Loix en maître à Ypres

Lors des qualifications, quelques faits de course se sont déjà fait sentir, le duo Tsjoen-Casier a cassé son moteur, pour la deuxième fois de la semaine, le premier ayant cassé lors des essais de mardi, ce duo qui s’était battu pour réunir le budget nécessaire afin de participer à ce rallye est malheureusement contraint de déclarer forfait. Robert Consani, quant à lui casse également son moteur lors des qualifications, mais le team Chazel se prépare à travailler toute la nuit afin que le pilote soit présent au départ.

Après ces qualifications remportées par Freddy Loix, les équipages se sont lancés dans la 1ère spéciale vendredi 27 juin.

Dès celle-ci, « Fast Freddy » s’impose dans des conditions climatiques peu clémentes, il est l’auteur des scratchs des 3 premières spéciales. D’emblée, Loix annonce  qu’il faudra en vouloir pour le suivre! Il relègue déjà Craig Breen à 15 secondes et Bryan Bouffier victime de soucis moteur à 41 secondes.

Quand au peloton suivant, le début de course fut marqué par la sortie de Robert Consani et Pajunen fut également contraint à l’abandon à cause d’une sortie lui aussi. Vincent Verschuren fit de même et envoya sa Polo s2000 dans un fossé.

La deuxième boucle est lancée, et Freddy Loix et sa Skoda ne font qu’accentuer leur avance. Du côté des voitures ouvreuses, la 208 et la Fiesta sont très impressionnantes à voir passer, aucun chrono officiel n’est publié, mais ça envoie très fort!

Le lendemain, Loix continue de faire cavalier seul…

Aigner qui était en cinquième position fut victime d’une crevaison et de problèmes mécaniques lors de cette deuxième journée et perd très gros.

La performance réalisée par Yohan Vanson et sa simple Evo6 fut elle aussi écourtée suite à un soucis mécanique alors qu’il pointait à la 14ème place.

Les spéciales s’enchaînent, et on peut dire que Loix est de moins en moins inquiété, il roule devant et les autres se contentent de se battre pour la seconde place du podium.

Enfin dans la dernière spéciale ont eu lieu des faits marquants, la fiesta de Pajunen et la 207 de Vanneste ont brûlé, tandis que Breen est sorti de la route, mais a réussi à repartir.

Suite aux incendies, la direction de course a décidé d’annuler cette spéciale et de rapatrier les équipages à Ypres afin de célébrer la remise des prix.

Tout d’abord Meeke et Neuville s’enchaînent sur le podium, et Neuville laisse même entendre qu’ils n’ont pas pu participer à la course en tant que concurrents à cause de l’homologation de leur véhicule qui n’était pas encore effectuée, mais il annonce que « vu les chronos, si nous avions fait la course, on l’aurait gagné! »

Ensuite le trio de tête débarqué sur le podium et s’en suit une très belle cérémonie. Le podium est alors composé de Loix, leader du début à la fin, Bryan Bouffier second, ainsi que Craig Breen à la troisième place.

208 T16 Pikes Peak: Peugeot lache les chiffres!

875ch pour 875kg. Des chiffres qui laissent rêveur.

On se doutait qu’il y aurait un peu d’endurance dedans et pas loupé: elle emprunte à la 908 HDI FAP ses trains roulants, ses freins ou encore son aileron arrière large de deux mètres, mais heureusement pas son moteur! Il s’agit là d’un V6 biturbo de 3.2L, on remarque là l’appelation purement marketing du T16…

La répartition des masses a été minutieusement travaillée pour permettre une maniabilité parfaite. Les performances sont assez hallucinantes avec un 0 à 100km/h en 1.8sec, le 0 à 200 en 4.8sec et il ne lui faudra que 7 sec pour atteindre sa vmax, soit 240km/h! Pas de doute, Loeb aura fort à faire pour dompter ce fauve!

Vivement le 30 juin!

Moteur :
Type : V6 bi turbo
Cylindrée : 3,2 litres
Nombre de soupapes : 24
Emplacement : Central arrière
Nombre de cylindres : 6 en V à 20°
Puissance : 875 chevaux
Couple : 90 mkg
Régime maxi : 7800 tr/mn
Vitesse maxi : 240 km/h
0 à 100 km/h : 1″8
0 à 200 km/h : 4″8
0 à 240 km/h : 7″

Tranmission :
Mode : 4 roues motrices
Boîte de vitesses : longitudinale 6 vitesses à commande séquentielle actionnées par palettes au volant

Chassis :
Structure : tubulaire en acier
Carrosserie : carbone

Suspension / Freins / Direction :
Suspension : à double triangles et poussant / basculeur aux 4 coins
Ressorts : barres de torsion
Amortisseurs : pressurisés
Barres anti-devers : AV et AR
Direction : directe à assistance hydraulique
Freins : double circuit hydraulique, étriers monoblocs en alliage léger
Disques : en carbone AV et AR ventilés, à l’avant 380 mm et à l’arrière 355 mm
Roues : 18×13 / Spécifiques en magnésium inspirées de la technologie F1
Pneus : Michelin 31/71/18

Dimensions :
Longueur : 4.500 mm
Largeur : 2.000 mm
Hauteur : 1.300 mm
Porte à faux AV : 1.690 mm
Porte à faux AR : 1.690 mm
Empattement : 2.695 mm
Aileron : 2.000 mm
Capacité du réservoir : 40 litres
Poids : 875 kg

Peugeot 208 T16 Pikes Peak

On vous en parlait récemment, Peugeot et l’ogre Loeb s’associaient pour partir à l’assaut de Pikes Peak. Mais nous n’avions pas encore vu la bête, et quelle bête!

La 208 T16 Pikes Peak rappelle son illustre ancetre, la 405 T16, dans son aérodynamisme… maximal!

Pas d’infos sur la motorisation pour l’instant ni sur la livrée définitive mais il semble que de nombreuses pièces proviennent de la 908 HDI des 24H du Mans… Il faut espérer que le moteur n’en fera pas parti!

Je vous laisse admirer ce monstre de carbone…

Quitter la version mobile