Essais

Essai de la Peugeot 208 GTI

3 minutes de lecture

Après un premier contact l’année dernière au Nurburgring, puis plus récemment en tant que passager de Bryan Bouffier sur le circuit de Dreux, Peugeot nous laisse enfin le volant de sa petite GTI!

C’est dans l’arrière pays Niçois, dans les routes enlacées du Col de Vence que la petite Lionne a trouvé terrain de jeu.

Les différences avec une 208 “normales” sont minimes, donc discrétes, mais suffisantes pour évoquer la sportivité. Le rouge est omniprésent à l’extérieur comme à l’intérieur. Etriers de frein, forcément, mais aussi jonc inférieur de calandre, qui donne l’impression qu’elle nous tire la langue! La GTI adopte dans sa calandre un motif en damier aux inserts chromés, tout comme les rétroviseurs et les antibrouillards. Les passages de roues sont élargis pour l’occasion.

Essai de la Peugeot 208 GTI (5)

L’ensemble est raffiné et dynamique, on aimait déjà beaucoup la ligne de la 208, la GTI n’en est que sublimée!

Essai de la Peugeot 208 GTI (6)

Hommage à son illustre ancêtre, la 205 GTI, les chromes de vitre  se terminent avec un badge revisité.

Essai de la Peugeot 208 GTI (1)

L’échappement  débouche sur une double canule chromée de forme trapézoïdale.

Essai de la Peugeot 208 GTI (2)

Les griffes dans les feux arrières accentuent le côté félin!

Essai de la Peugeot 208 GTI (3)

A l’intérieur, une surpiqure rouge stimule l’habitacle. La finition est l’une des meilleures sur ce segment. On a toujours à faire au petit volant et son poste de conduite inédit, il rappelle pour le coup le Logitech de notre enfance, lorsqu’on faisait le Fangio sur jeux vidéos! Et s’il y a bien un reproche à faire dans cet habitacle, ce sont les dégradés des plastiques brillants allant du rouge vers le noir. Pas forcément du meilleur goût et trés salissant!

Essai de la Peugeot 208 GTI (19)

Le repère en haut du volant est forcément… rouge!

Essai de la Peugeot 208 GTI (4)

Tout comme les cadrans LED encerclants les compteurs.

Essai de la Peugeot 208 GTI (20)

La boite est relativement ferme mais surtout agréable à manier. On trouve un 3eme rapport à tout faire, bien aidé par un moteur ultra souple et rempli dès les plus bas régimes.

Essai de la Peugeot 208 GTI (7)

Les sièges baquets offrent un confort insoupçonné! Ils reprennent le badge GTI en relief dans le cuir.

Essai de la Peugeot 208 GTI (16)

Le fond des compteurs est en aluminium brossé, dessiné d’un motif en damier noir.

Essai de la Peugeot 208 GTI (8)

Le moteur essence 1.6 THP 200ch s’exprime à travers une ligne d’échappement retravaillée. Et ça s’entend ! Il est couplé à une  boîte mécanique aux 6 rapports raccourcis. Avec son couple maximal de 275 Nm à1750tr/min, il se fait souple et sait reprendre dès les plus bas régimes pour ensuite trouver le rupteur passé les 6500 tr/min. Un moteur que l’on retrouve par exemple dans la RCZ et la Citroen DS3-R, légérement revu, et dynamisé par un étagement de boite plus court.

Essai de la Peugeot 208 GTI (9)

Il offre forcément de bonnes performances. Le 0 à 100 km/h est réalisé en 6.8 secondes et le 0 à 1000 m en 26.9 secondes.

Essai de la Peugeot 208 GTI (10)

Si la 205 s’est fait une belle réputation de survireuse, la 208 adopte la neutralité! Elle se conduit donc avec une facilité déconcertante. L’assistance électrique variable retranscrit la route à travers le petit volant tandis que le moteur et les bruits de gravillons dans les arches de roues éveillent mes sens sur les routes empruntées par le Rallye Monte Carlo. Les pneus Michelin dévelopés spécifiquement pour l’auto la scotche à la route.

Essai de la Peugeot 208 GTI (11)

Essai de la Peugeot 208 GTI (13)

Point culminant de notre roadtrip: la neige est au rendez vous!

Essai de la Peugeot 208 GTI (12)  Essai de la Peugeot 208 GTI (14)

Des routes qui donnent envie de taper dans le pédalier alu!

Essai de la Peugeot 208 GTI (17)

Grâce à son poids de 1160kg, elle bondit de cordes en cordes, un réel plaisir à emmener peu importe l’allure adoptée!

Essai de la Peugeot 208 GTI (18)

Au moment de la rendre, on s’aperçoit que les freins ont souffert des 130km très musclés qu’on leur a imposés. En conduite sportive, on est arrivé sans mal à triplé la valeur de consomation moyenne annoncée: 5.9L/100km. Il faut bien lui trouver des défauts!

Essai de la Peugeot 208 GTI (15)

Autant vous l’avouer, cette 208 GTI m’a mis la banane! Disposant d’une belle agilité, on se prend rapidement au jeu et on réclame du virage à gogos! Loin de se la jouer chérie fais moi peur, la GTI des temps modernes est efficace tout en conservant un confort pour une utilisation quotidienne. En plus, Peugeot y apporte une fabrication soignée.

 

Articles similaires
Essais

Essai Audi Q3 Sportback

4 minutes de lecture
Vous aimez l’Audi Q3 mais voilà, Audi vient de présenter le Q3 Sportback avec un style assez fou… Direction Valence en Espagne…
Essais

Essai Audi SQ7 2019

4 minutes de lecture
Après l’apparition de la deuxième génération de Q7 en 2015, voici le restylage de mi carrière pour 2019. Quoi de mieux que…
Essais

Essai Audi A6 allroad 50 TDI

4 minutes de lecture
Nous voici déjà la 4éme génération d’Audi A6 allroad quattro en 20 ans. L’idée reste toujours la même: une voiture spacieuse, avec…

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *