Essai Volvo C40 Recharge: sauce vegan

Volvo est à la pointe de la tendance avec son C40 Recharge. Non seulement le style est élégant, mais il est également uniquement proposé en tant que voiture électrique respectueuse de l’environnement. Et l’intérieur est sans cuir pour plaire aux vegans!

Volvo C40 : un crossover

C’est le terme que Volvo a utilisé lors de la conférence de presse. En tout cas moi, j’y vois surtout un SUV coupé à la manière de ce que fait Audi avec des versions Sportback de ses SUV. Il faut donc considérer le C40 comme une version plus dynamique ( visuellement ) du XC40.

On reconnait facilement le C40 Recharge. Il dispose d’un joli design extérieur avec sa face avant qui singe un visage souriant. Mais surtout, il y a cette ligne de toit plongeante. Cela lui donne un sacré caractère et c’est réussi. Parmi les signes distinctifs, on peut citer la nouvelle calandre pleine couleur carrosserie, des pare-chocs inédits avec entrées d’air et feux anti-brouillard revisités.

Ensuite, il y a les phares LED qui disposent de 84 pixels chacun. Cela permet au faisceau lumineux de la voiture de s’adapter en permanence grâce à la caméra de la voiture pour éviter d’éblouir les autres conducteurs et rouler en pleins feux à tout moment.

Enfin, le Volvo C40 Recharge reçoit en série des jantes en alliage spécifiques de 19 pouces au design aérodynamique à 5 doubles branches. Il peut bénéficier, en option, de jantes de 20 pouces à 5 branches comme sur mon modèle d’essai. Parmi les 7 teintes de carrosserie qu’il propose, le C40 Recharge introduit une couleur : le Bleu Fjord Métallisé. Tous les coloris disponibles s’harmonisent parfaitement avec le toit contrasté noir.

Une seule offre moteur pour le moment

Vous aurez remarqué le Recharge dans son nom. Cela signifie que le C40 est un SUV électrique.

Au programme, la Volvo C40 est équipée d’un gros pack de batterie de 75 kWh utile, avec un moteur à l’avant et un autre à l’arrière pour en faire une transmission intégrale. La puissance combinée est de 408 ch, ce qui permet un 0 à 100 km/h en seulement 4,7 secondes.

Le C40 a une autonomie WLTP officielle de 441km, ce qui est plus long que le Volvo XC40 Recharge en raison de la forme plus aérodynamique du C40. Comme sur l’ensemble de sa gamme, Volvo a limité la vitesse maximale du C40 Recharge à 180 km/h.

Le Volvo C40 Recharge peut être rechargé avec une borne murale 11 kW, à la maison ou en entreprise, faisant passer le niveau de charge de 10 % à 80 % en 6 heures seulement. Le véhicule peut également être branché sur des bornes de recharge rapides CCS (150 kW) qui permettent de passer de 0 à 80 % de charge en 40 minutes.

Une seconde offre plus économique constituée d’un moteur unique à l’avant de 231ch devrait arriver en 2022.

A l’intérieur du Volvo C40

Il est peu probable que vous remarquiez une grande différence entre le C40 et le Volvo XC40 Recharge lorsque vous êtes assis au volant. Les sièges avant de la C40 sont tout aussi confortables et le réglage électrique standard y compris le soutien lombaire permet de trouver une configuration confortable en un clin d’œil. Le C40 est équipée du dernier groupe d’instruments de conduite Volvo, avec des graphiques clairs et un design facile à lire en un coup d’œil. Il peut afficher une disposition de cadran simplifiée ou une carte avec des instructions de navigation.

Curieusement pour une voiture électrique, l’écran n’affiche pas de compteur d’autonomie en temps réel. Vous devez soit demander le chiffre à Google Assistant, soit consulter l’application Range Assistant sur l’écran principal. Cet écran principal contribue au design minimaliste du C40 mais complique l’accès à des fonctions parfois simples. Le seul avantage est que vous pouvez utiliser des commandes vocales pour contrôler de nombreuses fonctions. Pour les utilisateurs Apple, il faudra encore attendre pour une intégration CarPlay.

Volvo mise beaucoup sur la sécurité. Malheureusement, la voiture a des montants latéraux épais qui peuvent bloquer la vue. L’arrière est encore pire, les grands piliers arrière et les grands appui-têtes concourent à créer un angle mort volumineux. Tout cela fait du système de caméra à 360 degrés standard et des capteurs de stationnement avant et arrière une nécessité.

Le luxe responsable

Volvo a abandonné l’utilisation du cuir dans la C40, de sorte que les végétaliens et les amoureux des animaux en général n’auront pas à se sentir coupables de prendre le volant. Dans cette finition First Edition, j’ai le droit à la sellerie Connect combinant une assise en microfibre écologique partiellement recyclée et des inserts en matériau synthétique Micro-tech. La moquette et les contreportes sont issues de bouteilles plastiques recyclées à 97%.

On trouve une incrustation tridimensionnelle translucide rétroéclairée dans le mobilier. Il s’agit d’une couche réfléchissante inférieure, une couche intermédiaire transparente en acrylique transmettant la lumière et une couche décorative avant mate à grain fin en polycarbonate ainsi que des lampes LED écoénergétiques.

Pour finir, c’est un plaisir de retrouver le système audio haut de gamme Harman Kardon. Il dispose d’un woofer monté au centre et caisson de basse à ventilation unique. L’expérience de son est particulièrement bonne grâce à 13 haut-parleurs, dont deux dans chaque porte arrière et deux dans la partie arrière du toit.

Au volant du Volvo C40

Les premières impressions suggèrent qu’il se comporte à peu près de la même manière que le XC40 Recharge, ça accélère fort, et parmi les SUV électriques, il y a bien que la Tesla Model Y qui fasse mieux. Mais à l’amorce d’une virage, si vous foncez dedans avec un peu trop de vitesse. La caisse prendra un roulis prononcé, il y a donc peu de plaisir à essayer de la bousculer.

La meilleure chose à faire est de conduire avec douceur. De cette façon, vous installez un rythme relaxant, qui fonctionne bien avec la direction. Elle dispose de deux modes: une configuration normale plus légère agréable en ville et un mode plus costaud conçu pour aider la précision à des vitesses plus élevées. Pour le sélectionner, il faut cliquer sur un curseur enfoui dans le menu d’assistance au conducteur. Pour être honnête, vous pouvez le laisser dans ce dernier réglage tout le temps car vous n’avez pas besoin des avant-bras de Popeye pour diriger le C40 dans un espace de stationnement.

En vous perdant dans les menus, il y a aussi le « One Pedal ». C’est une conduite à une pédale, il n’est plus nécessaire de freiner. La voiture décélère doucement jusqu’à l’arrêt complet dès que vous lâchez l’accélérateur. Il permet donc une conduite très efficiente. A part cela, le bruit de la route est bien maîtrisé. Les moteurs électriques sont tout aussi calmes que sur le XC40 Recharge, ne provoquant aucun bruit perceptible. Comme avec le XC40 Recharge, il est facile de conduire le C40 en douceur. Les freins réagissent de manière assez cohérente lorsque vous appuyez sur la pédale.

Conclusion

Alors pourquoi acheter le C40 plutôt que le Volvo XC40 Recharge moins cher ? C’est une bonne question car le XC40 repose sur la même base et elle tout aussi puissante. Cependant, la C40 est plus rapide sur le papier, et dispose d’un design qui ne laisse pas indifférent. Un ingrédient indispensable pour déclencher un coup de cœur!

Mon modèle d’essai était un C40 Recharge First Edition disponible à partir de 62250€ avec comme options:

  • Bleu Fjord Métallisé 734
  • Tissu Connect/Microtech Anthracite, ambiance Bleu Fjord Y980 à 200 €
  • Jantes de 20″ à 5 branches Noir Diamant à 660 €

Notation

Design
8.5
Vie à bord
9
Performances
8
Plaisir de conduite
7
Bien équipé
Bonne autonomie
Performances
Moins pratique que le XC40 Recharge
8.1

Photos de la Volvo C40 Recharge

Fiche technique de la Volvo C40 Recharge
MOTEUR
Type : Électrique
Puissance maxi : 408 ch
Couple maxi : 660 Nm
TRANSMISSION
Intégrale
Boîte de vitesses : automatique
POIDS
Données constructeur à vide : 2185 kg
Rapport poids/puissance (kg/ch) : 5,36
PERFORMANCES
Vitesse maxi : 180 km/h
0 à 100 km/h : 4″7 sec
CONSOMMATION
Batterie : 75 kW utile
Autonomie WLTP : 441km

Essai Volvo XC40 Recharge Twin P8 AWD

Après l’avoir découvert en thermique puis en hybride rechargeable. C’est désormais en 100% électrique que je prends le volant du toujours aussi mignon XC40. Voyons voir…

Design

Vous l’aviez certainement découvert avec le nom Recharge P8 AWD, et bien le XC40 électrique s’appelle désormais Recharge Twin. Recharge pour l’électrique, et Twin comme le nombre de moteurs, un sur chaque essieu.

Le XC40 conserve la ligne qui a fait son succès, mais son design évolue un peu dans cette version 100% électrique. En effet, les demandes en refroidissement sont moindres, et la calandre est désormais fermée.

Sous ce beau ciel bleu du Nord, cette version pro suréquipée fait briller son Bleu éclatant métallisé. Visuellement? Il n’y a bien que cette calandre qui permet de deviner qu’il s’agit de la version électrique. Et puis il y a ce badge: P8 AWD, gage de puissance. Au passage le P signifie Pure et non Puissance, mais dans la nomenclature Volvo, plus le chiffre est grand, plus il y en a sous le capot!

Les années passent et le XC40 ne vieillit pas, preuve d’une ligne réussie!

Moteur

Ce XC40 P8 AWD dispose de 408 ch grâce à ses deux électromoteurs de 204 ch ou 150 kW chacun. Ils sont disposés sur chaque essieu. Le couple grimpe à 660 Nm et s’obtient de manière « instantanée ».

L’accélération est fulgurante avec un 0 à 100km/h en 4.9 sec. De quoi mettre à l’amende pas mal de sportives!

Le plancher est bien utilisé pour recevoir une large batterie de 75 kWh utile, cela permet de proposer une autonomie de 418 km selon le cycle WLTP. A noter qu’il est impossible d’avoir l’autonomie restant en kilomètres, ça ne sera qu’en pourcentage de batterie restante!

A l’intérieur

Comme à l’extérieur, peu de différence à l’intérieur de la Volvo XC40 électrique. Je pourrais même dire, rien ne change pour le XC40 grâce à la bonne intégration des batteries. On est toujours très bien accueilli et le mobilier n’a pas vraiment vieilli. On se sent très bien à bord, et l’ergonomie brille par sa simplicité. On a l’impression que les aides à la conduite sont infinies. Le système d’info divertissement est un plaisir, le son est confié à Harman Kardon, et l’on se retrouve dans un véritable petit cocon de sérénité.

Cependant, on trouve une nouvelle interface du tableau de bord digital. Une dalle qui affiche désormais des informations prenant en compte les nouvelles fonctionnalités indues à sa motorisation. Quant à l’écran central vertical, il tourne désormais sous environnement Android. Cela permet d’avoir accès à Google assistant (assistant vocal), Google Maps (trafic en temps réel, stations de recharges à proximité, types de bornes disponibles, autonomie restante une fois sur place) et Google PlayStore.

Pour les utilisateurs d’iPhone, il faudra attendre la fin d’année pour dupliquer directement leur téléphone avec Apple CarPlay.

A noter que le coffre perd seulement 16 l par rapport aux versions thermiques. Il conserve un bon volume 413 l et gagne un logement sous le capot avant pour les câbles de recharge par exemple.

Au volant

Chez Volvo, on s’est inspiré de Tesla pour le démarrage du XC40: Il suffit de freiner et d’actionner le petit levier de vitesses pour mettre en marche la machine. Il y a un capteur dans le siège conducteur!

Dès les premiers tours de roues, la douceur et l’isolation acoustique de l’habitacle sont surprenantes. Je suis dans un petit cocon suédois! Les aides à la conduite sont bien présentes et non envahissantes. Ce qui est assez agréable.

Il est possible d’utiliser le XC40 Recharge Twin avec une seule pédale grâce au freinage régénératif lorsqu’il est poussé au maximum. Pour ceux qui préfèrent encore utiliser la pédale de gauche, le freinage est bien dosé pour une voiture électrique. Toujours surprenant lorsque la consistance varie entre la régénération et l’action mécanique. Ce n’est pas le cas ici.

L’excellente insonorisation permet aussi de profiter au maximum de l’impressionnant système audio Harman Kardon.

Sous ses airs de gentil SUV, le XC40 P8 AWD cache son côté Bonnie and Clyde!

Elle se débrouille sans soucis en ville, et les aides à la conduite seront là pour vous aider comme la caméra 360° si vous n’êtes pas très à l’aise pour vous garer.

Cette douceur apparente peut vite disparaitre lorsque le pied se fait plus lourd. Je n’ai pour l’instant que caresser la pédale d’accélérateur, mais un appui ferme permet de littéralement catapulter l’auto. En moins de 5 sec, je suis déjà à 100km/h. L’effet catapulte est le même à 50km/h ou 90. Ecrasez l’accélérateur pour enfoncer vos passagers dans les sièges. La motricité est sans faille, et vous voici le roi du feu rouge!

Evidemment cela reste un SUV, et même si tout le poids se situe dans le plancher, le XC40 accuse tout de même près de 2,2 tonnes à vide… L’amortissement a été revu pour mieux contenir la masse, mais le côté sportif s’arrête dès que la route tourne. Cela reste bien évidemment stable, sécuritaire et très bien fait.

On se servira de cette puissance instantanée pour les voies d’insertion et les dépassements.

Conclusion

L’électricité apporte une douceur bienvenue au XC40, mais aussi des performances incroyables en ligne droite. L’ambiance zen de l’intérieur est encore plus mise en valeur par le silence d’utilisation.

Reste un réseau de charge ridicule. Le problème de toutes les électriques actuellement.

Photos de la Volvo XC40 Recharge Twin P8 AWD

Fiche Technique Volvo XC40 P8 Recharge Twin

MOTEUR
Type : Electrique
Puissance maxi : 300kW / 408ch
Couple maxi : 660Nm
TRANSMISSION
Intégrale
Boîte de vitesses (rapports) : automatique (-)
POIDS
Données constructeur à vide : 2188 kg
Rapport poids/puissance (kg/ch) : 5.36
PERFORMANCES
Vitesse maxi : 180 km/h
0 à 100 km/h : 4,9 sec
CONSOMMATION
Batterie: 75kW
Autonomie : 418 Km WLTP
Puissance fiscale : 12 CV

Essai Volvo V60 T8 Polestar Engineered 2020

Après la S60, les Suédois un peu fous de chez Polestar se sont attaqués à la V60 pour construire un break (très) rapide, avec un boost électrique non négligeable.

Design

Si comme moi vous préférez les breaks aux énormes SUV, vous allez être heureux avec la V60, et pas seulement pour une question de maniabilité et d’économie de carburant. Le break signé Volvo est tout simplement magnifique.

Après avoir passé quelques temps avec la V60 classique, j’avais hâte de voir ce que ça pourrait donner avec une version plus sportive. Et bien en passant par la case Polestar Engineered, cela reste sobre avec la petite touche sport qu’il faut sans tomber dans la caricature.

Les grilles de déflecteurs avant et arrière sont désormais noir laqué, la double sortie d’échappement intégrée adopte une finition chrome noir et les badges Polestar Engineered discrets sont des indices pour reconnaître la V60 Polestar Engineered.

Les jantes 19 pouces Polestar Engineered, en alliage forgé, créées exclusivement pour la V60 Polestar Engineered, apportent la touche sportive finale à la présence imposante et saisissante du véhicule. Le poids non suspendu réduit des jantes en alliage forgé, plutôt que moulé, accentue l’agilité dynamique.

La signature lumineuse est conservée avec les marteaux de Thor dans les phares, et les feux triturés permettent de reconnaître immédiatement qu’il s’agit d’une Volvo, mais d’une sacrément belle Volvo.

Élégance et discrétion, même sportive.

Moteur

Dans cette version un peu spéciale, les ingénieurs de Polestar se sont penchés sur le calculateur pour sortir une puissance combinée de 405 ch et une gestion de la boite à 8 rapports revue en conséquence également pour un tempérament plus sportif.

Techniquement, le T8 embarque sur son essieu arrière un moteur électrique de 87 ch et de 240 Nm de couple. Celui-ci entraîne les roues arrière. La batterie de 10,4 kWh se trouve dans le tunnel central. Le quatre cylindres de 2 litres à compresseur et turbo entraîne l’essieu avant. Le moteur thermique développe quand à lui 318 ch et 430 Nm.

Cela lui permet de réalise le 0 à 100 km/h en seulement 4,6 secondes et atteindre une vitesse de pointe limitée à 250 km/h.

Cette V60 est capable d’évoluer en tout électrique durant une cinquantaine de kilomètres. Lorsque le rythme s’accélère, le moteur électrique apporte un soutien non négligeables lors des phases d’accélérations et de reprises. Après avoir vidé la batterie électrique assez rapidement dans les bouchons Parisiens, il est quand même possible de profiter du boost électrique car la batterie se régénère lors des phases de freinage. Ce n’est pas grand chose mais ça permet d’apporter beaucoup de douceur et de fluidité lors d’une relance. La Volvo ne connait pas les saccades et lenteurs, un phénomène qui est soudainement apparu avec le passage des nouvelles normes WLTP sur de nombreux modèles en boite auto pour passer de la première à la deuxième.

L’association des deux moteurs est imperceptible d’autant plus que la boîte automatique à 8 rapports fait preuve d’une douceur impressionnante tout en conservant une rapidité de passages des rapports. L’intérêt d’acheter une hybride rechargeable est un soucis écologique ( et économique ). Volvo annonce une moyenne mixte légèrement supérieure à 2 l/100 km. En réalité, elle m’affiche une moyenne de 9.3L/100km, ce qui reste une très bonne valeur pour un véhicule de 405 ch et de plus de 2 tonnes sur la balance!

Performante et qui consomme peu, des mots qui vont rarement ensemble, et pourtant!

La signature lumineuse se distingue à travers le coucher de soleil.

A l’intérieur

L’intérieur de la V60 Polestar Engineered allie le luxe scandinave à des accents sportifs comme les ceintures couleur or. Les sièges Sport Contour offrent autant de confort que de maintien. Les incrustations en aluminium dans le mobilier de la planche de bord apportent une touche sportive supplémentaire.

La tradition Suédoise est respectée, avec des sièges au confort remarquable. L’ambiance est apaisante, l’ergonomie bien pensée… Fidèle à l’idée de salon moderne, tout est question de connectivité ici. D’ailleurs, tout vous semblera familier si vous avez déjà connu une autre Volvo post-2014. Il y a un grand écran tactile en position portrait qui est riche en fonctionnalités.

Le système Bowers & Wilkins est l’équipement audio haut de gamme du V60. Fruit d’une collaboration avec le célèbre fabricant Bowers & Wilkins, il délivre une puissance de 1 100 watts via 15 haut-parleurs, dont un subwoofer ventilé exclusif produisant des basses profondes. Chaque haut-parleur est positionné pour optimiser l’acoustique à bord, tandis qu’un haut-parleur d’aigus monté sur la planche de bord réduit la réflexion acoustique sur le pare-brise.

Les trois modes – Studio, Scène et Gothenburg Concert Hall – vous permettent d’accorder la restitution sonore avec votre humeur, tandis que des éléments visuels comme les panneaux d’enceintes en acier inoxydable, les logos Bowers & Wilkins et les cônes jaunes caractéristiques de la marque rehaussent l’atmosphère exclusive qui règne dans l’habitacle. Dommage que l’on ne puisse pas plus personnaliser le son en fonction des frèquences.

La S60 conserve les valeurs de Volvo et c’est un endroit très placide lorsqu’on s’y installe. Mais cela ne veut pas dire ennuyeux. Comme pour l’extérieur, Volvo a réussi à tout mettre en valeur.

Ambiance reposante au volant, même lorsque la vitesse augmente.

Au volant

L’ensemble s’installe sur la nouvelle plate-forme SPA de Volvo, comportant à l’avant des jambes McPherson, et à l’arrière un essieu multibras. Classiques et de bonne facture, ces trains roulants se voient agrémentés sur cette version Polestar de freins Brembo et d’amortisseurs Öhlins réglables.

Alors évidemment avec de tels attributs, les amortisseurs maîtrisent bien les mouvements de carrosserie et cela a aussi pour effet de rendre la voiture assez communicative. La V60 vire à plat et met en confiance. Mais tout n’est pas parfait. Bien que Polestar ait établi un partenariat avec les maestros de la suspension Öhlins, prétendument avec la promesse d’une conduite plus précise et réactive, la direction semble un peu engourdi au centre, puis devient un peu trop réactive. Et bien que le modèle 2020 soit équipé d’étriers de frein à six pistons mis à jour, le freinage n’est ni communicatif ni linéaire. Sans oublier le son, ou son absence, le moteur se faisant des plus discrets.

Mais qui poussera sa Volvo dans ses retranchements? Personne (ou presque). Vivre avec la belle Suédoise pendant le temps d’un weekend permet de découvrir d’autres plaisirs. Parce qu’en vrai, la sensation de conduite dépend de ce que vous attendez d’une Volvo, en tant que conducteur et c’est là qu’elle prends tout son sens. Pénétrer dans une Volvo, c’est rentrer dans un cocon, où vous vous sentez en sécurité. La douceur de l’électrique en ville, l’adhérence de la transmission intégrale, les aides électroniques qui vous accompagnent partout, et la motorisation puissante et silencieuse pour vous emmener loin et confortablement. Voilà ce qui fait cette Volvo.

J’apprécie autant sa douceur, que sa poigne lorsqu’il s’agit de s’insérer sur l’autoroute. J’aime son charisme autant que sa discrétion. Et même si certaines Allemandes sont plus affûtées en termes de conduite, aucune n’approche de cette merveilleuse zénitude scandinave.

Le trait est soigné, évocateur.

Conclusion

Avec des proportions taillées pour surmonter n’importe quel déménagement. La V60 T8 Polestar engineered sera une parfaite alliée du quotidien grâce à une hybridation réussie et pour les longs voyages grâce à une environnement qui apporte calme et sérénité.

Photos de la Volvo V60 T8 Polestar engineered

Fiche Technique Volvo S60 T8 Polestar engineered

MOTEUR
Type : 4 cylindres 2.0L turbocompressé + électrique
Position : Transversale avant
Cylindrée (cm3) : 1969
Puissance maxi : 405 ch
Couple maxi : 430 Nm
TRANSMISSION
Intégrale
Boîte de vitesses (rapports) : automatique (8)
POIDS
Données constructeur à vide : 2079 kg
Rapport poids/puissance (kg/ch) : 5,13
PERFORMANCES
Vitesse maxi : 250 km/h
0 à 100 km/h : 4″6
CONSOMMATION
Moyenne normalisée : 2,1 L/100 Km
CO2 : 48 g/Km
Puissance fiscale : 18 CV

Essai Volvo XC40 T5 Recharge

Avec le XC40 T5 Recharge, Volvo décline son meilleur produit sur le marché en hybride rechargeable. Voyons voir…

Design

Découvert il y a deux ans, le XC40 conserve une ligne réussie et ne change pas la forme. Je suis toujours aussi fan de son look, et cela peu importe le coloris choisi.

Sous le ciel gris Parisien, cette configuration R-Design full black en imposait. Son allure ne démérite vraiment pas dans le trafic.

Le petit SUV suédois lance une nouvelle gamme baptisée Recharge. Sous cette bannière, on trouve le XC40 100% électrique qui recevra l’appellation P8 AWD et qui cumule 408 ch, quatre roues motrices, et devrait atteindre plus de 400 km d’autonomie, et le XC40 T5 ici à l’essai, qui accueille une motorisation hybride rechargeable.

Visuellement? Il faut chercher les logos si ils sont encore là, ou encore la trappe près de la portière conducteur pour savoir qu’il s’agit d’un modèle légèrement diffèrent!

Moteur

Sous le capot se cachent deux moteurs, un 3 cylindres thermique 1.5L turbo développant 180 ch, et un bloc électrique offrant 82 ch, soit un cumul de 262 ch. Concernant le couple, le premier développe 265 Nm dès 1 500 tr/mn, le second 160 Nm, pour un total de 425 Nm ce qui donne un ensemble mécanique très puissant et assez surprenant.

Le tout est associé à une boîte à double embrayage comptant sept rapports. Pas d’AWD dans le nom donc pas de transmission intégrale… Le moteur électrique et le moteur thermique sont positionnés à l’avant et transmettent la puissance aux roues avant uniquement.

La batterie de 10,7 kWh est intégrée au plancher et n’ampute pas sur le volume du coffre, une très bonne chose (mais empêche techniquement de disposer d’une transmission intégrale )! La batterie permet de rouler 45 km uniquement en électrique. La charge prend 9 heures maximum sur des prises de courant classique.

A l’intérieur

A l’intérieur, rien ne change pour le XC40 grâce à la bonne intégration des batteries. On est toujours très bien accueilli et le mobilier n’a pas vraiment vieilli. On se sent très bien à bord, et l’ergonomie brille par sa simplicité.

On a l’impression que les aides à la conduite sont infinies. Le système d’info divertissement est un plaisir, le son est confié à Harman Kardon, et l’on se retrouve dans un véritable petit cocon de sérénité.

On dispose de cinq modes de conduite (Hybrid, Pure, Power, Off Road et Individual). Pour cet essai, je suis resté en mode Hybrid (et une petite fois en Power pour voir). En ville, cela donne une conduite très apaisante, ce qui revêt une importance particulière à Paris.

Au volant

Je pense que vous avez déjà compris que la conduite de cette Volvo XC40 est des plus agréables en ville, et vous avez raison.

Passons sur les départementales où c’est le moment de passer en mode Power. La direction s’affermit légèrement, toute la puissance est délivrée sur le train avant, et pas de chance aujourd’hui, la pluie vient limiter le grip. Une ligne droite me permet d’écraser l’accélérateur et surprise, le compteur du XC40 s’affole! Le couple impressionnant permet de catapulter le SUV littéralement! Le 0 à 100 km/h est réalisée en 7.3 sec, les chiffres d’une GTI! J’ai trouvé que le freinage était difficile à doser dans ce mode…

Alors illico je repasse en Hybrid! C’est vraiment dans ce mode que l’on profite et que l’on apprécie la douceur de la motorisation. L’électrique permet évidemment de soulager la consommation. Le démarrage s’effectue en électrique et en fonction de la pression exercée sur l’accélérateur, le moteur thermique se réveille ou non. Même avec beaucoup de douceur, vous restez le roi du feu rouge en mettant une belle longueur aux autres usagers à chaque relance.

Assez facile à anticiper, au niveau du compteur, une jauge affiche un repère sur le niveau de puissance auquel le moteur à combustion sera démarré et indique la puissance du moteur sollicité, il suffit de doser pour rester en zone électrique. Une fois la batterie vide, le XC40 redevient un modèle thermique classique.

Conclusion

Après l’arrêt de la production de la V40, le XC40 est amené à prendre une place encore plus importante. Cette année, Volvo ambitionne d’en écouler plus de 11 000 en France, soit 56 % de ses ventes globales escomptées. Pas moins de 40 % du total devrait être vendu en hybride rechargeable.

Le XC40 reste une excellente voiture et gagne une belle mécanique qui apporte une douceur de conduite au quotidien, des relances efficaces sur route, et un espace intérieur préservé grâce à la bonne intégration du moteur électrique et des batteries. Par contre, il faudra penser à toujours recharger ses batteries comme une électrique pour profiter de cette technologie.

Photos de la Volvo XC40 T5 Recharge

Fiche Technique Volvo XC40 T5 Recharge

MOTEUR
Type : 3 cylindres turbo + electrique
Position : Avant
Cylindrée : 1477 cm3
Puissance maxi : 180 ch + 82 ch
Couple maxi : 265 Nm + 160 Nm
TRANSMISSION
Traction
Boîte de vitesses (rapports) : automatique (7)
POIDS
Données constructeur à vide : 1871 kg
Rapport poids/puissance (kg/ch) :
PERFORMANCES
Vitesse maxi : 180 km/h
0 à 100 km/h : 7″3
CONSOMMATION
Moyenne normalisée : 2.2 L/100 Km
CO2 : 51 g/Km
Puissance fiscale :  CV

Essai Volvo S60 T8 Polestar engineered

Volvo lance sa nouvelle berline S60, première Volvo construite aux États-Unis mais dernière d’une gamme désormais complètement renouvelée! Direction Cassis, pour un premier contact au volant de la version la plus puissante, la T8 Polestar Engineered.

Design

La S60 est une berline élégante à tendance sportive comme on peut le voir avec la finition R-Design, qui dispose d’un châssis rabaissé de 15 millimètres. C’est encore plus vrai avec cette version T8 Polestar Engineered, qui a été développée par la division sportive de la marque.

À l’extérieur, cette T8 Polestar Engineered se reconnaît à sa calandre Polestar noire laquée, ses coques de rétroviseur noires, ses sorties d’échappement sombres, une barre anti-rapprochement sous le capot, un châssis rabaissé de 15 millimètres, des amortisseurs réglables signés Ohlins, des jantes en aluminium forgé de 19 ou 20 pouces en option et des étriers de freins Brembo.

Esthétiquement, la nouvelle S60 est très réussie. Identifiable immédiatement comme une Volvo, elle reste sobre et élégante, sans renier une certaine modernité.

Moteur

Particularité de cette S60, il n’y a pas ni motorisation diesel! Un choix atypique de la part de Volvo.

Elle est lancée avec le T8 hybride de 390 ch. Sauf que dans cette version un peu spéciale, les ingénieurs de Polestar se sont penchés sur le calculateur pour sortir 15 ch et 30 Nm de plus! Le résultat est une puissance combinée de 405 ch et une gestion de la boite à 8 rapports revue en conséquence également pour un tempérament plus sportif.

Techniquement, le T8 embarque sur son essieu arrière un moteur électrique de 87 ch et de 240 Nm de couple. Celui-ci entraîne les roues arrière. La batterie de 10,4 kWh se trouve dans le tunnel central. Le quatre cylindres de 2 litres à compresseur et turbo entraîne l’essieu avant. Le moteur thermique développe 318 ch et 430 Nm.

Cela lui permet de réalise le 0 à 100 km/h en seulement 4,4 secondes et atteindre une vitesse de pointe limitée à 250 km/h.

Cette S60 est capable d’évoluer en tout électrique durant une cinquantaine de kilomètres. Lorsque le rythme s’accélère, le moteur électrique apporte un soutien non négligeables lors des phases d’accélérations et de reprises. Evidemment, les quatre roues motrices et les Pirelli P Zero permettent une motricité irréprochable.

L’association des deux moteurs est imperceptible d’autant plus que la boîte automatique à 8 rapports fait preuve d’une douceur impressionnante tout en conservant une rapidité de passages des rapports. L’intérêt d’acheter une hybride rechargeable est un soucis écologique ( et économique ). Volvo annonce une moyenne mixte légèrement supérieure à 2 l/100 km. En réalité et en conduite dynamique, je suis resté entre 8 et 9L/100km, ce qui reste une très bonne valeur pour un véhicule de 405 ch et de plus de 2 tonnes sur la balance!

Performante et qui consomme peu, des mots qui vont rarement ensemble, et pourtant!

A l’intérieur

Belle à l’extérieur, belle à l’intérieur. L’habitacle est bien dessiné et fabriqué, étonnant pour une « américaine ».

La tradition Suédoise est respectée, avec des sièges au confort remarquable. L’ambiance est apaisante, l’ergonomie bien pensée… Fidèle à l’idée de salon moderne, tout est question de connectivité ici. D’ailleurs, tout vous semblera familier si vous avez déjà connu une autre Volvo post-2014. Il y a un grand écran tactile en position portrait qui est un peu fastidieux au début mais riche en fonctionnalités.

Cet écran contient à peu près tous les mots à la mode liés aux smartphones comme Apple CarPlay, Android Auto, Spotify, Yelp… Ce qui me permet de vous parler de la stéréo optionnelle (et très puissante) Bowers & Wilkins qui dispose de preset audio assez fou comme le Gothenburg Concert Hall. Une salle de concert située en Suède, merci Wikipedia.

La S60 conserve les valeurs de Volvo et c’est un endroit très placide lorsqu’on s’y installe. Mais cela ne veut pas dire ennuyeux. Comme pour l’extérieur, Volvo a réussi à tout mettre en valeur sans que cela vous ennuie à mourir.

Au volant

L’ensemble s’installe sur la nouvelle plate-forme SPA de Volvo, comportant à l’avant des jambes McPherson, et à l’arrière un essieu multibras. Classiques et de bonne facture, ces trains roulants se voient agrémentés sur cette version Polestar de freins Brembo et d’amortisseurs Öhlins réglables.

Le choix est étrange tant la S60 est automatisée : aide au maintien de file, freinage d’urgence autonome, régulateur de vitesse adaptatif… Il y a des propriétaires de Volvo qui s’évaderaient sur circuit?

Alors évidemment avec de tels attributs, les amortisseurs maîtrisent bien les mouvements de carrosserie et cela a aussi pour effet de rendre la voiture assez communicative. La S60 vire à plat et met en confiance. La masse importante de 2050 kg ne peut pas s’effacer par contre et a pour effet de rendre l’équilibre assez sous-vireur, sécuritaire. Une masse qui ne fait pas peur aux étriers Brembo, bien entendu, ça freine fort!

Attention, cela reste une Volvo et le confort reste présent malgré tout. La suspension est souple et assez progressive pour digérer les imperfections de la routes. La copie n’est pas parfaite, j’ai trouvé la direction perfectible puisque l’on sent son centrage aimanté et la remontée d’information pourrait être meilleure pour mieux sentir la route. Ensuite, si vous pensiez faire rugir le moteur… repassez. L’échappement ne produit aucun son, pour le coup il s’agit bien d’un silencieux d’échappement comme son nom l’indique.

Conclusion

Hybridation réussie, châssis extrêmement sûr, freins endurants, habitacle très agréable, sièges exceptionnels et une myriade de technologie… La S60 T8 Polestar engineered résume tout ce que nous avons appris à aimer sur les nouvelles Volvo et se retrouvent ici dans un format plus compact. Un choix idéal pour se démarquer des 3 premiums Allemands!

Photos de la Volvo S60 T8 Polestar engineered

Notation

[rwp-review id= »0″]

Fiche Technique Volvo S60 T8 Polestar engineered

MOTEUR
Type : 4 cylindres 2.0L turbocompressé + électrique
Position : Transversale avant
Cylindrée (cm3) : 1969
Puissance maxi : 405 ch
Couple maxi : 430 Nm
TRANSMISSION
Intégrale
Boîte de vitesses (rapports) : automatique (8)
POIDS
Données constructeur à vide : 2050 kg
Rapport poids/puissance (kg/ch) : 5,06
PERFORMANCES
Vitesse maxi : 250 km/h
0 à 100 km/h : 4″4
CONSOMMATION
Moyenne normalisée : 2,1 L/100 Km
CO2 : 48 g/Km
Puissance fiscale : 18 CV

Essai Volvo V60 2018

Chez Volvo, le break est une tradition. C’est aussi un véhicule qui a su s’imposer en compétition, je pense directement au championnat BTCC au milieu des années 90. Avec la nouvelle V60, la marque Suédoise modernise son produit phare en y intégrant toutes les valeurs de la marque: la sécurité, le côté pratique et le confort. La sportivité devrait arriver avec la version Polestar. En attendant, j’ai conduis la V60 avec le D4 en boite auto et le D3 en boite manuel pour évaluer son potentiel.

L’élégance suédoise sur un break: au fil des générations, les breaks Volvo ont abandonné leurs lignes cubiques pour des courbes plus sensuelles. La nouvelle V60 trouve le compromis parfait entre la forme et la fonction.

Moteur

Au lancement de la V60, il y aura trois moteurs disponibles: les diesel D3 et D4, et un moteur essence T5, tous envoyant leur puissance aux seules roues avant. Grâce à sa puissance de 150 ch et 320 Nm, le D3 permet de glisser tout juste sous la barrière des 10 secondes sur l’exercice du 0 à 100 km/h, que vous ayez opté pour une transmission manuelle à six vitesses ou automatique à huit rapports. Le D4 est également disponible en boite manuelle ou automatique, avec 190 ch et 400 Nm sous le capot, le 0 à 100 km/h s’effectue en 7,9 secondes.

En tête de la gamme se trouve le T5 en boite auto uniquement avec 247ch, les performances doivent encore être homologuées, et un T4 suivra.

Orientée vers le respect de l’environnement, Volvo se présente comme un des leaders de l’électrification automobile mondiale. Ainsi, le V60 disposera, fin 2018, de deux versions à motorisation hybride rechargeable : le T6 Twin Engine AWD essence dont la puissance combinée atteint 340 ch et le T8 Twin Engine AWD essence développant 390 ch.

J’ai conduis la D4, et ses 190ch, qui se reconnait du D3 par une sortie d’échappement supplémentaire. Très discret, je laisse faire la boite auto en ayant sélectionné le mode de conduite Dynamic. La discrétion est aussi de mise sur le D3, c’est encore plus surprenant qu’il faut passer les vitesses soit même et cela ne se fait surement pas à l’oreille, il m’est arrivé de me retrouver en sous régime plusieurs fois… J’ai logiquement préféré la boite auto, même si le guidage de la boite manuelle est parfait. Ces deux diesels sont quand même audibles à des vitesses élevées mais jamais bruyants.

Si vous choisissez la boite auto, vous ne disposerez pas de palettes derrière le volant mais il restera le levier de sélection (en tirant ou passant) qui tombe parfaitement sous la main.

Un peu de technique

Comme tous les modèles récents de Volvo, le V60 repose sur la plate-forme SPA (Scalable Product Architecture) conçue pour l’électrification future (à partir de 2020, tous les nouveaux produits Volvo seront électrifiés dans une certaine mesure). La suspension est à double triangulation à l’avant et multibras à l’arrière, l’arrière utilisant également un ressort à lame composite transversal pour le poids. L’amortissement adaptatif est disponible et les modèles R-Design, disponibles plus tard, bénéficieront d’une configuration de suspension sportive.

Volvo est à juste titre fier de ses prouesses en matière de sécurité et la V60 poursuit cette tendance avec la disponibilité de la technologie semi-autonome Pilot Assist (qui peut maintenir la voiture dans sa voie, aider à la direction et accélérer avec la circulation). Divers systèmes anti-collision sont également installés, ainsi que des systèmes permettant d’éviter que la voiture ne sorte de la route ou sur la trajectoire d’autres véhicules.

Il convient de noter que, compte tenu de l’héritage de Volvo, le coffre de 529 litres de la V60 (avec les sièges relevés) la rend plus spacieuse que l’Audi A4 Avant (505 litres), la BMW Série 3 Touring (495 litres) et la Mercedes Classe C Estate (490 litres). La nouvelle V60 peut être belle, mais cela reste une Volvo donc pratique.

Découvert sur le SUV XC90, le système Sensus équipe naturellement le nouveau break V60. Relayée par un écran tactile dont la taille (9 pouces) et l’aspect rappellent une tablette, cette interface conviviale offre un accès simplifié à l’ensemble des fonctionnalités de la voiture. Articulée autour de cinq modes d’action (multimédia, connectivité, navigation, services et commande), elle peut aussi être pilotée depuis le volant par des boutons ou par reconnaissance vocale. Afin de limiter les mouvements de tête du conducteur. Compatible avec Apple CarPlay et Android Auto, le système Sensus hiérarchise les informations, de la plus essentielle à la moins critique. Notez, enfin, que la présence d’un film infrarouge sur l’écran tactile autorise le contact avec des gants.

Au volant

À partir du moment où vous tournez le bouton de démarreur, la mission du V60 est claire: il s’agit d’une voiture qui apaise plutôt que d’exciter. Le bruit et les vibrations du moteur sont réduits au minimum, les commandes sont fluides mais légères, et la conduite est absorbante, quel que soit le niveau de finition, la suspension ou les choix de roues. Et pour être clair, ce n’est pas une critique.

Il y aura une variante Polestar de la V60 avec des performances plus élevées et un châssis plus engageant, mais en attendant, la V60 est une alternative convaincante aux breaks Allemands. D’une part, l’habitacle est aménagée avec goût, bien construit, calme et, comme nous l’attendions de la part de Volvo, les sièges sont parmi les meilleurs du marché pour y passer des heures.

Sur la route, vous êtes frappés par une sensation de poids plume sur la pédale d’accélérateur, des freins puissants mais relativement souples et une direction légère. Ce n’est certainement pas une voiture qui vous encourage à appuyer dès le départ, même lorsque le mode de conduite est réglé sur Dynamic et que vous bénéficiez d’une direction plus dure, d’une meilleure réponse à l’accélération et d’un petit peu moins de confort, le rythme peut accélérer naturellement.

C’est une bonne base pour un éventuel modèle sportif. Pour l’instant, c’est simplement un break familial raffiné, confortable et élégant.

Conclusion

Beau, confortable et sûr. La nouvelle V60 témoigne d’un comportement très rassurant. Au volant, ce sentiment apaisant s’accompagne d’un bel agrément de conduite. L’excitation devrait venir avec les versions de Polestar.

Photos de la Volvo V60

Notation

[rwp-review id= »0″]

Fiche Technique Volvo V60 D4

MOTEUR
Type : 4 cylindres
Position : Avant
Alimentation : Turbo
Cylindrée (cm3) : 1969
Puissance maxi (ch à tr/mn) : 190 à 4250
Couple maxi (Nm à tr/mn) : 400 de 1750 à 2500
TRANSMISSION
Avant
Boîte de vitesses (rapports) : automatique (8)
POIDS
Données constructeur DIN à vide (kg) : 1739
Rapport poids/puissance (kg/ch) : 9,15
PERFORMANCES
Vitesse maxi (km/h) : 220
0 à 100 km/h : 7″9
CONSOMMATION
Moyenne normalisée (L/100 Km) : 4,5
CO2 (g/Km) : 119

Essai Volvo XC40

Le nouveau Volvo XC40 vient enrichir l’offre de SUV Volvo. C’est le premier SUV compact premium de la marque dans la gamme 40. C’est aussi le premier à adopter la plateforme CMA développée avec le chinois Geely pour réaliser des économies d’échelle sur ce segment.

C’est le plus petit de la gamme XC après les XC90 et XC60, mais c’est surtout potentiellement la future plus grosse vente de la marque car plus abordable.

Je suis allé le découvrir le long du littoral Portugais.

Design Scandinave

Les éléments de design comme la calandre inversée et le marteau de Thor réinterprété font du XC40 un cousin, plutot qu’un petit frère du XC60 et du XC90.

Le XC40 se pare d’une palette de coloris riche et tonique, offrant des combinaisons bi-ton. Les possibilités de personnalisation sont nombreuses et ça c’est assez nouveau pour Volvo. Peut être parce qu’il cible une clientèle plus jeune et donc en quête d’identité.

C’est un vrai SUV à la garde au sol surélevée, aux belles proportions. En partie grâce à un arrière plus large que l’avant. Quoi qu’il en soit, il est particulièrement réussi. Le petit drapeau sur le flanc du capot côté conducteur apporte même une touche mignonne à l’ensemble.

Mobilier de qualité

Si le XC40 réussit à se créer une vraie personnalité à l’extérieur, on retrouve l’ambiance de ses grandes sœurs dans l’habitacle.

Le XC40 est un endroit agréable pour s’asseoir. Les sièges sont confortables, le système d’info-divertissement est le même qu’introduit sur la gamme 90 et il est toujours aussi performant, le XC40 arrive à reproduire la sensation générale que vous obtenez dans les plus grands XC60 et XC90.

Les espaces de rangement sont nombreux, et il y a même une petite poubelle. Difficile à critiquer l’ensemble, et pour une fois, un vrai emplacement pour mobile est présent.

La sécurité avant tout

Comme avec toutes les générations de Volvo, le XC40 est chargé de technologie, surtout en matière de sécurité.

Il est ennuyeux de toutes les énumérer, car à peu près tous les véhicules haut de gamme bien équipés ont des systèmes pour éviter que les conducteurs distraits ne quittent la route, ne ratent un virage ou ne soient écrasés par un autre véhicule.

Mais l’ensemble des aides à la conduite de Volvo est fluide et très fonctionnel. Jamais trop intrusif, cela vous donne l’assurance que vous conduisez réellement.

Sur la route

Le XC40 ne gagnera certainement aucune course, mais de toute manière les SUV ne sont pas pensé pour offrir des performances hors norme. La version la plus performante pour l’instant est le T5 essence et ses 247ch. L’air de rien, il ne met que 6,5 secondes pour passer de 0 à 100 km/h grâce à sa boite auto Geartronic à 8 rapports.

Plus modeste, j’ai passé plus de temps dans le D4 diesel de 190ch. Il profite lui aussi de la transmission intégrale et de la boite auto.  Le 0 à 100 km/ h est a annoncé à 7,9 s, ce qui n’est pas sportif mais permet des dépassements en toute sécurité.

Il est à noter que le XC40 est plus dynamique et prends moins de roulis que le XC60, il se montre du coup plus à l’aise sur les tracés sinueux. Avec 11,4 m de diamètre de braquage et une maniabilité de bon niveau, il évolue aussi facilement en zone urbaine aidé par sa caméra 360°.

Le mode Dynamique est le plus sympa au volant: La direction est assez directe et devient plus dure grâce à une moindre assistance. La pedale d’accélérateur est aussi plus sensible et la boite de vitesses plus vive.

Une concurrence féroce

Le XC40 D4 AWD se positionne au même prix qu’un Audi Q3 2.0 TDI quattro 184 ch (vieillissant mais bientôt renouveler) ou un Mercedes GLA 220d 4Matic Fascination.

Volvo annonce aussi vouloir s’attaquer au vieux Range Rover Evoque, et tout nouveaux Mini Countryman et Jaguar E-Pace. Reste le BMW X1 qui connaîtra un facelift en 2019.

Conclusion

Avec le lancement du XC40, Volvo inaugure une nouvelle façon d’envisager la possession et la vente d’une voiture. Le XC40 est le premier modèle à offrir le service premium Care by Volvo: un mode d’accès par abonnement fixe qui comprend la location, l’assurance et l’entretien. Selon les pays, le service Care by Volvo pourra intégrer des services digitaux de conciergerie: carburant, lavage, service jockey ou encore livraison itinérante.

Le Volvo XC40 D4 AWD ne rate pas son entrée sur le segment des SUV compacts premiums. Il est clair que cette fois Volvo veut une part de gâteau et arrive avec de bons arguments, notamment en termes d’équipement, de présentation et de plaisir de conduite.

Photos de la Volvo XC40

Notation

[rwp-review id= »0″]

Fiche technique

MOTEUR
Type : 4 cylindres en ligne
Alimentation : turbo
Cylindrée (cm3) : 1969
Puissance maxi (ch à tr/mn) : 190 à 4000
Couple maxi (Nm à tr/mn) : 400 à 1750
TRANSMISSION
Intégrale
Boîte de vitesses (rapports) : auto (8)
POIDS
Données constructeur DIN à vide (kg) : 1733
Rapport poids/puissance (kg/ch) : 6,4
PERFORMANCES
Vitesse maxi (km/h) : 210
0 à 100 km/h : 7″9
CONSOMMATION
Moyenne normalisée (L/100 Km) : 5,0
CO2 (g/Km) : 131
Puissance fiscale : 10 CV

Prix maximum TTC du Volvo XC40 D4 AWD R-Design : 47 970 €

La Polestar 1 officiellement dévoilée

Le premier véhicule de série signé Polestar est officiellement présenté. Il s’agit de la Polestar 1, prononcé à l’anglaise One, un grand coupé luxueux hybride.

A l’origine, préparateur et partenaire de Volvo en compétition depuis 1996, Polestar a été repris à 100 % par le constructeur suédois en 2015. Mais au lieu d’en faire sa branche sportive, Polestar semble être une nouvelle marque spécialisée dans les modèles électrifiés hautes performances.

Ce n’est pas une Volvo, mais si quand même

La Polestar 1 est tout droit inspiré du concept qui avait annoncé le renouveau esthétique de Volvo fin 2013. Exit les badges Volvo, cependant elle n’a même pas le droit à une calandre ou des signatures lumineuses spécifiques. On se croirait avec DS pour Citroën… L’auto est basée sur la plate-forme modulaire des grandes Volvo série 90, la SPA. Polestar annonce avoir 50% seulement des pièces en commun.

La 1 est la première au monde à recevoir la nouvelle technologie de suspension électronique continue (CESi) d’Öhlins. Gage de légèreté et rigidité, elle adopte une carrosserie réalisée en fibre de carbone.

Puissance et hybridation

La Polestar 1 est une hybride rechargeable, qui associe un quatre cylindres essence à deux blocs électriques. La puissance maxi est de 600 ch, le couple culmine à 1 000 Nm ! Le constructeur annonce une autonomie en mode 100 % électrique de 150 km, la plus grande distance pour une voiture hybride actuellement sur le marché.

Aucune information sur les performances par contre, ni le poids, qui devrait être assez conséquent.

La suite…

La production ne commencera que mi-2019. Elle se fera dans une usine chinoise, à Chengdu, en cours de construction. Fin 2019, cette nouvelle marque lancera une compacte électrique, rivale de la Tesla Model 3. Ce sera d’ailleurs le premier modèle 100 % électrique du groupe Volvo. Puis Polestar lancera un grand SUV, lui aussi 100% électrique.

Photos de la Polestar 1