Essai de la Lotus Exige S V6

Lotus Exige S V6, il aura fallu attendre 12 ans après la naissance de la tonitruante Exige S1 pour voir naître une Exige équipée d’un V6. Mais qu’apporte t’il de plus par rapport à ces petits frères Rover et Toyota ? Certains prêcheront pour le gros moteur et sa sonorité, d’autre pour le petit et sa légèreté.

Extérieur

« Batmobile », c’est clairement le mot qui aura résumé cette auto durant notre essai, sorti de la bouche des enfants ou de leurs parents… Dans sa teinte noire matte et avec son kit aéro imposant, cette Exige S V6 ravie les pupilles des enfants émerveillés. Avec une hauteur d’à peine 112cm, la Lotus tente de se faire discrète dans la circulation mais se fait rattraper par ses 4,08m de longueur. Personnellement, j’ai trouvé l’auto intéressante dans cette teinte et bien contrastée par la présence des étriers de frein rouges. J’aurais cependant aimé des jantes argent ou anthracite pour encore plus contraster avec la teinte carrosserie.

Intérieur

Côté intérieur, on n’échappe pas au dicton de Colin Chapman : « Light is right ». Lotus, c’est très souvent le strict nécessaire, un habitacle brut et minimaliste permettant de décupler les sensations à son bord. Dans cette auto, nous retrouvons cependant un minimum de confort avec des sièges (bien que raides) en cuir épais, des tapis de sol et des touches de cuir un peu partout dans l’habitacle. Installé à son bord, tout nous tombe sous la main : volant, levier de vitesse, DPM et divers boutons.

Conduite

Au volant d’une Lotus, vous êtes dans un autre monde. Un monde qui ne peut être égalé que par des autos du même acabit : Caterham, Donkervoort, KTM Xbow ou encore Alfa 4C… tout ce qui est léger et (très) puissant ! Le plus impressionnant dans cette auto, c’est le feeling que vous remonte cette direction incroyable et la commande de boite ultra-précise. Les verrouillages de rapports sont immédiats et se passent toujours sans encombres, un vrai régal!

Sur route sinueuses, nous pouvons commencer à cravacher la cavalerie, 350ch tout de même, tout cela sur les roues arrières, prête à nous envoyer valser au moindre degré de trop du volant. L’accélération est franche mais ne surprend pas, elle reste constante et impressionne par la poussée qu’elle procure. L’aiguille affole le compteur avec un 0 à 100 km/h effectué en moins de 4 secondes et cela jusqu’à des vitesses dépassant l’entendement ! Avec ses divers modes de conduite via le DPM, cette Lotus sait se montrer docile en ville et radicale en piste, avec une réelle différence de sensibilité à l’accélérateur.

Niveau châssis, les amortisseurs à gaz Bilstein et le système de freinage 4 pistons APRacing (que ce soit à l’avant comme à l’arrière!) font un travail majestueux. Le touché de route est parfait et l’amortissement rigide à souhait. Lorsqu’on prend les freins, il est conseillé de s’accrocher car les APRacing pincent comme ce n’est pas permis, permettant des freinages tardifs sans la peur d’en perdre le contrôle. Malgré le châssis très ferme, les sièges permettent un minimum d’amorti et donc de confort. Dos fragiles, n’ayez crainte, cela va bien se passer !

Conclusion

Quel plaisir que procure cette auto ! Sincèrement rien à reprocher à cette superbe et ténébreuse Lotus Exige S V6, un régal ! Longue vie à ce type d’auto procurant plaisir, liberté et sensations à coût « modérés » (en comparaison aux grosses GT procurant parfois moins de sensations) !


Prix maximum TTC du modèle de base : 74 630 €

  • Lotus Dynamic Performance Management (DPM) : Drive, Sport et Race
  • Étriers de freins 4 pistons APRacing
  • Amortisseurs à Gaz Bilstein
  • Sièges Sport en cuir
  • Feux à LED
  • Jantes 10 branches en alliage 17″ Avant / 18″ Arrière
  • Batterie allégée

Et comme options:

  • Peinture matte à 2 252,00 €

Elle s’affichait donc à 76 882,00 €

Photos de la Lotus Exige S V6

Fiche technique
MOTEUR
Type : 6 cylindres en V
Cylindrée (cm3) : 3456
Alimentation : Compresseur
Puissance maxi (ch DIN à tr/mn) : 350ch à 7 000 tr/min
Couple maxi (Nm à tr/mn) : 400Nm à 4500 tr/min
TRANSMISSION
Propulsion
Boîte de vitesses (rapports) : Manuelle (6)
POIDS
Données constructeur (kg) : 1270
Rapport poids/puissance (kg/ch) : 3,63
PERFORMANCES
Vitesse maxi (km/h) : 274
0 à 100 km/h : 3,8″
CONSOMMATION
Moyenne constructeur (L/100 Km) : 10,0
CO2 (g/km) : 236
Puissance fiscale : 25 CV

Nos remerciement à Didier de Verbaere Auto pour le prêt du véhicule

Crédits Photos : Guillaume Petranto et Joris Clerc pour Speedguerilla

SEMA 2017: La M3 fête ses 30 ans aux USA!

BMW présente au SEMA Show une M3 unique célébrant les 30 ans du modèle aux USA.

La M3 30 Years American Edition est donc une M3 Competition Package unique conçue pour célébrer les 30 ans du lancement de la première M3 outre-Atlantique. Côté esthétique, elle reçoit une teinte rouge métallisée Frozen Red II. Les jantes dorées font référence à la M3 E30 de DTM et un aileron en fibre de carbone fait son apparition sur la malle. On remarquera l’échappement M Performance en titane et les bandes M peintes dans la fibre de carbone du toit.

A l’intérieur, BMW a mis l’habitacle de cette M3 aux couleurs du drapeau des Etats-Unis. Le cuir blanc des sièges est contrasté par des bandes rouges et de larges parties bleues, jusque sur la partie inférieure de la planche de bord et les contreportes. Même le cuir noir est contrasté par des surpiqûres rouges et bleues. On remarquera aussi le levier de vitesses et l’accoudoir spécifiques.

Le pack Compétition fait grimper la puissance du six-cylindres en ligne turbo à 450ch contre 431ch d’origine,la puissance est envoyée aux roues arrières via une boîte manuelle. Plus qu’une simple déco, la M3 30 Years American Edition reçoit de nombreux accessoires M Performance comme les amortisseurs réglables.

Elle sera en vente à la fermeture du SEMA Show.

Photos de la BMW M3 30 Years American Edition

Essai de l’Audi RS3 400ch 2017, survitaminée

Avec un rafraichissement de mi-carrière, Audi en a profité pour remettre les choses en ordre. Comprenez: repasser devant la concurrence! Place à l’essai de l’Audi RS3 2017, la compacte la plus puissante du marché! A vue de nez, les améliorations tournent autour du moteur, mais en fait, c’est bien plus que ça. Le 2.5L turbo est toujours de la partie, mais il est encore plus puissant et produit encore plus de couple, tout en restant aussi efficient. Redécouverte de la plus petite des Audi Sport!

Désormais aussi en Berline

L’Audi RS3 Sportback conserve son allure trapue de bad boy. En plus, elle est aujourd’hui disponible en Berline. Cette dernière gagne en élégance (et en volume de chargement) ce qu’elle perd en agressivité.

Côté look, la face avant dispose de phares plus acérés, d’une calandre single frame plus anguleuse, de voies élargies de 20mm… Devant les roues, les prises d’air ont été retravaillé pour apporter plus d’air frais au système de freinage. Le dessin des jantes participe aussi à ce refroidissement naturel des disques. Les fans d’Audi auront remarqué qu’il s’agit d’ailleurs d’un modèle revisité des fameuses rotors. Des petits détails qui font la différence à l’usage.

A l’arrière, les feux sont redessinés. Les suspensions sont abaissés de 25m. On trouve un nouveau becquet de toit et la double sortie d’échappement ovale de chaque côté du diffuseur est toujours présente.

Finition exemplaire

A l’intérieur, on retrouve l’excellence de la marque aux anneaux lorsqu’il s’agit d’assemblage. Les matériaux respirent la qualité. Les magnifiques sièges sport en cuir offre un bon maintien tout en restant confortable.

Le volant recouvert d’Alcantara semble s’être échappé d’une voiture de course, même si celui de la RS3 LMS est encore bien diffèrent.

Le Virtual Cockpit 12.3″ est de série, comme les phares LED, les jantes 19 pouces, les capteurs de stationnement, la navigation sur l’écran rétractable 7″, la climatisation bi-zone et les sièges avant chauffants.

5 cylindres comme 5 fantastiques

La RS3 est passée au cinq cylindres 2.5L de nouvelle génération, c’est le même que la TT-RS. Plus puissant, il atteint désormais 400ch tout rond. Pas de boite manuelle, la transmission se limite à la S-Tronic à double embrayage. La vitesse maximale est bridée électroniquement à 250 km/h mais il est possible de faire sauter cette limite en choisissant l’option qui va bien pour atteindre les 280 km/h.

Le moteur fabriqué à la main est 26 kg plus léger que dans l’ancienne RS3 grâce à l’utilisation d’un carter en alliage léger et d’un vilebrequin creux. Une perte de poids qui vient soulager le train avant. Le couple de 480 Nm de la RS3 est disponible sur une large plage d’utilisation allant de 1700 tr/min à près de 6000 tr/min. A 2500 tr/min, c’est l’explosion et le cinq cylindres tire avec une véritable férocité. En plus, la boîte de vitesses à double embrayage réagit avec précision et vitesse.

Une fois derrière le volant, c’est ce moteur à cinq cylindres de 2.5L turbo qui domine l’expérience de conduite. Même au ralenti, il y a un gargarisme à l’échappement, accentué de manière significative si vous optez pour le système d’échappement sport optionnel. Après la cathédrale qu’est le V10 atmo de la R8, Audi garde au catalogue un second moteur tout simplement exceptionnel. Pour le coup, on se passe volontiers de système audio pour profiter des vocalises du 5 cylindres et des crépitements lorsque l’on relâche l’accélérateur de l’Audi RS3l!

Le système de Launch control permet de réaliser le 0 à 100 km/h dans les 4.1 sec annoncés. Oui c’est très rapide, et c’est encore plus impressionnant lorsque l’on subit l’accélération plaqué dans le siège conducteur. Le quattro arrache littéralement la RS3 du bitume: violent!

Encore plus efficace au volant

OK, la RS3 est un véritable dragster, mais que se passe t’il quand la route tourne? Chose inévitable dans une vie de voiture. Pour apprécier à sa juste valeur les capacités du châssis, direction les routes du massif des Maures. Immédiatement, on a affaire à une direction qui semble  plus rapide et plus réactive comparée à l’ancienne RS3, lui donnant du même coup plus d’agilité. A travers cette direction, c’est tout le travail appliqué à alléger le moteur et les trains roulants à l’avant qui se ressent.

Audi a également modifié son quattro afin qu’il dispose désormais d’un embrayage allégé, ainsi que la technologie de vectorisation de couple. Cela ne pourrait pas sembler être un changement important, mais il permet une distribution plus rapide de la puissance du moteur à chaque roue, tout en permettant d’envoyer jusqu’à 100% de la puissance à l’essieu arrière.

Sur la route, l’Audi RS3 adopte un comportement neutre et très bien balancé. Le grip phénoménal permet de sauter de virage en virage avec une vitesse alarmante grâce à des changements rapides de direction et une confiance absolue. Bravo Audi!

Conclusion

Terriblement rapide, facile à vivre au quotidien avec l’un des meilleurs moteurs du marché. Audi a écouté le peu de critique que l’on pouvait faire sur sa RS3 pour les corriger, la nouvelle Audi RS3 devient encore plus redoutable. Le moteur 5 cylindres turbo est la star du spectacle à bord de la nouvelle Audi RS3. Pour résumer la chose, ils aurait pu l’appeler Catapulte, mais ils ont préféré RS3.


Prix maximum TTC du modèle de base : 61 500 €

Mon modèle d’essai (Rouge Catalogne) était équipé de série:

  • Audi Drive Select
  • Audi Parking system plus
  • Audi Virtual Cockpit
  • Chassis sport RS
  • Direction progressive
  • MMI GPS plus
  • Régulateur de vitesse
  • Xenon plus

Et comme options sur la plupart des modèles essayés:

  • Application décorative aluminium compétition
  • Audi Magnetic Ride
  • Audi Phone Box avec charge du téléphone par induction
  • Bang & Olufsen Sound System
  • Caméra de recul
  • Freins céramique
  • Jantes en alu coulé style rotor
  • Projecteurs Audi Matrix LED
  • Sorties d’échappement Sport RS
  • Vitesse maxi relevée à 280 km/h
  • Vitres arrière surteintées

Elle s’affichait donc à 79 535,00 €, vous pouvez configurer la votre en vous rendant sur ce lien.

Photos de l’Audi RS3 400ch 2017

Fiche Technique

MOTEUR
Type : 5 cylindres en ligne, 20 soupapes
Position : transversal AV
Alimentation : turbocompresseur
Cylindrée (cm3) : 2480
Puissance maxi (ch à tr/mn) : 400 à 5850
Couple maxi (Nm à tr/mn) : 480 à 1700
TRANSMISSION
Intégrale
Boîte de vitesses (rapports) : auto (7)
POIDS
Données constructeur DIN à vide (kg) : 1510
Rapport poids/puissance (kg/ch) : 3,77
PERFORMANCES
Vitesse maxi (km/h) : 250
0 à 100 km/h : 4″1
CONSOMMATION
Moyenne normalisée (L/100 Km) : 8,3
CO2 (g/Km) : 189
Puissance fiscale : 29 CV

La concurrence

Mercedes A45 AMG

Transmission intégrale, premium, mais un 2.0L moins savoureux et désormais 40ch de moins.

Retrouvez l’essai de la Mercedes A45 AMG.

 

 

 

Ford Focus RS mk3 350ch

Un 4 pattes qui avoine, un châssis aux petits oignons, mais une finition loin des standards allemands.

Retrouvez l’essai de la Ford Focus RS mk3 350ch.

 

 

 

 

BMW M140i

Un six cylindres qui chantent et 340 ch, c’est 60ch de moins que la RS3. Le châssis n’est pas aussi travaillé mais peut recevoir une transmission intégrale xDrive en option.

Aston Martin dévoile la DB11 Volante

Aston Martin dévoile l’un des cabriolets les plus désirables du marché avec la DB11 Volante. Après le coupé DB11, disponible en V12 et V8, c’est au tour de la version cabriolet Volante d’être révélée aujourd’hui, mais uniquement en V8.

Reprenez le superbe dessin du coupé, retirez le toit, vous aurez la Volante. Aston Martin a modifier la structure en aluminium afin de palier à l’absence de couvre chef. Cela se traduit par des renforts pour assurer la rigidité, mais qui alourdissent la caisse aussi, portant ainsi le poids de la DB11 Volante à 1870 kg.

Contrairement au coupé, la DB11 Volante n’est commercialisée qu’en version V8. Rappelons qu’il s’agit du bloc AMG, un 4.0 biturbo développant 510 ch  et 675Nm de couple, de quoi permettre à l’engin d’atteindre les 100 km/h en 4,1s et 300 km/h en pointe. Il est associé à une boîte automatique à huit rapports.

Les clients auront le loisir de jouer avec la toile souple qui s’ouvre en 14 secondes, et se ferme en 16 secondes, jusqu’à 50 km/h. Elle sera disponible en 3 couleurs: rouge Bordeaux, noir Silver, et gris Silver.

Les premières livraisons auront lieu début 2018.

Vidéo de l’Aston Martin DB11 Volante

[tg_youtube width= »798″ height= » » video_id= »PAu2q_zlpMI »]

Photos de l’Aston Martin DB11 Volante

Toyota GR HV Sports Concept, futur GT86?

Toyota vient de dévoiler son GR HV Sports Concept qui sera présenté au public lors du salon de Tokyo.

Son nom signifie Gazoo Racing (GR) et Hybrid Vehicle (HV) et Sports comme son ancêtre la Sports 800. D’ailleurs Toyota affirme s’être inspiré de la légendaire Supra et de la Sports 800 pour cette GR HV Sports Concept.

Côté design, il est facile de reconnaitre les proportions de l’actuelle GT86 qui semble être la base de cette voiture. On notera ainsi une face avant qui puise son inspiration dans les phares des TS050 Hybrid pour un résultat pour le moins surprenant (comme les jantes). A l’arrière, on trouve un petit spoiler, une sortie d’échappement central intégré dans le diffuseur et un toit de type targa (comme la Sports 800).

La motorisation n’est pas encore dévoilé mais nous avons affaire à un groupe hybride cher à Toyota. La puissance devrait logiquement être envoyé sur les roues arrières via une boite automatique. Cependant, le conducteur devrait pouvoir avoir le choix de passer en boite manuelle avec un pommeau de vitesse via un simple bouton. Est-ce une amélioration sur la boite CVT? En tout cas Toyota ne nous donne pas plus de détails pour le moment…

On notera aussi la présence d’un bouton de démarrage sur le pommeau de levier de vitesse à la façon d’une commande de tir sur un avion de chasse. Des jauges de température d’eau, d’huile et de la batterie apparaissent sur le système multimédia. Attention, avec la présence des batteries à l’arrière, cette GR HV est une stricte 2 places contrairement à la GT86.

Le reste des données techniques devrait arriver pour le salon de Tokyo.

Photos de la Toyota GR HV Concept

Essai Renault Megane GT dCi 165, l’atout 4Control

Se faire plaisir avec un diesel? C’est la promesse de la Megane GT dCi 165ch siglée Renault Sport. Je la redécouvres le temps d’un weekend dans cette version diesel. Il y a un an, je prenais le volant de sa sœur à moteur essence.

Look sportif

Le bouclier avant de la Megane GT se distingue par son design spécifique, tout comme les grilles de calandre. A l’arrière, l’imposant diffuseur lui donne un air sportif bienvenu. Il encadre deux sorties d’échappement chromées. A noter qu’une des deux est factices et l’autre encadre un simple tube. Les jantes de 18″ Magny-Cours lui vont à merveille. En tout cas, l’ensemble est réussi et permet de se démarquer d’une Megane classique.

Dans le même sens, la teinte Blue Iron est exclusive à la gamme GT, tout comme les coques de rétroviseurs peintes en gris. Par contre, la Megane GT dCi adopte exactement le même look que la version essence. Est-ce un problème?

C’est juste dommage de ne pas pouvoir changer la couleur du diffuseur ou des appendices gris par du noir laqué ou du carbone par exemple.

A l’intérieur

En passant à l’intérieur, on retrouve les magnifiques baquets en Alcantara au très bon maintien. Un grand nombre de détails bleus viennent égayer l’habitable et viennent rappeler la couleur extérieure. L’instrumentation digitale est très sympa, en plus on peut modifier l’apparence via les réglages de conduite. Tout se passe par l’écran central de 8,7 pouces. Il contrôle également tout ce qui concerne la musique, GPS et Coyote, la climatisation…

Je note quand même quelques améliorations possibles sur les plastiques, les commodos, ou encore l’absence d’éclairage en bas de mobilier ( en particulier au niveau des prises USB par exemple ).

Après un réglage des baquets, en particulier sur les lombaires, je n’ai aucunement souffert sur les longs trajets malgré le châssis ferme.

Double turbo, double plaisir?

Sous le capot, le 1.6L dCi biturbo développe ses 165 ch et 380 Nm de couple, il est accompagné par la boîte auto EDC 6 à double embrayage ( EDC 7 sur la version essence). Capable de passer de 80 à 120 km/h en seulement 6,6 s, cette Mégane GT diesel sait se surpasser dans les reprises, si cruciales en matière de sécurité lors des dépassements.

Trouvant ses limites à 4000 tr/min, il se montre linéaire et fait preuve de bonne volonté dans les phases d’accélérations pour un mazout de si petite cylindrée.

Mais un diesel, ce n’est pas très beau à l’oreille? Et bien ce 1.6L dCi biturbo sait se faire discret. Du coup, pas d’envolée lyrique, mais pas non plus de nuisances sonores ou de vibrations malvenues. Le tout sans jamais consommer trop, avec 6.1 l/100 km de moyenne.

C’est beaucoup moins vrai lorsque je passe en mode sport. La boîte tombe un rapport et a tendance à les garder plus longtemps. Le son moteur est alors bien présent dans l’habitacle. L’avantage, c’est qu’on profite d’une boite plus réactive et d’une direction plus directe!

L’atout 4Control

Disposant d’un châssis particulièrement bien né, les ingénieurs Renault Sport lui ont affublé la technologie 4Control, c’est à dire les 4 roues directrices. Et l’on ressent les avantages au volant avec une agilité accrue et un roulis particulièrement bien maîtrisé. C’est surprenant et c’est là le véritable avantage de cette Renault par rapport à la concurrence. Dire que le premier 4Control est apparu sur la Laguna Coupé en 2008!

Sur cette version diesel, le train avant reste tranchant, précis et l’arrière suit sans broncher. Enchaîner les courbes rapprochées est un vrai bonheur. Le 4 Control est une technologie que l’on retrouvera sur la Megane 4 RS, et qui s’annonce donc redoutable.

Conclusion

La Megane GT dCi semble s’adresser aux gros rouleurs qui ne peuvent se permettent une essence. Utilisable la semaine, elle permettra de s’amuser sur le réseau secondaire grâce à son châssis le weekend.


Prix maximum TTC du modèle de base : 34 500 €

Mon modèle d’essai (Bleu Iron) était équipé de série:

  • Alerte de survitesse avec reconnaissance des panneaux de signalisation
  • Alerte de distance de sécurité
  • Alerte de franchissement de ligne
  • Caméra de recul et aide au parking avant / arrière
  • Renault Multi-sense® (choix des modes de conduite)
  • Projecteurs avant Full LED PURE VISION
  • Système 4Control® à 4 roues directrices
  • Palettes au volant
  • Châssis Renault Sport
  • Aide au démarrage en côte
  • R-Link 2 avec services connectés Cartographie Europe Compteurs TFT 7″ avec matrice couleur
  • Volant en cuir Nappa perforé GT
  • Vitres et lunette arrière surteintées
  • Feux de jour à guide de lumière LED et effet 3D
  • Jantes alliage 18″ Magny Cours
  • Capteurs de pluie et de luminosité
  • Climatisation automatique bi-zone
  • Sièges avant chauffants

Et comme options:

  • Teinte Bleu Iron  à 620,00 €
  • Easy Park Assit à 500, 00 €
  • HD Traffic + connectivité + Coyote à 380,00 €
  • Bose Sound System à 600,00 €
  • Affichage tête haute à 400,00 €
  • Régulateur de vitesse adaptatif à 300,00 €

Elle s’affichait donc à 37 330,00 €, vous pouvez configurer la votre ici.

Photos de la Renault Megane GT dCi 165ch 2017

Fiche Technique

MOTEUR
Type : 4 cylindres
Position : AV
Alimentation : BiTurbo
Cylindrée (cm3) : 1598
Puissance maxi (ch à tr/mn) : 165 à 4000
Couple maxi (Nm à tr/mn) : 380 à 1750
TRANSMISSION
AV
Boîte de vitesses (rapports) : automatique (6)
POIDS
Données constructeur DIN à vide (kg) : 1392
Rapport poids/puissance (kg/ch) : 8,4
PERFORMANCES
Vitesse maxi (km/h) : 214
0 à 100 km/h : 8″9
CONSOMMATION
Moyenne normalisée (L/100 Km) : 4,7
CO2 (g/Km) : 124
Puissance fiscale : 9 CV

La concurrence

Peugeot 308 GT Hdi

La 308 est l’autre française. Elle mise sur son raffinement et moins de sportivité.

Retrouvez l’essai de la Peugeot 308 GT Hdi.

 

 

 

Volkswagen Golf GTD

L’Allemande est la référence de la catégorie. Elle affiche de solides prestations et un design beaucoup plus sobre.

Retrouvez l’essai de la VW Golf GTD.

 

 

 

Ford Focus ST TDCi

Ford n’est pas en reste avec une Focus terriblement efficace.

Retrouvez l’essai de la Ford Focus ST TDCi.

 

Nissan présentera la Leaf Nismo à Tokyo!

Nissan vient d’officialiser sa Leaf Nismo Concept pour le salon de Tokyo. Pour l’instant, ce n’est qu’un concept comme son nom l’indique, mais une version de série devrait suivre.

Leaf et Nismo sont complétement opposé chez Nissan. D’un côté, on a une voiture électrique bien trop sage. De l’autre, on a le badge qui désigne les Nissan les plus dévergondées. Pourtant, le constructeur japonais ose présenter une Leaf Nismo pour le lancement de la seconde génération de Leaf.

Afin de calmer vos ardeurs, rassurez vous, il s’agit avant tout d’un kit carrosserie. Pas de performances hallucinantes à la Tesla. Le constructeur précise que les suspensions ont été revues, tout comme la gestion du moteur et l’échappement. Elle adopte des jantes un peu plus sportives et des pneus performances ( Continental Sport Contact en 225/45/18). On remarquera le beau diffuseur et le liseré rouge. Mais aucune indication sur une éventuelle progression de la puissance, elle devrait donc se contenter de 110 kW.

Photos de la Nissan Leaf Nismo Concept

Essai VW Golf R performance 310ch 2017, la compacte parfaite?

Dans un monde où la Civic Type R et la Focus R affichent des ailerons triple XL et des entrées d’air dignes d’une voiture de course, il serait facile d’oublier la Golf R. Une Golf qui ressemble à n’importe qu’elle autre Golf aux yeux d’un quidam! C’est sur le circuit de Majorque que j’ai eu la chance d’en prendre le volant pour quelques tours pied au plancher.

Rafraîchie plutôt que renouvelée.

Début 2017, VW a restylé sa Golf, la faisant passer à la génération mk7.5, au passage la R en a profité pour se refaire une beauté. Voici donc la Golf R mk7.5, elle récupère évidemment toutes les mises à jour de la gamme en y ajoutant les siennes.

A l’intérieur, c’est donc naturellement que l’on retrouve des éléments communs au restylage de la gamme : Active Info Display, grand écran tactile central et quelques autres détails…

Elle ne manque pas d’R

La R c’est 4 roues motrices pour encore plus d’efficacité, mais surtout un 2.0L poussé désormais à 310 ch! Plus démonstrative et époustouflante, elle avale le 0 à 100 km/h en juste 4.6 sec grâce à la boite DSG. Il faudra se contenter de 5.1 sec avec la boite manuelle.

Encore plus rapide avec le pack Performance

Nouveauté restée très confidentielle, le pack Performance. Ce dernier modifie:

  • L’aérodynamique avec un bouclier avant intégrant de nouvelles entrées d’air, un nouveau diffuseur arrière et un spoiler spécifique, rajoutant de l’appui à haute vitesse.
  • L’échappement avec une ligne Akrapovic en titane et quadruple sortie, qui permet de gagner 7 kg par rapport à l’échappement d’origine.
  • Les nouvelles jantes forgées qui permettent un gain de 9,6 kg. Ils sont désormais associées à des pneus semi-slick Michelin Pilot Sport Cup 2 .
  • Le freinage a lui aussi été au centre de l’attention puisqu’il est plus léger de 2 kg et la puissance est supérieure sur les roues avant grâce à de nouveaux matériaux. il provient directement de la Clubsport S.
  • La vitesse maxi, qui grimpe désormais jusqu’à 267km/h.

Une Golf un peu paRticulièRe

Esthétiquement cela reste très sobre, mais lorsque l’on s’y attarde, impossible de la confondre avec le reste de la gamme. Les subtils détails montrent bien qu’il s’agit d’une R! Surtout l’échappement Akrapovic et ses 4 sorties, c’est encore plus vrai lorsqu’il donne de la voix et fait crapoter cette méchante Golf!

La Golf R est une véritable Bonnie & Clyde. En mode éco, elle sait se montrer calme et démontre sa polyvalence. En mode Sport, elle s’exprime sans retenue. Peut être un peu trop, puisqu’elle fait appel à un son artificiel du moteur à l’intérieur, que je me serais bien passé…

Sportive efficace

Pour le circuit c’est pourtant bien ce mode que l’on utilisera. Il durcit la suspension et on gagne en précision, ce que l’on perd en confort: Logique.

La R est posée sur un rail! On sent bien que la Golf R est une traction à l’origine avec un comportement sous-vireur. Cela met immédiatement en confiance sur circuit pour trouver les limites de la voiture, car le train arrière ne vous mettra jamais en défaut. Un comportement sécuritaire que certains regretteront.

On est donc collée à la route (ou la piste).  On remerciera au passage les Pilot Sport Cup 2 qui  offre un grip absolument bluffant tant en vitesse de passage en courbe qu’en motricité avec le 4Motion.

A noter que le freinage puissant et mordant ne souffre d’aucune critique.

Conclusion

Bien conçue et ultra pratique. Avec ce pack performance, elle perd une cuillère de polyvalence pour gagner une louche de sportivité. On ne s’en plaindra pas!

Photos de la VW Golf R 2.0L TSI 310ch 2017

Fiche technique de la Golf R performance mk7.5 2017
MOTEUR
Type : 4 cylindres en ligne
Alimentation : Turbo
Cylindrée (cm3) : 1984
Puissance maxi (ch à trs/mn) : 310 à 5500
Couple maxi (Nm à trs/mn) : 400 à 2000
TRANSMISSION
Intégrale
Boîte de vitesses (rapports) : Double embrayage DSG(7)
POIDS
Données constructeur DIN à vide (kg) : 1430
Rapport poids/puissance (kg/ch) : 4,61
PERFORMANCES
Vitesse maxi (km/h) : 267
0 à 100 km/h : 4,6″
CONSOMMATION
Moyenne normalisée (L/100 Km) : 7,0
CO2 (g/Km) : 160
Puissance fiscale : 20 CV

Voici le nouveau XC40, le plus petit SUV de Volvo

Volvo a levé le voile sur son nouveau SUV, le XC40, qui n’est rien d’autre qu’un XC60 qui a rétréci au lavage.

Recette Suédoise

Après un très réussi XC90, puis le renouvellement de son best seller le XC60, Volvo continue d’appliquer la même recette sur ce petit XC40. Un look sexy de l’extérieur et le marteau de Thor dans les optiques. Associé à un intérieur de qualité et le plein d’assistances pour la sécurité.

Moteur

Le XC40 va commencer sa carrière avec seulement deux possibilités, l’essence T5 et le diesel D4, des quatre cylindres 2.0L de respectivement 247 et 190 ch. Ils seront couplés d’office à la transmission intégrale et à une boîte de vitesses automatique à 8 rapports.

Intérieur

A l’intérieur, la planche de bord est dans la droite lignée des dernières productions de la marque, avec au centre un grand écran tactile vertical 9 pouces encadré par des aérateurs. On est désormais en terrain connu. A noter que l’instrumentation numérique 12,3 pouces est de série dès le niveau de base.

Photos de la Volvo XC40

Avec le team PSRX Volkswagen lors du WRX de Lohéac

Lors de l’étape française du WorldRX à Loéhac, le 2 et 3 septembre 2017, l’équipe Volkswagen, leader du championnat du monde, nous a ouvert ses portes! Découverte…

Dans les loges Volkswagen pour le championnat du monde de Rallycross !

Le Rallycross est un sport automobile encore peu connu, pourtant il a de quoi attirer par son véritable spéctacle:
L’épreuve se déroule en 6 courses, 4 manches qualificatives à 5 pilotes évoluant selon le score de tous, puis deux demi-finales à 6 et pour terminer la finale à 6 également (seul les 3 premiers de chaque demi-finales sont qualifiés). Les épreuves étant très courtes, l’intensité y est maximale: De quoi bien se pousser dans les virages avec les 600 chevaux sous le capot. Le départ reste lui aussi impressionnant grâce aux 900 Nm de couple et des accélérations digne d’une F1!

L’écurie PSRX, en partenariat avec Volswagen, nous a accueilli très chaleureusement sous leur stand. Les pilotes ont été très ouverts à nos questions, l’équipe nous a fait visiter le garage et malgré les restrictions concernant les photos ( les secrets font la performance ), ces moments furent extrêmement enrichissant pour un petit admirateur de RX que je suis…

Visite d’un grand homme du RX

Nous avons également eu l’agréable surprise d’avoir la visite du fondateur du circuit de Lohéac : Michel Hommel! Grand homme du monde automobile, Il est à l’initiative du renouveau de la commune de Lohéac qui tombait petit à petit dans l’oubli. En 1976, revenant d’un voyage en Angleterre, il en importe une nouvelle discipline: le rallycross, dont la première épreuve française se tient à Lohéac.

Il y fit bâtir également un musée, de l’automobile évidemment, où l’on peut y trouver 400 véhicules de sa collection personnel. Sans oublier depuis 1968, on lui doit aussi le magazine échappement.

Michel Hommel nous indique que l’étape française cumulait un total de 75 000 spectateurs sur le weekend et est donc l’étape la plus regardée du WRX! Cocorico!

Une course agitée

Samedi aura été une journée paisible sur la piste, les manches qualificatives ont été une bonne réussite pour l’équipe PS RX avec deux manches qualificatives gagnées par Johan Kristoffersson.

Dimanche, il a continué sur sa lancée avec une victoire en demi puis en finale. Peter Solberg n’a pas été dans sa grande forme avec un mauvais départ et une crevaison en finale, mais son coéquipier à garder le cap de la tête de classement avec une victoire en finale bien méritée.

Sur ce week-end, Kristoffersson a établi un nouveau record dans l’histoire du RX avec sa quatrième victoire consécutive. Il est d’ailleurs sacré champion du monde aujourd’hui lors de la manche de WRX à Latvia alors qu’il reste encore 2 épreuves!

Une Volkswagen Polo RX dominatrice

L’équipe PS RX de Peter Solberg est bien présente sur cette saison avec la première et la seconde place au classement général des pilotes, et la première place au classement des constructeurs.

Même si VW ne l’avoue pas. La Polo est issue du programme WRC tué dans l’œuf. Une voiture particulièrement performante.

Lors d’un repas, un mécano du team nous confie en rigolant:

[quote]Les voitures de RX ont un système de refroidissement sur les cotés, nous avons voulu conserver un système de refroidissement à l’avant pour une meilleure performance du moteur mais personne n’a cru en son fonctionnement, en cause : la forte chaleur dégagée par les véhicules à l’avant empêchant une entrée d’air frais… Nos pilotes sont toujours devant, alors aucun problème![/quote]

Une explication logique du succès des Polo?

Félicitations et Merci à Volkswagen France pour l’invitation.

Photos du team PS RX lors du WorlRX de Lohéac 2017

Quitter la version mobile