Essai de la Renault Megane RS 2012

La Megane RS c’est un peu LA référence des compactes sportives. Connue et reconnue dans le milieu pour ses temps records sur le Nurburgring… Jusque là, pas de surprise, sauf que la neige s’est invitée à cet essai: 600km en mode sports d’hiver!

La Megane RS collection 2012 est encore plus radicale que la précédente version. Si les différences sont minimes de l’extérieur, sous le capot c’est surtout 15ch et 20Nm qui viennent prendre place à côté des 250ch et 340Nm déjà présent dans le 2.0L turbo! Il est associé à une boite 6 rapports, elle est ferme, plaisante à manier et surtout bien étagée.

Question look, elle en impose déjà beaucoup au premier regard. Gueule béante encadrant une lame F1 se terminant par une bande de LED, jantes énormes remplissant les passages de voies élargies, sortie centrale et enfin, un jaune sirius qui ne trompe pas. Pour ceux qui préfèrent la discrétion, sachez qu’il existe des couleurs beaucoup plus discrètes comme le blanc ou le noir.

Les pneus été ne sont pas vraiment le meilleur choix pour affronter la neige. Mais ils ont eu le mérite de mettre en avant les qualités intrinsèques du châssis dans des conditions extrêmes.

De face, la Megane RS affiche son regard de braise.

Tandis qu’a l’arrière sa sortie centrale crapote gentiment, elle distille une musique envoûtante sans être étouffante.

Sur la version 2012, la partie châssis évolue avec le recours obligatoire au châssis Cup qui comporte un différentiel à glissement limité. Sur la neige, la rigueur du châssis permet de ressentir chaque perte d’adhérence et de corriger immédiatement le tir au volant. Sur le mouillé où il nous a été permis d’accélérer pleine charge, le couple est parfaitement maîtrisé pour ce niveau de puissance.

Pour le circuit, ça ne sera pas pour cette fois!

A l’intérieur on reconnait l’environnement de la Megane. Sauf que Renault Sport y appose une touche personnelle.

Option indispensable, les sièges baquets Recaro et siglés Renault Sport.  Le maintien est parfait et le look sans équivoque.

La clim et l’autoradio proviennent de la Megane de série. Pas de surprise sur ce point.

Contrairement à la Megane de série, la Megane RS préfère les aiguilles. Simple et efficace.

Les plastiques noirs brillants sont certes du plus bel effet mais attention aux rayures!

En mode Normal le Stop and Start est activé. 250 chevaux,  un couple de 340 Nm, l’assistance au freinage d’urgence et l’ESC sont opérationnels. Une pression sur l’ESC et celui ci devient plus permissif, le Stop and Start se désactive, le couple passe à 360 Nm et la puissance à 265ch. Le régime moteur accélère comme un rythme cardiaque qui s’emballerait: jouissif! Un appui plus long désactive toutes les aides à la conduite, mon mode préféré!

L’accélération est franche, soutenue, mais surtout continue! Ce qui se confirme sur les courbes de puissance.

Le problème sous la neige avec l’ESP? Il coupe l’accélérateur dés que ça glisse, mais pour s’amuser, rien de tel que sortir du virage grâce à un contre braquage et une accélération bien dosée! Les puissants freins ne servant ici qu’a inscrire l’auto en courbe.

Complètement givré? Pas du tout.

Sous les projecteurs et après une bonne séance de glisse, la Megane RS affiche ses traits de caractères.

Retour sur Paris. Les meilleures conditions durant ce weekend: 300km d’autoroute détrempée!

Nous achevons l’essai avec un raisonnable 9L/100km de moyenne. Une conduite souple adaptée aux conditions climatiques nous a permis de maîtriser les consommations. Pas vraiment une priorité sur une sportive aussi dynamique mais avec le prix de l’énergie, être sobre est toujours bienvenue!

Au final, les qualités de cette auto résident dans un châssis en parfaite adéquation avec le moteur pour une efficacité optimale. En soit ce n’est pas une surprise, c’est une Renault Sport.

Photos de la Renault Megane RS Collection 2012

Jaguar au Mondial de Paris 2012

J’ai envie de dire: enfin! Quel plaisir de voir cette belle F-Type sur le stand Jaguar. La version définitive est superbe, peu importe la couleur.

La baby Jag’ a pour l’instant une copie parfait et devrait connaitre un succès commercial sans pareil.

La reprise par l’Indien Tata a du bon… serait-il plus Anglais qu’un Anglais?

BMW au Mondial de Paris 2012

Chez BMW les nouveautés sportives se font discrètes cette année… La petite M135i récemment essayé reçoit dorénavant le xDrive.

La série 3 est désormais disponible avec les accessoires M Performance en attendant une véritable M beaucoup plus sensationnelle! Les bandes noires ne sont pas obligatoire. Elle adopte des jantes 20 pouces, un système de freinage BMW M Performance, le nouveau châssis BMW M Performance ainsi que le kit aérodynamique.

Parmi les M, on a le droit à une M5 gris mat et une M6, toutes les 2 avec un tableau de bord rempli de carbone.

On attends donc avec impatience les nouvelles déclinaisons sportives, c’est à dire M3 et M4, et aussi celle de demain: la i8, encore une fois exposée.

McLaren au Mondial de Paris 2012

Il ne s’agit que d’une maquette mais elle attirait toutes les attentions, la P1 est la McLaren que tout le monde attendait. Elle succédera dans les années à venir à la mythique F1.

Sans surprise, elle utilise le savoir faire de la marque en F1. Son look futuriste qui intégre le logo, particulièrement visible dans les phares est une vraie réussite dans le monde des supercars.

De quoi faire de l’ombre à ses deux voisines de stand: la MP4-12C Coupé et la Spider.

Peugeot au Mondial de Paris 2012

Peugeot Onyx

C’est l’une sinon LA star du Mondiale. Association de matériaux bruts, look aguicheur, la Onyx en impose! Le cuivre laissé tel quel évoluera dans le temps. Il est aussi assez rare de voir un concept rouler, Peugeot affirme avoir franchi les 200km/h, prochaine étape: les 300! Il faut dire qu’avec un poids de 1100kg et le 3.7L V8 hybride de 680ch, la tache devrait se voir faciliter…

Peugeot 208 GTI

En apposant le badge GTI sur sa petite 208, Peugeot sait que la Lionne sera attendue au tournant, surtout par rapport à sa devancière la 207 S16. Plutôt discrète d’apparence, ses qualités se trouveront au niveau du châssis et du 1.6L THP 200ch accouplé à une boite au rapport raccourci.

Peugeot 208 R5

Première apparition publique pour la nouvelle 208 de rallye.  La R5 sera bientôt présente en IRC, on ne sait pas encore si un team officiel sera de la partie. En tout cas, elle a l’air rapide… à l’arrêt! Avec ses ailes bodybuildées, c’est certainement la raison pour laquelle j’ai trouvé le look de la GTI assez discret!

Peugeot RCZ-R

60ch de plus dans la RCZ? Je prend! A noter que ce concept disposait de véritables baquets.

Abarth 695 Fuori au Mondial de Paris 2012

La principale nouveauté sur le stand Abarth est la présence de la belle 695 Fuori et par la même le lancement du programme de personnalisation Fuoriserie.

Le petit préparateur Italien offre à ses clients des prestations dignes des plus grands.

Envie d’une casquette Ferrari?

5e slalom de la vallée heureuse 2012

Gros succès pour cette 5e édition du slalom de la vallée heureuse. Avec 95 classés, c’est un plateau conséquent que les organisateurs ont dû gérer!

Hélas une invitée surprise s’est mêlée à la fête: la tempête! Pluie, vent, et foudre ont contraint le directeur de course à annuler les 2 dernières manches. Ces conditions difficiles ont mis à mal la suprématie des monoplaces et autres barquettes. Surprise donc sur le podium, on retrouve le proto à base de Fiat 126 de Nicolas Fouquer alias Satanas, suivi de Pierre-Alexandre Perrin sur la Peugeot 206 de la famille Andrieux et Guillaume Waguet sur la 306 S16 d’Aurélien Piquet.

Encore et toujours une excellente performance de Guillaume Hermant sur sa modeste Saxo qui réalise le 10e temps scratch et hisse haut les couleurs de SpeedGuerilla!

Classement général

[download id= »22″]

[download id= »23″]

Photos du 5e slalom de la vallée heureuse

Devis gratuit pour photo HD et impression.

Teaser de la vidéo du 5e slalom de la vallée heureuse

Quitter la version mobile