Essais

Essai de la Renault Twingo 3

3 minutes de lecture

Pour 2014, Twingo se réinvente pour notre plus grand plaisir! Au programme: 5 portes, un moteur à l’arrière et propulsion, cela promet beaucoup pour une citadine! De la première génération il ne reste qu’une seule chose: un esprit décalé!

Pour sa sortie, la Twingo 3 disposera de deux motorisations: le 1.0 SCe atmosphérique de 70 ch et 91 Nm ainsi que le 0.9 TCe turbo de 90 ch et 135 Nm. Les deux moteurs sont associés à une boite manuelle à 5 rapports et une boîte automatique EDC à double-embrayage et à 6 rapports est prévue dès septembre 2015. Le moteur est donc à l’arrière, pour y accéder, il suffit de retirer la plaque d’isolation fixée au moyen de six vis
dévissables à la main.La batterie ainsi que les niveaux des liquides de refroidissement, de lave-glace et de freins sont situés sous le capot avant. Ils sont libérés par un glissement du capot vers l’avant de 22 cm.

Au niveau des performances, le 90 ch réalise le 0 à 100 km/h en 10″8 sec et le 70 ch prend 14″5 sec sur le même exercice. Les vitesses maxi s’établissent respectivement à 165 et 151 km/h. Le poids est lui contenu, avec 865 kg à vide pour l’atmosphérique et 943 kg pour la turbo.

Commençons par la série limitée à 500 exemplaires dénommée Edition One avec qui nous avions rendez vous à Nantes. Disponible exclusivement avec le TCe 90 ch, elle reprend la dotation du haut de gamme, enrichie du contrôle de la pression des pneus, de l’aide au parking arrière avec caméra de recul, de la direction assistée à démultiplication variable, du système R-Link avec écran tactile 7 pouces et navigation Europe, des jantes alliage 16 pouces, du becquet ton caisse, du Pack Sport, le tout pour 15 700 €. Un équipement pour le moins complet.

Après avoir pris place à l’intérieur, le premier sentiment est le bon en avant en terme de qualité perçue. La position de conduite est un peu haute, agréable en ville, moins sur des longs parcours. La casquette de compteur et un volant avec méplat souligne un esprit sportif bienvenue. On retrouve les formes épurées du tableau de bord que l’on avait découvert sur le concept Twin’Run. Le Pack sport propose un univers noir ponctué d’animations rouges, des sièges cuir / tissu, une casquette gainée et un pédalier aluminium.

Sur route on est immédiatement surpris par le confort acoustique et la rigidité de l’ensemble. Encore plus surprenant, en plaçant le moteur a l’arrière, les roues avant peuvent désormais braquer à 45° ( c’est énorme ) et l’auto dispose d’un rayon de braquage de seulement 4,30 m (ridiculement petit). Et la propulsion dans tout ça? Renault a vissé le train avant de sa Twingo au sol, tandis que l’électronique surveille le train arrière à la moindre dérobade! C’est amusant mais pas sportif, on pourrait comparer ça à un jeu d’arcade type Mario Kart. En tout cas on se sent en sécurité car le comportement est très sain, ce qui permet de la mettre entre toutes les mains.

D’ailleurs le sport on le retrouvera dans le look, avec cette arrière tronqué qui n’est pas sans rappeler la R5 GT Turbo et son stripping latéral, Renault a même osé affublé la Twingo d’un faux diffuseur! Au niveau des personnalisations et des coloris, on a le choix pour donner du caractère à sa Twingo. Il y aura quatre couleurs de lancement dit pop: Bleu Dragée, Rouge Flamme, Jaune Eclair et Blanc Cristal. Ensuite Bleu Pacifique, Noir Etoile et Brun Cappuccino compléteront cette gamme de teintes. Pour vous faire une idée il est possible de passer par le configurateur de la marque.

Le lendemain, nous prenions le volant de la version 70 ch associé aux jantes 15″. Le manque de puissance évidente n’empêche pas le moteur atmosphérique d’avoir une réponse naturelle à l’accélérateur et de tirer son épingle du jeu en ville à condition de retomber régulièrement le premier rapport. Les différences ne s’arrêtent pas au moteur. La direction ne dispose plus de la démultiplication variable, le nombre de tours de volant entre butée passe de 3,4 à 3,9 obligeant à le manœuvrer un peu plus. Les jantes alliages disposent d’un profil plus fin qui rend le comportement légèrement plus incisif. Le système R & Go qui utilise le smartphone comme système multimédia est une alternative intéressante pour les technophiles qui ne peuvent s’offrir le la tablette R-Link Evolution intégrée et connectée qui constitue une offre premium sur ce segment.

Cette nouvelle Twingo est pétillante, son ultra maniabilité l’a rend fun à conduire et montre qu’elle dispose d’un énorme potentiel pour en faire une sportive accomplie. La dernière Renault à moteur arrière était la R8 avec (et surtout) sa déclinaison Gordini encore appréciée de nos jours. Renault, tu sais ce qu’il te reste à faire avec ta nouvelle Twingo.

Articles similaires
Essais

Essai Audi Q3 Sportback

4 minutes de lecture
Vous aimez l’Audi Q3 mais voilà, Audi vient de présenter le Q3 Sportback avec un style assez fou… Direction Valence en Espagne…
Essais

Essai Audi SQ7 2019

4 minutes de lecture
Après l’apparition de la deuxième génération de Q7 en 2015, voici le restylage de mi carrière pour 2019. Quoi de mieux que…
Essais

Essai Audi A6 allroad 50 TDI

4 minutes de lecture
Nous voici déjà la 4éme génération d’Audi A6 allroad quattro en 20 ans. L’idée reste toujours la même: une voiture spacieuse, avec…

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *