Aston Martin dévoile la DBS Superleggera

Adieu, Vanquish. Bienvenue, DBS. Voici la nouvelle super GT d’Aston Martin.

Pour tous ceux qui ne peuvent se satisfaire d’une DB11 de « seulement » 600 ch, voici sa méchante sœur jumelle – la nouvelle Aston Martin DBS Superleggera. Elle arrive en remplacement de la Vanquish S. La DBS fait revivre un insigne vu pour la dernière fois sur la voiture de James Bond dans Casino Royale en 2006, puis ajoute le suffixe Superleggera, un clin d’œil aux méthodes de construction légère mises au point par le carrossier italien Touring.

Sous le capot, on trouve un V12 5.2L de 725 ch et 900 Nm de couple associé à une boite auto ZF à 8 rapports. Toute la puissance est envoyée sur le train arrière via une différentiel mécanique à glissement limité. Aston Martin annonce que sa DBS Superleggera est capable de réaliser le 0 à 100 km/h en 3.4 sec, le 0 à 160 en 6.4 sec et une vitesse maxi de 339 km/h.

Coupé 2+2, elle reprend la plateforme en aluminium inaugurée par la DB11. Grâce à des panneaux de carrosserie en fibre de carbone, elle pèse 72 kg de moins que cette dernière avec 1.693 kg à sec. L’appui aérodynamique peut atteindre 180 kg, du jamais-vu sur une Aston Martin de route.

L’Aston Martin DBS Superleggera débutera à environ 255.000€  et les livraisons devraient commencer à partir du troisième trimestre 2018.

24H du Nürburgring 2018 : au coeur de la Légende !

Pour la cinquième année consécutive, me voilà sur la grille de départ des 24H du Nürburgring ! Je vous raconte tout, des essais nocturnes du jeudi à l’arrivée le dimanche soir !

Continuer la lecture de 24H du Nürburgring 2018 : au coeur de la Légende !

Aston Martin présente sa Rapide AMR aux 24H du Mans

Aston Martin profite des 24H du Mans pour dévoiler la version définitive de la Rapide AMR.

Au salon de Genève 2017, Aston Martin lançait le badge sportif AMR pour Aston Martin Racing. Aujourd’hui, la marque Anglaise annonce la Rapide AMR. Elle se distingue par sa calandre, élargie par rapport à une Rapide S. Autre particularité, les nouveaux feux de jour à LED ronds dans le bouclier évoquent ceux des Vanquish Zagato. Pour le reste, cette version AMR profite d’une jupe avant,  capot ajouré, bas de caisse latéraux, diffuseur et spoiler de coffre en fibre de carbone. Elle repose sur des jantes forgées de 21 pouces, un diamètre encore jamais vu chez Aston Martin, abritant des freins carbone-céramique aux disques de 400mm de diamètre à l’avant et 360mm à l’arrière. Leur refroidissement est similaire à celui employé sur la Vanquish S. La suspension a été abaissée de 10mm et réglée pour plus de précision. Elle reste adaptative et propose toujours trois réglages.

A l’intérieur, les sièges sont recouverts d’alcantara et la console centrale est en fibre de carbone. Le volant rappelle quant à lui celui de la One-77, derrière lui se cache des palettes elles aussi en carbone.

Côté moteur, le V12 6.0L atmosphérique est dérivé de celui de la Vantage GT12. Il développe 603ch et 630Nm, soit 43ch de plus qu’une Rapide S pour un couple identique. Il envoie sa puissance aux roues arrière via une boîte automatique à huit rapports recalibrée. Résultat : 4,4s pour passer de 0 à 100 km/h et 330 km/h en pointe malgré un poids de 1990 kg.

Aston Martin annonce une production limitée à seulement 210 exemplaires. Le tarif annoncé pour l’Allemagne est de 221000€ sans les taxes.

Retour en photos sur le salon de Genève 2018

Le salon de Genève 2018 a fermé ses portes il y a quelques jours seulement, l’occasion pour nous de vous montrer nos meilleures photos et de dresser un bilan sur cette 88ème édition !

C’est tous les ans LE rendez-vous du début d’année, celui qui lance officiellement la saison automobile comme il se doit, celui qui nous fait trépigner d’impatience pendant des semaines avant de voir telle ou telle auto… Nous ne pouvions pas rater ça, alors nous avons pris la route direction Genève et nous vous avons ramené quelques souvenirs et impressions !

Ferrari, Porsche, Lamborghini, McLaren, Bugatti, Pagani, Aston-Martin, Koenigsegg, j’en passe et des meilleurs ! Ahhh, comme c’est bon d’arpenter les allées du Salon de Genève ! Les marques les plus prestigieuses font chaque année le déplacement et misent tout sur cet évènement pour lancer leur supercar la plus affutée. A chaque édition, les attentes sont élevées, les espoirs aussi… alors quelles autos ont retenu notre attention cette fois ?

Les coups de cœur de la rédaction

Thomas : McLaren Senna GTR – « McLaren repousse une nouvelles fois les limites de la physique ! Si le style de la « routière » est discutable, on ne peut le reprocher à la GTR qui terrassera tout sur son passage en piste ! »

Emeric : Ferrari 488 Pista – « Le parfait rapport look/performances/exclusivité. Dommage que Ferrari choisisse de privilégier certains clients toutefois… »

Guillaume : RUF SCR – « La recette magique RUF opère une nouvelle fois cette année : dosage parfait de modernité dans une 911 classique d’un goût exquis ! »

Le Top 5 du photographe

En ce qui me concerne, je ne pouvais me contenter de choisir une seule auto, ce serait comme demander à un père de famille de dire lequel de ses fils il préfère ! Enzo, Ferdinand, Bruce, Ferruccio, Ettore… Évidemment, c’est trop dur de choisir ! Alors bien sûr, on pourra dire que mes tendances Porschiste-extremiste me font pencher du côté de Stuttgart ! Oui… bon… Soit…pour contrer cela, la première Porsche ne sera que deuxième ! Ah ! vous l’avez pas vu venir celle là !

  1. Polestar One : En voilà une qui a fait tourner les têtes au salon cette année ! La suédoise aura brillé de sa classe qui, à mon sens, terrasse les piliers allemands du segment. Sa motorisation hybride développant 600ch et 1000Nm de couple en font également un produit innovant que l’on espère voir sur les routes le plus vite possible. Chapeau bas !
  2. Porsche 991.2 GT3 RS : Je ne me risquerai pas à vous dire qu’il s’agit de la dernière 911 extrême à moteur atmosphérique, mais qu’il s’agisse de la dernière ou non, la recette fonctionne une fois de plus à merveille ! Quel bijou ! Physique de rêve, efficacité assurée, larme à l’oeil garantie au volant, 9000 tr/min au compteur… Bon je m’arrête là car on va encore me dire que je vais trop loin !
  3. Ferrari 488 Pista : Belle surprise que cette Pista ! Les lignes reprennent clairement celles des 488 d’endurance, c’est le coup de foudre immédiat (ce qui n’est pas toujours le cas pour la marque italienne, pour laquelle on a parfois tendance à apprécier le design des autos après quelques mois seulement) ! Les performances devraient elles aussi s’avérer époustouflantes, mais pourra-t-elle rivaliser avec les McLaren 720S et Porsche GT2 RS ? Seul l’avenir nous le dira !
  4. Aston Martin Vantage : Le passage à l’ère moderne d’Aston Martin n’était pas gagné d’avance, autant sur le plan du design que sur le plan technique ! Les premiers essais n’ont pas encore donné leur verdict, mais on sait déjà que la plastique de la nouvelle Vantage est une réussite sur tous les points ! Coup de maître !
  5. McLaren Senna : La Senna a tellement été critiquée pour son design « disproportionné » que la voir en vrai a été une réelle surprise ! Même si cela reste très subjectif, ses lignes ont fini par me convaincre, et je mets d’ores et déjà mes mains à couper qu’il sera difficile d’aller plus vite sur circuit que ce missile sol-sol ! Aussi, j’apprécie la politique de McLaren qui prépare deux hypercars simultanément : une « Hyper GT » davantage axée routière, et donc la Senna qui est une auto de course avec une plaque d’immatriculation.

Les déceptions

Alors bien sûr, difficile de jouer la fine bouche lorsque nous sommes entourés de si belles mécaniques pendant deux jours. Toutefois, rien n’est jamais parfait, et certains éléments m’ont quelque peu déçu :

  • L’absence de la Mercedes AMG Project One : Présentée à Francfort il y a quelques mois, nous n’avions pas encore eu l’occasion de voir l’Hypercar de la marque à l’étoile en terres Suisses. Sur la question de son absence à Genève, un aimable homme de la marque m’a répondu « mais allons, elles sont toutes vendues Monsieur ! ». Soit, drôle de stratégie tout de même, quand on connaît l’intérêt qu’il peut y avoir pour une marque de présenter son fleuron au grand publique, et d’autant plus ici…
  • La politique d’Aston-Martin (et de McLaren) : Après avoir vu pendant plusieurs années des maquettes de l’Hypercar Aston Martin Valkyrie, puis depuis quelques mois des configurations clients, nous espérions ENFIN voir la version de série en chaire et en os ! A la place, une nouvelle maquette, mais de la version de course cette fois ! Bien entendu, le projet est extrême, difficile à mettre en place et nous sommes des enfants impatients, mais n’y avait-il pas mieux à faire ? De plus, si les versions pistardes des Valkyrie et Senna sont incroyables, ce sont des ORNI que nous ne verrons jamais engagés en compétition, et qui ne feront que le bonheur de quelques milliardaires, quelques fois dans l’année. Dommage !
  • Les présentations prématurées : Je ne suis pourtant pas vieux, mais je me rappelle avoir découvert avec des yeux d’enfants le levé de voile sur des autos encore jamais vues sur le net auparavant. Plus les années passent, et plus nous arrivons au salon en sachant exactement ce qui nous attend. Cette année, à l’exception de quelques modèles, tout le salon avait déjà « fuité » sur les réseaux sociaux depuis quelques jours/semaines, ce qui à mon sens diminue le charme du salon.

Malgré tout, cette 88ème édition du salon de Genève aura une fois de plus été une réussite, et nous serons sans aucun doute à nouveau au rendez-vous l’année prochaine !

Les Photos

Crédits Récit et Photos : Nicolas VERNERET pour Crank.fr

Aston Martin Valkyrie AMR Pro, bête de piste

Aston Martin présente à Genève la version AMR Pro de sa Valkyrie. Celle ci est réservée à la piste et vient trouver sur sa route la nouvelle McLaren Senna GTR par exemple.

Version extrême de l’extrême Valkyrie réalisée en collaboration avec Red Bull Racing sous la supervision du directeur technique Adrian Newey, l’Aston Martin Valkyrie dans sa version AMR Pro affiche des performances proches d’une F1, elle est propulsée par un bloc V12 6,5 litres d’origine Cosworth accouplé à un système ERS pour une puissance autour des 1 100 ch.

Avec une masse totale contenue à la tonne, grâce à l’emploi massif du carbone, le rapport poids-puissance affiche un ratio exceptionnel. L’aérodynamique a été bien évidemment au coeur des préoccupations des ingénieurs, avec une meilleure génération d’appuis. Elle serait capable d’accélération latérale de 3G et d’atteindre les 362 km/h.

Vingt-cinq exemplaires seront produits, avec des livraisons programmées pour 2020.

La Red Bull RB14 en livrée camo

Red Bull présente déjà sa RB14, sa monoplace pour la saison 2018.Une première pour l’équipe qui a plus tendance à attendre les derniers jours pour finaliser sa F1.

Officiellement connue sous le nom de Aston Martin-Red Bull Racing-TAG Heuer RB14, elle reçoit pour le moment une livrée édition spéciale, qui ne sera hélas pas conservée pour la saison. On se retrouve donc avec une peinture camo bleu, accompagné de sponsors en blanc et d’un halo noir. Comme l’interdit le règlement, l’aileron de requin est réduit à sa plus simple expression.

Red Bull a pris la troisième place du championnat l’an dernier, après avoir vu Ferrari prendre l’avantage. L’équipe utilise toujours un moteur Renault, rebadgé TAG Heuer. Daniel Ricciardo va disputer la dernière année de son contrat alors que Max Verstappen a déjà prolongé jusqu’en 2020.

La nouvelle Vantage grogne en vidéo!

Voici la première vidéo de la nouvelle Vantage. Une voiture longtemps teasé que l’on peut désormais apprécier sous tous les angles et même dans sa version de course, la Vantage GTE, qui participera aux 24H du Mans dès 2018.

Pour rappel, on trouve sous le capot un V8 4.0L biturbo d’origine AMG. Il développe ici 510 ch et 685 Nm de couple. Grâce à cette vidéo, il est désormais possible de l’entendre.

Réalisée par Rankin, dont le travail n’est plus à démontrer, le titre du clip Beautiful Won’t Be Tamed se traduit par la Beauté ne sera pas apprivoisée. Sauvage la nouvelle Vantage? Il parait…

Aston Martin Vantage GTE: Prête pour le WEC!

Après avoir dévoilé sa nouvelle Vantage pour la route, Aston Martin ne perd pas de temps et lève le voile sur la nouvelle Vantage GTE!

La Vantage GTE est construite exclusivement pour participer au WEC ( World Endurance Championship ) et donc les 24H du Mans. Aston Martin Racing a déjà parcouru plus de 13000 km d’essais, dont un run de 30 heures non-stop sur le circuit de Navarra en Espagne.

Dessinée et conçue dans les locaux de Banbury, elle est le résultat d’un travail chapeauté par le directeur technique Dan Sayers, à qui l’on doit déjà la V8 Vantage GTE qui a décroché pas moins de 37 victoires en WEC! Principales différences avec sa glorieuse jeune retraitée, la nouvelle Vantage GTE récupère le V8 suralimenté de 4.0L d’origine AMG et Michelin vient remplacer Dunlop en tant que manufacturier pneumatique.

Plus puissant que la version route, le V8 développerait au minimum 530 ch. Le couple devrait être équivalent, par contre la boite automatique ZF laisse sa place à une boite séquentielle de course à 6 rapports. Les deux voitures utilisent une suspension similaire à l’avant et à l’arrière, mais la GTE reçoit des barres anti-roulis réglables et des amortisseurs réglables Ohlins. Les freins sont également améliorés avec des étriers avant à six pistons et des étriers arrière à quatre pistons fournis par Alcon. Je ne parle même pas de l’aérodynamique, qui n’a absolument rien à voir, ni la rigidité de la caisse…

Au volant, Darren Turner, Jonny Adam, Nicki Thiim et Marco Sorensen ont été conservés et sont rejoints par le Britannique Alex Lynn

Photos de l’Aston Martin Vantage GTE 2018

Nouvelle Aston Martin Vantage: belle et rapide!

Remplacer une voiture comme la Vantage est un exercice difficile, Aston Martin ose le changement et c’est tant mieux, cette nouvelle Vantage est terriblement sexy et moderne. Tout est nouveau sur cette Aston Martin, du châssis au moteur, de l’habitacle aux jantes.

Pour se démarquer de la génération précédente, Aston Martin s’est inspirée de la Vulcan et de la DB10 de James Bond. 10 cm plus longue et plus large, elle se veut encore plus sportive dans la forme. C’est d’ailleurs réussi, mais elle l’est aussi dans le fond.

Sous le capot, la puissance est fournir par un V8 4.0L biturbo d’origine AMG. Il développe ici 510 ch et 685 Nm de couple. Pour l’instant, il est associé à une boite automatique ZF à 8 rapports, mais Aston a déjà prévu de proposer une boite manuelle dans un futur proche.

Les Anglais assurent avoir monté le moteur aussi bas que possible pour optimiser le centre de gravité et un distribution des masses parfaites: 50/50. Avec un poids de 1530kg, le 0 à 100 km/h est assuré en 3,6 secondes tandis que la vitesse maxi grimpe à 313 km/h.

Le châssis est une évolution de celui de la DB11, sa grande sœur. Aston Martin annonce 70% de nouvelles pièces par rapport à cette dernière. La nouvelle Vantage est aussi la première Aston a utiliser un différentiel électronique à l’arrière. Couplé à l’ESP, il est sensé être plus intelligent qu’un différentiel conventionnel.

Cerise sur le gâteau, il est déjà possible de la configurer en ligne. Et ça se passe ici. Cette nouvelle Vantage compte bien rivaliser avec la reine 911 et autre AMG GT…

Photos de l’Aston Martin Vantage