Essais

Essai de la BMW M4

3 minutes de lecture

La BMW M4 vient remplacer la M3 e92 et son V8 par un 6 cylindres biturbo, évolution ou révolution?

Côté style tout d’abord: Ce n’est pas un pack M que l’on peut mettre sur son petit diesel pour le style. Là c’est du vrai M lourd et agressif! Le power dome, ce bossage sur le capot, laisse présager du “monstre” qui se cache en dessous. Autre signe distinctif : les rétroviseurs spécifiques, une réinterprétation des fameux rétros M3 à deux branches. La caisse est élargie, basse, et offre une belle prestance. Le coffre est réalisé en plastique renforcé à la fibre de carbone (CFRP) et intègre un discret becquet aérodynamique. Le carbone est également apparent sur le toit et sur la barre anti-rapprochement sous le capot.

INTERIEUR

L’habitacle mélange sport et raffinement. L’ergonomie est fidèle à BMW, pas d’innovations dans ce sens donc, mais on a affaire à du solide. Par rapport à une série 4 classique, elle se distingue par son volant trois branches et son instrumentation. La zone rouge du compte-tours varie en fonction de la température d’huile. On prend place dans des sièges baquet estampillés d’un logo M rétro-éclairé.

C’est bien fait et aux nombres de logo M un peu partout, ça laisse présager les gros //Moyens mis en place sous le capot!

MOTEUR

Après un 4 cylindres (E30), deux 6 cylindres (E36 et E46) et un V8 (E90), la M4 (F80) subit la loi du downsizing et reçoit un 6 cylindres biturbo de 3.0L. En fait, c’est le même que les modèles “35i” mais profondément remanié pour sortir plus de puissance.

Il développe ici 431 ch et 550 Nm. Suffisant pour abattre le 0 à 100 km/h en 4,1 sec et atteindre une vitesse maximale de 280 km/h. Le 6 cylindres biturbo n’a pas la noblesse d’un V8, mais il est plein comme un œuf et offre des performances de tout premier plan.

Grace la boite DSG 7 rapports, on gagne la fonction de Launch Control et la fonction Smokey Burnout. En cas de survirage, la fonction Stability Clutch Control ouvre l’embrayage pour stabiliser la voiture par ce biais. De série, il faudra se “contenter” d’une boite manuelle.

CHASSIS

BMW annonce ainsi 1 497 kg de masse à vide, c’est 83kg de moins que la M3 E92! Plus légère, la M4 est logiquement plus agile.

A peine élancée, le confort des sièges ne cachent pas la raideur des suspensions. Il s’agit là de communiquer avec le bitume via le volant, moment tactile: la direction est précise, le train avant incisif,et les dérobades de l’arrière sont prévenantes. On remercie l’autobloquant, les suspensions adaptatives, la direction asservie à la vitesse, et les freins carbone/céramique. Au passage enfin une BM qui freine fort et longtemps!

La suspension Select Drive dispose elle aussi des trois modes CONFORT, SPORT et SPORT+. Le conducteur peut ainsi choisir parmi trois lois d’amortisseurs : un tarage confort, par exemple pour la circulation urbaine, un tarage plus ferme pour la conduite dynamique sur route ainsi qu’un tarage circuit minimisant les mouvements de la carrosserie tout en maximisant le dynamisme de conduite.

Malgré toutes ces aides électroniques, le couple du six cylindres réclame de la sagesse lorsque l’on met du gaz. C’est là tout le charme de cette M4 sans compromis qui s’adresse à un public averti.

CONCLUSION

La M4 gagne en efficacité ce qu’elle a perdu en noblesse mécanique. C’est une machine incroyable qui marche très fort mais demande beaucoup de respect de la part de son pilote.

Merci aux Aciers du Littoral pour le prêt du hangar.
Merci à Okazeo, spécialiste de l’ocassion, pour le prêt de la BMW.

Fiche Technique
MOTEUR
Type : 6 cylindres en ligne, 24 soupapes
Position : transversal AV
Alimentation : deux turbocompresseurs
Cylindrée (cm3) : 2979
Puissance maxi (ch à tr/mn) : 431 de 5500 à 7300
Couple maxi (Nm à tr/mn) : 550 de 1850 à 5500
TRANSMISSION
Propulsion
Boîte de vitesses (rapports) : auto (7)
POIDS
Données constructeur DIN à vide (kg) : 1497
Rapport poids/puissance (kg/ch) : 4,72
PERFORMANCES
Vitesse maxi (km/h) : 250
0 à 100 km/h : 4″1 (4″3 avec la boite meca)
CONSOMMATION
Moyenne normalisée (L/100 Km) : 8,8
CO2 (g/Km) : 204
Puissance fiscale : 32 CV

Articles similaires
Essais

Essai Audi Q3 Sportback

4 minutes de lecture
Vous aimez l’Audi Q3 mais voilà, Audi vient de présenter le Q3 Sportback avec un style assez fou… Direction Valence en Espagne…
Essais

Essai Audi SQ7 2019

4 minutes de lecture
Après l’apparition de la deuxième génération de Q7 en 2015, voici le restylage de mi carrière pour 2019. Quoi de mieux que…
Essais

Essai Audi A6 allroad 50 TDI

4 minutes de lecture
Nous voici déjà la 4éme génération d’Audi A6 allroad quattro en 20 ans. L’idée reste toujours la même: une voiture spacieuse, avec…

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *