Reportage

Avec Renault Classic pour le départ du Rallye Monte Carlo Historique

3 minutes de lecture

Jeudi 1er février 2018. Il est 10H30 et j’ai rendez vous aux ateliers de Renault Classic à l’usine de Flins. Devant les ateliers sont garés en ordre de bataille quatre R5 Alpine Groupe 2. Cette année, Renault fera le déplacement autour de Monaco pour le Rallye historique de Monte-Carlo avec ces autos.

Renault R5 Alpine Groupe 2

Ces quatre R5 Alpine sont dans un état irréprochable vu leur âge. Aux volants, on trouve quelques grands noms du rallye. Voici d’ailleurs la liste des équipages:

  • N°5 : Guy Fréquelin / Laurent Perquin
  • N°6 : Emmanuel Guigou / Michel Duvernay
  • N°7 : Christian Chambord / Patrick Fourestié
  • N°8 : Patrick Henry / Jean Pierre Prévot

La R5 Alpine fut engagée au début des années 80 par Renault en rallye. Une voiture qui a fait de belles prestations en Groupe 2 avec deux pilotes français qui ont fait la renommée du sport auto tricolore : Guy Fréquelin et Jean Ragnotti. Belle coïncidence, mais où est Jean? Je rentre dans les ateliers et le premier à venir me saluer est … Jean Ragnotti! Il prouve s’il le fallait encore, la sympathie du personnage. Cette année, il participera “simplement” en tant qu’ambassadeur Renault à bord d’une Clio RS Trophy.

Revenons sur les quatre bombinettes jaunes et rouges. Sous le capot, le sage moteur cléon 1.3 atmosphérique a été largement préparé, puisqu’il avait été porté à l’époque à 137 ch (contre 93 à l’origine), alors que l’auto ne pèse que 735 kg.

Les ateliers Renault Classic

A l’intérieur des ateliers, je salue le reste de l’équipe. Mais quelques petits bijoux attirent mon attention à côté des voitures qui s’apprêtent à rejoindre le salon Retromobile. J’aperçois des F1 ayant appartenues à Alain Prost, Jean-Pierre Jabouille, et même Fernando Alonso! Un peu plus loin traînent quelques Renault Alpine du Mans comme l’A442. Plus modestement, je croise 2 R8 Gordini, une Alpine A310 groupe 5… et même un tank!

C’est donc une véritable caverne d’alibaba pour tout amateur de Renault que je vous laisse découvrir en images.

Direction Reims!

Après un rapide déjeuner, il est temps de rejoindre Reims. C’est de là que nos quatre équipages s’élanceront le lendemain. Perpétuant une tradition établie en 1911, les différents concurrents s’élancent de six villes européennes. Oslo et Glasgow, les départs les plus lointains, sont principalement choisis par quelques intrépides concurrents scandinaves ou britanniques, mais la majorité des pilotes habitant le Nord de l’Europe préfèrent s’élancer de Bad Hombourg ou de Reims.

Ceux habitant le Sud, s’élancent plutôt de Barcelone ou Monaco. Ils se rejoignent tous à Bourgoin-Jallieu pour le départ. A savoir que malgré la proximité, ceux partant de Monaco doivent réaliser pas moins de 680km et trois CH nocturnes pour passer une nuit blanche sur la route comme tous les autres!

Monte Carlo Historique 2018

Vérifications techniques

Après une bonne nuit de sommeil, il est l’heure de se rendre aux vérifications techniques.

L’arrivée des équipages Renault frôle l’émeute. Armés de feutre, les pilotes enchaînent les dédicaces et les selfies. Jean Ragnotti, devenu expert en la matière, me confie: “J’ai déjà signé 7000 dédicaces en une journée!” Malgré les années, 72 ans cette année, il reste l’un des pilotes les plus appréciés et reconnus au monde.

En tout cas, plus personne ne fait attention à la nouvelle Megane RS et les Renault apportées par le concessionnaire local. Ceux qui ont déjà l’œil aiguisé par contre sont les équipes d’assistance. Concentrés, ils s’assurent que rien ne manque et sont déjà prêt pour être au petit soin des quatre R5 Alpine.

Parmi les “stars” présentent, on pouvait croiser Bruno Saby au volant d’une minuscule Vespa 400. Mais aussi, Jean-Pierre Coppola et son Alpine A110 Rouge Bordeaux, Daniel Elena sur une VW Golf, Carlos Tavares avec une Peugeot 104 ZS. Et enfin, le Belge Michel Decremer, vainqueur en 2017, sur une Opel Ascona.

Départ à 19H pétantes

Après les mots du maire de Reims, il est temps de démarrer les mécaniques sous une pluie diluvienne. Jeannot participe à réchauffer l’ambiance. Les autos s’élancent les unes après les autres, toutes les 60 secondes. C’est parti pour 24H de route quasi non-stop…. la magie du Monte Carlo!

Bonne route les amis!

// Merci à Renault Classic de nous avoir accueilli comme des membres de l’équipe.

Thomas Boulenger

Blogueur auto depuis 2009, je partage avec passion mes essais et mes voyages autour de l'auto. J'aime quand ça va vite, mais avec l'âge je commence à apprécier le confort du cuir...
Articles similaires
7.8
Essais

Essai Renault Clio 5 RS Line 2019

4 minutes de lecture
La Clio passe la 5. Ça ne se voit peut être pas tant que ça mais elle évolue sur tous les plans….
Videos

Essai vidéo - Renault Clio 5

1 minutes de lecture
Mes premières impressions sur la Renault Clio 5 dans sa finition RS Line associée au moteur 1.3L TCe de 130ch. L’essai plus complet est à retrouver dans la rubrique ESSAIS du site.
Videos

Essai vidéo - Renault Megane 4 RS

1 minutes de lecture
Mon avis à chaud de la nouvelle Renault Megane 4 RS 280ch et sa boite EDC. L’essai plus complet est ici.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

treize − un =