Grâce à cette agilité, on se régale à enchaîner les virages et on se sent à l’aise peut importe l’état de la chaussée ou des conditions de circulation. Un vrai plus sur le niveau du confort. Tout comme l’insonorisation, parfaitement travaillée.

CONCLUSION

C’est donc une première mise en bouche agréable. Le châssis révèle des qualités dynamiques hors pair. On attend donc avec impatience les versions THP 156ch et surtout la petite GTi pour le pousser dans ses retranchements!

Thomas Boulenger

Blogueur auto depuis 2009, je partage avec passion mes essais et mes voyages autour de l'auto. J'aime quand ça va vite, mais avec l'âge je commence à apprécier le confort du cuir...
Articles similaires
Essais

Essai Audi A6 allroad 50 TDI

4 minutes de lecture
Nous voici déjà la 4éme génération d’Audi A6 allroad quattro en 20 ans. L’idée reste toujours la même: une voiture spacieuse, avec…
Essais

Essai Volvo S60 T8 Polestar engineered

4 minutes de lecture
Volvo lance sa nouvelle berline S60, première Volvo construite aux États-Unis mais dernière d’une gamme désormais complètement renouvelée! Direction Cassis, pour un…
Videos

Essai vidéo - Audi TT Roadster 2019

1 minutes de lecture
Mes premières impressions sur la nouvelle Audi TT Roadster dans sa finition S Line associée au moteur 2.0L TFSI de 245ch. L’essai plus complet est à retrouver dans la rubrique ESSAIS du site.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

seize − onze =