Retour sur les 6H de Spa 2017

Je me suis rendu le 6 mai dernier pour assister à la seconde manche du WEC 2017 à Spa Francorchamps. Le spectacle était au rendez vous et à tous les étages sur la célèbre piste Belge…

LMP1: Toyota ou Toyota?

Bagarre interne chez Toy’, avec 3 voitures engagées contre 2 Porsche. La Toyota TS050 Hybrid n°8 de Buemi – Davidson – Nakajima a mené après la mi-course monopolisé par la n°7 de Kobayashi – Conway, qui avait mené la première partie de l’épreuve avant de voir son avantage envolé par le premier FCY (Full Course Yellow). La  Toyota TS050 Hybrid n°9 de Lapierre – Kunimoto – Sarrazin termine cinquième.

C’est donc le second succès d’affilée pour la n°8 après la victoire à Silverstone.

La Porsche 919 Hybrid n°2 de Hartley – Bamber – Bernhard a vu ses espoirs de victoire disparaître après un contact avec l’Alpine n°36. Tandis que la Porsche 919 Hybrid n°1 de Lotterer – Jani – Tandy termine en quatrième position.

La ENSO CLM P1/01 du Team ByKolles de Webb – Rossiter – Kraihamer prend la sixième place.

G-Drive domine Vaillante Rebellion

En LM P2, le duel entre le G-Drive Racing et Vaillante Rebellion a tourné à l’avantage de la première citée. La Oreca 07 n°26 de Lynn – Rusinov – Thiriet s’impose à l’arrivée avec plus de 50″ d’avance sur la Oreca 07 n°31 – Vaillante Rebellion de Prost – Canal – Senna. Quel plaisir de voir la magnifique déco Michel Vaillant sur la piste!

Le podium de la catégorie est complété par le Jackie Chan DC et l’Oreca 07 n°38 pilotée par Tung – Laurent – Jarvis.

Alpine a particulièrement souffert. On espère mieux pour Le Mans.

Ferrari écrase la concurrence en GTE Pro

Ferrari a largement dominé l’épreuve, offrant une lutte interne pour la victoire. Le duo Bird – Rigon au volant de la Ferrari 488 n°71 est finalement sorti vainqueur de la bagarre fratricide devant la n°51 de Calado – Pier Guidi. Ford monte sur le podium avec la GT n°66 du Chip Ganassi Racing Team UK de Mücke – Pla – Johnson.

Lot de consolation pour Aston Martin en GTE Am

Aston Martin pourra se consoler avec le succès en GTE Am avec la Vantage n°98 de Dalla Lana – Lamy – Lauda devant la Porsche 911 RSR n°77 – Dempsey-Proton Racing de Dienst – Cairoli – Ried et la Ferrari 488 n°61 – Clearwater Racing de Sawa – Sun Mok – Griffin.

Ambiance : un dimanche aux 6H de Spa Classic ! (photos)

Nous avons passé une journée sur le beau circuit de Spa-Francorchamps, à la recherche de la passion automobile lors des 6H de Spa Classic. Vous embarquez avec nous !

Continuer la lecture de Ambiance : un dimanche aux 6H de Spa Classic ! (photos)

Quand les P1 GTR s’invitent sur le Toboggan des Ardennes.

Cette année, il y a des évènements à ne pas rater, celui-ci en fait probablement parti. Malgré l’absence de communication de la part de McLaren concernant ces journées pistes spécifiques à leurs clients P1 GTR (ce qui est compréhensible, étant un cercle assez privé comme l’est celui du Corse Clienti Ferrari), nous avons eu l’occasion d’obtenir quelques infos sur le vif concernant leur présence sur « le plus beau circuit du monde »: Spa-Francorchamps en Belgique.

Présentée en 2013 lors du Salon de Genève, la McLaren P1 fut la première supercar Hybride proposée par la marque de Woking. Limitée à 375 exemplaires, les plus fortunés n’ont semblerait-il pas hésiter longtemps avant de signer leurs bons de commande et rendre la commande d’une P1 impossible, trop vite en rupture de stock! Équipée d’un V8 Bi-Turbo de 3,8l ainsi que d’un système KERS issu directement des Formule 1, cette McLaren P1 développe en puissance combinée (thermique + électrique), la bagatelle de 916 ch. De quoi se placer entre ses deux concurrentes directes, toutes deux équipées de systèmes hybrides : Porsche 918 Spyder (887 ch) et Ferrari LaFerrari (963 ch).

C’est en 2014, au Concours d’Elegance de Pebble Beach (USA), que McLaren présenta un prototype de la P1 GTR. Dans l’esprit de sa grande sœur, la McLaren F1 GTR, cette P1 GTR se voit dépouillée de tout superflu. Grâce à l’emploi de carbone, titane et autres folies d’ingénieur (volant issu de la Formule 1, baquets à œillets, etc…), la cure d’amaigrissement de 50kg ramène l’auto aux alentours de 1300kg. Avec une puissance revue à 1000 ch, nous retrouvons un rapport poids/puissance de 1,3kg/ch… suffisant dirons-nous. En outre, cette auto se voit retravaillée au niveau châssis (auto rabaissée de 5cm et voies élargies), aérodynamisme actifs avec aileron type DRS et bien-sur, l’auto se voit chaussée de pneus 100% Slick par Pirelli.

Avec une production limitée par McLaren à 35 exemplaires, cette P1 GTR offre à son achat un package à son propriétaire permettant de faire la tournée de quelques circuits mondiaux pour la prise en main de leurs autos directement accompagnées par les équipes de McLaren (Pilotes d’essais, ingénieurs, etc…)

Pour en revenir à nos moutons, l’événement de Spa-Francorchamps c’est, semblerait-il, décomposé sous un format « 4 jours ». 4 jours permettant le repérage du circuit à vélo (comme le font les pilotes pros), la partie coaching ainsi que du roulage libre.

Sur les deux premiers jours, seule la P1 GTR « James Hunt » (découverte cette année au Goodwood Festival of Speed) fut sortie de son box. Peut-être pour des tours de reconnaissances avec passager, nous n’en saurons pas plus malheureusement.

Les 2 jours suivant furent plus fructueux, offrant un panel large des P1 GTR construites, même ci la totalité de la production n’était pas présente. De quoi se rincer les yeux et les oreilles, avec comme but de vous faire partager au mieux la présence incroyable de ces autos sur ce circuit mythique qu’est Spa-Francorchamps.

Pour informations, la P1 GTR officiellement présentée comme une auto 100% piste peut actuellement passer dans les mains d’un préparateur Anglais (Lanzante) pour être transformée en auto « Road Legal » : suppression des baquets à œillets, modifications de l’aéro, ajout d’éclairages réglementaires, etc…  Quelques autos déjà livrées semblent se plaire sur route (comme à Monaco où une P1 GTR Road Legal Noire/Orange est présente), même si, avec des performances pareilles, cela en reste inutile et que leur terrain de jeu restera la piste.

Profitez à présent de cette galerie photos fournie par Gaultier V, illustrant quelques modèles présents la semaine passée sur le Toboggan des Ardennes.

Via Gaultier Vilour (Facebook / Instagram)

Retour sur les 6H de Spa 2016 en 60 photos

Tout est dans le titre! Retour sur cette expérience incroyable de la 2ème manche FIA WEC 2016 sur le superbe tracé de Spa-Francorchamps où j’ai pu assister aux premières loges à la victoire de l’Audi R18 #8…

Gibson 015S – Nissan #38
Dépassement de l’Alpine A460 #35 sur l’Aston Martin Vantage V8 #97
Chevrolet Corvette C7-Z06 #50 – Yutaka YAMAGISHI, Pierre RAGUES, Paolo RUBERTI
La Toyota TS050 #5 dans sa « clinique »
Ferrari 488 GTE #51
La BR01-Nissan de Nicolas MINASSIAN, Maurizio MEDIANI et Devi MARKOZOV
Le parc fermé de la Porsche Carrera Cup
Ferrari 488 GTE
Le regard de Nicolas MINASSIAN
Les dédicaces – Ici l’équipage de l’Alpine #36: Gustavo MENEZES, Nicolas LAPIERRE, Stéphane RICHELMI
Encore des dédicaces…
Gibson 015S – Nissan #42 – Nick LEVENTIS, Danny WATTS, Jonny KANE
La Ligier #31 de Ryan DALZIEL, Luis Felipe DERANI et Christopher CUMMING au box
L’Audi R18 #8 de Lucas DI GRASSI, Loïc DUVAL et Oliver JARVIS qui vole vers la victoire
La Ligier #31 de Ryan DALZIEL, Luis Felipe DERANI et Christopher CUMMING
La Toy’ qui colle aux fesses de la Porsche
Ferrari 488 GTE
La Porsche 919 Hybrid #2 à l’entrée du Raidillon
La Manor #45 de Matthew RAO, Richard BRADLEY et Roberto MERHI, discrète mais efficace, finira en neuvième position.
Un dépassement osé dans le Raidillon
La puissance Allemande
Porsche 911 RSR #77 de Richard LIETZ et Michael CHRISTENSEN
Les vérifications techniques d’après course pour la Ferrari 488 GTE
La Porsche 911 RSR #86 aux couleurs du pétrolier Gulf
Vue sur la queue de la Toy’ TS050
La CLM P1/01 engagée par ByKOLLES Racing de Simon TRUMMER, Oliver WEBB et James ROSSITER
Ford GT
La Porsche #1 ne verra pas la lumière de la première place

Timo BERNHARD, Mark WEBBER, Brendon HARTLEY

La Peugeot 308 TCR surprise avant son chargement
La Peugeot 308 TCR surprise avant son chargement
La Peugeot 308 TCR surprise avant son chargement
La VW GOLF GTI TCR victorieuse
La VW GOLF GTI TCR victorieuse

La Ligier de Ricardo GONZALEZ, Filipe ALBUQUERQUE et Bruno SENNA

Direction les 6H de Spa-Francorchamps avec Audi

Ultime répétition avant l’épreuve mythique des 24H du Mans, les 6h de Spa en Belgique ne sont pas vraiment déroulés comme sur des roulettes…

Samedi 7 mai 2016, le soleil brille et les oiseaux chantent (surement) mais nous ne les entendons pas puisque me voilà sur le circuit de Spa Francorchamps en Belgique. Dans la province de Liège, je découvre le fameux toboggan des Ardennes, surnommés ainsi pour son tracé vallonné. Magnifique et spectaculaire!

Dans les stands, les deux Audi R18 se reposent après un début de saison prometteur malgré une disqualification à Silverstone. La raison? Lors de l’inspection d’après course, les commissaires techniques de la FIA ont mesuré l’épaisseur du patin situé à l’avant du fond plat et il s’est révélé trop fin de 5 millimètres après usure et frottements sur la piste. Les règles sont ce qu’elles sont…

Avouons-le, l’auto n’est pas à proprement dit la plus belle mais certainement l’une des plus spectaculaire en terme d’aérodynamique.

Pendant que certains sont concentrés (Lucas di Grassi) , d’autres trouvent le temps de plaisanter sur la grille de départ (André Lotterer). Dans le box, l’ambiance est sereine avec la présence du Dr. Wolfgang Ullrich…

La RS3 et la meute de R8 veillent sur la sécurité de la course

Puis vient l’heure du départ, les autos s’élancent après qu’un parachutiste saute d’un avion avec le drapeau vert. Environ 56000 spectateurs sont présents pour admirer les prototypes et GT s’affronter. Une première hiérarchie s’installent rapidement en tête de la course: Porsche/Audi/Toyota. Mais au bout d’une heure, rien ne va plus.

La Toyota #5 décale sa stratégie et prend la tête de la course. Sébastien Buemi réussit même à résister aux assauts de l’Audi #8 de di Grassi, pourtant très offensif. Il est d’ailleurs sorti légèrement de la piste en tentant de le dépasser, de quoi promouvoir le système quattro (ça ne se tente pas en F1).

Dépassement dans le raidillon!

Les contacts sont nombreux, et les crevaisons se multiplient. On imagine le carbone, tranchant comme des lames de rasoir, présent sur la piste.

A la 2ème heure de course, l’Aston Martin n° 95 est victime d’une sortie de la piste spectaculaire après un contact avec la Gibson 015S/G-Drive. La belle Anglaise fait plusieurs tonneaux après avoir percuté un mur de pneus. Heureusement le pilote s’en sort indemne.

Le rythme est effréné, les autos souffrent et les pilotes commettent des erreurs. Jamais je n’avais vu une manche du WEC aussi disputée.

Il reste encore 2h de course, de la fumée s’échappe de la Toyota #5: c’est l’abandon! L’Audi #8 prend enfin la tête. Derrière, la Porsche #2 est à 3 tours tandis que la Porsche #1 est loin, très loin: crevaison et problèmes mécaniques auront eu raison d’elle, elle n’est que 31e sur les 34 voitures engagées.

Il reste à peine 10 min de course et la tension est palpable. L’Audi #7, alors 5e veut chercher les points de la 4e place et réduit rapidement l’écart sur la Rebellion devant elle. Malheureusement elle se fait harponner par une LMP2, mais sait tout de même repartir pour finir la course.

La preuve que même dans les derniers instants, tout peut se jouer…

VICTOIRE! C’est finalement l’Audi #8 conduite par l’équipage Duval / Di Grassi /Jarvis qui remporte cette course folle. Souvent malchanceuse lors des dernières courses, la #8 s’impose grâce à sa fiabilité, l’air de rien c’est aussi la première victoire d’une Audi dans le championnat depuis les 6 Heures de Spa de l’an dernier!

Audi est prêt pour Le Mans? Assurément!

Il est temps de sortir le champagne et savourer ce moment unique…

Dans le parc fermé, les autos ne peuvent cacher les cicatrices de 6H d’une course intense et spectaculaire. Les machines sont fatiguées et on imagine les hommes tout autant!

Notre navette VIP nous attend pour repartir. Ce n’est pas le transporteur mais presque!

Merci à Audi de nous avoir permis de vivre l’expérience.

Vidéo des 6H de Spa 2016

Quitter la version mobile