Mondial de l’Auto 2022: le best of

Après 4 ans d’absence, le Mondial de l’Auto revient faire son show porte de Versailles à Paris! Pour sa 89ème édition, il inaugure un nouveau format, immersif et expérientiel : parcours visiteurs réinventé, programmation quotidienne enrichie, le plaisir de voir, de toucher et comme jamais, d’essayer les modèles des constructeurs, avec un dispositif ambitieux d’essais accessibles à tous.

Hélas, dès l’arrivée c’est la douche froide. Organisation désorganisée, seulement 3 petits halls et peu de constructeurs présents. Même la sécurité y va de son petit mot: nous sommes perdu! Malgré tout, il y a quelques concepts sympas pour les amoureux d’automobile que nous sommes. Voici donc mes voitures à ne pas manquer:

L’Alpine AlpenGlow – Pavillon 6 – 620

Le mondial de l’Auto c’est un endroit pour rêver. En tout cas c’est comme ça que je me l’imaginais il y a 10 ans. Et l’Alpine AlpenGlow représente au mieux cet esprit.

Alpine veut passer de la nostalgie à l’avant-garde. Ce concept représente un manifeste dans lequel les designers vont puiser une source d’inspiration pour la gamme de modèles électriques. C’est sous la direction d’Antony Villain que Marc Poulain, ex-Ferrari, a supervisé le projet. Le nom définit un phénomène qui teinte d’une lumière rougeâtre le sommet des montagnes aussi bien avant le lever qu’après le coucher du soleil.

Moins poétique, Alpenglow fait clairement référence aux programmes sportifs du constructeur, prenant la forme d’un prototype LMDh du Mans et installant le pilote au centre, comme en F1. Étonnamment ce n’est pas une électrique! AlpenGlow utilise la technologie à hydrogène avec un moteur à combustion interne. Future hypercar de route? Rêvons un peu!

La Renault 4Ever Trophy – Pavillon 6 – 603

Renault présente au salon pour la première fois son concept 4Ever Trophy. Un clin d’oeil au 4L Trophy, ce raid solidaire, créé en 1997 par Jean Jacques Rey et réservé aux moins de 28 ans. L’objectif est de réinterpréter avec modernité un modèle emblématique tout en marquant les esprits.

Le résultat est un SUV 100% électrique qui sera produit et commercialisé en France en 2025. Dans une version bien plus sage on l’imagine. Selon Gilles Vidal, le patron du design Renault, toute la partie haute se retrouvera sur le modèle de production.

Si la 4L était un véhicule populaire, cette réinterprétation devrait avoir un tarif beaucoup moins accessible. Je suis étonné aussi de la tournure de Renault vers des modèles plus cubique. Il est vrai que Renault avait l’habitude de donner une ligne latine à ses véhicules. Le côté baroudeur étant réservé à Dacia.

L’Alpine A110R – Pavillon 6 – 620

Retour chez Alpine pour tourner autour de la magnifique A110R. Au final c’était mon stand préféré et pas seulement parce qu’il y avait une F1 et un vélo de course Lapierre Aircode DRS aux couleurs de la marque. Alors du coup voici un tour complet du stand.

La Dacia Manifesto – Pavillon 6 – 81

J’avais eu la chance de la découvrir en avant première lors du Manifesto. C’est toujours un plaisir de la recroiser et l’envie de partir à l’aventure avec est toujours présente!

Le Dacia Manifesto au Mondial de Paris

La Hopium Machina Vision – Pavillon 4 – 420

Hopium est français, et sa première voiture est la Machina. Elle promet 1000 km d’autonomie et un 0 à 100 km/h en moins de cinq secondes en utilisant la technologie de la pile a combustible à hydrogène. Le stand est minimaliste ( ce n’est pas pour me déplaire ). On dirait même un studio photo. Malheureusement, la fiche technique aussi est minimaliste.

Les moteurs électriques de la Machina sont annoncés à plus de 500 ch soit 386 kW. Le design est impressionnant, très statutaire pour cette berline qui ne semble s’inspirer d’aucune autre. À l’avant, le pare-chocs cache de petites ouvertures dans la calandre. Elles permettent le refroidissement des batteries à hydrogène tout en restant aérodynamique. Dans la même optique, on notera la suppression des poignées de porte et des rétroviseurs extérieurs pour une traînée minimale. À l’intérieur, l’habitacle prends le doux nom de membrane. Pas d’écran tactile unique, c’est une série de commandes haptiques sur la console centrale qui se connectent à un grand écran sur le tableau de bord qui peut disparaître en partie.

En tout cas, elle a le mérite d’exister et d’être belle. La verra t’on un jour sur nos routes? Mystère.

La VinFast VF6 – Pavillon 6 – 630

Entre les voitures Françaises et Chinoises, il y a VinFast. Ce constructeur Vietnamien profite de l’absence des gros pour se montrer au Mondial. Et ils ont bien raison! Ils débarquent en France avec une gamme complète de SUV! Ils ont eu la gentillesse de m’accueillir lors de ce salon et je ferais un article complet pour présenter les différents modèles en détails. A côté des VF8 et VF9, il y avait les VF6 et VF7 qui m’ont tapé dans l’oeil!

Le VinFast VF 6 est un SUV compact, plutôt destiné à un usage urbain. Il a été présenté pour la première fois lors du CES 2022, aux côtés du VF 7 qui lui est un peu plus grand. Des modèles adaptés au marché Européen et 100% électrique. On remarquera la signature lumineuse originale.

La R5 TURBO 3E – Pavillon 6 – 603

Après l’avoir croisé lors du concours d’élégance de Chantilly, revoici le concept sportif de la future R5 électrique. Cela ferait une descendante plutôt sympathique au Clio V6. Même si elle est 100% électrique!

La Peugeot 9X8 – Pavillon 3 – 415

Même si les performances ne sont pas au rendez vous pour le moment. La Peugeot 9X8 est une belle Hypercar qui devrait faire tourner les têtes aux prochaines 24H du Mans. Elle vient d’ailleurs d’enchainer les tours d’essais à Monza pour se préparer au mieux pour la saison 2023. Il y avait aussi la 408 qui se montrait.

Le 1000tipla de Vilebrequin – Pavillon 6 – 631

Evidemment que le Fiat Mutlipla est l’une des voitures les plus moches originales de la production automobile. Mais sous l’impulsion des youtubeurs Sylvain Lévy et Pierre Chabrier alias Vilebrequin, c’est devenu une jolie préparation réservée à la piste. Un projet fou que les nombreux fans de la chaine devrait venir admirer. Du pain béni pour les organisateurs du salon!

Faut-il aller au Mondial de l’auto 2022?

Alors que retenir de ce Mondial cuvée 2022? Que c’était mieux avant? Oui, sans aucun doute. Les constructeurs Français ont joué le jeu avec la présence d’Alpine, Renault, DS et Peugeot. Mais ou sont passés les autres? Il y a des nouveautés chinoises: BYD, WEY, SERES, ORA… Cette dernière marque est très inspirée par les productions Européennes à en faire sourire.

Mention spéciale à DS et son univers qui met en avant l’excellence Française.

Le Salon est ouvert du Mardi 18 au Dimanche 23 octobre, de 09h30 à 22h30 (19h00 dimanche). Il faudra débourser 16€ en ligne et 30€ sur place pour un ticket d’entrée (a éviter donc)! Les organisateurs visent cette année entre 300 000 et 400 000 visiteurs. Réponse dans une semaine.

Essai Peugeot 508 PSE

PSE, ces trois lettres ne doivent pas vous dire grand chose et pourtant, c’est la nouvelle branche sportive de Peugeot! Adieu GTI, un emblème qui aura tant marqué la marque aux Lions, place à PSE pour Peugeot Sport Engineered et pour inaugurer le label, Peugeot a choisi la 508!

Design

L’on connaissait le fameux badge GTi chez Peugeot, puis le GTi by Peugeot Sport, et enfin le R apparu sur la défunte RCZ. Désormais ça sera PSE, pour Peugeot Sport Engineered.

Pour le moment PSE est inconnu du grand public et ne parle donc à personne. Cela devrait changer dans le futur en commençant par l’engagement de Peugeot Sport aux 24H du Mans en catégorie Hypercar. Avec quelques noms connus au volant comme Loic Duval, Kevin Magnussen, Jean-Eric Vergne ou encore Paul di Resta… voilà des pilotes qui joueront aussi le rôle d’ambassadeurs! PSE devra aussi proposer une gamme complète, apparemment la 308 passerait déjà à la trappe, la suivante serait la 208 PSE, une sportive 100% électrique inédite!

La 508 est une auto particulièrement bien dessinée, et on sent bien que Peugeot n’a pas voulu la défigurer en la transformant en « sportive » comme dans le film TAXI. On gagne quand même des jantes 20” Exxar ( seul choix), boucliers, calandres et bas de caisses spécifiques. A noter que les petites ailettes que l’on retrouve tout autour de la caisse sont uniquement là dans un but esthétique et non aérodynamique.

Les lames à l’intérieur de la calandre forment comme une gueule aux crocs acérés. Vous remarquerez que dans cette calandre noire, le lion est sombre également, de couleur dark chrome. Tandis que le lettrage 508 sur le capot est en noir satin, accompagné des trois griffes de couleur Kryptonite.

Cette couleur Kryptonite est d’ailleurs reprise partout, elle symbolise une performance efficiente et vertueuse. Ce jaune / vert fluo est il le nouveau rouge? En tout cas, cette couleur se marrie parfaitement avec les trois teintes proposées lorsqu’on choisit une PSE: Gris Selenium, Noir Perla Nera ou Blanc Nacré.

Au final la 508 PSE reste donc discrète, mais un œil aguerri saura la débusquer aisément comme ce chauffeur qui m’interpelle à la station service:  » AH MAIS C’EST LA 508 PSE! ELLE EST BIEN! MAIS QU’EST CE QU’ELLE EST CHERE « … J’y reviendrais plus tard.

A l’intérieur

Logiquement, on retrouve le même intérieur qu’une classique 508 et le fameux i-cockpit avec son petit volant et les compteurs en position haute. Je ne suis toujours pas adepte de ce choix au niveau proportion / positionnement, et plus vite Peugeot l’abandonnera, mieux ce sera.

Finition haut de gamme, traitement haut de gamme. Le badge PSE apparait sur le volant, et toutes les surpiqures reprennent la couleur Kryptonite, comme le thème des compteurs et animations. Cela met dans l’ambiance et c’est réussi. Le vrai plus de cette finition PSE, c’est la pléthore d’équipements de série, il n’y a bien que le pare brise chauffant et le toit panoramique qui apparaissent sur la liste des options! Le Drive Assist Plus permet une conduite semi autonome et la vision de nuit est assez claire sur sa fonctionne.

La sonorisation est excellente et signée Focal, une marque Française si vous ne connaissez pas encore. Les sièges sont spécifiques, le maintien n’est pas parfait mais ils savent être confortable à condition de les régler correctement, ce qui peut prendre beaucoup de temps ( comme pour moi ). En plus, ils sont chauffants et massants.

Le PSE dispose d’un tableau de bord numérique de 12,3 pouces et d’un écran tactile central de 10 pouces avec des graphiques sur mesure, mais le système est un peu lent et la résolution pourrait être plus nette.

Moteur

Il n’y a pas un, ni deux, mais trois moteurs dans cette 508 PSE! On trouve donc sous le capot un modeste 4 cylindres 1.6L de 200ch épaulé par deux moteurs électriques de 110 et 113 ch, respectivement sur le train avant et le train arrière. La puissance cumulée est annoncée à 360ch, ce qui en fait la Peugeot la plus puissante de son histoire!

Même si la fiche technique annonce 1845kg à vide sur la balance, la lionne sait accélérer, bien aider par sa transmission intégrale! Le 0 à 100 km/h est abattu en 5.2 sec. Si l’accélération est linéaire, la reprise de 80 à 120 km/h est détonante en seulement 3.0 sec!

Pour alimenter les moteurs électriques, il y a une batterie lithium-ion de 11,5 kWh, qui offre une autonomie électrique allant jusqu’à 42 km sur le papier, moitié moins en réel. Et jusqu’à une vitesse de 140km/h, en privilégiant l’essieu arrière dans la mesure du possible. Une Peugeot propulsion? Sympa!

Ici, la puissance et le couple ne proviennent pas de quelque chose d’aussi attrayant et noble qu’un moteur six cylindres par exemple, comme chez ses rivaux allemands. Alors même si les performances sont présentes en ligne droite, ce groupe de propulsion hybride ne peut tout simplement pas les égaler pour la bande-son.

Au volant

La 508 PSE repose toujours sur la plateforme EMP2. Elle dispose d’une suspension pilotée pour s’adapter aux cinq modes de conduite également disponibles.

  • Le mode électrique vous permet de parcourir jusqu’à 42km selon le cycle WLTP et si la batterie est complètement chargée à des vitesses allant jusqu’à 140km/h.
  • Le mode confort mélange le groupe motopropulseur hybride avec le réglage de suspension le plus doux
  • Le mode hybride détermine quelle source d’alimentation est la meilleure pour les circonstances auxquelles vous êtes confronté,
  • Le sport est l’endroit où vous trouverez les 360ch. En mode Sport, le poids de la direction est également augmenté, les amortisseurs sont plus rigides et la carte des gaz passe à un réglage plus précis. Le sport génère également le plus haut niveau de régénération de la batterie pour maintenir la batterie.
  • Le cinquième mode est le 4WD pour Four Wheels Drive, comprenez transmission intégrale en Français, pour un grip maximum dans des conditions glissantes comme sur la neige.

Il semble impératif de recharger la batterie électrique avant chaque départ pour profiter de la technologie hybride voir tout électrique. D’ailleurs si vous ne quittez pas la ville, il sera tout a fait possible de ne jamais faire appel aux 200ch du moteur thermique. La 508 PSE est aussi calme et sereine que n’importe quelle voiture fonctionnant à l’électricité.

Ne laissez pas non plus l’apparence sportive et les performances de la 508 PSE vous tromper en pensant qu’elle est trop hardcore pour une utilisation quotidienne. La suspension est bien entendu plus dure, mais rien de rédhibitoire. Certes, les jantes en 20 pouces génèrent pas mal de bruit sur autoroute et plus ennuyant, cette sensation que l’auto rebondit entre les lignes. La faute au petit volant? Une mauvaise pondération du point milieu? Le pire c’est lorsque l’auto trouve sa place entre les lignes et qu’il n’y a plus besoin d’agir sur la direction, les capteurs pensent que je n’ai plus les mains sur le volant et une alerte apparait…

Sereine en mode électrique, assez confortable pour l’autoroute et la ville, reste le sport et le plaisir de conduite. Et je peux vous dire que la Peugeot 508 PSE est bien plus qu’une simple accélération. La direction rappelle celle de la 308 GTi et est donc la plus belle de toutes les configurations i-Cockpit à petits volants de Peugeot actuellement en vente. C’est toujours rapide, mais le poids supplémentaire lui donne plus d’assurance.

La caisse est abaissée de 4 mm. Les voies avant et arrière ont été élargies de 24 mm et 12 mm respectivement. Les ressorts sont 50 % plus rigides que ceux d’une 508 Hybrid ordinaire, et il y a d’énormes étriers de frein Alcon à quatre pistons fixant des disques de 380 mm à l’avant qui viennent d’ailleurs de la 308 GTi. Pour le grip, on peut faire confiance aux pneus Michelin Pilot Sport 4S, c’est encore ce qui se fait de mieux aujourd’hui.

Il ne faut pas oublier de passer en mode Sport pour profiter des 3 moteurs, et bien entendu d’avoir encore de la batterie! La direction se fait plus dure, comme la suspension. Un son factice remplit l’habitacle, pour le coup, j’aurais aimé un mode Individuel où l’on sélectionne les paramètres à la carte. Pied au plancher, la boite e-EAT8 prends son temps avant de lâcher l’élastique et la 508 PSE bondit littéralement. Les palettes permettent de prendre le contrôle sur la boite, mais la gestion automatique le reprends automatiquement et trop vite.

La transmission intégrale permet de passer très fort sans soucis. A noter qu’il n’y a pas d’arbre de transmission entre les trains, tout se fait électroniquement. Efficace, mais pas sensationnelle, la 508 PSE sait aller très vite avec beaucoup de facilité. Mais l’hybridation absorbe cette âme, ce rugissement, par lequel on aimerait être mordu.

En contrepartie, la consommation plafonne à 7L/100km en conduite dynamique et elle peut même être nulle au quotidien. Le malus a disparu au passage. Peugeot appelle cela la néo-performance.

Conclusion

Comme son nom ne l’indique pas, la 508 PSE n’est pas une sportive à proprement parlé, c’est une belle berline familiale avec de solides prestations dynamiques. Sans aucun doute, Peugeot fait les choses un peu différemment.

À 67 100 € en berline (et 68 400 € en break SW), la 508 PSE réclame 20 000 € de plus qu’un 508 Hybrid 225, mais à l’heure actuelle, la 508 PSE est limitée à 1000 exemplaires. Une certain gout de l’exclusivité…

Photos de la Peugeot 508 PSE

Fiche Technique de la Peugeot 508 PSE

MOTEUR
Type : 4 cylindres 1.6L turbocompressé + moteurs électriques
Position : Transversale avant
Cylindrée : 1598 cm3
Puissance maxi : 360 ch
Couple maxi : 520 Nm
TRANSMISSION
Intégrale
Boîte de vitesses (rapports) : automatique (8)
POIDS
Données constructeur à vide : 1850 kg
Rapport poids/puissance : 5.13 kg/ch
PERFORMANCES
Vitesse maxi : 250 km/h
0 à 100 km/h : 5″2
CONSOMMATION
Moyenne normalisée : 2,03 L/100 Km
CO2 : 46 g/Km
Puissance fiscale : 11 CV

Essai Peugeot 508 GT 2.0L BlueHdi 180ch

Les berlines ne sont plus trop dans l’air du temps, si vous ne l’aviez pas encore remarqué l’époque est au SUV. Mais à côté d’un 3008 qui cartonne, Peugeot lance une 508 audacieuse!

Elle a une belle gueule cette nouvelle 508 non? Peugeot prend des risques avec cette grande berline à hayon. Inspirée du concept Exalt, elle ne ressemble à aucune de ses concurrentes. Le sigle revient sur le capot, comme son illustre ancêtre la 504. Les fenêtres sans montant des portes permettent d’abaisser la hauteur du toit et donner cette allure trapue à la voiture. La 508 reçoit des jantes 18 » de série, ou 19 » ici en option. Le hayon et cette chute de rein terminent une ligne réussie. Elle attire le regard, je vous le garantie!

A l’intérieur

Après un style extérieur complètement nouveau, l’intérieur se refait lui aussi une beauté. On retrouve le fameux iCockpit cher à la marque et qui divise l’opinion. Les compteurs sont haut placés, ce qui oblige à redresser le dossier de son siège pour que le regard passe au dessus du volant et baisser les mains pour tenir ce dernier. Si ce n’est pas votre façon habituelle de vous asseoir, vous prendrez le temps de vous adapter ou de maudire à jamais cette idée un peu folle de Peugeot.

Les sièges sont grands et confortables pour être une invitation au voyage. On tombe dedans, j’insiste sur le verbe tomber car contrairement à un SUV, on ne grimpe pas à bord de la 508. La console centrale est assez imposante et remonte haut sur les côtés. On se croirait dans un coupé. Je prends un moment pour chercher la prise USB, mais où est elle? Et bien cachée sous l’espace central, où se trouve aussi une recharge par induction, pratique pour y caler son téléphone.

Les compteurs sont affichés via un écran, il est possible de changer l’affichage proposé en fonction de ce que vous voulez privilégier: vitesse, navigation, assistance à la conduite… et même un mode vision de nuit! Hélas, il se désactive une fois les phares coupés, impossible de passer en mode furtif! Oui j’ai essayé…

L’écran central regroupe le reste des informations. Une rangée de sept touches de raccourci situées au-dessous de l’écran aide l’ergonomie et ajoute du style à l’ensemble. Leurs surfaces en aluminium donnent une impression forte de qualité. Tout comme le reste du mobilier et des matériaux de l’habitacle.

A noter aussi les nombreux rangements, bien pratique.

Moteur

Cette 508 GT disposait ici du moteur BlueHDI 180ch, il est uniquement proposé avec une boite de vitesses automatique à 8 rapports. S’il fallait trouver un adjectif pour décrire cette boite ça serait douceur. Sa gestion est réussie et ne donne pas envie de s’amuser avec les palettes derrière le volant.

Bruyant à faible vitesse, un problème lié au fait que ce soit un diesel, il se fait beaucoup plus discret une fois lancée sur l’autoroute ou l’insonorisation est bien maîtrisée. Les 180 ch sont suffisants pour les relances et survoler la circulation en toute sécurité.

Efficient, il permet de rester dans des consommations très raisonnables, moins de 5L/100km.

Au volant

La nouvelle 508 repose sur la plateforme EMP2, beaucoup plus légère. Elle reçoit aussi ce qui se fait de mieux en matière de trains roulants, et même un berceau filtré, destiné à amoindrir les vibrations d’origine mécanique.

En passant outre la position de conduite, je me rends compte de la petite surface du pare brise, plutôt inhabituelle. Malgré tout, cela ne pause aucune problème en ville et donne plus l’impression d’être assis dans un cocon. Les départs au feu rouge font grogner le 2.0L mais dès la 2ème enclenchée c’est beaucoup plus doux.

Sur route sinueuse, la 508 plonge vivement dans un virage, tourne avec ténacité et son niveau d’adhérence entre les essieux est bien équilibré. Le roulis est présent mais aucunement gênant. Les Michelin Pilot Sport qui chaussent les belles jantes de 19″ participent à ce niveau de motricité. Il est même possible de prendre du plaisir et la réputation des châssis Peugeot ne fait pas défaut dans cette nouvelle 508 GT.

A noter aussi les assistances à la conduite, qui sont assez nombreuses, permettent un confort inédit de conduite en abaissant le stress au volant. Attention lorsque vous quittez la 508, toutes les voitures n’en disposent pas et il faut des fois penser à freiner!

Conclusion

Finie la classique berline familiale! Dessinée avec goût, technologique et agréable à conduire, la nouvelle 508 va attirer une clientèle qui aime les autos avec une belle allure. Le nouveau fer de lance de la marque au Lion: c’est elle!

Photos de la Peugeot 508 GT 2018

Notation

[rwp-review id= »0″]

Fiche Technique Peugeot 508 GT BlueHDI 180ch

MOTEUR
Type : 4 cylindres
Position : Avant
Alimentation : Turbo
Cylindrée (cm3) : 1997
Puissance maxi (ch à tr/mn) : 177 à 3750
Couple maxi (Nm à tr/mn) : 400 à 2000
TRANSMISSION
Avant
Boîte de vitesses (rapports) : automatique (8)
POIDS
Données constructeur DIN à vide (kg) : 1535
Rapport poids/puissance (kg/ch) : 8,67
PERFORMANCES
Vitesse maxi (km/h) : 235
0 à 100 km/h : 8″3
CONSOMMATION
Moyenne normalisée (L/100 Km) : 4,7
CO2 (g/Km) : 124

Mes meilleurs moments de l’année 2017

L’année 2017 est encore une très belle année sur Crank.fr, un nom adopté depuis peu et qui succède à SpeedGuerilla, un changement pour encore plus de nouveauté que vous découvrirez très vite en 2018!

Le rêve Américain

L’année 2017 a commencé en beauté avec l’un des plus prestigieux événements auxquels j’ai eu la chance de participer. Michelin avait réuni à Palm Spring à côté de Los Angeles les meilleures supercars du monde afin d’essayer au mieux le nouveau PS4S! A relire ici.

Traversée du Maroc en Audi Q5

Difficile de ne pas s’arrêter tous les 500m lorsqu’on travers les magnifiques paysages du Maroc! Un essai réalisé à bord du nouvel Audi Q5. A relire ici.

Drift sur un circuit de glace

On connait tous (ou presque) le Trophée Andros. Pouvoir réaliser le même genre de figure au volant d’une Clio RS fut un sacré moment de rigolade! A relire ici.

Le chant du V10

Le pays de Galles au volant d’une supercar découvrable au V10 aimant chanter? Le combo parfait pour un moment magique, surtout lorsque celui ci s’arrête sur le circuit d’Anglesey. A relire ici.

Haute technologie

Être aux premières loges pour le reveal de la nouvelle F1 de Renault, un moment privilégié. A relire ici.

Catapulte à 4 roues

Audi améliore sa RS3 avec désormais 400ch sous le capot et un comportement encore meilleur. A relire ici.

Voiture de course

Une RS3 c’est bien? Une RS3 LMS, c’est encore mieux! A relire ici.

140ch à l’assaut du Ricard

Encore au Paul Ricard mais cette fois au volant d’une modeste Fiesta de 140ch? Le plus drôle dans tout ça? La horde de voitures tellement plus puissante autour de nous et la Fiesta livrant bataille pour se frayer une place! A relire ici.

Démonstration allemande

Passé au salon de Francfort pour admirer les nouveautés. A relire ici.

Weekend Rallycross

Être au cœur d’une écurie de course est toujours un grand moment de découverte, c’est encore plus vrai lorsqu’il s’agit du team EKS de Mathias Ekstrom qui sévit en WRX! A relire ici.

Voiture de course bis

Le circuit d’Ascari est l’un des plus beaux tracés où j’ai eu la chance de piloter. Après quelques avec la nouvelle Peugeot 308 GTi, je prends le volant de la version course: rien à voir! A relire ici.

Sac de sable

Copilote de Manu Guigou. Attention l’article n’est pas encore publié mais ça ne devrait pas tarder!

Ce rêve bleu

L’année 2017 se termine en beauté puisqu’elle fut marqué par l’essai de l’Alpine A110. Une si longue attente pour un résultat plus que convaincant! A relire ici.

Essai Peugeot 308 Racing Cup

Peugeot nous a convié la semaine dernière en Espagne sur le circuit d’Ascari pour essayer la 308 GTi restylée. Cerise sur le gâteau: la possibilité de prendre le volant pour quelques tours de la 308 Racing Cup de compétition!

Peugeot Sport a quitté le WEC et les 24H du Mans, mais le sport est loin d’être mort chez le lion. La preuve avec les 208 Racing Cup pour le circuit, les 208 R2 et R5 pour le rallye, la 208 WRX pour le rallycross et bien entendu l’impressionnante 3008 DKR pour le rallye-raid. Le dernier championnat à la mode? Le TCR pardi! Peugeot Sport a aussi une voiture pour ça: il s’agit de la 308 Racing Cup!

Ascari, un circuit unique en son genre

Monsieur Klaas Zwart a inventé et déposé le brevet d’un système de prévention des incidents sur les plate-formes pétrolières Off-shore. Grâce à cette invention, Klaas Zwart devint millionnaire. Et qu’est ce qu’un millionnaire fait quand il est passionné de sport automobile? Il construit un circuit pour s’amuser avec ses amis. Voilà comment le circuit d’Ascari vu le jour.

Klaas Zwart choisit donc le sud de l’Espagne pour le climat et l’espace disponible. Le circuit se nomme Ascari Resort, en hommage au 1er pilote double champion du monde sur Ferrari. Il tourne dans le sens inverse des aiguilles d’une montre et est composé des virages préférés de Zwart. 26 virages en tout, 13 qui tournent à gauche, et donc 13 qui tournent à droite.

Que serait un circuit sans voitures? Le personnel du circuit nous a fait une faveur en ouvrant le garage climatisé sur 3 niveaux de Zwart. Exceptionnel à plus d’un titre, on y trouve de tout! Porsche, Ferrari, Rolls-Royce, Formule 1, GT40… Mais aussi des raretés comme une Zagato GT3 et les productions maison: Ascari KZ1 et Ecosse. La claque! Interdit de prendre des photos mais je me serais cru dans un jeu vidéo.

Peugeot sort ses légendes

La marque au Lion avait sorti le grand jeu lors de cet essai en amenant directement du musée Peugeot 3 modèles historiques: 205 T16 de Bruno Saby, 306 maxi de Gilles Panizzi et 307 WRC de Marcus Grönholm.

De quoi raviver de nombreux souvenirs…

La 308 Racing Cup en chiffres

La 308 Racing Cup, c’est un 1.6L THP de 308ch et 400Nm ( A comparer aux 270ch et 330Nm de la version de série) et 1100 kg sur la balance.

Les 2.0L sont logiquement plus rapide et plus puissant en TCR. Peugeot Sport devrait rectifier le tir rapidement. Il faudra attendre la fin d’année pour voir apparaître un kit TCR qui augmentera la puissance et l’appui aérodynamique.

Embarquement immédiat!

Alors que la température extérieure avoisine les 47 degrés (c’est ça aussi le sud de l’Espagne), j’enfile ma combinaison, mes bottines, cagoule et casque. Même si mon corps est en train de passer à l’état liquide, je ne boude pas mon plaisir.

Je me contorsionne pour rentrer dans le baquet entre les tubes d’arceau. Une fois installé, il faut encore serrer le harnais aussi fort que je suis bête. Je retrouve à ma droite Charlotte Berton, quadruple championne de France féminine des rallyes. J’ai déjà croisé Charlotte par le passé, toujours aussi sympathique, c’est la première fois que j’ai le droit à un coaching de sa part!

Le casque avec l’intercom permettra de converser en toute aisance malgré les râles du moteur. D’ailleurs, c’est l’heure de commencer la procédure de démarrage pour réveiller la lionne: Amorçage de la pompe, Start, Boum!

Tour de manège

Je m’élance avec prudence sur le circuit. Même si j’ai poussé la 308 GTi dans ses retranchements le matin. La Racing Cup n’a absolument plus rien à voir: pneus slick, différentiel autobloquant, pas d’ABS, pas d’ESP, 63% du poids sur l’avant. Heureusement, pour avoir essayé récemment une de ses rivales, je suis relativement serein au volant. En plus, Charlotte me prodigue rapidement de précieux conseils.

Si je trouvais la motricité de la 308 GTi bonne, la 308 Racing Cup est une véritable ventouse. L’association des pneus slick et de l’autobloquant est difficile à mettre en défaut. Ça tracte vraiment fort, la cartographie spécifique compétition du 1.6 THP transfigure ce moteur. Les rapports se passent en un éclair grâce aux palettes en carbone de la transmission Sadev. Non assisté, le freinage demande qu’on lui tape dedans pour ralentir la voiture et réaliser un beau freinage dégressif. Je braque, point de corde, l’autobloquant permet de m’extraire du virage en un éclair!

Wahou!

Le rythme s’accélère. La 308 Racing Cup est une voiture de course, donc physique. Et à vrai dire, il faut vraiment beaucoup de talent pour l’utiliser à son maximum. Mais le principal est là: le plaisir pris à son volant est énorme avec une facilité déconcertante.

Conclusion

Plus puissante, plus légère, plus efficace, la 308 Racing Cup est une vraie voiture de course incomparable avec une 308 GTI classique. D’ailleurs ça donnerait presque envie de retrouver certains éléments sur une improbable 308 GTI extrême…

Reste son prix: 74 900 € HT. Un tarif accessible pour une voiture de course.

Photos de la Peugeot 308 Racing Cup

Fiche technique
MOTEUR
Type : 4 cylindres en ligne, 16 soupapes
Cylindrée (cm3) : 1598
Alimentation: turbo
Puissance maxi (ch DIN à tr/mn) : 308 à 6500
Couple maxi (Nm à tr/mn) : 400 de 3000 à 5000
TRANSMISSION
Avant
Boîte de vitesses (rapports) : Séquentielle (6)
POIDS
Données constructeur (kg) : 1100

Essai de la Peugeot 308 GTI restylée: toujours fringante!

La Peugeot 308 GTI est l’une des compactes les plus amusantes à emmener depuis son apparition en 2015. Plus discrète qu’une Seat Leon Cupra ou Honda Civic Type R qui jouent des gros bras sur le Nurburgring, la Française a d’autres atouts dans sa manche. Je me suis rendu dans le sud de l’Espagne, sur le terrible circuit d’Ascari pour essayer cette nouvelle version restylée.

Pour son rafraîchissement de mi-carrière, les patrons de Peugeot lui ont accorder le minimum syndical. C’est à l’extérieur que (quasiment) tout se passe avec une nouvelle calandre et un capot adoptant un look proche du 3008. A l’arrière les feux sont désormais fumés. Pas un petit cheval de plus sous le capot, pas un réglage de suspensions différents… Peugeot s’est il endormi sur ses lauriers?

A l’intérieur

On a quand même le droit à quelques améliorations dans l’habitacle, l’écran multimédia à technologie capacitive est plus réactif et s’enrichit d’une navigation 3D et de la compatibilité avec Mirrorlink, Android Auto et Apple Carplay. A vrai dire, je n’ai même pas eu l’occasion de toucher à l’écran et pour cause, cet essai ce réalisé sur circuit…

Pas de changement pour le reste, on retrouve avec bonheur les sièges baquets Peugeot Sport qui assurent un bon maintien tout en restant confortables.

Cette 308 GTi met à profit ce restyling pour compléter sa dotation, qui progresse notamment en matière d’aides à la conduite avec l’alerte de franchissement de ligne, le contrôle de la somnolence, les projecteurs automatiques, la reconnaissance des panneaux de signalisation, la détection d’angle morts et la caméra de recul. Cela se ressent sur le prix, qui grimpe hélas de 1500€.

Pour ma part, le i-cockpit m’oblige à changer mes habitudes en adoptant une position de conduite plus haute.

Sous le capot

Derrière cette nouvelle face, la Peugeot reste la même. Exactement la même. Rappelons quand même ses spécifications qui font d’elle un sacré numéro ( et une GTI ).

Le 1.6L THP est poussé à 270ch et 330Nm, ce moteur a débuté sa carrière dans la regrettée RCZ-R. Malgré sa cylindrée, il offre des performances de haut niveau grâce à des solutions inspirées de la compétition pour en tirer la quintessence. Pour rappel, il passe par les ateliers de Mahle Motorsport, pour recevoir des pistons forgés, un gros turbo et un collecteur d’échappement issu des courses de VLN ( le championnat d’endurance du Nurburgring ).

Le moteur est associé à une boite manuelle à 6 rapports, point de boite auto disponible. Et la puissance est envoyée aux roues avant via un différentiel Torsen à glissement limité.

Au volant

Plus basse de 11 mm et plus large de 10 mm qu’une 308 classique, la GTI a des trains roulants affûtés comme savent le faire les ingénieurs Peugeot Sport. Elle reçoit des jantes de 19 pouces chaussées en Michelin Pilot Super Sport.

Une fois dans les tours – à partir de 3000 tr/min – le 1.6L explose. Il lui suffit de 6 secondes tout rond pour atteindre les 100 km/h. La boite assure la précision nécessaire pour prendre du plaisir, elle est associée à un embrayage progressif.

Impossible de ne pas vous parler des modes de conduite. Il y en a deux, normal et sport. Ce dernier s’active en pressant le gros bouton Sport sur le tunnel central. La réponse des gaz se fait légèrement plus directe, les fonds de compteurs virent au rouge. Malheureusement, il active aussi un son artificiel dans l’habitacle. Juste pour cette raison, il vaut mieux laisser le bouton Sport seul au monde.

Pourquoi elle reste une excellente sportive?

Si vous aviez déjà conduit l’ancienne Peugeot 308 GTI, vous vous sentirez comme à la maison. Et si vous ne l’aviez jamais conduite, vous allez découvrir une pépite de la compacte sportive. Le secret de cette 308 GTI est son châssis qui rend la conduite plus facile, il en va de même pour le pilotage sur circuit. Jamais dépassé, il arrive même à corriger les excès d’optimisme. Cette facilité d’usage s’accompagne d’un confort qui la rend utilisable au quotidien.

Sur le circuit d’Ascari, la lionne dispose d’une motricité jamais prise à défaut. Bien aidée par ses Michelin Pilot Super Sport et son différentiel à glissement limité Torsen, le grip est affolant. Comme auparavant, la direction naturelle permet d’aller vite en toute confiance. Bien équilibrée, il suffit de relâcher les gaz ou mettre du frein en virage pour sentir l’arrière de la voiture se délester. Il ne s’agit pas non plus d’un décrochage sauvage, tout se fait très progressivement. L’ensemble donne un sentiment d’agilité et de contrôle incroyable.

Et lorsque l’on veut ralentir les choses, les impressionnants disques de 380mm à l’avant font le job.

Conclusion

Rien n’a vraiment changé au volant de cette 308 GTI. Elle reste un modèle de polyvalence et une sportive confirmée: Facile à vivre et amusante à conduire.

Lors de cet essai, Peugeot nous avait réservé une surprise de taille: quelques tours au volant de la terrible 308 Racing Cup! Je vous en parle très vite!

Photos de la Peugeot 308 GTI restylée 2017

Fiche technique
MOTEUR
Type : 4 cylindres en ligne, 16 soupapes
Cylindrée (cm3) : 1598
Alimentation: turbo
Puissance maxi (ch DIN à tr/mn) : 270 à 6000
Couple maxi (Nm à tr/mn) : 330 de 1900 à 5500
TRANSMISSION
Avant
Boîte de vitesses (rapports) : Manuelle (6)
POIDS
Données constructeur (kg) : 1205
Rapport poids/puissance (kg/ch) : 4,46
PERFORMANCES
Vitesse maxi (km/h) : 250
0 à 100 km/h : 6,0″
CONSOMMATION
Moyenne constructeur (L/100 Km) : 6,0
CO2 (g/km) : 139
Puissance fiscale : 16 CV

Le sport attendra chez Peugeot

Jean Philippe Imparato, directeur de Peugeot, a récemment accordé une interview au magazine Autocar.

Il a clairement expliqué que l’objectif de la marque est de devenir une marque mondiale, du coup, aucune voiture sportive ne sera lancée avant d’y être arrivé.

[quote]Jusqu’à ce que l’on arrive à cet objectif, je m’intéresse beaucoup plus aux voitures qui se vendent par centaines de milliers d’exemplaires plutôt que par les véhicules qui se vendent peu.[/quote]

Si vous attendiez la 308 R Hybrid, il faudra encore attendre longtemps. Malgré le fait que le projet soit bien avancé et roulant, l’avenir de ce modèle semble plus qu’incertain. Ne parlons même pas d’un remplaçant à la RCZ… La marque française devra d’abord augmenter ses ventes à l’international pour que la part des ventes françaises passe sous les 50 %.

Heureusement vous pourrez vous consoler avec les terribles 208 GTi by PS et 308 GTi.

Via Autocar.

Lifting pour la Peugeot 308 GTi

La Peugeot 308 vient de recevoir son lifiting, la version GTi en profite pour se refaire une beauté.

Sur le bouclier avant, on trouve des entrées d’air encadrées de rebords noirs laqués, et une traverse rouge qui permet de la distinguer de la version GT-Line. Les optiques avant reçoivent un fond noir, à la mode en ce moment. Les encadrements de vitres sont toujours exclusivement noirs, de même que les coques de rétroviseurs et la calandre.

A l’arrière, les feux diurnes évolue pour intégrer trois griffes illuminées en permanence.

Pour les fans de la coupe franche, il sera désormais possible d’opter pour le Bleu Magnetic, contrastant avec le noir La Perla de la poupe.

Côté mécanique, rien ne bouge. On retrouve donc sous le capot le 1.6L THP de 270 ch. Il permet à la 308 GTi de réaliser le 0 à 100 km/h en 6 secondes et le 1000m départ arrêté en 25,3 secondes. Elle pourra toujours faire confiance à son diffèrentiel à glissement limité Torsen et ses pneus Michelin Pilot Super Sport pour accrocher le pavé.

Le rendez vous est pris avec cette nouvelle 308 GTi pour l’essayer très vite (sur circuit)!

Peugeot présente l’Instinct Concept, pourquoi faire?

Après la fuite des premières photos sur internet. Peugeot dévoile son concept Instinct, non pas à Genève, mais au MWC, le Mobile World Congress à Barcelone. Rassurez vous, elle sera ensuite présenté à Genève pour ceux qui voudraient la voir…

Pourquoi le MWC, parce que la Peugeot Instinct est une vitrine technologique avant d’être une voiture. D’ailleurs, la partie connectivité a été développée en partenariat avec Samsung.

En première mondiale, une plateforme I.o.T (Internet des Objets) embarquée à bord d’une automobile est fonctionnelle. Il s’agit de la plateforme Samsung Artik Cloud qui intègre l’automobile au cloud (stockage de données sur serveur distant) de son utilisateur. Elle permet d’enregistrer des millions de données de conduite de tous les véhicules connectés pour améliorer l’expérience de conduite autonome. Les machines ne sont donc plus figées et elles sauront apprendre et gagner de l’expérience dans le futur, oui ça fait grave flipper.

[quote cite=’Aude Brille, responsable de la stratégie Peugeot’]Les services et les objets connectés sont devenus des prolongements de nous-mêmes. Nous ne concevons plus notre vie sans eux. La responsabilité de Peugeot est donc de les intégrer à nos voitures, de façon toujours plus simple et fluide, pour faire ressentir à nos clients un plaisir automobile en phase avec leur vie.[/quote]

Heureusement, Peugeot précise bien est que l’Instinct est conçu selon un mot d’ordre : liberté. Liberté de choisir son mode de conduite, liberté de mouvement, liberté par l’interconnexion. J’ai plus l’impression que la machine décidera bientôt à notre place bien qu’il faille voir cela comme un assistance à la manière de Jarvis pour Tony Stark dans Iron Man. Peugeot founi quelques exemples:

  • Lundi, 7h45: Vous partez pour votre rendez-vous de 8h30 quinze minutes plus tôt que d’habitude. Considérant le trafic routier et la météo, la navigation de la voiture et votre agenda se sont concertés. Ils vous ont proposé d’avancer votre départ de quinze minutes pour assurer votre ponctualité. A votre installation à bord de la voiture, le système Haute-Fidélité Focal reprend le titre de musique diffusé dans votre salon. Le démarrage du moteur provoque quant à lui le verrouillage de la porte de la maison.
  • Mardi, 21h: Votre niveau de fatigue est important après votre séance de sport. Informé par votre montre, la voiture se configure d’elle-même en mode Autonomous Soft. Vous pourrez ainsi vous reposer dès le trajet de retour. A l’approche de la maison, l’éclairage extérieur s’active pour illuminer votre place de stationnement.
  • Jeudi, 8h: Votre activité physique de la veille n’ayant pas été suffisante, la voiture vous propose de privilégier la marche en se garant à dix minutes à pied de votre bureau.
  • Vendredi, 14h: Pour vous rendre à votre rendez-vous, le trajet emprunte une autoroute et une départementale sinueuse. La première partie du parcours est couverte en mode Autonomous Sharp. Puis, connaissant le plaisir que vous éprouvez à une conduite dynamique, la voiture se configure d’elle-même en mode Drive Boost à l’entame de la route départementale.

Au niveau du style, on se retrouve face à un shooting brake. Le style des feux arrières est à mon gout une interprétation différente mais proche de ceux du dernier 3008. Chacun appréciera (ou non) le design de cet Instinct. Je suis pour le coup nostalgique du concept Onyx.

Côté mécanique, Peugeot indique juste 300 ch grâce à un moteur hybride rechargeable. Le concept Instinct propose quatre modes de conduite : Drive Boost et Drive Relax pour la conduite gérée par l’homme et Autonomous Sharp ou Autonomous Soft pour les modes autonomes.

Via Peugeot.

Photos de la Peugeot Instinct Concept

Les livrées historiques du Mans sur des F1

Lorsque le designer Sean Bull s’amuse à appliquer les décos des voitures mythiques du Mans sur des F1 modernes, le résultat est juste magnifique! On rêverait presque de voir arriver Porsche en F1 et on notera que Renault a conservé ses couleurs de la grande époque, à savoir le jaune.

PORSCHE

Porsche 911 GT1-98

Porsche 962C

Porsche 917

Porsche 917-009

Porsche 917-20 ‘Pink Pig’

Porsche 917-30

Porsche 917-042

MAZDA

Mazda 787B

MATRA

Mazda 787B

RENAULT

Renault Alpine A442B

McLaren

Harrods McLaren P1GTR

Jaguar

Jaguar XJR-9

BENTLEY

Bentley Speed 8

 

PEUGEOT

Peugeot 905 Evo 1B

Quitter la version mobile