Essais

Essai de la Lexus RC F V8 477ch

4 minutes de lecture

Lorsque la RC reçoit le badge F, on attend beaucoup de sport. En effet, encore trop peu réputé, le F de Lexus est comparable à AMG pour Mercedes ou RS pour Audi. Initiale de Fuji Speedway, le circuit où Lexus réalise la plupart de ses essais à haute vitesse, vous l’aurez compris le label F symbolise le summum de la sportivité de la marque. Essai donc de cette RC F sur la piste d’essai Michelin de Fontange à côté de Marseille.

Parlons tout d’abord du design, le style de ce coupé RC respire la culture Japonaise. L’avant est très agressif avec l’énorme calandre trapézoïdale et un discret motif en F. Le capot en plastique renforcé de fibre de carbone, plus haut que celui du RC classique, cache un moteur puissant à la manière d’une BMW M4. Les sorties d’air intégrées aux ailes avant améliorent le refroidissement du moteur et les gros freins logés derrière les jantes de 19’’ en aluminium forgé donnent le ton, sans oublier les sorties d’échappement superposées.

Intérieur

A l’intérieur, on retrouve un tableau de bord largement repris de la berline IS. Toujours aussi bien fini, on remercie au passage le talent des maîtres artisans Takumi, mais toujours aussi compliqué à appréhender avec beaucoup de commandes et un pavé tactile difficile à manier.

Le nouveau combiné d’instruments est réservé aux versions F. Le design s’inspire de l’instrumentation de bord d’un cockpit d’avion, caractérisée par la richesse des informations dont le constructeur vante la lecture simple et rapide. Le tachymètre grimpe jusqu’à 340 km/h!

La techno embarquée est complète pour une sécurité maximale. On notera le confort général et les baquets qui sont une invitation au voyage.

Moteur

Côté mécanique, nous sommes loin des moteurs suralimentés qui se mènent sur le couple. Ici c’est un bon gros V8 atmo de 5.0L qui officie sous le capot, une espèce en voie de disparition.

Très souple à bas régime, ce V8 de 477ch offre un bel agrément qui devient de plus en plus rare. D’abord linéaire, la mécanique se réveille à partir de 4500 tr/min et devient même rageuse à 5500 tr/min. La puissance maxi est atteinte à 7100 tr/min tandis que le rupteur intervient à 7300 tr/min, on ne l’atteindra jamais en laissant la boite en mode automatique. Le couple maxi de 530 Nm est haut perché à 4.800 tr/min.

Les 477 chevaux sont transmis aux roues arrière par l’intermédiaire d’une boîte automatique à huit rapports, développée par Aisin et retravaillée chez Lexus. Les temps de passage se font en seulement 100 ms en Sport+ mais la gestion globale n’est pas irréprochable. Rapide en conduite dynamique, elle est un peu perdue si on la bouscule.

Malgré les 1800 kg à vide, il lui suffit de 4,5 secondes pour atteindre les 100 km/h. Le 80 à 120 km/h s’effectue en 3,7 secondes, et elle met 12,5 secondes au 400 m. La vitesse est bridée électroniquement à 270 km/h.

Le son du V8 est plutôt sympathique et on se passera de l’amplificateur Active Sound Control qui dénature ce son via les haut-parleurs (actif uniquement en mode Sport S+). Les modes de conduite parlons en: il y en a plein et pour toutes les situations! Une molette permet de choisir entre quatre programmes pour le moteur et la boîte (Eco, Normal, Sport S et Sport S+). Un bouton permet également d’activer un mode spécial neige. Un autre bouton commande l’ESP (Quatre modes), tandis qu’un troisième gère le différentiel actif facturé 4 500 € (Trois modes supplémentaires). De quoi faire mumuse pendant un certain temps…

Châssis

Du coup, grâce à ce système, le Lexus RC F fait preuve d’une vraie polyvalence. Il dévoile ainsi un confort surprenant sur longs parcours, grâce à son insonorisation, sa boîte et ses suspensions.

Deux types d’autobloquant sont disponibles : un Torsen à l’ancienne et un à répartition vectorielle du couple, fourni par ZF. C’est de ce dernier dont notre modèle d’essai disposait, une option à 4500€. Par rapport à un Torque Vectoring classique qui va simplement freiner la roue intérieure, celui-ci gère la pression des embrayages à fournir à l’aide de deux moteurs électriques. Chaque roue est indépendamment contrôlée et pour chacune qui est accélérée, son opposée est inversement freinée à intensité équivalente. L’avantage est que les freins ne sont en fait pas sollicités! Très utile sur circuit, même si le freinage s’est révélé endurant et puissant.

Trois modes de vectorisation sont disponibles : Normal, Slalom et Track et la différence entre le premier et les deux autres est flagrant! Le sous-virage est en grande partie endigué et la RC F se montre performante dans les petits enchaînements.

On trouve ici l’avantage du moteur atmosphérique, avec une arrivée plus progressive du couple, qui améliore la motricité et rend les réactions du châssis plus progressives aux limites d’adhérence. De quoi la rendre accessible quel que soit son niveau de conduite.

Conclusion

Au début aseptisée puis totalement dévergondée après quelques tours de molette, la Lexus RC F cultive les paradoxes. Plus GT que pistarde, cette Japonaise vous permettra de voyager au son du gros V8 atmo!

Prix maximum TTC du modèle de base : 79 790 €

Prix maximum TTC du modèle essayé (finition GT) : 88 790 € ; avec de série:

  • Sellerie en cuir semi-aniline
  • Peinture métallisée Bleu Saphir Métallisé (8X1)
  • Toit ouvrant électrique entrebâillant et coulissant
  • Système Audio à 17 haut-parleurs Mark Levinson® Premium Surround avec lecteur simple CD/DVD
  • Système de Navigation Premium avec cartographie européenne sur carte SD

Et comme options:

  • Différentiel arrière à répartition vectorielle de couple (TVD) à 4 500,00 €

Photos de la Lexus RC F 477ch

Fiche Technique
MOTEUR
Type : V8
Position : AV
Alimentation : Atmosphérique
Cylindrée (cm3) : 4969
Puissance maxi (ch à tr/mn) : 477 à 7100
Couple maxi (Nm à tr/mn) : 530 à 4800
TRANSMISSION
AR
Boîte de vitesses (rapports) : automatique (8)
POIDS
Données constructeur DIN à vide (kg) : 1765
Rapport poids/puissance (kg/ch) : 3,7
PERFORMANCES
Vitesse maxi (km/h) : 270
0 à 100 km/h : 4″5
CONSOMMATION
Moyenne normalisée (L/100 Km) : 10,8
CO2 (g/Km) : 251
Puissance fiscale : 38 CV

Articles similaires
Essais

Essai Audi Q3 Sportback

4 minutes de lecture
Vous aimez l’Audi Q3 mais voilà, Audi vient de présenter le Q3 Sportback avec un style assez fou… Direction Valence en Espagne…
Essais

Essai Audi SQ7 2019

4 minutes de lecture
Après l’apparition de la deuxième génération de Q7 en 2015, voici le restylage de mi carrière pour 2019. Quoi de mieux que…
Essais

Essai Audi A6 allroad 50 TDI

4 minutes de lecture
Nous voici déjà la 4éme génération d’Audi A6 allroad quattro en 20 ans. L’idée reste toujours la même: une voiture spacieuse, avec…

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *