Essai Toyota Supra 2020

Après 7 ans de développement, Toyota fait revivre le badge Supra qui avait disparu depuis plus de 20 ans. Cette voiture alimente la controverse, en particulier avec l’association avec BMW dont elle reprend de nombreux éléments. Mon avis sur cette Japonaise, c’est tout de suite…

Design

On ne va pas se mentir, la Supra partage plateforme, trains roulants, moteur, boite de vitesses et toute la partie électronique avec la dernière Z4. Ce n’est certainement pas dérangeant lorsqu’il s’agit de l’association GT86 / Subaru BRZ ou encore de la petite Aygo / Peugeot 108  / Citroen C1 mais ça l’est lorsque c’est une Supra. Pourquoi? Tout simplement parce que Supra fait partie de la culture automobile japonaise aux côtés des Honda NSX et Nissan GT-R, un historique à part…

Est ce que ça me dérange? Pas du tout. Il était évident que la nouvelle Supra devait disposer d’un 6 cylindres en ligne mais comme Toyota n’en produit plus. Il était inconcevable de construire une nouvelle usine… Alors pourquoi pas se tourner vers un constructeur réputé en la matière?

Me voilà donc face à ce petit coupé. Bien proportionné. Mais rapprochez-vous. Vous voyez les bouches d’aération sur le capot, les portes, sous les phares et les feux arrière? Ils sont faux. Tous. Malgré ça, j’adore. Les deux sorties d’échappements encadrées par le gros diffuseur sont bien réelles. Les hanches sont musclées comme il faut, le double bossage sur le toit fait son petit effet. Les jantes sont tout simplement magnifique!

Il y a quelque chose à laquelle je ne m’attendais pas. Le nombre de pouce levé reçu au cours de cette essai, de personnes photographiant la Supra, c’était assez dingue! Il faut dire que la teinte Lightning Yellow n’aide pas à la discrétion…

Les courbes de la Toyota Supra ne laissent pas de marbre.

Moteur

Passons sous le capot, on trouve le six cylindres en ligne de 3,0 litres à simple turbo identifié B58 chez BMW. Il développe toujours 340ch à 5000 tr/min et 500 Nm de couple (des puissances identique à la Z4 M40i). Toute la cavalerie est envoyée aux roues arrière via une transmission automatique à huit rapports. Le 0 à 100 km/h ne prend que 4,3 secondes, la vitesse de pointe est limitée à 250 km/h. 

Le timbre et l’allonge de la mécanique ont de quoi séduire. Envie d’une meilleure expérience sonore? Les échappements des préparateurs arrivent sur le marché…

Niveau consommation, je m’en suis sorti avec un 10.5L/100km de moyenne. Tout a fait honorable vu les performances!

La Supra fait retourner les têtes.

A l’intérieur

C’est le moment de pénétrer à l’intérieur de la nouvelle Supra. La surprise sera de taille si vous êtes habitué des environnement BMW: le système GPS-multimédia, la forme du levier de vitesse, la molette tactile, les commandes et afficheurs de clim, les poignées de portes et même les alertes sonores sonnent très Allemandes.

A vrai dire ce n’est pas plus choquant que ça et très bien intégré. J’aime beaucoup le tunnel central recouvert de carbone. Les sièges sont bien enveloppants et surtout réglable pour vous maintenir votre corps à la perfection dans les virages. Assis bien bas pour optimiser le centre de gravité, la ceinture de caisse est assez haute, on se sent confiné. Surtout que le pare brise n’est pas bien haut!

Le volant bien vertical à jante fine n’est pas un canon de beauté par contre, dommage. Plus haut, les compteurs se résument à cet énorme compte tour. Il plante l’ambiance ( qu’on aime ). Ma Supra disposait du pack premium qui ajoute la sellerie cuir, l’affichage tête-haute,  le système audio JBL 12 HP et la recharge par induction.

 
La puissance max se situe entre 5000  et 6500 tr/min.

Au volant

Autant vous le confier de suite, la Toyota GT86 fait partie des voitures de la production automobile actuelle qui me font le plus vibrer. Son manque de puissance? Compensé par le toucher de route et son châssis incroyable. La Supra s’en inspire et monte en gamme.

A titre de comparaison, l’empattement est encore plus court: 2,47 m, soit 10 cm de moins qu’une GT86 et le centre de gravité est placé encore plus bas! Toyota a réussit à faire une répartition des masses de 50/50 entre l’avant et l’arrière. Et pour finir, la carrosserie est plus rigide que sur la supercar Lexus LFA. Sur le papier, c’est tout bon!

Bien calé dans les baquets, la route se fait facile et confortable. Même sur l’autoroute à 130 km/h, la Supra ronronne à 2 000 tr/min en huitième. Les bruits d’air sont bien maîtrisés et la consommation aussi. Envie de vous amuser? Direction les routes secondaires, celles où ça tournent. La Supra semble s’inscrire avec joie dans les virages, aidée par sa direction directe, son différentiel arrière actif et le léger freinage appliqué aux roues intérieures à l’inscription.

En mode Sport, le roulis est parfaitement maintenue, la direction se durcit,on prends plaisir à la piloter et l’inscrire comme il faut. Si la GT86 utilisait des petits pneus favorisant la glisse, la Supra sort l’artillerie avec des Michelin Pilot Super Sport de 295 mm de large à l’arrière. L’adhérence est là!

En tout cas, elle réussit un joli compromis entre maintien des mouvements de caisses pour une conduite sportive et confort pour une utilisation quotidienne. L’équilibre est excellent et le grip épatant ( à part sur le mouillé ), digne d’une GT.

La Supra est une vraie propulsion, joueuse, mais jamais piégeuse.

Conclusion

Belle, performante mais utilisable au quotidien, joueuse, rare avec une production limitée ( 900 exemplaires en 2019 ), la Toyota Supra est une automobile plaisir réussie. Désirable? Absolument!

Photos de la Toyota Supra 2020

Fiche Technique Toyota Supra 2020

MOTEUR
Type : 6 cylindres en ligne
Position : Avant
Alimentation : Turbo
Cylindrée (cm3) : 2998
Puissance maxi (ch à tr/mn) : 340 de 5000 à 6500
Couple maxi (Nm à tr/mn) : 500 de 1600 à 4500
TRANSMISSION
Arrière
Boîte de vitesses (rapports) : auto (8)
POIDS
Données constructeur DIN à vide (kg) : 1495
Rapport poids/puissance (kg/ch) : 4,39
PERFORMANCES
Vitesse maxi (km/h) : 250
0 à 100 km/h : 4″3
CONSOMMATION
Moyenne normalisée (L/100 Km) : 7,5
CO2 (g/Km) : 170

Toyota lâche la GR Supra Racing Concept à Genève

Toyota profite du salon de Genève pour lever le voile sur le GR Supra Racing Concept, qui ressuscite le nom et l’esprit de la plus illustre sportive de l’histoire de la marque, tout en attestant sa volonté de relancer la Supra.

Le GR Supra Racing Concept réveille le passé prestigieux de l’une des voitures de sport les plus célèbres de Toyota. Le nom de Supra évoque la puissance, les performances et la maniabilité qui ont caractérisé durant un quart de siècle une succession de modèles connus dans le monde entier. Authentique sportive pur-sang, la Toyota Supra doit sa réputation à ses formidables performances sur route ainsi qu’à sa suprématie sur circuit : au Japon notamment, elle a dominé la catégorie reine des courses de GT et s’est acquis des légions de fans.

Quinze ans après l’arrêt de sa production, ce modèle reste un véritable symbole chez les passionnés de voitures de sport. Sa popularité s’est aussi pérennisée grâce au succès rencontré par sa version virtuelle dans le jeu vidéo de simulation de pilotage Gran Turismo, ainsi qu’à son rôle vedette dans le premier opus de Fast and Furious, célèbre saga de films d’action. Le badge Supra est apparu initialement en 1978 sur une version plus grosse et plus puissante de la Celica de deuxième génération, avant de devenir un modèle à part entière très prisé.

Dénommée A40, la première Supra a engendré trois générations : l’A60 en 1981, l’A70 en 1986 et l’A80 en 1993. La production de cette GT propulsion à moteur avant s’est poursuivie jusqu’en 2002 et la dernière génération a été le modèle de série le plus puissant de l’histoire de Toyota. La Supra doit une bonne part de son succès à son palmarès sportif. En particulier, la quatrième génération lancée en 1993 s’est imposée en championnat japonais de GT, où elle a gagné à quatre reprises la catégorie GT500. La voiture a aussi participé aux courses américaines IMSA dans les années 1980 et a fait deux apparitions aux 24 Heures du Mans dans les années 1990.

Le GR Supra Racing Concept reste fidèle à la configuration moteur avant/propulsion, tout en employant des matériaux allégés de pointe. S’il rappelle le nom de code historique de la Supra, le numéro de course 90 affiche aussi clairement le message de ce concept-car : le retour de la Supra sous forme d’une cinquième génération.

Le châssis du concept-car se distingue par des suspensions avant et arrière surbaissées constituées de pièces d’origine. Les jantes de compétition BBS fixées par un écrou central sont chaussées de pneus de course Michelin. Le système de freinage fait appel à des disques et des étriers Brembo Racing, et la ligne d’échappement est également conçue pour la course. Dédié à la compétition, l’habitacle est équipé d’un tableau de bord course ainsi que d’un baquet et d’un harnais de sécurité OMP. C’est également OMP qui a fourni le volant à palettes et moyeu escamotable, monté sur une colonne de direction spéciale compétition.

Ce concept aura peut-être un avenir en GT3 ou GTE, il tarde donc de découvrir la prochaine Supra A90!

Toyota FT-1: la prochaine Supra!

Toyota a réussi a garder secret sa FT-1 jusqu’au salon de Detroit et quelle surprise!

Commençons par son nom, FT signifie Future Toyota (comme la FT-86 qui a donné naissance à la GT86) et le 1 pour ultime, comprenez tout simplement ce qui se fait de mieux. La FT-1 est issu du centre Calty Design situé en Californie et appartenant à Toyota. Ils ne s’en cachent pas, l’inspiration provient de la Celica et de la Supra avec une grosse louche d’agressivité supplémentaire.

Le concept est très bas avec son moteur à l’avant visible à travers une plaque transparente tandis que la puissance est transmisse aux roues arrières, comme la FT-86, ce qui permet d’abaisser le centre de gravité et accroître la maniabilité. Le PDG Akio Toyoda a exigé une révolution du design au sein de Toyota, le résultat semble être à la hauteur de ses attentes. L’habitacle est minimaliste et tout bonnement superbe, avec une concentration sur la conduite.

Pour l’instant, Toyota avoue ne pas avoir de réel moteur à proposer même si le concept est roulant, il n’y a donc pas de fiche technique. La bonne nouvelle, c’est qu’on pourra déjà la conduire grâce au pack DLC Vision Series de Gran Turismo 6. Simple matérialisation ou future proche?

Quitter la version mobile