Essais

Essai de l’Audi TTS quattro 2.0L TFSI 310ch

3 minutes de lecture

Lancé en mars, Audi commercialise désormais sa 3ème génération de TTS. Direction Fuerteventura, dans les îles Canaries pour découvrir ce joli petit coupé.

La TT S repose sur la plateforme MQB-A du groupe VAG. Plus rigide que l’ancienne TT, elle s’avère aussi plus légère de 45 kg avec 1 365 kg sur la balance pour le modèle à boite manuelle ( 1385 kg pour la S Tronic). A noter que la carrosserie est en aluminium. Mais plus que la technique, on retiendra surtout sa gueule d’enfer! Sa ligne n’a certainement jamais été aussi athlétique! Elle se reconnait facilement grâce à son pack extérieur S Line de série, ses quatre sorties d’échappement et ses coques de rétroviseur aluminium.

A noter que les peintures bleu Sepang metal et noir panthère à effet cristal sont réservées à la TTS.

INTERIEUR

On retrouve bien évidemment la finition impressionnante, chère à Audi, que l’on avait déjà découvert sur la TT TDI. Impossible de critiquer la position de conduite et les matériaux. Idem pour l’ergonomie: tout tombe naturellement sous la main. Le virtual cockpit gagne un mode spécifique avec le compte tour au centre. On trouve le badge TTS sur le volant et une surpiqûre double. C’est joli, épuré, et surtout on s’y sent bien avec les sièges sport S de série qui offrent à la fois confort et un excellent maintien.

Les places arrières sont anecdotiques, mais on s’en doutait tous.

MOTEUR

C’est désormais le 2.0L TFSI qui anime la TTS, développant 310 ch à 5800 tr/min à 6200 tr/min et 380 Nm de 1800 à 5700 tr/min, il permet de réaliser le 0 à 100 km/h en 4,7 sec en S Tronic et 4,9 avec la boite manuelle. C’est rapide!

Le couple offre une bonne souplesse, et lorsque celui ci atteint ses limites vers 5700 tr/min, c’est la puissance qui reprends la main jusqu’au rupteur!

La boite S Tronic a cette énorme avantage de réaliser automatiquement le double débrayage en ajoutant un BRRAAAPPP jouissif, encore plus présent en mode Dynamique. Au quotidien, le son rauque est plaisant, le mode Dynamique permettra de pousser un peu plus les vocalises. Cependant, comme beaucoup de boite auto moderne, elle passera quoi qu’il arrive le rapport supérieur à l’approche du rupteur, surtout lorsque l’on ne le souhaite pas, et rétrograde systématiquement quand on met pied dedans. On se demande si le mode Manuel l’est vraiment au final…

La conso moyenne est donnée pour 6,9L/100km (7,1L en boite meca). Il faudra plutôt s’attendre au double en conduite dynamique. Les premiers rapports sont rapprochés pour favoriser l’accélération tandis que la 6ème bien longue, permettra de faire de la route.

CHASSIS

La caisse est rabaissée de 10mm par rapport au TT classique mais les suspensions conservent le même schéma: McPherson triangulé à l’avant, essieu multibras à l’arrière et amortisseurs magnétiques de série. Ces derniers contiennent le roulis, la TTS vire quasiment à plat. Et cerise sur le gâteau: ça ne sous vire pas! Même surprise que sur la traction: l’arrière accepte de se placer si on le provoque. Quoi qu’il en soit on peut adopter des cadences très rapides sans être forcément un pilote. En plus, le toucher de route au volant est précis comme il faut.

La transmission quattro utilise un coupleur Haldex de 5ème génération localisé sur l’essieu arrière. La motricité est excellente, il n’est tout simplement pas possible d’allez chercher les limites de la TTS sur routes ouvertes. Une adhérence aidée aussi par la monte pneumatique: des Hankook Ventus S1 evo 2 en 235/45 ZR19.

CONCLUSION

Joli, efficace et parfaitement réalisé, Audi signe là une TTS très séduisante. La suspension Magnetic Ride couplé au Drive Select permet d’avoir une auto à son humeur du jour. Le côté techno fait encore une fois mouche. Et dire qu’une TT RS est une programme…

Prix maximum TTC du modèle de base : 57 700 € ( 55 300 € en boite meca)

Mon modèle d’essai (Rouge Tango) était équipé de série:

  • Magnetic Ride
  • Regulateur de vitesse
  • Start & Stop
  • Audi Active Line Assist
  • Audi Drive Select
  • Audi Parking system
  • Audi Virtual Cockpit
  • MMI navigation MMI plus
  • Sièges Sport S
  • Aileron arrière télescopique
  • Volant Sport TTS
  • Audi Tracking System

Et comme options:

  • Teinte rouge Tango à 765€
  • Pack cuir à 475€
  • Jantes 19″ à 1275€
  • Phares à LED à 1475€
  • Bang & Olufsen Sound System à 1035€
  • Pack rangement à 210€
  • Audi Connect à 605€
  • Audi Side Assist à 665€
  • Assistant feux de route à 185€
  • Pack éclairage à 305€
  • Sièges électriques à 905€
  • Audi Phone box à 355€

Elle s’affichait donc à 65 955 €.

A noter que la TTS Blanc Acier, dans la galerie photo, disposait d’une sellerie Rouge express et de jantes aluminium coulé forgé Audi Sport en 20″.

Fiche Technique
MOTEUR
Type : 4 cylindres en ligne, 16 soupapes
Position : transversal AV
Alimentation : turbocompresseur
Cylindrée (cm3) : 1984
Puissance maxi (ch à tr/mn) : 310 de 5800 à 6200
Couple maxi (Nm à tr/mn) : 380 de 1800 à 5700
TRANSMISSION
Intégrale
Boîte de vitesses (rapports) : auto (6)
POIDS
Données constructeur DIN à vide (kg) : 1385
Rapport poids/puissance (kg/ch) : 4,4
PERFORMANCES
Vitesse maxi (km/h) : 250
0 à 100 km/h : 4″7
CONSOMMATION
Moyenne normalisée (L/100 Km) : 6,9
CO2 (g/Km) : 157
Puissance fiscale : 20 CV

Thomas Boulenger

Blogueur auto depuis 2009, je partage avec passion mes essais et mes voyages autour de l'auto. J'aime quand ça va vite, mais avec l'âge je commence à apprécier le confort du cuir...
Articles similaires
8.3
Essais

Essai de l'Audi A3 Sportback 35 TDI 2020

5 minutes de lecture
Depuis 1996, c’est environ 5 millions d’A3 vendues par Audi, une success story sur trois générations, mais aujourd’hui le segment des compactes…
Reportage

Joyeux anniversaire Audi Sport!

6 minutes de lecture
Au début d’Audi Sport, il y a la technologie quattro. Si elle est désormais présente sur tous les véhicules électriques Audi, qu’ils…
7.9
Essais

Essai Audi A1 citycarver

3 minutes de lecture
Direction la Belgique et plus précisément la ville d’Anvers ( que j’adore ) pour essayer la nouvelle Audi A1 citycarver. Un drôle…

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

1 × trois =