Essais

Essai VW Golf 8 GTD 200ch

5 minutes de lecture

La Golf GTD a longtemps été la sœur sensée de la GTI: plus économe sur le papier et idéale pour les conducteurs qui roulent beaucoup tout en gardant une certaine excitation de conduite. Mais le diesel est devenu un gros mot ces dernières années, alors est ce toujours le cas?

Design

Volkswagen est fidèle à sa tradition du copier-coller et la recette fonctionne encore. Voici donc la VW Golf 8 GTD, la compacte à l’allure sportive et agréable à conduire. L’ensemble ressemble fortement à la dernière Golf GTI, et là où la Golf GTI a des détails rouges, sur la GTD, ils sont argentées.

On retrouve la calandre en nid d’abeilles et le liseré qui s’étend sur l’avant jusqu’aux phares à LED. À l’arrière, la Golf GTD se distingue par sa double sortie d’échappement chromée à gauche, tandis que sur la GTI, ils sont de part et d’autre du bouclier. On notera la présence d’un becquet de toit et des feux arrières à LED.

Les jantes sont spécifiques, ici en 19 pouces, et reconnaissables grâce à de petits appendices aérodynamiques qui apparaissent sur le flanc des passages de roues, elles obligent aussi à cocher l’option DCC ( amortissement piloté ).

L’apparence est sportive et élégante. Cela reste très sobre, tout en valorisant la ligne de la Golf 8.

A l’intérieur

La GTD a le même intérieur de base que la Golf 8, ce qui est une bonne chose. Tout est très minimaliste et élégant, avec quelques boutons physiques. Vous bénéficiez également d’un éclairage d’ambiance avec 30 couleurs personnalisables. Et il y a même un bouton de démarrage élégant qui clignote en rouge avant de démarrer le moteur.

Le tableau de bord et les garnitures de portes présentent également un design en nid d’abeilles soigné, qui met l’accent sur le thème sportif. Un écran tactile central domine le tableau de bord, et en dessous se trouve une rangée de touches tactiles. Il faut trouver le bon doigté afin de s’en servir correctement.

Un écran numérique de 10 pouces remplace les cadrans conventionnels, qui peut être configuré à sa guise. Il porte le doux nom de cockpit digital Pro et comporte, entre autres, un affichage spécifique à la Golf GTD. L’écran central de 8 pouces fonctionne comme un smartphone. Les deux écrans répondent rapidement aux demandes, que ce soit au toucher ou à l’aide des boutons sur le volant, et les graphiques sont tous nets et clairs.

Le reste de l’intérieur est suffisamment spacieux et les deux occupants avant sont assis sur de grands sièges sport en tissu avec les montants en alcantara, ils sont dotés d’un excellent confort, et l’alcantara permet un bon maintien en virage.

Tout est bien construit et les touches sportives telles que les sièges sport sont présentes et correctes. Mais tout ce qui se passe en dessous du volant est décevant, je parle bien sûr des plastiques utilisés qui ne sont plus au niveau qu’on attend d’une VW. Dommage.

Moteur

Si la première GTD embarquait un 1.6L turbo diesel de 70ch et 133Nm en 1982. Aujourd’hui, le 2.0L développe désormais 200ch et 400Nm tout rond. Quel progrès! c’est 45ch de moins que la GTI et la GTE, mais cela n’en reste pas moins la Golf diesel la plus puissante de l’histoire. Surtout que son couple n’est pas en reste, muselé par le différentiel XDS, il permet à la fois une utilisation très agréable en ville et des reprises tonitruantes.

VW affirme que ses deux convertisseurs catalytiques et ses deux injecteurs d’AdBlue font également du moteur du GTD l’un des «moteurs diesel les plus propres au monde» avec une considérable réduction de la production d’oxyde d’azote (NOx). Cela ne devrait pas trop plaire aux écolos qui ne jurent que par l’électrique, mais les moteurs diesel ont extrêmement progressé. Associée obligatoirement à une boite automatique DSG7, la consommation moyenne est annoncée à 5.4L/100km. Vous ne pouvez pas vous imaginer quelle fut ma surprise en consultant ma consommation moyenne au tableau de bord à … 5.4L!

En plus de s’annoncer propre, ce moteur diesel est performant et permet à la GTD de réaliser le 0 à 100km/h en 7.1 sec. C’est un peu plus lent que la GTI qui réalise le même exercice en 6.3 sec. La vitesse maxi s’établit à 245 km/h à titre indicatif.

Au volant

La GTD repose sur l’excellente plateforme MQB. Avec un résultat à la hauteur des attentes en matière de conduite: La direction est bien pondérée, précise et naturelle dans sa réponse, et les freins sont suffisamment réactifs et puissants sans se sentir surchargés.

En mode Sport, le couple se ressent presque à partir du ralenti, et il y a très peu de latence du turbo à gérer. Cela complète superbement la transmission à double embrayage DSG, à condition d’accepter et de préparer le patinage typique de l’embrayage au décollage. A noter qu’un son artificiel rend l’ambiance plus sportive, il ne m’a pas dérangé, mais pour les allergiques, il est tout à fait possible de le désactiver en passant en mode Individuel.

L’amortissement piloté est lui aussi réglable, il ne transforme pas la GTD en planche de bois dans le réglage le plus dur, mais vous arrivez quand même à sentir la différence entre les niveaux. L’ensemble reste particulièrement confortable, avec un bon maintien latéral pour garder la voiture sur sa trajectoire. Comme pour beaucoup de VW, la GTD est mature et calibrée avec précision pour engloutir les kilomètres.

Même en poussant fort, le châssis se révèle agile, une bonne surprise vécue lors de mon premier contact avec la golf 8. Mais il faut surtout aborder la GTD comme une auto rapide et efficace, plutôt que sportive. Le moteur diesel est d’une puissance impressionnante, tout en consommant peu. Le TDI est souple en bas du compte-tours et il autorise des reprises éclairs grâce au couple de 400 Nm qui déboule dès 1 750 tr/min. Il y a aussi ce sentiment de solidité, et pour de nombreux clients de Golf, ce sera exactement ce qu’ils recherchent dans une GTD.

Restent les modes Confort ou Economy, et là encore la boîte DSG7 fait du bon travail pour s’adapter à la situation. Car lorsqu’on choisit une GTD, c’est que l’on va faire de la route. Elle excelle dans ce domaine, avec une isolation sonore et un confort surprenant. Le contrat semble rempli!

Conclusion

Baroud d’honneur? Peut être avons nous là la dernière Golf GTD de l’histoire. Elle continuera de s’adresser à un public gros rouleur qui apprécie les compactes puissantes et économes en carburant. L’objectif semble parfaitement rempli surtout que la concurrence est aujourd’hui quasiment inexistante!

Photos de la VW Golf 8 GTD

Fiche Technique de la VW Golf 8 GTD

MOTEUR
Type : 4 cylindres 2.0L turbocompressé
Position : Transversale avant
Cylindrée : 1968 cm3
Puissance maxi : 200 ch
Couple maxi : 400 Nm
TRANSMISSION
Traction
Boîte de vitesses (rapports) : automatique (7)
POIDS
Données constructeur à vide : 1465 kg
Rapport poids/puissance : 7,32 kg/ch
PERFORMANCES
Vitesse maxi : 245 km/h
0 à 100 km/h : 7″1
CONSOMMATION
Moyenne normalisée : 5,4 L/100 Km
CO2 : 137 g/Km
Puissance fiscale : 11 CV

Notation

8.0

Sex Appeal

8.5

Vie à bord

8.0

Performances

8.0

Plaisir de conduite

Ce que j'aime

  • +Consommation
  • +Raffinée et confortable
  • +Rapide

Ce que j'aime moins

  • -Qualité perçue de certains plastiques

Thomas Boulenger

Blogueur auto depuis 2009, je partage avec passion mes essais et mes voyages autour de l'auto. J'aime quand ça va vite, mais avec l'âge je commence à apprécier le confort du cuir...
Articles similaires
8.4
Essais

Essai VW Golf 8 GTI 245ch

4 minutes de lecture
La Golf GTI est une icone, c’est elle qui représente la première compacte sportive. Nous en sommes déjà à la 8ème génération,…
7.9
Essais

Essai de la Volkswagen ID.4

5 minutes de lecture
Après un essai concluant de l’ID.3 en septembre dernier, et une première rencontre en statique, j’étais curieux de passer derrière le volant…
Videos

Essai vidéo - VW ID.3

1 minutes de lecture
Mes premières impressions sur la nouvelle VW ID.3 dans sa finition 1st max. L’essai plus complet est à retrouver dans la rubrique…