Reportage

Retour sur les 24H du Nürburgring 2017 ! (photos)

5 minutes de lecture
Après le VLN et la course de qualification, nous avons de nouveau passé trois jours dans l’Eifel pour suivre les 24H du Nürburgring 2017. Accrochez vos ceintures et embarquez avec nous sur une des plus belles courses au monde !

Si vous demandez à un passionné de sport automobile quelle est la course automobile la plus mythique pour lui, la plus belle, les avis vont différer. Et c’est tant mieux, cela veut dire que notre sport favori subsiste dans un monde qui tend dangereusement à éradiquer le sport automobile et le plaisir qu’il procure. Certains vous diront que rien ne vaut le prestige et le glamour du GP de Monaco. D’autres évoqueront leurs souvenirs aux 24h du Mans et vous affirmeront qu’aucune course n’égal le Mythe de l’épreuve Sarthoise. D’autres encore vous vendront coûte que coûte les 500 Miles d’Indianapolis pour le spectacle, l’ambiance et la culture. Vous avez tous raison, le sport automobile est beau sous toutes ses formes, et il serait injuste de désigner telle ou telle course comme la meilleure au monde. Toutefois, si l’on me posait cette même question, je ne pourrais m’empêcher de répondre en faveur des 24H du Nürburgring. Laissez-moi vous expliquer pourquoi.

Le circuit

Le Nürburgring est le circuit le plus long au monde avec plus de 22 kilomètres de virages qui n’en finissent plus, dans une forêt épaisse et magnifique ! Aucun circuit au monde ne peut se targuer d’être aussi rude pour les mécaniques et les pilotes que celui-ci. Le Nürburgring c’est une épreuve, un mythe à part entière. Voilà cinq ans que j’ai le plaisir de m’y rendre pour couvrir des courses, et à chaque fois je découvre de nouveaux virages, de nouvelles portions, de nouveaux villages imprégnés de la culture automobile… La nuit des 24H, la forêt plonge dans l’obscurité. Point d’éclairages artificiels pour guider les équipes, les pilotes sont seuls avec leur machine de course pendant 6 minutes, avant de retrouver les lumières du circuit GP. Les paddocks respirent l’Histoire automobile avec un grand “H”, c’est quelque chose de palpable, qui vous prend aux tripes.

Vous comprendrez donc bien naturellement que si les 24H du Nürburgring ont une place si chère dans mon coeur, c’est avant tout grâce au circuit sur lesquelles elles ont lieux ! Vous n’êtes pas convaincu ? Voici quelques images pour vous rallier à ma cause ! Courbes, bosses, virages en aveugle… tout y est !

Le plateau

200. C’est le nombre de voitures engagées au départ. Aucune course au monde ne vous proposera un tel plateau, et surtout une telle diversité ! Les stars de l’événement restent évidemment les GT3 : R8 LMS, M6 GT3, 911 GT3R, AMG GT3, etc… Toutefois on retrouve également un important plateau GT4, des Porsche Cup, des Audi RS3 LMS, des BMW M235i, des Toyota GT86… et même une classe “SPX” qui permettent à des véhicules plus exotiques de s’engager. Je pense notamment à la superbe équipe Scuderia Cameron Glickenhaus avec leur prototype spécialement développé sur la Nordschleife, ou encore aux Renault RS 01. Vous vous demandez comment tout ce beau monde cohabite pendant 24H ? C’est tout à fait légitime ! Le départ se découpe en plusieurs groupes par catégories. Jusque là tout va bien. Mais rapidement, les plus rapides rattrapent les plus lents et on assiste à des tours de passe-passe entre une Porsche d’usine et une Golf 3, entre un pilote titré au Mans et un amateur confirmé. Maintenant, imaginez un peu les ravitaillements… Vous avez du mal ? Il faut le voir pour le croire : les équipes se partagent les box et arrivent parfois en même temps à la pompe ! Un sacré bazar, toujours dans le respect toutefois, qui fait aussi le charme de l’épreuve.

Nous avons donc un plateau incroyable sur un circuit tout aussi incroyable ! De quoi créer de belles batailles en piste, et réaliser des images intéressantes.

Le public

Comme si cela ne suffisait pas, le public joue un rôle phare dans le ressenti que l’on peut avoir sur les lieux. Des dizaines de milliers de personnes, on parle même de plus de 200 000 spectateurs selon les différentes sources, se rassemblent dans la mythique forêt de l’Eifel. Un public de connaisseurs, de réels passionnés, toutes générations confondues, se mélange le long de la piste une semaine avant la course pour assister à cet événement majeur. On retrouve au bord du tracé tous types de campements, tous plus farfelus les uns que les autres. De l’alcool à volonté, de la musique à en perdre les tympans, des piscines gonflables, et cette année même un dinosaure géant en plastique ! Les 24h du Nürburgring pour toutes ces personnes sont avant tout une immense fête, que l’on partage entre passionnés, une bière à la main, et une saucisse blanche dans l’autre ! Les pilotes vous diront même que dans certaines portions du circuit, l’odeur des barbecues vient titiller leurs narines alors qu’ils essayent de se concentrer sur leur trajectoire…. Unique au monde ! La nuit, ajoutez le crépitement des feux d’artifice dans la pénombre, et la magie opère !

La course

Vous me direz, “tout ça c’est bien beau, mais qu’en est-il de la course ?”. J’y viens. Je vous avais résumé dans un précédent article les différentes forces en présence : une armée d’Audi R8 LMS, de BMW M6 GT3, et de Porsche 911 GT3R s’attaquaient alors à la domination apparente des Mercedes AMG GT3. La première surprise vint alors de la superbe Scuderia Cameron Glickenhaus qui plaça son prototype en pôle position avec un temps de 6 minutes et 56 secondes ! Magnifique ! Au bout de quelques tours toutefois, l’armada de R8 LMS prenait déjà l’avantage, tandis que les M6 GT3 et les AMG GT3 suivaient à quelques centimètres derrière. Enfin, les Porsche, parties relativement loin suite à des qualifications moyennes, remontaient les positions progressivement avec notamment un Romain Dumas déchaîné au volant ! Malheureusement pour la firme de Zuffenhausen, une collision avec un véhicule plus lent viendra rapidement enterrer tout espoir de reconquête du titre. Il en a été de même pour la 911 du Falken Motorsport, qui abandonna avant même la tombée du soleil. Au cours de la nuit, deux R8 prennent progressivement le large, suivi par une M6, puis encore des R8. Les AMG GT3, si dominantes l’année passée, ne semblent pas dans le coup pour la victoire cette fois-ci. C’est ainsi qu’après 24h d’un sprint infernal, la R8 du Land Motorsport remporta les 24H du Nürburgring , devant la M6 du Rowe Racing, et la R8 du WRT. A noter que le podium se tient en seulement 50 secondes après 24h de courses, la magie de l’endurance ! Le top 5 est complété par la M6 du team Schnitzer et l’AMG GT3 du team Black Falcon. La première Porsche est sixième, il s’agit de celle du Frikadelli Racing.

Que dire de plus ? Cette année n’a pas dérogé à la règle : le spectacle a été au rendez vous de la première à la dernière heure, la magie aussi ! Vous ne vous êtes jamais rendu sur le mythique circuit allemand ? J’espère vous avoir convaincu à réserver votre week-end en mai 2018, car c’est un rendez-vous obligatoire pour tout passionné de sport automobile. En ce qui nous concerne, nous y serons à nouveau, cela ne fait aucun doute !

En attendant, voici un dernier supplément de photos de cette édition 2017, avant de vous donner rendez-vous aux 24h du Mans la semaine prochaine !

*
Crédits Récits et Photos : Nicolas Verneret pour CRANK.fr
*
19 posts

About author
Photographe amoureux de sport automobile et Porschiste de religion. Rêve de vivre dans une cabane au Nürburgring.
Articles
Articles similaires
Reportage

Joyeux anniversaire Audi Sport!

6 minutes de lecture
Au début d’Audi Sport, il y a la technologie quattro. Si elle est désormais présente sur tous les véhicules électriques Audi, qu’ils…
7.9
Essais

Essai Audi A1 citycarver

3 minutes de lecture
Direction la Belgique et plus précisément la ville d’Anvers ( que j’adore ) pour essayer la nouvelle Audi A1 citycarver. Un drôle…
Reportage

Première rencontre avec l'Audi RS6 avant 2020

2 minutes de lecture
Audi m’a donné rendez-vous dans une ancienne chaudronnerie Parisienne pour découvrir lors d’un shooting le dernier missile des ateliers RS: la nouvelle…