Bentley Continental GT3, charismatique!

Après la nouvelle Continental GT, c’est Bentley Motorsport qui présente aujourd’hui la nouvelle Continental GT3, la version piste. Je suis totalement amoureux de la Continental GT, une voiture magnifique à tout point de vue. Comment ne pas tomber amoureux de cette charismatique Continental GT3!?

Voici donc les premières images de la nouvelle Continental GT3. Elle repose bien entendu sur la version de route, qui profite de l’allègement de cette dernière, pour abaisser son poids à moins de 1300 kg. Le V8 4.0L biturbo est retravaillé avec une nouvelle admission et un nouvel échappement. Sans restriction du à la réglementation, Bentley avoue qu’il pourrait développer plus de 550 ch!

La carrosserie a été conçue non seulement pour ressembler à la voiture de route, mais aussi pour générer plus d’appuis. Sans parler de la déco… parfaite!

Après avoir décroché le titre Équipes en Blancpain GT Series Endurance Cup cette année, le constructeur britannique sera représenté par cette nouvelle version réalisée en partenariat avec M-Sport pour défendre son titre.

Photos de la Bentley Continental GT3

La future Bentley Continental GT surprise à Calais

Lorsque les 24H du Mans s’achèvent, il n’est pas rare de croiser des Anglais en supercar en tout genre prendre le tunnel pour rentrer chez eux.

Bentley devait penser que son prototype de Continental GT passerait inaperçu dans ce flot de voitures d’exception, il n’en est rien puisque l’oeil aiguisé du spotter Sébastien Ricouart a permis d’immortaliser le passage de la voiture à Calais.

Nous savons que la future Bentley sera construite sur la même plate-forme que la nouvelle Porsche Panamera. Elle permettra de disposer de la propulsion ou de la transmission intégrale. Une chose que la plateforme empruntée de la Phaeton ne permettait pas. Elle récupérera également les roues arrières directrices de la Panamera et une nouvelle suspension pneumatique.

Est ce que Bentley va métamorphoser sa Continental GT en s’inspirant du concept EXP 10 Speed 6, ce serait une vraie (bonne) surprise? C’est en tout cas la promesse faite par la marque. Réponse à l’automne…

Essai du Michelin Pilot Sport 4s

De la passion authentique naît l’exceptionnel. Et l’exceptionnel je l’ai vécu puisque Michelin m’a convié à Los Angeles pour la présentation de son nouveau pneu, le Pilot Sport 4s ( ou PS4s ).

Dans la gamme Pilot Sport, on trouve déjà le 4 , le Cup 2, et le Super Sport. Le 4S est un pneu à ultra hautes performances, il vient remplacer le Super Sport et s’adresse aux jantes 19 et 20″, laissant les plus petites dimensions au 4 tout court . Le Cup 2 est taillé pour le circuit, mais homologué pour la route.

D’ailleurs, Michelin indique s’être inspiré de la technologie issue de la compétition pour concevoir son PS4S. Le design de sa bande de roulement a été étudié à partir des résultats observés sur les pneus de Formula E.

Comme tous les pneus haut de gamme de Michelin, le PS4S adopte des flancs Michelin Premium Touch Technology, autrement dit à l’aspect velours. Pour l’esthétique, on reconnait un Pilot Sport aux entailles en forme d’éclairs.

Autre petit plus, il est doté d’un bourrelet protecteur de jante qui permettra dans de nombreux cas d’éviter tout contact entre la jante et le trottoir.

Michelin peut être fier de son pneu, et il y a de quoi. Il utilise (entre autres) la bi-compound technology. Explication: La partie extérieure de la bande de roulement utilise un nouveau matériau hybride qui favorise le grip sur sol sec, alors que la partie intérieure accueille un mélange inédit de silice et d’élastomères dits fonctionnels, qui permettent au pneu d’offrir une adhérence de chaque instant sur sol mouillé.

Direction donc le circuit de Thermal Club en Californie pour le rencontrer en chair et en gomme.

Des tests pour prouver sa suprématie

Le Michelin Pilot Sport 4s est le résultat d’un savoir-faire unique, développé par des ingénieurs passionnés par leur métier.

Adapté pour évoluer au meilleur niveau sur route mais également sur circuit, il se positionne d’ores et déjà comme le numéro 1 de sa catégorie avant même sa commercialisation.

Lors de tests réalisés par l’organisme indépendant TÜV SÜD, en Allemagne, il a surpassé ses cinq concurrents sur différents ateliers majeurs, et devient ainsi le premier pneu à ultra hautes performances à dominer plusieurs critères fondamentaux de manière simultanée.

Dommage par contre qu’à travers ces graphiques, on ne puisse pas apprécier l’évolution par rapport à son prédécesseur le Super Sport.

Freinage sur sol sec

Freinage sur sol mouillé

Temps au tour

Sur un circuit long de 2,6 km, le PS4S s’est montré entre 0,4s et 1,39s plus rapide au tour. C’est près d’une seconde en moyenne, sur un tracé relativement court. C’est énorme!

Longévité

Des tests d’usure organisés par Dekra Test Center, ont démontré que le nouveau pneu ultra hautes performances de Michelin offrait la meilleure longévité de la catégorie, et qu’il était le seul à franchir la barre des 50 000 km. Oui 50 000 km, pour un pneu sport c’est presque un miracle.

Essai du Michelin Pilot Sport 4s sur une BMW M3

Il est temps de prendre le volant pour apprécier ce nouveau pneu. C’est sur le circuit du Thermal Club qu’une belle BMW M3 rouge m’attend, elle est chaussée en PS4S 235/35 ZR19.

La piste est composée d’une grande parabole, de pifs pafs, d’une épingle, de virages à 90°… de quoi mettre en contrainte le pneu comme il faut.

Les 431 ch et 550 Nm de couple du 6 cylindres en ligne ne font pas peur aux gommes Françaises. A son volant, l’adhérence est bluffante et on prend rapidement ses marques en repoussant les limites. Lorsqu’on les dépasse, les pertes d’adhérences savent être prévenantes et l’on reste toujours confiant au volant, gage de sécurité.

Les quelques tours ne m’ont pas permis de ressentir l’évolution du pneu dans le temps, en tout cas son usure semble parfaitement contenu. Aucun ingénieur ne s’est jeté sur les pneus pour vérifier leur état…

 

Slalom humide en BMW 340i

Ok le PS4S est particulièrement efficace sur piste sèche, mais quand il pleut comment se comporte t’il?

Pour cela, Michelin avait prévu un slalom sur piste humide avec comparaison sur une gomme concurrente. J’ai choisi le Continental SportContact 6 pour étalonner mes sensations. A la fin du parcours, un freinage à 100 km/h permet de vérifier en réel la distance d’arrêt en fonction du pneumatique.

C’est parti pour le slalom: Le Michelin continue à proposer un grip phénoménal, comme sur le sec. Pratique pour mettre de l’angle dans un slalom. En la provoquant, la BM se met à drifter de manière très contrôlée. La distance de freinage est … courte. La technologie bi-gomme agit ici à merveille pour proposer de belles prestations.

Ensuite, pas la peine de préciser qu’il ne s’agit plus de gomme Michelin au volant pour sentir la différence de grip. Le Continental n’est pourtant pas à la peine mais se retrouve plus rapidement à la limite , le drift est plus facile à provoquer et l’on peut même maintenir la glisse pour enrouler la courbe. Pour jouer le chrono, il faudra être beaucoup plus doux et progressif au volant. La distance de freinage est (logiquement) plus longue.

Conclusion

Le savoir faire Français est ici parfaitement représenté avec le nouveau Pilot Sport 4s. Offrir un tel grip mêler à une longévité folle prouve à quel point les sorciers de Clermont-Ferrand peuvent être fiers de leur travail. Michelin hisse la qualité du pneu sport haut de gamme à un niveau jamais vu auparavant!

Dimensions disponibles. Le nouveau Michelin Pilot Sport 4S sera disponible dès janvier 2017 en Europe, et dès le mois de mars aux Etats-Unis.

45 SERIES

  • 19″ 225/45 ZR 19 (96Y) ZR PILOT SPORT 4 S
  • 20″ 235/45 ZR 20 (100Y) ZR PILOT SPORT 4 S
  • 255/45 ZR 20 (105Y) ZR PILOT SPORT 4 S

40 SERIES

  • 18″ 245/40 ZR 18 (97Y) ZR PILOT SPORT 4 S
  • 19″ 225/40 ZR 19 (93Y) ZR PILOT SPORT 4 S
  • 235/40 ZR 19 (96Y) ZR PILOT SPORT 4 S
  • 245/40 ZR 19 (98Y) ZR PILOT SPORT 4 S
  • 20″ 245/40 ZR 20 (99Y) ZR PILOT SPORT 4 S
  • 255/40 ZR 20 (101Y) ZR PILOT SPORT 4 S

35 SERIES

  • 19″ 225/35 ZR 19 (88Y) ZR PILOT SPORT 4 S
  • 235/35 ZR 19 (91Y) ZR PILOT SPORT 4 S
  • 245/35 ZR 19 (93Y) ZR PILOT SPORT 4 S
  • 255/35 ZR 19 (96Y) ZR PILOT SPORT 4 S
  • 265/35 ZR 19 (98Y) ZR PILOT SPORT 4 S
  • 275/35 ZR 19 (100Y) ZR PILOT SPORT 4 S
  • 285/35 ZR 19 (103Y) ZR PILOT SPORT 4 S
  • 20″ 235/35 ZR 20 (92Y) ZR PILOT SPORT 4 S
  • 245/35 ZR 20 (95Y) ZR PILOT SPORT 4 S
  • 255/35 ZR 20 (97Y) ZR PILOT SPORT 4 S
  • 265/35 ZR 20 (99Y) ZR PILOT SPORT 4 S
  • 275/35 ZR 20 (102Y) ZR PILOT SPORT 4 S
  • 285/35 ZR 20 (104Y) ZR PILOT SPORT 4 S

30 SERIES

  • 19″ 245/30 ZR 19 (89Y) ZR PILOT SPORT 4 S
  • 255/30 ZR 19 (91Y) ZR PILOT SPORT 4 S
  • 265/30 ZR 19 (93Y) ZR PILOT SPORT 4 S
  • 275/30 ZR 19 (96Y) ZR PILOT SPORT 4 S
  • 295/30 ZR 19 (100Y) ZR PILOT SPORT 4 S
  • 305/30 ZR 19 (102Y) ZR PILOT SPORT 4 S
  • 325/30 ZR 19 (105Y) ZR PILOT SPORT 4 S
  • 20″ 245/30 ZR 20 (90Y) ZR PILOT SPORT 4 S
  • 265/30 ZR 20 (94Y) ZR PILOT SPORT 4 S
  • 275/30 ZR 20 (97Y) ZR PILOT SPORT 4 S
  • 285/30 ZR 20 (99Y) ZR PILOT SPORT 4 S
  • 295/30 ZR 20 (101Y) ZR PILOT SPORT 4 S
  • 305/30 ZR 20 (103Y) ZR PILOT SPORT 4 S
  • 345/30 ZR 20 (106Y) ZR PILOT SPORT 4 S

Photos : Dominique Fontenat, Vice et CRANK.fr

Bentley sort l’artillerie lourde avec la Continental Supersports

Bentley a pris de l’avance sur le salon de Genève en dévoilant le cadeau d’adieu pour la Continental GT : la version Supersports. Comme prévu, il s’agit du modèle le plus extrême de l’histoire de Bentley.

La Continental Supersports conserve le W12 6.0 d’origine Volkswagen, sauf que celui-ci gagne près de 70 ch pour passer à 710 ch et 1017 Nm de couple. Les performances sont évidemment en rapport avec un 0 à 100 en 3,5 secondes et 336 km/h de vitesse de pointe. Cela fait d’elle la Bentley la plus puissante de l’histoire, mais la marque proclame que c’est aussi la 4 places de luxe la plus rapide et la plus puissante de la planète.

Les freins carbone céramique ne sont pas de trop, pourtant la Supersports est la plus légère des Continental GT avec 2280 kg. Elle gagne 20kg grâce à des jantes 21″ spécifiques ou encore 5kg grâce à l’échappement titane optionnel.

L’extérieur perd sa sobriété avec des éléments aérodynamiques en carbone et un aileron fixe sur la malle arrière.

Dans l’habitacle, on retrouve l’ambiance Bentley avec la présentation classique de la Continental, marquée quand même par la présence d’un discret badge Supersports sur la planche de bord.

Via Bentley.

Photos de la Bentley Continental Supersports

Bentley Continental GT Speed Breitling Jet Team Series

Vous aimez la Continental GT et encore plus la Speed? Vous aimez l’aviation? Cette Bentley Continental GT Speed Breitling Jet Team Series est faite pour vous!

Bentley dévoile ici une série très limitée à seulement 7 exemplaires et inspirée par les Jet Breitling. La Patrouille Breitling ou Breitling Jet Team est une patrouille acrobatique civile de spectacle de voltige aérienne française et sponsorisée par le fabricant de montres Suisse Breitling depuis 2003. Elle est composée de… 7 avions!

L’intérieur et l’extérieur reçoivent des touches du même jaune que la marque Breitling, le résultat est plutôt sympathique. Sous le capot on trouve le W12 6.0L biturbo qui délivre toujours 616ch et 800Nm de couple. Il permet d’abattre le 0 à 100km/h en 4.2sec, le 0 à 160km/h en 9.0sec et d’atteindre une vmax de 330km/h!

Les autos seront au Boeing Seafair Airshow , où la clé pour chaque voiture sera remis à son propriétaire par le pilote de l’avion correspondant, classe!

Via Bentley.

Photos de la Bentley Continental GT Speed Breitling Jet Team Series

Bentley se lache avec la Continental GT3-R

Voici la version la plus extrême de la Continental GT, directement inspirée de la version de course GT3.

Côté moteur, elle récupère le  le V8 4.0L biturbo de la V8 S, mais ici porté à 580 ch et 700 Nm ( 528 ch et 680 Nm auparavant ). Le 0 à 100 km/h est envoyé en 3,8 sec grâce à  une réduction de poids de près de 100 kg et une démultiplication raccourcie. La vitesse maxi est de 273 km/h.

Ce régime n’est pas sans conséquence, la banquette arrière a disparu par exemple, mais cela reste une Bentley et le confort est préservé.

Cette série limitée profite d’un châssis revu, d’un différentiel, de disques en carbone aux étriers à 8 pistons à l’avant et de jantes de 21 pouces. Elle conserve la transmission intégrale et la boite automatique ZF 8 rapports.

Elle sera commercialisée à 300 exemplaires uniquement en blanc avec des liserés verts.

ContiSafetyDays 2013 by Continental

Ce 22 juin, nous nous sommes rendus au C.E.R.A.M de Mortefontaine afin d’assister aux ContiSafetyDays.

Accueilli par l’équipe Continental, la journée commence par une présentation de la marque. Nous prenons  tout d’abord connaissance de l’historique de cette marque allemande créée en 1871 et qui agit dans 5 divisions fortes (Chassis et Safety, Powertrain, Interior, Pneus et Contitech).

Ensuite, nous rejoignons nos instructeurs du jour pour des ateliers proposés pour juger de la qualité des pneumatiques.

Tout d’abord, nous avons participé à l’atelier concernant les freinages. Dans celui-ci, la voiture utilisée était la toute nouvelle version des Renault Clio RS EDC 200, un système embarqué nous donnait la possibilité d’analyser nos courbes de freinage. Le premier exercice consistait à freiner sur une surface très glissante (Marbre arrosé) et d’éviter des obstacles (ici des cônes). Le second était de freiner sur du bitume détrempé afin d’évaluer les distances de freinage, nous avons appris lors de cet exercice les différences entre les lettres qui figurent sur les étiquettes des pneus, et à notre satisfaction, la distance de freinage séparent un pneu catégorisé A d’un pneu catégorisé B est de 6 mètres! Une distance qui peut être très importante en cas de freinage d’urgence. Le dernier exercice de cet atelier était de slalomer entre des cônes à vitesse constante, puis d’accélérer et de réaliser un gros freinage, et ensuite nous avions une simulation de « perte d’objet », on imaginait que l’on suivait une voiture qui perdait un objet, et qu’il fallait l’éviter, or une difficulté supplémentaire était ajoutée, un feu nous indiquait dans quelle direction nous devions éviter l’obstacle, nous avons appris aussi que le temps que nous analysions ce que le feu nous indiquait et le moment où notre pied appuie sur la pédale de frein, à 80km/h, 20 mètres ont été avalés. Le but était de montrer la capacité des pneus à rester dans de basses températures, cette technologie est appelée « Black Chill » (On sait que plus les pneus chauffent, moins leur capacité de freinage est performante).

Ensuite, nous nous sommes dirigés vers l’atelier « Pression des pneus », beaucoup moins ludique mais très enrichissant. L’instructeur nous a appris à « lire les pneus », sur cette BMW, les indications étaient 205 55 R17: 205 (largeur du pneu), 55% (rapport de la hauteur de flanc par rapport à la largeur du pneu), Radial 17 (diamètre de la jante, en pouces). L’instructeur nous a indiqué qu’il fallait regarder les consignes données par les constructeurs afin d’adapter les pneus à la voiture, mais il faut également faire très attention à la pression des pneus qu’il faut contrôler régulièrement. Après la théorie, la pratique, nous tournions autour d’un cercle tracé au sol, et nous avons observé qu’à vitesse constante, lorsque l’on a trouvé l’angle de braquage, la voiture suit le cercle. Cependant lorsque l’on dégonfle un pneu de 0.5 bar, l’exercice se révèle différent, on doit sans cesse corriger la trajectoire qui s’éloigne peu à peu du cercle. Comme quoi, même si l’on possède les pneus adaptés à la voiture, la pression est très importante!

Pour continuer la matinée, nous sommes passés par l’atelier « 4×4 et SUV ». Dans cet atelier, Continental nous a proposé l’essai d’un ix35 équipé de pneus route, et on a vu que celui se débrouille très bien en terrains accidentés! Le SUV suivant était le Santa Fe équipés de pneus typés plus « 4×4 » et là encore il se débrouille très bien, et on ne peut que constater une amélioration vis à vis du premier. Mais l’atelier ne s’arrête pas là, nous montons à bord du 4×4 Isuzu ayant remporté le rallye des gazelles, et les autres personnes du groupe prennent l’Isuzu ayant terminé 4ème, et là nous ne pouvons que nous amuser, pour un baptême en 4×4, celui ci fut réussi et les franchissements se faisaient d’une réelle simplicité, sauf, il faut l’avouer pour une petite montée, mais pas à cause des pneus, en réalité c’est le chassis qui se posait sur le sol à cause d’une ornière, mais lorsque l’instructeur a repris le volant pour sortir le 4×4 de cette difficulté et nous nous sommes rendus compte que pour lui, sortir le 4×4 de cette ornière était très simple.

Après le repas, l’atelier proposé était le roulage. Nous avons pu essayer des véhicules électriques (Volvo C30 équipés de pneus ContiEcoContact 5 d’une nouvelle technologie qui limitent énormément le bruit des pneus, et la Volvo V60 Plug In équipée elle de pneus ContiSportContact 5 puisque cette voiture est d’un caractère plus sportif). Après ces essais, Continental nous a proposé l’essai de la catheram r300 équipée de pneus ContiPrenium 5, l’essai fut très satisfaisant, de plus que le bruit envoutant de la catheram nous donnait l’envie de toujours appuyer sur la pédale de droite, du moins tous les autres invités, car n’ayant pas le permis, c’était assez problèmatique, mais rien qu’en étant passager, les sensations étaient au RDV!

Pour continuer cette journée en beauté, nous avons tous eu le droit à un baptême en catheram avec des pilotes professionnels, et là, ça envoie! Pour nous faire profiter de l’anneau de vitesse, nous avons eu la possibilité de monter en Mégane RS sur l’anneau, les sensations étaient impressionnantes ! Au delà de 180, la voiture monte progressivement, et notre pilote lâche le volant pour nous montrer que la megane suit la trajectoire, elle remet ensuite les mains sur le volant, et le compteur de vitesse monte de plus en plus, jusqu’à environ 260 et là, les contraintes sont énormes, il nous est presque impossible de lever les bras!

La journée fut riche en émotions mais aussi trés enrichissantes sur la culture du pneumatique! Encore merci à Continental et Tribeca pour l’organisation.

Bentley Continental GT Speed

Voici donc la Bentley Continental GT Speed, un gros bébé qui ne quitte pas la ligne intemporelle de la Continental mais qui abrite désormais sous son capot une sacré cavalerie: le W12 6.0L biturbo délivre 616ch et 800Nm de couple!

Elle devient par la même la Bentley  la plus rapide de son histoire, le 0 à 100km/h est abattu en 4.2sec, le 0 à 160km/h en 9.0sec pour atteindre une vmax de 330km/h! La boite automatique à 8 rapports se chargera pour vous de passer de la 8 à la 4 pour vous propulser violemment au fond de vos sièges en cuir. L’échappement a été conçu pour produire un son plus rauque et plus sportif.

Pour la reconnaître parmi ses soeurs GT et GTC, il faudra regarder les jantes 21″ qui sont spécifiques et la calandre, légèrement plus foncée.

Disponible pour octobre 2012.

Photos de la Bentley Continental GT Speed

Vidéo de la Bentley Continental GT Speed

Quitter la version mobile