Essais

Essai de l’Opel Astra OPC 280ch

2 minutes de lecture

Apparue en 2009, la dernière Astra a connu un grand succès est a maintenant envahi les sites de petites annonces comme automobile.fr. Depuis 2012 cette voiture s’est même déclinée en coupe (GTC) puis OPC pour Opel Perfomance Center, gage de sportivité. Du sport est ce qu’il y en a? C’est ce que nous allons voir.

Le coupé GTC est déjà une réussite en matière de style. La version OPC ne défigure pas le trait du coupé et fait même mieux, elle le sublime. C’est musclé sans être racing. Pas d’autocollant, ni de référence à la compétition. C’est sobre et discret aux yeux de tous. Et quand on vous dit que c’est musclé, Opel ne rigole pas en proposant des jantes de 20″ en option, 19″ de série. Et avouons le, cela est vraiment gigantesque! A l’avant le bouclier frôle le sol tandis qu’à l’arrière la double sortie d’échappement est intégrée au bouclier. Pas d’extravagance donc, c’est beau sans être ostentatoire.

A l’intérieur, on trouve deux magnifiques sièges baquets Recaro recouvert de cuir et siglé OPC. Ils représentent le meilleur en termes d’assise. Réglable sur 18 positions, coussins pneumatiques gonflables dans les flancs, chauffant… ils offrent surtout la possibilité de trouver la position parfaite et un maintien au top. Le volant est spécifique OPC, recouvert de cuir et surpiqué en bleu, le diamètre est réduit par rapport au reste de la gamme, à noter qu’il est chauffant! Sinon, on retrouve la planche de bord de l’Astra agrémenté d’un éclairage spécifique. La console est pour le moins surchargé, des boutons il y en a à la pelle, on s’y fait mais le regard se perd dans la multitude de commandes au début. Au final, on est surpris par l’équipement très complet.

Sous le capot, le 2.0L turbo envoie 280 ch à 5500 tr/min et un couple de 400 Nm de 2450 à 4500 tr/min. C’est beaucoup, surtout pour une traction. Si de dehors on entend distinctement siffler le turbo et le son rauque de l’échappement, l’habitacle de cette Astra est tout particulièrement insonorisé, ce qui rend le 2.0L beaucoup plus discret derrière le volant, autre particularité, la puissance maxi et le couple se situent finalement assez bas dans les tours.

Il n’y a donc pas d’envolée lyrique et la musique qui l’accompagne. Malgré cette toute relative discrétion, cette mécanique sait envoyer du gaz et ça pousse fort. Le 0 à 100 km/h est réalisé en 6.0 sec tout rond.

On pourrait penser qu’avec une telle puissance et un couple conséquent, le train avant soit martyrisé à chaque accélération. Il n’en est rien, un grand bravo aux ingénieurs d’OPC. Au programme:  jambes à pivot découplé sur le train avant, amortissement piloté FlexRide, différentiel à glissement limité mécanique, freins Brembo et assistance de direction hydraulique. L’amortissement piloté se gère grâce aux modes Normal, Sport et OPC. Ces différents modes agissent sur les lois des amortisseurs, de la direction et la réactivité de l’accélérateur. La différence n’est pas forcément flagrante en conduite normale. Beaucoup plus en conduite dynamique, on appréciera lorsqu’on passe au mode OPC que l’éclairage des compteurs, de l’entourage de levier de vitesse ou des poignées de portes passe au rouge.

Vous l’aurez compris, le comportement est imperturbable. On ressent malgré tout un manque de vivacité, est-ce dû aux jantes en 20″ ou au poids élevé de l’Opel: 1475 kg quand même! Au niveau de la conso, on finit cet essai avec presque 12L aux 100 km. Attention la touche eco n’est “que” le start and stop.

Efficace et surtout très confortable. Cette Astra OPC offre à ses occupants des prestations de GT avec un équipement généreux, le tout dans beaucoup (trop?) de sérieux.

 

Thomas Boulenger

Blogueur auto depuis 2009, je partage avec passion mes essais et mes voyages autour de l'auto. J'aime quand ça va vite, mais avec l'âge je commence à apprécier le confort du cuir...
Articles similaires
Essais

Essai Audi A6 allroad 50 TDI

4 minutes de lecture
Nous voici déjà la 4éme génération d’Audi A6 allroad quattro en 20 ans. L’idée reste toujours la même: une voiture spacieuse, avec…
Essais

Essai Volvo S60 T8 Polestar engineered

4 minutes de lecture
Volvo lance sa nouvelle berline S60, première Volvo construite aux États-Unis mais dernière d’une gamme désormais complètement renouvelée! Direction Cassis, pour un…
Videos

Essai vidéo - Audi TT Roadster 2019

1 minutes de lecture
Mes premières impressions sur la nouvelle Audi TT Roadster dans sa finition S Line associée au moteur 2.0L TFSI de 245ch. L’essai plus complet est à retrouver dans la rubrique ESSAIS du site.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

quatre × 3 =