Essai Volkswagen Passat SW GTE

C’est en 2015 que j’ai découvert la Passat GTE pour la première fois en Corse, sacrifiée en 2018 avec les nouvelles normes WLTP, elle fait son retour avec une version restylée et une motorisation modifiée. Direction la Normandie à bord de la version break dénommée SW (Sport Wagon) pour la redécouvrir…

Design

Pour le style, la Passat reste une Passat ! Volkswagen a fait le choix de tout conserver, ou presque. Si la carrure reste identique, les optiques de l’Allemande ont évolué pour adopter des LED de série. La Passat se dote même des projecteurs IQ.Light aussi appelé Matrix Led qui optimisent la visibilité de nuit.

Les plus observateurs remarqueront que l’avant a évolué. Effectivement, c’est très subtil.

Par contre, il est toujours facile de distinguer une Passat GTE du reste de la gamme Passat car elle est dotée de grands feux de jour en forme de C distinctifs intégrés dans le pare-chocs avant. Vous trouverez également des étriers de frein bleus, deux volets au lieu d’un pour le câble de chargement et le réservoir de carburant, et bien sûr le badge GTE à l’avant et à l’arrière.

Classique et indémodable, un peu comme sa petite sœur la Golf.

Moteur

On trouve sous le capot un moteur essence 1,4 litre TSI de 156 ch couplé à un moteur électrique. Le tout développe 218 ch. La puissance est transmise aux roues avant via une boîte DSG à six rapports. Selon le cycle WLTP, l’autonomie de la nouvelle batterie de 13 kWh est de 55 km pour le break. Pour le coup, c’est vraiment la distance à 5 km près que j’ai réussi à parcourir avant que le moteur thermique se réveille.

L’allumage est surprenant puisqu’il se fait en silence. Seul le moteur électrique s’allume et la Passat GTE se comporte comme une voiture électrique, avec un couple instantané et une conduite très coulée. Elle a la capacité de recharger sa batterie en roulant, d’ailleurs, lorsque vous lèverez le pied, la voiture va automatiquement décélérer voire freiner afin de récupérer un maximum d’énergie. Mais à vrai dire, il m’a semblé impossible de réussir à la remplir à nouveau. Seule solution: La brancher à une prise électrique ; comme une voiture électrique en somme.

En gros vous partez les batteries pleines, pour 50 km d’autonomie électrique, jusqu’à épuisement. Mais il est possible aussi de demander à conserver un certain pourcentage de batterie, pratique si votre destination demande une longue période d’autoroute par exemple et que vous terminez par la ville… et donc en électrique. Cela demande une certaine pratique car il faut naviguer dans les menus et penser à le faire. Si vous définissez un itinéraire sur la navigation par satellite, ce système est même assez intelligent pour déterminer le moment optimal pour utiliser l’énergie électrique au cours de votre voyage. utiliser l’énergie électrique en ville et se préparer à recharger la batterie sur l’autoroute. Quel que soit le réglage que vous utilisiez, la transition entre l’essence et l’électricité est tellement fluide que vous le remarquerez à peine.

En mode GTE, le plus sportif, le moteur électrique délivre une quantité considérable de couple à bas régime, ce qui vous procure cette sensation de puissance instantanée lorsque vous demandez une accélération rapide. En fait, la Passat GTE est l’un des modèles les plus rapides de la gamme Passat. Avec un 0 à 100 km/h en 7,4 sec, c’est tout à fait respectable.

A l’intérieur

Là encore pas de grand bouleversement à l’intérieur.

La mise à jour 2019 de la Passat fait l’objet de modifications apportées à la gamme de finitions et de tissus, ainsi que d’inserts colorés sur le tableau de bord. Je suis juste déçu de voir disparaître la petite horloge central au profit de l’appellation Passat.

L’ensemble reste magnifiquement bien fini et ajusté. Les matériaux sont de qualités et semblent prêt à résister dans le temps. Dans la GTE, vous avez même le droit au nouvel écran de 8 pouces de série.

C’est l’un des meilleurs systèmes d’info-divertissement à écran tactile sur le marché. Il est présenté de manière logique et très facile à utiliser, même lorsque vous conduisez. Toutes les fonctionnalités de connectivité souhaitées sont également intégrées, y compris la navigation par satellite, et vous pouvez passer à un écran tactile encore plus intelligent de 9,2 pouces si vous payez un supplément!

Et comme vous vous en doutez, elle dispose de toute la place nécessaire pour déménager avec son énorme coffre.

Au volant

La Passat est pensée pour faire de la route. Beaucoup de routes.

Même si notre modèle d’essai a le badge GTE, ce n’est clairement pas une sportive électrique, loin de là. Comme pour toutes les versions, la Passat est une dévoreuse de kilomètres. Grâce à un confort à bord absolu, une suspension adaptative moelleuse en mode confort et à une insonorisation quasi parfaite.

Comme on l’a vu plus haut. Il est possible de choisir entre trois modes de conduite : E-Mode, GTE et Hybride. Dans le premier cas, la Passat utilise son moteur électrique pour avancer. Ce mode est appréciable dans les agglomérations. Le mode hybride sollicite les deux moteurs et va commuter selon les situations. Enfin, le mode GTE va permettre d’extirper toute la puissance des moteurs, thermique et électrique… jusqu’à vider la batterie.

Malgré le poids de sa batterie, la Passat GTE se comporte bien sur la route, avec un minimum de roulis et une direction confiante, pondérée avec précision et rassurante à toutes les vitesses. Elle est réactive et vous donne un sentiment de connexion aux pneus avant. Même dans les réglages sports, la direction est toujours suffisamment légère pour que le stationnement et les manœuvres soient un jeu d’enfant.

Comme on pouvait s’y attendre, le GTE est également très raffiné. Lorsque vous utilisez uniquement de l’électricité, il est extrêmement silencieux, bien que le bruit de la route soit perceptible à grande vitesse. Même si son moteur à essence est en marche, cette Passat est la plus silencieuse que vous puissiez acheter. En mode GTE, un son de moteur synthétisé a été ajouté pour ajouter une touche de sportivité, mais heureusement, il n’est pas trop choquant.

Conclusion

La VW Passat GTE est spacieuse et raffinée, avec un système hybride impressionnant qui tire le meilleur parti de la batterie électrique. Vous vous voulez vous rendre au travail en électrique mais profiter du thermique pour les longs weekends? C’est surement le bon choix!

Photos de la VW Passat SW GTE

Notation

[rwp-review id= »0″]

Fiche Technique VW Passat SW GTE 2019

MOTEUR
Type : 4 cylindres turbo + electrique
Position : Avant
Cylindrée : 1395 cm3
Puissance maxi : 156ch ( 218ch combinée )
Couple maxi : 250 Nm
TRANSMISSION
Traction
Boîte de vitesses (rapports) : automatique (6)
POIDS
Données constructeur à vide : 1660 kg
Rapport poids/puissance (kg/ch) : 9,28
PERFORMANCES
Vitesse maxi : 225 km/h
0 à 100 km/h : 7″6
CONSOMMATION
Moyenne normalisée : 1,6 L/100 Km
CO2 : 37 g/Km
Puissance fiscale : 6 CV

La BMW M8 GTE comme vous ne l’avez jamais vu

Lors d’une séance d’essai intensif avec sa nouvelle M8 GTE, les équipes de DJI ( constructeur de drone et caméra ) s’est invité et nous propose des images exclusives de la nouvelle machine d’endurance allemande.

Durant les trois jours de roulage organisés dans le sud de la France, sur le Circuit Paul Ricard, la BMW M8 GTE a notamment réalisé avec succès sa première simulation de 24 heures. Martin Tomczyk, António Félix da Costa, Philipp Eng et Alexander Sims s’en sont partagé le volant.

 

Aston Martin Vantage GTE: Prête pour le WEC!

Après avoir dévoilé sa nouvelle Vantage pour la route, Aston Martin ne perd pas de temps et lève le voile sur la nouvelle Vantage GTE!

La Vantage GTE est construite exclusivement pour participer au WEC ( World Endurance Championship ) et donc les 24H du Mans. Aston Martin Racing a déjà parcouru plus de 13000 km d’essais, dont un run de 30 heures non-stop sur le circuit de Navarra en Espagne.

Dessinée et conçue dans les locaux de Banbury, elle est le résultat d’un travail chapeauté par le directeur technique Dan Sayers, à qui l’on doit déjà la V8 Vantage GTE qui a décroché pas moins de 37 victoires en WEC! Principales différences avec sa glorieuse jeune retraitée, la nouvelle Vantage GTE récupère le V8 suralimenté de 4.0L d’origine AMG et Michelin vient remplacer Dunlop en tant que manufacturier pneumatique.

Plus puissant que la version route, le V8 développerait au minimum 530 ch. Le couple devrait être équivalent, par contre la boite automatique ZF laisse sa place à une boite séquentielle de course à 6 rapports. Les deux voitures utilisent une suspension similaire à l’avant et à l’arrière, mais la GTE reçoit des barres anti-roulis réglables et des amortisseurs réglables Ohlins. Les freins sont également améliorés avec des étriers avant à six pistons et des étriers arrière à quatre pistons fournis par Alcon. Je ne parle même pas de l’aérodynamique, qui n’a absolument rien à voir, ni la rigidité de la caisse…

Au volant, Darren Turner, Jonny Adam, Nicki Thiim et Marco Sorensen ont été conservés et sont rejoints par le Britannique Alex Lynn

Photos de l’Aston Martin Vantage GTE 2018

La BMW M8 GTE avant celle de route!

La BMW Série 8 Coupé n’est pas encore sortie et encore moins la M8. Cela n’empêche pas BMW de présenter la version finale de la M8 GTE de course à Francfort!

[quote]La BMW M8 GTE est le nouveau vaisseau amiral de notre flotte GT. Pour nous, la présentation de la voiture non camouflée est une étape importante du chemin nous menant vers sa première sortie en compétition, aux 24 Heures de Daytona. Le développement de la BMW M8 GTE suit sa route, dans les temps, et nous avons hâte de la voir se battre pour la gagne dès 2018.

Jens Marquardt, Directeur de BMW Motorsport[/quote]

Elle reçoit le V8 4.0 biturbo d’environ 500 ch, accouplé à une boîte de vitesses à six rapports. On retrouve les lignes de la future M8, sous ces courbes (magnifiques ) sans parler de la déco ( magnifique aussi ), c’est une vraie voiture de course. Elle répond bien évidemment au règlement de la catégorie GTE : châssis spécifique, structure renforcée en fibres de carbone, pour un poids total de 1220 kg et trains roulants spéciaux.

Bien évidemment, certaines données sont amenées à évoluer en fonction de la BoP régissant la catégorie. Cette Balance de Performance permet de mettre toutes les autos sur un pied d’égalité. Pas forcément une bonne chose quand on voit une vielle Aston Martin gagner les 24H du Mans devant des Ferrari 488 GTB et Ford GT hyper modernes… mais c’est à l’appréciation de chacun.

BMW fera donc son retour l’an prochain aux 24 Heures du Mans après six ans d’absence du côté de la Sarthe. La première sortie en compétition pour cette M8 GTE est prévue pour le mois de janvier prochain, à l’occasion des 24 heures de Daytona, en Floride.

Photos de la BMW M8 GTE

La BMW M8 GTE pousse ses premiers cris sur circuit

Parallèlement à la prochaine série 8 de série, BMW développe une version de course M8 GTE qui vient de faire ses premiers tours de roues. C’est sur le circuit de Lausitzring qu’a eu lieu ces premiers essais avec en prime un premier clip et des photos de la voiture. Martin Tomczyk et Maxime Martin se sont partagés le baquet de l’Allemande lors de ces tests.

L’année prochaine, le M8 GTE fera ses débuts en compétition et participera au IMA et WEC. Du coup, la M8 GTE sera présente aux 24 Heures du Mans 2018, une première en six ans. Elle remplacera aussi la M6 GTLM qui continue actuellement de sévir dans le championnat américain IMSA.

La M8 GTE devra affronter une concurrence redoutable avec les Porsche 911 RSR, Ferrari 488, Aston Martin Vantage, Ford GT et Corvette C7.R. On verra donc comment elle se comporte en janvier prochain lors des 24H de Daytona.

On sait que la M8 homologuée pour la route empruntera le V8 biturbo de la M5 dont la puissance devrait avoisiner les 600 ch. Le moteur sera associé à une transmission intégrale xDrive. A noter qu’elle disposera d’un mode propulsion seulement.

Photos de la BMW M8 GTE

De la BMW série 8 à la M8 GTE pour les 24H du Mans!

BMW a levé le voile sur son concept de nouvelle Série 8 au concours d’élégance de la Villa d’Este.

Impossible de passer à côté, c’est une vraie réussite stylistique. Esthétiquement, il y a un peu de BMW 3.0 CSL Hommage en elle, un peu d’Aston Martin, et donc beaucoup d’élégance.

On attend donc avec impatience la version de série…

Et la version de série devrait arriver assez vite. Car le concept à peine dévoilé que BMW balance déjà une M8 très camouflée et nous parle de la GTE.

La marque développe en simultanée les 2 modèles (en fait 3 avec la GTE…). Un peu à la manière d’Audi avec sa R8, ce qui permet de pousser vers le haut le modèle: une voiture d’office adaptée à la compétition et une voiture de série plus sportive.

La version GTE sera engagée en Championnat du monde d’Endurance par l’écurie MTEK qui fera rouler deux voitures pour toute la saison. Les BMW M8 seront également présentes en IMSA avec le Rahal Letterman Lanigan Racing qui engage actuellement les M6 GTLM.

Bref, la Série 8 apporte dans une touche d’élégance et de raffinement bienvenue dans la gamme BM. On a hâte de découvrir la version de série, et de la croiser sur les circuits!

50 ans après, Ford veut gagner à nouveau Le Mans!

Dimanche 5 juin, direction le circuit du Mans pour assister à la journée test des 24H du Mans.

Retour vers le futur

Il y a 50 ans, Ford engageait 4 GT 40 à la course Mancelle. L’objectif avoué: battre Ferrari! L’ovale bleue mettait alors les moyens sur la table et en 1966, Chris Amon et Bruce McLaren gagnaient la course mais pas seulement: Ford réalisait le triplé: BINGO!

Ford ne s’arrêta pas là en gagnant également en  1967, 1968 et 1969. Joli succès.

Back in 2016

Nous sommes désormais en 2016. La course des 24H du Mans est devenue à elle seule une légende. Ceux qui la gagnent deviennent des héros.

Ford engage cette année 4 autos, elles portent les numéros 66, 67, 68 et … 69, ça vous dit quelque chose? Il s’agit de la toute dernière GT pas encore commercialisée mais déjà tellement demandée (6500 commandes pour 500 exemplaires produits en 2 ans). Pour cette 84e édition des 24 Heures du Mans, elles roulent sous la bannière du Chip Ganassi Racing (plus connue pour rouler en IndyCar et Nascar). Ce sont des versions course bien entendue, développée pour l’endurance, elles sont toutes engagées en catégorie GTE Pro. Malgré tout, l’humilité prédomine dans le clan américain.

GT sauce GTE

La GT LM GTE pèse moins de 1310 kg à sec et son V6 3.5L biturbo développe une puissance avoisinant 520 chevaux. Elle est donc moins puissante que la version de route annoncée pour le moment à plus de 600 chevaux. Le châssis est l’aéro font quand même la différence sur un circuit!

Le V6 est associée à une boîte de vitesse séquentielle à 6 rapports. En configuration « Le Mans », elle peut atteindre 330 km/h en pointe dans les Hunaudières.

Elle repose sur d’énorme jantes 20″ et des pneus Michelin Pilot Super Sport Cup. On notera une belle livrée très américaine reprenant les couleurs de la bannière étoilée: rouge, blanc et bleu.

Des améliorations à chaque roulage

Lors de cette journée test, les Ford sont dans le coup sans pour autant truster les premières places. Rien d’alarmant, le principal étant la fiabilité et détecter les problèmes avant qu’ils n’arrivent pendant la course…

Il faut dire que Ford n’avait pas gagné dès son arrivée au Mans il y a 50 ans, 1964 et 1965 servant de test grandeur nature pour concevoir la GT 40 mkII et connaitre ensuite 4 années mémorables.

En approchant l’auto dans les stands alors que les mécaniciens et ingénieurs s’affairent à analyser chaque donnée, repérer l’usure des pièces, régler les trains roulants, je m’aperçois à quel point la GT est technologique, voire futuriste. Un gros morceau de carbone bardé d’électronique. Soucis du détail: les petites diodes dans les passages de roues permettant aux mécanos une meilleur visibilité.

Des frenchies chez les Ricains

Sur les 4 autos, les équipages sont répartis ainsi:

  • #66: Billy Johnson – Stefan Mücke – Olivier Pla
  • #67: Marino Franchitti – Andy Priaulx – Harry Tincknell
  • #68: Sébastien Bourdais – Joey Hand – Dirk Müller
  • #69: Ryan Briscoe – Scott Dixon – Richard Westbrook

On remarquera la présence de deux pilotes Français: Olivier Pla et Sébastien Bourdais.

[quote cite=’Olivier Pla’]Ford revient pour bien faire et gagner si nous le pouvons. Nous devons rester humbles bien sûr. Il faut rappeler que cette édition est la première pour la Ford GT et nos concurrents ont fait cela depuis plusieurs années. Nous ferons de notre mieux et si nous pouvons nous imposer nous le ferons.[/quote]

[quote cite=’Sébastien Bourdais’]Je n’arrive pas sur une course avec des attentes. Vous vous donnez une chance de gagner en étant un professionnel et en vous entourant de gens qui connaissent leur travail et le font très bien. Ensuite, vous faites votre travail et la course décide. Ce genre de course choisit son vainqueur.[/quote]

En effet, les Ford GT devront être plus rapide que les Ferrari 488 et 458 GTE, Porsche 911 RSR, Corvette C7.R et Aston Martin Vantage pour gagner…. Un an de préparation suffira t’il pour réussir à s’imposer? Réponse dimanche prochain à 15H!

Merci à Ford France pour cette journée.

Photos des Ford GT à la journée test des 24H du Mans 2016

Retour sur les 6H de Spa 2016 en 60 photos

Tout est dans le titre! Retour sur cette expérience incroyable de la 2ème manche FIA WEC 2016 sur le superbe tracé de Spa-Francorchamps où j’ai pu assister aux premières loges à la victoire de l’Audi R18 #8…

Gibson 015S – Nissan #38
Dépassement de l’Alpine A460 #35 sur l’Aston Martin Vantage V8 #97
Chevrolet Corvette C7-Z06 #50 – Yutaka YAMAGISHI, Pierre RAGUES, Paolo RUBERTI
La Toyota TS050 #5 dans sa « clinique »
Ferrari 488 GTE #51
La BR01-Nissan de Nicolas MINASSIAN, Maurizio MEDIANI et Devi MARKOZOV
Le parc fermé de la Porsche Carrera Cup
Ferrari 488 GTE
Le regard de Nicolas MINASSIAN
Les dédicaces – Ici l’équipage de l’Alpine #36: Gustavo MENEZES, Nicolas LAPIERRE, Stéphane RICHELMI
Encore des dédicaces…
Gibson 015S – Nissan #42 – Nick LEVENTIS, Danny WATTS, Jonny KANE
La Ligier #31 de Ryan DALZIEL, Luis Felipe DERANI et Christopher CUMMING au box
L’Audi R18 #8 de Lucas DI GRASSI, Loïc DUVAL et Oliver JARVIS qui vole vers la victoire
La Ligier #31 de Ryan DALZIEL, Luis Felipe DERANI et Christopher CUMMING
La Toy’ qui colle aux fesses de la Porsche
Ferrari 488 GTE
La Porsche 919 Hybrid #2 à l’entrée du Raidillon
La Manor #45 de Matthew RAO, Richard BRADLEY et Roberto MERHI, discrète mais efficace, finira en neuvième position.
Un dépassement osé dans le Raidillon
La puissance Allemande
Porsche 911 RSR #77 de Richard LIETZ et Michael CHRISTENSEN
Les vérifications techniques d’après course pour la Ferrari 488 GTE
La Porsche 911 RSR #86 aux couleurs du pétrolier Gulf
Vue sur la queue de la Toy’ TS050
La CLM P1/01 engagée par ByKOLLES Racing de Simon TRUMMER, Oliver WEBB et James ROSSITER
Ford GT
La Porsche #1 ne verra pas la lumière de la première place

Timo BERNHARD, Mark WEBBER, Brendon HARTLEY

La Peugeot 308 TCR surprise avant son chargement
La Peugeot 308 TCR surprise avant son chargement
La Peugeot 308 TCR surprise avant son chargement
La VW GOLF GTI TCR victorieuse
La VW GOLF GTI TCR victorieuse

La Ligier de Ricardo GONZALEZ, Filipe ALBUQUERQUE et Bruno SENNA

Aston Martin Racing prêt pour le championnat FIA WEC

AMR (Aston Martin Racing) fait vrombir le moteur de la V8 Vantage GTE avant le début du lancement de la saison FIA WEC 2016 qui commence ce weekend avec les 6H de Silverstone.

La belle Anglaise arbore un nouveau diffuseur à l’arrière. Elle dit au revoir au pétrolier Gulf, parti chez Porsche. C’est Total qui prend la place et qui apportera son expertise technique en plus de sa marque sur les voitures. Pour les pneumatiques ça bouge aussi, au revoir Michelin et bonjour aux Sport Maxx GT de Dunlop.

Du côté des pilotes, les trio Marco Sorensen/Nicki Thiim/Darren Turner (#95) et Jonny Adam/Richie Stanaway/Fernando Rees (#96) se partageront une V8 Vantage GTE dans la catégorie GTE Pro tandis que Pedro Lamy, Mathias Lauda et Paul Dalla Lana évolueront en GTE-am avec la voiture #98.

Via Aston Martin Racing.

Ferrari dévoile les 488 GT3 et GTE

Ferrari a profité des Finali Mondiali qui se tenaient ce week-end sur le circuit du Mugello, pour dévoiler les nouvelles 488 GTE et GT3. Elles viendront logiquement remplacer les 458 GTE et GT3 la saison prochaine en Endurance et dans les différents championnats FIA estampillés GT3.

Le principal changement se situe au niveau du moteur. Le V8 4.5L atmo laisse sa place à un V8 3.9L biturbo, la puissance étant régulée par la réglementation. En effet, les 670 ch du modèle de série ne sont plus présent, la GTE se contentera de 485 ch et la GT3 de 550 ch.

Les pilotes officiels Toni Vilander, Gianmaria Bruni, James Calado et Davide Rigon, tenteront d’accrocher un dernier titre avec la 458 GTE lors de la finale du WEC le 21 novembre prochain à Bahreïn. Ce sont Giancarlo Fisichella, Olivier Beretta et Andrea Bertolini qui se sont chargés de développer l’auto.

Via Ferrari.

Ferrari 488 GT3 et GTE

Quitter la version mobile