Top 5 des sportives du salon de Genève

Le salon de Genève vient d’ouvrir ses portes au public. Voici mon top 5 des sportives à retenir…

Bugatti Chiron

POUR

  • Le luxe ultime
  • 1500 ch et 420 km/h en pointe
  • Un design à couper le souffle

CONTRE

  • Vous ne trouverez jamais une ligne droite assez longue pour faire une vmax
  • Inaccessible au commun des mortels

Aston Martin DB11

POUR

  • L’élégance de sa ligne
  • Après 12 ans de DB9, enfin du renouveau chez Aston
  • Un bon gros V12

CONTRE

  • Fini le V12 atmo, place au turbo
  • On reconnait vite ce qui provient de Mercedes à l’intérieur

Porsche 911 R

POUR

  • Le meilleur de Porsche dans une auto
  • La boite manuelle

CONTRE

  • Déjà toutes vendues

Abarth 124 Spider Rally

POUR

  • 300 ch dans une Abarth
  • 300 ch dans une Mazda MX5
  • L’idée du retour d’Abarth en rallye
  • La livrée rétro

CONTRE

  • On n’est pas prêt de la voir rouler en compétition

Opel GT Concept

POUR

  • Pas très puissant mais pas très lourd non plus
  • Un véhicule image pour Opel
  • Un style original

CONTRE

  • C’est un concept

Essai de l’Opel Adam S

Début 2015, Opel offre un abonnement en salle de sport à sa petite Adam. La petite gagne un 1.4L de 150ch, mais pas suffisant pour recevoir un badge OPC, elle se contente alors d’un S comme Sport.

Au niveau du look, cette Adam S affiche clairement sa sportivité : lèvre sous le bouclier avant, orifice supplémentaire autour de la plaque pour refroidir le moteur, spoiler de toit, grosses jantes 18 pouces, bouclier arrière et sortie d’échappement… Tout y est!

Branchée et tendance, l’Adam attire les regards. Surtout que l’auto n’est pas un franc succès commercial, avouons le, créant une certaine rareté sur les routes.

Intérieur

Aguichante et correctement finie, la planche de bord de l’Opel Adam S affiche un look clairement sportif qu’il est possible de personnaliser. C’est par exemple beaucoup plus fun que dans la Corsa, il aura suffit d’un peu de couleurs pour l’égayer! Le pavillon de toit étoilé est aussi très joli.

Bien assis dans les Recaro (en option), tout tombe naturellement sous la main. On notera que l’écran multimédia, et donc GPS, est placé plutôt bas.

L’espace à l’arrière est ridicule et le volume du coffre est limité à 170 litres. N’oublions pas qu’il s’agit d’une petite citadine et non pas le break de papa.

Moteur

Le moteur 1.4 Turbo de 150 ch de l’Opel Adam S est associé à une boîte six vitesses aux rapports courts. Rapportée aux 1 163 kilos de l’auto, cette puissance est largement suffisante pour la propulser de 0 à 100 km/h en 8,5 sec et atteindre les 210 km/h.

A son volant, on a bien sur l’impression d’aller beaucoup plus vite vu la taille de l’engin!

Le couple est assez haut perché et on a tendance à vouloir la monter dans les tours, du coup la consommation en prend un coup. Quoi qu’il en soit, je termine l’essai avec un honorable 8L/100km de moyenne. Le réservoir ne faisant que 35L, on a parfois l’impression de le siphonner.

Châssis

L’Adam S n’est pas le même châssis que les autres Adam. Les voies sont élargies et la direction est plus incisive. Le tarage d’amortissement est durci et les freins proviennent de la Corsa OPC. Avec elle on évitera les autoroutes et on prendra sans hésiter la route qui propose le plus de virages!

Le placement est précis, le sous-virage inexistant et l’excellent système de freinage OPC très rassurant.

Rigide, l’amortissement ferme donne presque l’impression de décoller sur les bosses. C’est presque inconfortable avec les jantes 18 pouces et les pneus taille basse, mais qu’est ce que c’est drôle à emmener!

Conclusion

Cette version S a aussi pour mission de dynamiser la gamme Adam qui mérite plus d’intérêt. Cette auto n’a clairement pas le succès qu’elle mérite… Bien entendu une version OPC serait le rêve! Plus de sonorité et donc plus de caractère ne serait pas un luxe.

Prix maximum TTC du modèle de base : 18 900€

Mon modèle d’essai était équipé de série:

  • ESP avec bouton de désactivation
  • Chassis performance S
  • Frein à disque OPC avant et arrière
  • Aide au démarrage en cote
  • Feux diurnes LED et feux arrière LED
  • Climatisation automatique
  • Intellilink: système multimédia tactile avec fonction Bluetooth
  • Sortie d’échappement Sport S

Et comme options:

  • Tapis de sol Adam S à 80 €
  • Pack Red’n’Roll cuir intérieur (Partie inférieure du volant, pommeau du levier de vitesses, manche du frein à main en cuir de couleur personnalisée) à 230 €
  • Ciel de toit illuminé à 300 €
  • Jantes alliage 18″ 5Y noires laquées avec étriers de frein rouges visibles à 1200 €
  • Pack Lumière d’ambiance (éclairage des miroirs de courtoisie dans les pare-soleils, des vide-poches de portières, de la console centrale et des caves à pieds. 8 couleurs d’ambiance disponibles) à 150 €
  • Système OnStar à 490 €
  • Aide au stationnement av/ar à 500 €
  • Calandre rouge red’n’roll à 100 €

Elle s’affichait donc à 21 950 €

Photos de l’Opel Adam S

Fiche Technique
MOTEUR
Type : 4 cylindres
Position : Avant
Alimentation : turbo
Cylindrée (cm3) : 1364
Puissance maxi (ch à tr/mn) : 150 à 4900
Couple maxi (Nm à tr/mn) : 220 à 2750
TRANSMISSION
Traction
Boîte de vitesses (rapports) : manuelle (6)
POIDS
Données constructeur DIN à vide (kg) : 1168
Rapport poids/puissance (kg/ch) : 7,78
PERFORMANCES
Vitesse maxi (km/h) : 210
0 à 100 km/h : 6″8
CONSOMMATION
Moyenne normalisée (L/100 Km) : 5,9
CO2 (g/Km) : 139
Puissance fiscale : 8 CV

L’Opel GT Concept devient surnaturelle en vidéo

L’Opel GT Concept est une vraie réussite. Autant sur l’idée que sur la réalisation.

Le film va faire l’ouverture de la Première Mondiale du GT Concept au 86ème Salon de l’Automobile de Genève. La voiture de sport du futur va assurer la pérennité d’une tradition maintenant solidement ancrée : la présentation de prototypes de voitures sportives qui commença en 1965 avec l’Experimental GT. Les spectateurs les plus attentifs pourront d’ailleurs remarquer que le nouvel Opel GT Concept se trouve brièvement en présence de la mythique Opel GT pendant le film.

[quote cite=’Tina Müller, CMO’]Le GT Concept va donner le ton aux futures évolutions de la marque et montre la philosophie de design qu’adopteront demain nos modèles : une ligne expressive, sportive et basée sur l’émotion. Le GT Concept fait aussi référence à l’emblématique Opel GT et constitue un message qui annonce l’avenir de la marque.[/quote]

S’il vous est possible de le voir en rêve, il est possible de le créer est le message du film. On aimerait bien que ce soit le cas, car la marque à l’éclair a pour l’instant dit non à une mise en production… Dommage!

Via Opel.

Crédits :
Créatifs : Scholz & Friends
Production : Tempomedia
Réalisation : Hanna Maria Heidrich
Post-production : Chimney

Opel GT Concept, pour rêver d’une sportive?

Opel a dévoilé avant l’heure son GT Concept qui sera présenté à Genève.

Suite du Monza Concept et descendante spirituelle de l’Opel GT de 1968 (beaucoup moins de 2006 qui n’était qu’une Pontiac Soltice rebadgée), la GT Concept de 2016 est un petit coupé dynamique, agile et se contentant d’une petite motorisation comme son ancêtre.

La référence au passé s’arrête là car la GT Concept est moderne et préfigure un nouveau coupé dans la gamme Opel. On est encore loin de la série mais il y a de l’idée.

Cette étude de style embarque le très downsizé moteur 3 cylindres 1.0L turbo de 145 ch et 205 Nm. Il est déjà présent dans Adam, Corsa et Astra. La puissance est envoyée aux roues arrières et avec un poids de moins de 1000 kg, cela présage un peu de fun!

Le 0 à 100 km/h est annoncé en moins de 8 secondes et une vitesse maxi de 215 km/h.

Via Opel.

Photos de l’Opel GT Concept

Essai de l’Opel Corsa OPC 2015

Rapidement dévoilée après l’apparition de la 5e génération de l’Opel Corsa, voici la version OPC à l’essai, forte de 207 ch!

Corsa OPC = Mini Astra OPC

La petite Corsa reçoit la touche OPC, singeant même sa grande sœur Astra. On trouve un bouclier avec des énormes prises d’air à l’avant, un diffuseur entouré de deux sorties d’échappement à l’arrière, des jantes 18″, un aileron, une prise d’air dans le capot et pour le coup une teinte spécifique bleu OPC qui attire l’œil!

Passons à l’intérieur

Hélas, l’habitacle reste celui de la Corsa classique. Tout est affaire de goût mais il est pour ma part trop tristounet et ne répond pas au design très dynamique de l’extérieur. L’écran multimédia est placé trop bas, et son interface n’est pas non plus des plus modernes.

Le volant cuir à méplat, le pommeau avec surpiqûres et le pédalier alu sont spécifiques à cette version sportive. Les baquets Recaro sauvent la mise, ils offrent un excellent maintien digne de la marque. A noter que le pédalier alu est très bien positionné, il permet le talon pointe à ceux qui le pratiquent.

Un moteur gavé à l’overboost

Le petit 1.6L turbo développe désormais 207 ch et 245 Nm disponible entre 1 900 et 5 800 tr/min et même 280 Nm pendant 5 secondes grâce à la fonction overboost, le quatre cylindres est plein comme un œuf et répond à la moindre sollicitation. C’est le même que la précédente génération, mais avec un nouveau filtre à air, un radiateur revu et un échappement retravaillé par Remus, ce qui lui fait prendre plus de chevaux.

Avec des rapports rapprochés pour favoriser l’accel, on titille assez souvent le rupteur en conduite sportive, la zone rouge se situant assez bas. Les performances sont toutefois canons avec un 0 à 100 km/h abattu en 6,8 s soit près d’une demi-seconde de moins que l’ancienne OPC et une vitesse de pointe de 230 km/h

On regrettera la sonorité à l’échappement qui reste discrète provenant pourtant de chez Remus, connu pour ses échappements tuning. Une discrétion qui sera appréciable sur long parcours.

Un autobloquant pour la scotcher au sol

Abaissé de 10mm par rapport à la Corsa classique, notre modèle d’essai était muni du pack Performance (option à 2 000 €) comprenant un autobloquant Drexler, de nouveaux réglages de châssis et un système de freinage Brembo avec des disques de 330 mm de diamètre. Une ENORME différence, surtout grâce à l’autobloquant. Koni s’est chargé de fournir les suspensions, elles inaugurent une technologie inédite dénommée FSD (Frequency Selective Damping) permettant un amortissement adapté aux fréquences de rebonds enregistrées par l’auto

Ainsi équipée, la Corsa OPC est dure comme une planche de bois. Si la route n’est pas lisse comme un billard, vous aurez l’impression de dévaler les escaliers sur les fesses… Autrement, la motricité est excellente, les pneus Michelin Pilot Super Sport contribuant au grip phénoménal (mais aussi aux bruits de roulement bien présents). Revers de la médaille, l’auto semble suivre la route et l’on tient le volant à deux mains, surtout en conduite sportive, par peur d’un sautillement aléatoire et d’une mauvaise réaction de la direction, la faute à l’autobloquant mécanique à glissement limité et la sécheresse du châssis.

Au final, la Corsa OPC sait enrouler les virages avec une grande efficacité, il faudra alors la piloter et découvrir l’incroyable avantage qu’apporte l’autobloc Drexler!

Conclusion

Le moteur vivant couplé à un châssis rigoureux et surtout associé à un différentiel autobloquant permettront d’envisager amener cette OPC sur circuit! Le pack Performance semble être une obligation.

Photos de l’Opel Corsa OPC 2015

Fiche Technique
MOTEUR
Type : 4 cylindres
Position : Avant
Alimentation : turbo
Cylindrée (cm3) : 1598
Puissance maxi (ch à tr/mn) : 207 à 5800
Couple maxi (Nm à tr/mn) : 280 à 1900
TRANSMISSION
Traction
Boîte de vitesses (rapports) : manuelle (6)
POIDS
Données constructeur DIN à vide (kg) : 1278
Rapport poids/puissance (kg/ch) : 6,2
PERFORMANCES
Vitesse maxi (km/h) : 230
0 à 100 km/h : 6″8
CONSOMMATION
Moyenne normalisée (L/100 Km) : 7,5
CO2 (g/Km) : 172
Puissance fiscale : 12 CV

Opel lève le voile sur l’Astra TCR

Opel rejoint la catégorie à la mode qu’est le TCR avec sa nouvelle Astra. Cette nouvelle voiture client a été dévoilé durant la présentation de l’international TCR sur le circuit Jules Tacheny à Mettet en Belgique.

L’Astra TCR pourra aussi bien concourir en course sprint ou d’endurance et cela dans la même configuration, offrant aux teams une solution presque low-cost. Elle embarque un 2.0L turbo de 330 ch et 420 Nm pour un poids de 1200 kg. Il est associé à une boite séquentielle 6 rapports et c’est bien sur une traction.

Le freinage est assuré par des disques de 378 mm mordus par 6 piston à l’avant, et des disques de 265 mm et des étriers bi-piston à l’arrière. La balance de freinage peut être affiner directement par le pilote de l’habitacle. La réglementation TCR interdit ABS et ESP, l’aérodynamique est la même pour tous pour économiser les coûts.

Les premières livraisons débuteront à la fin du mois de février 2016 à un tarif de 95.000€ sans la TVA.

Via Opel.

Photos de l’Opel Astra TCR

Opel va fabriquer une Astra TCR

Après VW et sa Golf TCR, c’est au tour d’Opel d’annoncer son arrivée dans la catégorie avec la toute dernière Astra de génération K. Et si dès la premiere sortie de la Golf, elle s’est permise de remporter la victoire, il faudra encore du temps à Opel puisque l’auto est encore en cours de développement (tout comme la version OPC de série?).

Cette Astra de compétition utilisera un 2.0L turbo de 330 ch et 410 Nm (les mêmes valeurs que la Golf).

[quote cite=’Tina Müller, responsable du marketing’]Les courses de voiture de tourisme ont toujours été un élément important pour Opel. La philosophie de la nouvelle série TCR correspond à notre idée de la compétition client. Nous voulons donner à des écuries privées une plate-forme à un coût raisonnable.[/quote]

Cette Astra sera principalement utilisée pour de la compétition client, l’usine ne s’engagera pas directement.

Via Opel Motorsport.

Photos de l’Opel Astra TCR

Opel lève le voile sur la nouvelle Corsa OPC

La nouvelle petite Corsa OPC est là!

Sous le capot, c’est bien un 1,6L Turbo de 207 ch et 245 Nm de 1900 à 5800 tr/mn. 35 Nm supplémentaires sont disponibles grâce à la fonction overboost comme sur la Fiesta ST. Le 0 à 100 km/h est réalisé en 6,8 secondes et elle passe de 80 à 120 /km/h en cinquième en 6,6 secondes. L’attention a été porté pour que le couple soit disponible dès les plus bas régimes contrairement à la génération précédente. La voiture atteint les 230 km/h. Le bloc est associé à une boite manuelle à 6 rapports.

Opel et les ingénieurs OPC sont allés chercher le savoir faire de Koni pour développer un châssis disposant d’un système d’amortissement innovant. La nouvelle technologie d’amortisseur auto-réglable FSD (Frequency Selective Damping) qui permet de disposer d’un amortissement toujours adapté aux fréquences de rebonds enregistrées par la voiture.  Une électronique de dernière génération se charge de piloter les différents modes offerts par le contrôle électronique de stabilité (ESP) et le système d’antipatinage (TC). En mode Compétition, l’antipatinage est inactif tandis que l’ESP allonge les délais d’intervention, l’ESP est également entièrement déconnectable.

Cette Corsa sportive dispose d’une face avant redessinée, intégrant de nouvelles et généreuses prises d’air cerclées de moulures en aluminium sous les phares comme sa grande sœur, l’Astra OPC. Une petite écope est intégrée au sommet du capot. Le spoiler monté sur le coffre est proposé en deux versions différentes : soit un discret aileron arrière monté en série, soit une version beaucoup plus voyante qui crée plus d’appui. Le double échappement est signé Remus avec diffuseur autour des sorties d’échappement, l’acoustique est donc soigné d’origine.

A l’intérieur, on trouve des baquets Recaro, un volant cuir avec méplat inférieur, un pommeau de levier de vitesse siglé OPC, un pédalier sport ainsi que des compteurs habillés aux couleurs de l’OPC.

Un Pack Performance est disponible. Il comprend un différentiel multidisque à blocage mécanique Drexler, des roues de 18 pouces chaussées de pneus Michelin et intègre des réglages châssis encore plus sportifs. Les disques de frein Brembo passent de 308 à 330 millimètres sur le train avant et apporte une puissance de freinage optimale.

[quote cite=’Dr. Karl-Thomas Neumann, CEO d’Opel Group’]Nos modèles OPC sont les locomotives dynamiques de nos gammes. Elles rappellent le passé sportif de la marque, et mettent en avant l’ingénierie allemande, le design émotionnel et la qualité du comportement dynamique. La nouvelle Corsa OPC montre avec force à quel niveau sont parvenus nos ingénieurs sur le segment des petites sportives. Là où la Corsa OPC se révèle véritablement, c’est sur les routes de montagnes sinueuses ou encore sur le circuit. Elle est tellement enthousiasmante qu’on ne veut plus quitter le volant. C’est une OPC pur-sang : de la passion à l’état pur.[/quote]

Elle sera présentée en première mondiale à Genève du 5 au 15 mars.

La Corsa OPC s’échappe sur le web

Le big boss d’Opel nous parlait récemment de la Corsa OPC en vidéo mais elle était encore camouflée. Cette fois ci ce sont les photos officielles qui s’échappent en avance!

Elle porte les badges de Vauxhall, Opel en Angleterre, mais surtout une prise d’air inédite sur le capot comme le laissait sous entendre les spyshots. Le look est particulièrement agressif, on dirait une mini Astra OPC.

On attend 210 ch du 1,6L turbo et un différentiel à glissement limité. Un élément important seulement disponible sur l’OPC Nurburgring auparavant. Cela placerait directement la nouvelle Corsa OPC face à la 208 GTI 30th anniversaire, l’une des rares citadines vitaminées équipées aussi d’un différentiel à glissement limité qui change la donne sur circuit ( et sur la route ).

Reste à patienter pour les infos officielles qui devraient arriver très vite.

L’Opel Corsa E OPC en approche pour Genève!

Si Opel et son badge sportif font surement moins rêver que les badges RS et GTI, la prochaine petite Corsa OPC risque de modifier la donne.

A travers une vidéo, Opel montre le pilote Joachim Winkelhock et le big boss Karl-Thomas Neumann à son volant. Joachim Winkelhock pilota l’Opel Astra de DTM dans les années 2000, mais gagna surtout Le Mans avec Yannick Dalmas sur BMW.

Dans la vidéo, on apprend qu’elle est plus puissante, on attends d’ailleurs 210 ch du 1.6L SIDI. Apparemment l’équilibre de l’auto est bien meilleur que ce que proposait la Corsa D sans être extrême comme l’était la version Nurburgring. Ce qui est sur c’est qu’elle disposera de gros freins, d’une boite manuelle et d’un échappement sport. Il fait d’ailleurs un joli bruit.  On retrouve d’excellents baquets Recaro à l’intérieur. A voir le patron d’Opel s’éclater avec, c’est forcément marketing, mais c’est aussi de bon augure!

La prochaine Corsa OPC sera sans doute une mini Astra OPC très efficace.

Via Opel.

Quitter la version mobile