Test Shimano RC5

La Shimano RC5 est une chaussure de vélo route milieu de gamme qui vient se placer entre les économiques RC1 et RC3, et les hauts de gamme RC7 et RC9. Le juste milieu?

Comme pour le groupe de transmission Shimano 105, ces chaussures bénéficient directement des technologies développées sur les modèles supérieurs, et déclinées ici en version plus économique. Elles sont disponibles en blanc, noir et un bleu électrique très sympa.

Les qualités de la RC5

Logiquement, la RC5 est à la frontière entre une chaussure haute performance prête pour la course et une version confortable axée sur les loisirs, avec quelques caractéristiques remarquables.

La tige en cuir synthétique/TPU reçoit de nombreuses perforations pour l’aération du pied. Cela se ressent bien sur beaucoup plus en hiver, pour le coup j’utilise tout simplement une chaussette plus épaisse, voir un couvre chaussure lorsque les températures sont vraiment basses. Les jours les plus chauds, cela permet de garder simplement vos orteils au frais avec efficacité.

Un coup d’œil à la RC5 et il est facile de voir qu’elle appartient à la même famille que la S-Phyre de Shimano. Son look fait haut de gamme, uni. En tout cas, elle fait douter de la nécessité de monter plus haut dans la gamme si vous êtes simple cycliste.

L’ajustement

La tige élégante est conçue comme une unité monobloc, visant à envelopper le pied uniformément et en toute sécurité. Il ne s’agit évidemment pas d’une seule pièce de matériau, mais l’utilisation de panneaux collés ou thermosoudés permet de conserver un aspect extérieur relativement homogène. La chaussure comporte une languette enveloppante sur le dessus. Cette dernière est maintenu en place avec une bande élastique mais s’avère être la seule véritable faille de la RC5.

J’ai trouvé que le bord intérieur avait tendance à se froisser et à causer de l’inconfort à chaque fois que je mettais la chaussure. On peut bien sur le remettre en place, mais c’est pénible quand ça arrive.

Par contre, la molette Boa L6 offre un ajustement micro-métrique, mais seulement au niveau du serrage. Pour desserrer, il faut tirer sur la molette pour libérer complètement le système. Le maintien de l’ensemble du pied est très efficace. Personnellement, après plusieurs heures, je les desserre légèrement car le pied a tendance à gonfler avec l’effort. Le système Boa est complété par une petite sangle velcro qui semble anecdotique pour le coup.

La rigidité

La semelle extérieure en nylon renforcé de carbone est annoncée avec un indice de rigidité de 8/12.

Concrètement, cela signifie qu’à l’arrêt on sent une légère flexion au niveau de la cale. Et une légère torsion sous la semelle au niveau du talon. En pédalant, cela n’est sensible qu’en pédalant en force. Et encore, ce n’est pas avec mon poids qu’il se passe grand chose.

D’ailleurs, c’est plus dans les relances énergiques que l’on peut sentir la base du talon flotter un peu. En fait, celui-ci est tellement bien maintenu que ce n’est pas franchement gênant.

De toute évidence, la rigidité est bonne pour des sorties de plusieurs heures.

Conclusion

Avec un prix raisonnable (on tends vers les 100€), les Shimano RC5 permettent de rouler avec une chaussure rigide, capable de répondre à vos attentes en compétition, tout en étant confortable pour les sorties du dimanche.

A noter que Shimano a sorti la nouvelle génération des RC5, les RC502.

Photos de la Shimano RC5

Publié par

Thomas Boulenger

Blogueur auto depuis 2009, je partage avec passion mes essais et mes voyages autour de l'auto. J'aime quand ça va vite, mais avec l'âge je commence à apprécier le confort du cuir... Ma deuxième passion est le vélo. Vous avez du le voir!

Quitter la version mobile