Essais

Essai de la Caterham Seven 275R

5 minutes de lecture

Petite piqure de rappel… Caterham est une marque née en 1959 en Grande-Bretagne. A l’époque, la marque s’occupe des ventes de la Lotus Seven et obtient ensuite la charge d’assembler l’auto dans ses propres locaux. L’ingénieur en chef du projet Seven (chez Lotus donc), Colin Chapman et sa devise devenue célèbre “Light is Right” (qui revient à dire “Ce qui est léger est bien”) cède en 1973, la totalité des droits de production à Caterham. A partir de ce moment, Caterham devient l’unique marque Anglaise à proposer des autos sur châssis Seven et élabore, au fil des années, une véritable gamme.

Avec des motorisations allant de 80 ch à 310 ch mais aussi des châssis plus ou moins affûtés, cette gamme se montre très complète et répondante à tout types d’utilisations : balades occasionnelles, circuit voir même utilisation quotidienne.

Dans notre cas, cette Seven 275 équipée de son Pack-R semble, sur le papier, créée pour cela : performances et sensations. Mais qu’en sera-t-il vraiment de notre monture d’essai ? Go !

Extérieur

Impossible de la rater… dans sa livrée “Vert Kawasaki” agrémentée d’une triple bande noire matte, notre Caterham a fait tourner toutes les têtes et travailler les zygomatiques. Hormis cette livrée, notre Caterham est très simple, comme toutes ses petites et grandes sœurs, pas de superflu, que des choses nécessaires. De face, nous retrouvons les fameux globes optiques typiques au Caterham, un plaisir a voir, donnant une dose de fun supplémentaire à l’auto (formant comme une bouche et deux yeux avec la large calandre des Seven). Au niveau du profil, les petites jantes en 13″ choisies en option sont du plus bel effet avec leurs rebords polis et renforce l’effet “faible hauteur” de l’auto. Coté passager, l’imposant échappement se dévoile à quelque centimètres du sol et se permettra même quelques touchettes sur de gros appuis. Quant à l’arrière, rien ne le diffère de ses petites et grandes sœurs hormis le badge “Seven 275R”.

Intérieur

A l’intérieur, c’est du Caterham… brut mais cependant bien fini. Nous retrouvons 2 sièges en cuir noir “effet carbone” agrémenté de harnais 4 points offrant un réglage facile ainsi qu’un maintien exemplaire. Le tunnel central se voit lui aussi recouvert de cuir ainsi que de moquette noire pour un intérieur sobre et propre. Pour la suite, belle surprise avec ce tableau de bord en fibre de carbone du plus bel effet. Malgré une petite surface de tableau de bord, toutes les commandes vitales sont présentes à portée de main et les compteurs parfaitement intégrés derrière le volant d’origine Momo (recouvert d’un cache en cuir Caterham). Fixé sur ce tableau de bord, nous trouvons un boitier “ShiftLights” permettant le passage optimal des rapports de vitesses. Disposant du plancher bas, notre modèle d’essai se montre plus agréable lorsque le kit pluie est monté. Cependant, nous regretterons l’absence du châssis SV (spécialement pour les grands/larges pieds), augmentant considérablement la longueur (12cm) ainsi que la largeur (10cm) de l’auto et qui pourrait permettre d’écarter l’espacement des pédales, ou vous auriez tendance a en toucher deux au lieu d’une sur notre 275R d’essai.

Moteur

Le cœur de la bête : un 4 cylindres Sigma d’origine Ford développant 135 ch déjà présent sur les Roadsport mais développant auparavant 120 ch.  Entre autre grâce à une technologie de calage variable “Ti-VCT” intervenant sur l’admission d’air ainsi que sur l’échappement, ce petit 1,6 litres atmosphérique se montrera au fil de l’essai très réactif et plaisant à conduire. A bas régime, le moteur se montre coupleux et affole le compte tour sans rechigner mais de manière linéaire, il faut dire qu’il n’a que 540 kg à emmener! Sans craintes, le moteur s’envole a plus de 7 000 trs/min faisant s’exciter nos shiftlights et offrant un réel plaisir dans un grondement dantesque. Couplé à une boite 6 vitesses avec des rapports très courts, l’efficacité de cette auto est à son maximum offrant des performances impressionnantes pour une faible puissance et cylindrée.

Le 0 à 100 km/h s’écrase en a peine 5″ et l’auto vient tabler sur une vitesse maximale d’environ 195 km/h… pas de quoi passer la barre fatidique des 200 mais de quoi prendre une Vmax très rapidement grâce à une boite parfaitement étagée et offrant de parfaits verrouillages de rapports. Cependant, ne comptez pas taper du chrono sur des circuits offrants d’énormes lignes droites ou d’autres bolides pourraient prendre 250, voir 300 km/h mais cette auto se montrera parfaite sur des circuits sinueux et nécessitant surtout de belles reprises comme pourrait l’être la Boucle Nord du Nürburgring.

Châssis

Concernant le châssis, celui-ci est équipé d’amortisseurs Ohlins réglables en fonction des besoins, que ce soit en dureté comme en hauteur. Le freinage se résume à des étriers 2 pistons au 4 coins ainsi que des disques de 255 mm à l’avant et 232 mm à l’arrière. Malgré une mise à l’épreuve assez rude, le freinage n’aura jamais rechigner à l’appui de notre pied droit. Le feeling est très bon et l’absence d’aide au freinage nous obligera a doser idéalement pour éviter tout blocage de roues. Quant aux pneumatiques Avon CR500 en 13″ de notre modèle d’essai (175/55 R13), la motricité est parfaite une fois les semi-slicks montés en température. Cependant, sur route humide ou grasse, il est préférable de rester sur ses gardes car un coup de gaz mal dosé pourrait vous donnez un peu d’angle et donc une belle suée. Dans cette configuration en 13″ et avec le réglage châssis que possède l’auto, elle doit se montrer plus qu’appréciable sur circuit, là où bosses et nids de poule n’existent pas.

Conclusion

En résumé, cette auto c’est du “à la demande”. Elle sait se montrer docile et parcourir la campagne paisiblement mais son terrain de jeu semble réellement être la piste (surtout avec ce Pack “R”). Le moteur est linéaire mais avale les tours sans rechigner, sans ressentir un quelconque manque de puissance. Les sensations sont au rendez-vous et c’est tout ce que l’on peut demander à ce type d’auto, le fun allant avec. Malgré un tarif d’achat plutôt haut placé, cette Caterham Seven 275 saura se rattraper grâce à de faibles coûts d’entretien, des consommables peu chers ainsi qu’une consommation plus que raisonnable, avec moins de 7 L/100 Km consommés sur la totalité de notre essai (campagnes, départementales et autoroutes). C’est donc avec un très bon avis que nous quittons cette Seven 275 R pour la laisser repartir vers ses contrées Anglaises… en attendant de rencontrer sa grande sœur, Seven 485, a priori d’une grande violence.


Prix maximum TTC du modèle de base : 36 714 €

  • Jantes aluminium 14″ équipées en pneumatiques Avon ZV3
  • Boite manuelle 5 vitesses
  • Amortisseurs De-Dion
  • Bouton de démarrage
  • Chauffage
  • Saute-vent

Et comme options:

  • Pack “R” (Sièges cuir “carbone” réglables, Différentiel à glissement limité, Amortisseurs réglables Bilstein, etc..) à 7 200,00 €
  • Boite manuelle 6 vitesses à 2 688,00 €
  • Pack pluie (Pare-brise, portes et capote) à 1 764,00 €
  • Plancher bas à 558,00 €
  • Afficheur Shift Light à Leds à 426,00 €
  • Jantes aluminium 13″ équipées en pneumatiques semi-slicks Avon CR500 à 348,00 €
  • Tonneau cover à 240,00 €

Elle s’affichait donc à 49 938,00 €

Photos de la Caterham Seven 275R

Fiche Technique
MOTEUR
Type : 4 cylindres en ligne, 16 soupapes
Position : Longitudinal AV
Alimentation : Atmosphérique
Cylindrée (cm3) : 1596
Puissance maxi (ch à trs/mn) : 135 à 6700
Couple maxi (Nm à trs/mn) : 160 à 4250
TRANSMISSION
Propulsion
Boîte de vitesses (rapports) : Manuelle (6)
POIDS
Données constructeur DIN à vide (kg) : 540
Rapport poids/puissance (kg/ch) : 4
PERFORMANCES
Vitesse maxi (km/h) : 196
0 à 100 km/h : 5″
CONSOMMATION
Moyenne normalisée (L/100 Km) : 6,3
CO2 (g/Km) : 147
Malus écologique : 900 €
Puissance fiscale : 8 CV

Nos remerciements à Caterham UK ainsi qu’à Verbaere Automobiles pour le prêt du véhicule

Crédits Photos : Joris Clerc / Cadart Emeric pour Speedguerilla

Thomas Boulenger

Blogueur auto depuis 2009, je partage avec passion mes essais et mes voyages autour de l'auto. J'aime quand ça va vite, mais avec l'âge je commence à apprécier le confort du cuir...
Articles similaires
Essais

Essai Audi A6 allroad 50 TDI

4 minutes de lecture
Nous voici déjà la 4éme génération d’Audi A6 allroad quattro en 20 ans. L’idée reste toujours la même: une voiture spacieuse, avec…
Essais

Essai Volvo S60 T8 Polestar engineered

4 minutes de lecture
Volvo lance sa nouvelle berline S60, première Volvo construite aux États-Unis mais dernière d’une gamme désormais complètement renouvelée! Direction Cassis, pour un…
Videos

Essai vidéo - Audi TT Roadster 2019

1 minutes de lecture
Mes premières impressions sur la nouvelle Audi TT Roadster dans sa finition S Line associée au moteur 2.0L TFSI de 245ch. L’essai plus complet est à retrouver dans la rubrique ESSAIS du site.

3 Comments

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

dix-sept − 9 =