Reportage

Paris-Modena 2018

4 minutes de lecture

S’il y a bien un défi qui m’a marqué durant cette année 2018, c’est ma participation au Paris-Modena !

Une aventure humaine

Le Paris-Modena c’est quoi? C’est un évènement cycliste unique en son genre partant de Paris pour rejoindre Modène en Italie cinq jours plus tard. Ce n’est pas une course non plus, car l’objectif est bien entendu que tout le monde soit à l’arrivée, tous les niveaux sont les bienvenus. C’est aussi une belle action pour l’association Rêves, car chaque kilomètre parcouru permet de récolter des fonds.

Encore une fois, le Paris-Modena a attiré un grand nombre de VIP comme l’acteur et ancien pilote de F1 Paul Belmondo, le coach de l’équipe cycliste d’Italie et ancien coureur Davide Cassani, d’anciens cyclistes professionnels tels que Alessandro Ballan, Marco Velo et Paolo Fornaciari. José Miguel Antúnez est également présent, ancien capitaine de l’équipe de basket Espagnole, la skieuse Italienne Manuela Moelgg, le chef étoilé Michelin Andrea Sarri et Matteo Panini, propriétaire du musée Panini, qui abrite l’une des plus importantes collections de voitures Maserati au monde.

Paris Modena 2018

Le vélo

Pas besoin de venir avec son vélo. L’organisation met à disposition de magnifiques Specialized S-Works Roubaix. Un nom assez évocateur pour quelqu’un venant du Nord comme moi. Le Roubaix se distingue par sa suspension Future Shock pour encore plus de confort. Elle offre un débattement de 20 mm au-dessus de la douille de direction. Cette technologie a été mise au point dans le cadre d’un partenariat avec McLaren.

Le cadre S-Works exceptionnel de ce Roubaix reçoit la transmission électronique Shimano Dura-Ace 9150 Di2, des freins à disque hydrauliques Shimano 9170, une gamme complète de composants S-Works et des roues Roval CLX 32 fabriquées à la main, avec roulements CeramicSpeed et moyeux spécifiques. Le tout crée un vélo de compétition avec la technologie pour aborder confortablement les plus mauvaises routes.

Difficile de faire mieux en terme de monture. Il est bien sur équipé des nouveaux pneus Pirelli P Zero Velo 4S. Un pneu adapté aux conditions climatiques changeantes avec une bonne adhérence sur sol mouillé et une protection anti-crevaison.

Et l’encadrement…

Vous aurez remarqué les superbes Maserati pour les voitures suiveuses. Les casques et les lunettes sont fournies par Salice. Et pour donner des forces, c’est 226ers qui s’est occupé des compléments alimentaires.

La tenue est magnifique n’est ce pas? Elle est réalisée sur mesure par les vêtements Gautier , une fabrication 100% Française puisque les ateliers sont situés dans les Bouches-du-Rhône.

Un médecin est présent et des motards sécurisent les chemins empruntés. Les conditions sont parfaites pour se faire plaisir!

Paris Modena 2018

Dépassement de soi

A cette époque mon niveau du vélo se situait encore en mode débutant, mes sorties ne dépassant les 300m de dénivelé. Première étape de ce Paris-Modena 2018, un départ de la mairie de Mens pour une arrivée au Chamois d’or en haut de l’Alpe d’Huez. En résumé: 2413m de dénivelé.

Le départ s’effectue en douceur. Après quelques kilomètres, je déraille, une péripétie qui m’oblige à accélérer le rythme pour rejoindre le groupe. Heureusement nous ferons des pauses pour se ravitailler.

Paris Modena 2018

Premier gros morceau (pour moi), le col d’Ornon. Situé à 1 367 mètres d’altitude, il relie Bourg-d’Oisans via Ornon au nord à Entraigues via Chantelouve au sud. Avec une pente moyenne à 6% et des parties à 8%, il permet déjà de bien s’échauffer. Je grimpe à mon rythme en compagnie de Manuela Moelgg, championne Olympique, c’est mentalement très motivant, beaucoup moins lorsqu’elle accélère le rythme et me dépose à 200m de l’arrivée.

La descente permet de refroidir le corps, et la température dépasse les 30° lorsque nous arrivons groupé au pied de l’Alpe d’Huez. L’ascension présente un profil de 13,8 km à 7,9 % de moyenne. La montée de l’Alpe d’Huez est constituée de 21 virages numérotés en ordre décroissant par des panneaux indicateurs et hormis un virage qui nécessite une relance, les virages constituent à chaque fois un replat. Mais faut-il encore les atteindre!

Et je vous avoue qu’à ce moment là, je suis vraiment rentré dans le dur, le vif du sujet, le petit crachat dans les mains, la sortie de tripes, utilisé l’expression que vous voudrez, mais c’était un mur qui se dressait devant moi. Dès le premier virage, je met pied à terre. Impossible de remuer les jambes pour aller plus loin. Une Maserati s’approche avec à son bord des coéquipiers qui ont préféré le confort du cuir de l’italienne à la dureté de la selle en carbone.

C’est à ce moment là que tout se joue au mental. Un organisateur me lance: Vous voulez abandonner? Dans ma tête, il en est hors de question, ça prendra le temps qu’il faut, mais je veux grimper. Je ne compterais pas le nombre de fois où je met pied à terre, où je vide mes gourdes avant de les confier à la voiture d’assistance pour gagner quelques précieux grammes, ou je retire mes gants tellement il fait chaud.

Quelques virages plus loin, l’organisateur me souffle: Vous êtes vraiment courageux! Mais je ne suis pas seul. Certains sont déjà arrivés en haut certes, mais je partage la roue avec Guido Giovannelli, président de Maserati Japon, et d’autres dont la montée se fait ardue. Il ne faut pas lever la tête, juste continuer à tourner les jambes à un rythme suffisant. Un juste milieu à trouver pour continuer à avancer et ne pas emballer le cœur.

Les jambes piquent, les virages s’enchainent, doucement, les uns après les autres. Puis enfin, c’est la délivrance, je rentre dans Huez. Passe la mythique arrivée, il reste encore quelques mètres avant d’arriver au Chamois d’Or. Le bonheur m’envahit, c’est fait. Je confie mon vélo à l’assistance technique ( qui fut au top ) pour rejoindre la terrasse où Manuela Moelgg est déjà douchée…

Chacun se raconte ses exploits, ses passages, ses souffrances et ses plaisirs! Mais tout le monde est heureux d’être en haut! Je rejoins ma chambre, et je file directement dans ma douche. Tenir debout n’est pas évident et le repas est une bénédiction. L’aventure s’est arrêtée là pour moi, devant rejoindre Paris pour d’autres obligations…

L’association Rêves

Rêves est une association nationale à but non lucratif, reconnue œuvre de bienfaisance. Depuis sa création en 1194, elle a pour mission d’exaucer les rêves d’enfants et d’adolescents très gravement malades.

Vous pouvez retrouver l’association ici.

Paris Modena 2018

Merci!

Le Paris-Modena 2018 et l’ascension de l’Alpe d’Huez reste à ce jour mon plus gros défi personnel où j’ai autant souffert que pris du plaisir à l’achever. J’ai réalisé de très belles rencontres à travers des paysages magnifiques, et c’est aussi ça le Paris-Modena.

Un énorme merci à la complicité de Pirelli pour m’avoir permis de participer à cette aventure hors-norme!

Articles similaires
Essais

Essai Maserati Ghibli 3.0L Diesel V6 275ch

3 minutes de lecture
Maserati a des plans de croissance ambitieux, et la Ghibli fut la première à mener la charge (rejoint aujourd’hui par le gros…
Loisirs

Force India roule en WyndyMilla

1 minutes de lecture
WyndyMilla reste fournisseur officiel de l’écurie de F1 Sahara Force India. Le petit constructeur de vélo Italien fournira à l’équipe des vélos…
Reportage

GP de France de F1 2018

3 minutes de lecture
Dimanche 24 juin 2018, j’étais au Castellet pour le retour du Grand Prix de France de Formule 1. Invité par Pirelli, j’ai…

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *