Connect with us

Essais

Essai de la Renault Megane 4 GT TCe 205ch

Publié

on

Chez Renault, si on veut un peu de dynamisme sans rouler en Renault Sport, il y a les déclinaisons GT, certes moins connues que les fameuses RS mais la nouvelle Megane, 4ème du nom, en profite dès sa sortie et ce pour la première fois! Cette version ne semble pas manquer d’intérêt: place à l’essai!

Tout d’abord elle affiche un look bien sportif avec ses jantes Magny-Cours de 18 pouces, ses entrées d’air spécifiques en forme d’étoile, et ses deux sorties d’échappement (celle de droite est factice) de part et d’autre du diffuseur (faux également). Les badges Renault Sport font leur apparition sur la malle arrière et sur les flancs, car oui, Renault Sport s’est bien occupée de cette Megane GT.

Les lignes générales de la nouvelle Megane sont conservées, avec la nouvelle signature lumineuse en C et cet énorme losange à l’avant digne des des camions de la marque (impossible donc de ne pas savoir que c’est une Renault). C’est joliment réalisé, seul reproche, la caméra de recul qui vient comme une verrue trouver sa place dans le logo de la malle arrière.

Intérieur

L’habitacle fait nettement meilleure impression en vrai qu’en photos. Ce qui saute immédiatement aux yeux, c’est le bond en avant par rapport à la Megane 3! Tant en matière de technologie embarquée que de qualité perçue: c’est flatteur!

Par rapport à une Megane 4 classique, on a le droit à un volant spécifique à jante épaisse, des surpiqûres bleues et une sellerie en Alcantara perforé, les sièges avant ressemblent plutôt à des baquets. L’ambiance sportive est présente et évidemment, on retrouve absolument partout les logos Renault Sport…

L’équipement est généreux: GPS, sièges baquets chauffants, caméra de recul et clim bizone sont de série.

J’aime moins les molettes de commande de chauffage qui font un peu toc en dessous du grand écran R-Link 2, j’aurais aimé par exemple y trouvé un affichage digital à l’intérieur. Tout comme les palettes au volant en plastique, une finition inox aurait été tellement plus flatteuse. Des détails…

Déjà vu sur les toutes productions récentes Renault, le Multi-Sense est proposé en série. Il permet de gérer les modes de conduite, l’affichage tête haute, les assistances à la conduite et certains paramètres de ventilation. L’harmonie (fond de compteur et ambiance lumineuse) choisie est bleue mais elle change de couleur selon le mode de roulage choisi. En Sport, l’affichage passe au rouge par exemple.

Moteur

Sous le capot, ce n’est pas exactement le moteur de la Clio 4 RS mais celui de l’Espace. La Megane GT en reprend également la transmission EDC à 7 rapports, contre la 6 sur la Clio. Le 1.6L turbo développe 205 ch et 280 Nm, même puissance que la Peugeot 308 GT, mais moins que la Megane 3 GT et ses 220 ch.

Sa sonorité est un peu effacée (rappelons que ce n’est pas une RS) et artificielle lorsque le mode sport est enclenché. Le son provient des hauts parleurs, une mode douteuse mais un résultat auditif bien plus réussi que 308 GT.

La boîte EDC obligatoire (pas de boite manuelle) embarque une fonction Launch Control qui permet à la Mégane GT d’annoncer un 0 à 100 km/h en 7,1 s! Cette boîte à double embrayage fournie par Getrag est rapide à la montée (malgré un temps moyen de 220 ms en mode Sport) mais un peu plus lente à la descente des rapports.

Reste la consommation au quotidien, qui passe difficilement sous les 8 l aux 100 km mais monte rapidement au-delà des 10 l lorsque le rythme s’accélère. La triste réalité du downsizing…

Châssis

Développé par Renault Sport, le point fort de la Mégane GT se situe au niveau des roues arrière, qui deviennent directrices pour la première fois sur la Mégane, et donc, dans tout le segment des compactes. Cela s’appelle le système 4Control et cela fonctionne comme cela:

  • En-dessous de 80 km/h en mode Sport (60 km/h dans les autres modes), les roues arrière braquent en sens inverse des roues avant. La Megane donne alors l’impression d’avoir un empattement plus court au bénéfice du dynamisme
  • Au dessus de 80 km/h, les roues arrière tournent dans le même sens que les roues avant, apportant cette fois plus de stabilité en courbe rapide.

La maniabilité et le dynamisme souhaité sont au rendez-vous! L’auto aime tourner, montre un caractère joueur et la direction bien calibrée est entraînante. Sans parler de l’adhérence, de très haut niveau. On souffre par contre un peu plus niveau confort, l’auto est rigide avec un roulis contenu.

Grâce au multi-sense, la Megane 4 GT dispose de quatre modes de conduite qui permettent de répondre à différentes attentes : Sport, Neutre, Confort et Personnalisé. Le bouton R.S. Drive est un raccourci pour accéder immédiatement au mode Sport. Chaque mode agit sur neuf paramètres de la direction à l’accélérateur et le mode personnalisé autorise le conducteur à se faire une voiture à la carte, mais jamais sur l’amortissement.

Conclusion

Quelle jolie surprise cette Megane 4 GT avec son châssis agile pondu par les ateliers Renault Sport. On fantasme déjà sur une Megane RS diaboliquement efficace: 4 roues motrices et directrices, 2.0L 300 ch, boite EDC? La recette serait parfaite, histoire de tenir tête à sa rivale de toujours: la terrible Ford Focus RS!

A noter que la Mégane GT diesel arrive : dCi 165 ch biturbo, boîte double embrayage six rapports, même châssis à quatre roues directrices et une commercialisation prévue avant l’été 2016.


Prix maximum TTC du modèle de base : 31 900 €

Mon modèle d’essai (Bleu Iron) était équipé de série:

  • Alerte de survitesse avec reconnaissance des panneaux de signalisation
  • Alerte de distance de sécurité
  • Alerte de franchissement de ligne
  • Caméra de recul et aide au parking avant / arrière
  • Renault Multi-sense® (choix des modes de conduite)
  • Projecteurs avant Full LED PURE VISION
  • Système 4Control® à 4 roues directrices
  • Palettes au volant
  • Châssis Renault Sport
  • Aide au démarrage en côte
  • R-Link 2 avec services connectés Cartographie Europe Compteurs TFT 7″ avec matrice couleur
  • Volant en cuir Nappa perforé GT
  • Vitres et lunette arrière surteintées
  • Feux de jour à guide de lumière LED et effet 3D
  • Jantes alliage 18″ Magny Cours
  • Capteurs de pluie et de luminosité
  • Climatisation automatique bi-zone
  • Sièges avant chauffants

Et comme options:

  • Teinte Bleu Iron  à 620,00 €
  • Sellerie Alcantara GT bleue et noire à 100,00 €
  • Bose Sound System à 600,00 €
  • Affichage tête haute à 400,00 €
  • Régulateur de vitesse adaptatif à 300,00 €

Elle s’affichait donc à 33 920,00 €

Photos de la Renault Megane 4 GT 205ch

Fiche Technique
MOTEUR
Type : 4 cylindres
Position : AV
Alimentation : Turbo
Cylindrée (cm3) : 1616
Puissance maxi (ch à tr/mn) : 205 à 6000
Couple maxi (Nm à tr/mn) : 280 à 2400
TRANSMISSION
AV
Boîte de vitesses (rapports) : automatique (7)
POIDS
Données constructeur DIN à vide (kg) : 1392
Rapport poids/puissance (kg/ch) : 6,8
PERFORMANCES
Vitesse maxi (km/h) : 230
0 à 100 km/h : 7″1
CONSOMMATION
Moyenne normalisée (L/100 Km) : 6,0
CO2 (g/Km) : 134
Puissance fiscale : 11 CV

Fondateur de SpeedGuerilla et désormais Crank. Amoureux de vitesse et photographe à ses heures.

Essais

Essai Audi Q3 45 TFSI 2019

Publié

on

Audi Q3 S Line 2019
La seconde génération de l’Audi Q3 est (enfin) arrivé! C’est au Maroc, du côté de Taghazout, que je suis parti l’essayer.

Pilier de la gamme SUV du constructeur, le Q3 poursuit son ascension vers le haut de gamme et promet à la fois une meilleure dynamique de conduite et un raffinement accru. Au passage, il fait le plein de technologies. Comme toutes les nouvelles Audi, le Q3 est soumis au même système de numérotation déroutant qui indique la cylindrée et la puissance du moteur. Ma voiture, étant le modèle 230ch, est étiquetée 45 TFSI.

Design

Tout a changé à part le nom! Le nouveau Q3 est plus long de 10cm, plus large, mais moins haut: effet trapu garantie! Il avait d’ailleurs besoin de grandir pour prendre de l’écart vis à vis du Q2. La carrosserie est anguleuse, beaucoup plus masculine. La calandre singleframe en impose à l’avant, comme ses arches de roues musclées, elles symbolisent d’ailleurs les 4 roues motrices.

La finition S Line, qui représente la grande majorité des ventes, reçoit des pares chocs plus agressifs et des jupes latérales. C’est à coup sur celle qui rencontrera encore le plus de succès.

Audi Q3 S Line 2019

Moteur

En attendant un très probable SQ3 et certainement un violent RS Q3, le 2.0L de 230ch est la motorisation essence la plus puissante disponible sur ce nouveau Q3. Il permet de propulser ce beau bébé de 0 à 100 km/h en seulement 6.3 secondes. Il est associé à la boite S Tronic à 7 rapports et la transmission intégrale quattro.

Une puissance déjà bien suffisante pour proposer une allure dynamique tout en restant efficient. En effet, la consommation sait rester sous la barre des 10L a moins que vous ayez le pied vraiment lourd.

Les connaisseurs auront remarqué que ce moteur se retrouve dans un autre modèle du groupe VW: la Golf GTI! Mais contrairement à cette dernière, l’échappement du Q3 est beaucoup plus discret.

Audi Q3 S Line 2019

A l’intérieur

A l’intérieur, on est toujours dans une Audi. La planche de bord angulaire tournée vers le conducteur respire la qualité et reprends les derniers codes de la marque. Ici tout le divertissement est regroupé sur l’écran central tandis que le virtual cockpit est désormais de série. A noter que depuis qu’Audi est passé aux écrans tactiles, la molette de sélection MMI a disparu. Dommage, elle était bien pratique car il est toujours difficile d’atteindre des icônes sur un écran tactile aussi performant soit il. Les commandes de climatisation conserve les boutons réels.

Le Q3 adopte aussi une nouvelle commande de boîte S Tronic qui perd sa finition aluminium. Pour ma part, je n’ai pas trouvé le noir laqué du pommeau particulièrement jolie. Chacun ses gouts comme on dit…

Les aides à la conduite sont évidemment à la hauteur: régulateur de vitesse adaptatif avec assistance dans les embouteillages, caméra 360 degrés, avertisseur de passage derrière la voiture, dispositif d’aide au freinage d’urgence et alerte de franchissement de voie… pour ne citer qu’eux. La connectivité reste au top avec navigation et multimédia avec connexions Apple CarPlay et Android Auto, commande vocale, hotspot Wi-Fi et chargeur par induction.

Cerise sur le gâteau, l’installation Bang & Olufsen est encore de haut vol et ravira les mélomanes!

Audi Q3 S Line 2019

Au volant

Lors du premier jour, notre parcours nous amène à la réserve Sous Massa bordée par des plages de sable infinies. Un terrain de jeu idéal pour enclencher le mode de conduite Offroad. Équipée de la transmission intégrale quattro, mon Q3 ne fait qu’une bouchée des dunes. Sa garde au sol de 14 cm est cependant limite pour en faire un véritable franchiseur, bien que ce soit une activité qui restera anecdotique au quotidien.

Le second jour, on abandonne le sable pour les routes de montagne. Parfait pour enclencher le mode Dynamic! Direction précise et informative, comportement neutre, freinage puissant, le Q3 est rassurant en toutes circonstances.

La position de conduite parfaite se trouve facilement. On est bien, et les kilomètres s’enchainent sans efforts.

Audi Q3 S Line 2019

Conclusion

Mieux sur tout rapport. Le Q3 s’est armé pour affronter une concurrence plus féroce que jamais! Cette version 45 TFSI dispose en plus d’une puissance suffisante pour s’amuser un peu.

Photos de l’Audi Q3 2019

Notation

7.9 Note
Pour
  • Nouveau look pour une nouvelle vie
  • Confort
  • Techno
  • Contre
  • Quelques choix de matériaux dans l'habitacle
  • Sex Appeal8
    Vie à bord8.5
    Performances7.5
    Plaisir de conduite7.5

    Fiche Technique Audi Q3 45 TFSI 2019

    MOTEUR
    Type : 4 cylindres
    Position : Avant
    Alimentation : Turbo
    Cylindrée (cm3) : 1984
    Puissance maxi (ch à tr/mn) : 230 à 5000
    Couple maxi (Nm à tr/mn) : 350 à 1500
    TRANSMISSION
    Intégrale
    Boîte de vitesses (rapports) : automatique (7)
    POIDS
    Données constructeur DIN à vide (kg) : 1615
    Rapport poids/puissance (kg/ch) : 7.02
    PERFORMANCES
    Vitesse maxi (km/h) : 233
    0 à 100 km/h : 6″3
    CONSOMMATION
    Moyenne normalisée (L/100 Km) : 7,4
    CO2 (g/Km) : 164

    Lire la suite

    Essais

    Essai Kia Stinger 2.0L 255ch

    Publié

    on

    Kia Stinger
    Les nouvelles voitures se ressemblent toutes, plus ou moins. Ce n’est pas le cas de la Kia Stinger, une berline sportive propulsion qui porte le même badge qu’une Picanto. Une manière pour Kia de dire: « Hey regardez ce que nous savons faire! »

    Il faut dire que voir un constructeur généraliste proposer une berline cinq portes premium a de quoi étonner. La Stinger est supposé capter les regards et impressionner les sceptiques, d’ailleurs si vous lisez ceci maintenant, c’est que vous êtes plus ou moins intéressé pour savoir si la proposition est crédible. Elle fait donc plutôt bien son travail.

    Design

    Les regards stupéfaits des passants en disent long sur le look de cette Stinger. Déjà parce que la plupart n’ont aucune idée de ce que c’est comme voiture, que c’est surement la première fois qu’ils en croisent une, et qu’en plus elle est joliment dessinée.

    Son hayon rappelle une Audi A7, l’arrière ressemble à une Maserati et l’avant en forme de poisson-chat a ce petit côté BMW, tous ces éléments font de la Stinger une voiture attrayante sans être criarde. Il faut dire qu’elle est conçue par Peter Schreyer, qui a signé l’Audi TT, ainsi que par le designer en chef de Kia, Gregory Guillaume.

    Il y aussi ces jantes, qui sont superbes. On trouve des inserts noir laqués sur le capot façon prise d’aération. Et que dire des impressionnantes quatre sorties d’échappements à l’arrière. Reste une interrogation, pourquoi avoir laissé ces inserts sur chaque côté des feux arrières? Original.

    Kia Stinger

    Moteur

    Sous le capot se cache un 2.0L turbo en position longitudinale annoncé pour 255 chevaux et 353 Nm. Il est associé à une boite automatique à 8 rapports. Rapide et agréable, elle accompagne en douceur la puissance et le couple pour faire décoller la Stinger.

    Les accélérations sont plus que correctes avec un 0 à 100 km/h abattu en 6.6 sec. Les autres moteurs disponible sont un 2.2 diesel de 200ch et un V6 3.3L essence de 365ch. Ce dernier ne réclame que 5.5 sec sur l’exercice du 0 à 100 km/h. Pas si éloigné en termes de performances, le 4 cylindres n’a évidemment pas la même noblesse mécanique. Le V6 a forcément moins de mal a déplacer les quelques 1700 kg et la sonorité est distinctive.

    Quoi qu’il en soit, le 4 cylindres ne fait pas pale figure, loin de là, et tirera aussi son épingle du jeu en terme d’économie d’utilisation. Les consommations restent d’ailleurs raisonnables avec une moyenne de 8 L/100 km sur un parcours mixte.

    Kia Stinger

    A l’intérieur

    A peine les fesses posées dans la Stinger, il semblerait que les designers Kia aient passé un peu de temps dans les dernières Mercedes. La console centrale avec ses trois bouches d’aérations rondes, l’écran haut perché et le volant à méplat, on se croirait presque dans une AMG! Kia a dépensé de l’argent là où c’est important: les sièges, le volant, le sélecteur et les poignées de porte! Du coup, même si on ne dispose pas de la même noblesse sur certains matériaux, l’ambiance premium est bel et bien là.

    La qualité de construction ne laisse aucun doute: rien ne grince et l’habitacle bien isolé permet de voyager en confort. Et parce que ce n’est pas une prestigieuse Allemande, on n’a pas besoin d’alourdir la note avec une liste d’options interminables, tout est quasiment de série: des sièges avant à réglages électriques, ventilés et chauffants, des rétroviseurs extérieurs anti-éblouissement, un volant chauffant, une instrumentation tête-haute (HUD), un système de navigation, un écran tactile couleur 8 », l’ouverture et démarrage sans clé SmartKey, la caméra de recul 360°, la surveillance des angles morts (BCW), le détecteur de trafic arrière, le chargement du smartphone par induction, l’ouverture du coffre mains-libres, un système audio premium Harman/Kardon de 720W…

    Pour le ratio prix/équipement proposé, il n’y a pas grand-chose à reprocher! Kia gâte ses occupants!

    Kia Stinger

    Au volant

    La Kia Stinger est aussi longue que large. Un beau bébé en quelques sortes mais qui peut volontiers emprunter une petite route sinueuse pour s’amuser. La direction est précise et bien équilibrée, et franchement j’en attendez pas moins quand on sait qui est à la tête de la dynamique de Kia et de Hyundai: Albert Biermann, anciennement de la division BMW M.

    Les modes de conduite permettent de disposer de différents caractères. En mode Confort et Eco, la conduite se fait douce.

    Lorsque l’on passe en mode Sport ou Sport+, il n’y a que le poids de la Stinger qui limite son entrain, provoquant du roulis lorsqu’on accélère le rythme. Pour rappel, il s’agit d’une propulsion disposant d’un différentiel à glissement limité. Et aussi, lorsque l’on choisit le 4 cylindres plutôt que le V6, on économise 150 kg sur le train avant!

    La conduite se fait dynamique, le freinage puissant rassure. Ce n’est pas sportif, mais ce n’est pas l’objectif non plus. Alors mission réussie? Clairement!

    Kia Stinger

    Conclusion

    Réussie à l’extérieure comme à l’intérieur, la Stinger reste une Kia dont le prestige n’atteint pas celui de ses concurrentes Allemandes. Mais ce que vous perdez en image, vous le gagnez en équipement, sans compter la fameuse garantie 7 ans.

    Pour résumer: Une voiture audacieuse qui permet de rouler diffèrent!

    Photos de la Kia Stinger 2.0L 255ch

    Notation

    8.3 Note
    Pour
  • Design atypique
  • Rapport qualité/prix
  • Engagement au volant
  • Contre
  • Image de Kia dans le premium
  • Sex Appeal8.5
    Vie à bord8
    Performances8.5
    Plaisir de conduite8

    Fiche Technique Kia Stinger 2.0L 255ch

    MOTEUR
    Type : 4 cylindres
    Position : Avant
    Alimentation : Turbo
    Cylindrée (cm3) : 1998
    Puissance maxi (ch à tr/mn) : 255 à 6200
    Couple maxi (Nm à tr/mn) : 353 à 1400
    TRANSMISSION
    Arrière
    Boîte de vitesses (rapports) : automatique (8)
    POIDS
    Données constructeur DIN à vide (kg) : 1717
    Rapport poids/puissance (kg/ch) : 6.73
    PERFORMANCES
    Vitesse maxi (km/h) : 240
    0 à 100 km/h : 6″6
    CONSOMMATION
    Moyenne normalisée (L/100 Km) : 8,3
    CO2 (g/Km) : 190

    Lire la suite

    Essais

    Essai Hyundai i30 1.4L 140ch N Line

    Publié

    on

    A côté de la terrible i30 N, Hyundai tente de décliner la touche sportive N avec une finition N Line. Et comme la plupart des modèles avec un line dans le nom ( Ford ST-line et Volkswagen R-line pour ne citer qu’eux… ), elle reçoit un kit carrosserie sportif qui renforce l’attractivité du modèle. Mais Hyundai dit aussi avoir travaillé sur le moteur et les suspensions… Voyons voir!

    Design

    La Hyundai i30 N Line s’inspire de la i30 N, c’est une évidence. Même bouclier, même diffuseur. A vrai dire, il ne lui manque que les jupes latérales et un plus gros spoiler. Les plus assidus auront remarqué la disparation du badge N dans la calandre et l’apparition d’un N Line sur les ailes. Les liserés rouge ont été remplacé par du chrome, plus élégant. Les jantes 18 pouces et disques de freins sont aussi plus classiques mais reçoivent tout de même des pneus Michelin Pilot Sport 4s.

    Comme la N, elle dispose d’une double sortie d’échappement, ici les sorties sont réunies à droite. En tout cas, voilà un juste milieu entre une très sportive N et une simple i30.

    Moteur

    Là où l’i30 N utilise un 2.0L turbo de 275ch, la N Line se contente d’un 1.4L turbo de 140ch. La puissance maxi est atteinte à 6000 tr/min tandis que le couple se situe aux alentours des 1500 tr/min. Le résultat est honorable avec un 0 à 100 km/h en 8.9 sec et une vitesse maxi de 208 km/h.

    Évidemment avec moitié moins de puissance mais autant de poids à déplacer, la N Line fait comme elle peut. Heureusement 140 ch suffisent pour réaliser des dépassements en toute sécurité. Et si ce moteur est très discret et lisse dans une i30 classique, Hyundai a eu la bonne idée d’y affubler un échappement un peu plus sonore. Une bonne idée pour apporter une touche sportive.

    L’avantage de ce moteur reste assez simple: Ne pas avoir à vendre un rein pour payer les taxes, l’assurance et remplir le réservoir d’essence. Du coup au niveau des consommations, elle se défend très bien grâce à une boite à l’étagement allongé. Au niveau du plaisir, il ne faudra pas hésiter à passer en mode manuel la boite double embrayage et enfoncer la pédale d’accélérateur pour aller chercher les tours.

    A l’intérieur

    Lorsque l’on prends place dans la Hyundai i30 N Line, on a le droit à de vrais baquets. Ils offrent un superbe maintien tout en gardant un bon confort. En fait ce sont les mêmes que dans la i30N, et ça c’est vraiment chouette! Tout comme le volant qui en plus d’être beau, et très agréable à prendre en main. Il rentre d’ailleurs directement dans le panthéon de mes volants préférés.

    Pour le reste c’est plus classique, il y a l’écran tactile 8″ qui prône au milieu de la planche de bord. Réactif et placé bien en hauteur, il est à portée de main et dans le champ de vision. L’assemblage du mobilier est réussi et présente un bel aspect.

    L’équipement est généreux comme de coutume chez les Coréens.

    Au volant

    Le manque de puissance n’est pas un problème puisque le châssis permet de maintenir le rythme. Le roulis est contenu, le train avant est incisif et le sous virage est maîtrisé par un châssis équilibré et l’excellente monte pneumatique signée Michelin.

    Trois modes de conduite sont proposées: Eco, Normal et Sport. En mode Eco, on a l’impression d’avoir perdu 60ch et les accélérations se font très douces. Effectivement au niveau de la consommation c’est efficace. Le mode Normal permet de profiter de la voiture comme il se doit. Tandis que le mode Sport fait monter le régime moteur et durcit la direction pour plus de précision.

    Au quotidien, elle sait se montrer confortable que ce soit en ville ou sur des longs trajets.

    Conclusion

    En capitalisant sur l’image de la furieuse i30 N, la Hyundai i30 N Line se pare d’un look sportif et épice la conduite quotidienne. Elle cible ceux à la recherche d’un véhicule à l’allure sportive tout en se contentant d’une mécanique raisonnable.

    Photos de la Hyundai i30 1.4L 140ch N Line

    Notation

    7.8 Note
    Pour
  • Proche de la N
  • Son moteur
  • Contre
  • Rapports de boite longs
  • Sex Appeal7.5
    Vie à bord8.5
    Performances6.5
    Plaisir de conduite8.5

    Fiche Technique Hyundai i30 1.4L 140ch N Line

    MOTEUR
    Type : 4 cylindres
    Position : Avant
    Alimentation : Turbo
    Cylindrée (cm3) : 1353
    Puissance maxi (ch à tr/mn) : 140 à 6000
    Couple maxi (Nm à tr/mn) : 242 à 2000
    TRANSMISSION
    Intégrale
    Boîte de vitesses (rapports) : Automatique (7)
    POIDS
    Données constructeur DIN à vide (kg) : 1367
    Rapport poids/puissance (kg/ch) : 9.76
    PERFORMANCES
    Vitesse maxi (km/h) : 208
    0 à 100 km/h : 8″9
    CONSOMMATION
    Moyenne normalisée (L/100 Km) : 5.7
    CO2 (g/Km) : 130

    Lire la suite

    Tendance