Non classé

Peugeot 208 GTI “Peugeot Sport”

3 minutes de lecture

Conçue dans les ateliers de Vélizy, la 208 GTi Peugeot Sport affiche ses atouts à l’aube du championnat VLN 2013. Objectif : les 24H Nürburgring 2013 en mai prochain dans le cadre du projet 208 GTi Racing Experience, avec 8 pilotes européens recrutés sur internet. Plus de 2 000 pilotes licenciés se sont inscrits début 2013 sur le site web du projet 208 GTi Racing Experience destiné à accompagner le lancement commercial de la 208 GTi. Après les pré-sélections nationales (nous finissons hélas à la 13e place!), huit « ambassadeurs 208 GTi » ont été sélectionnés lors de la Finale internationale à La Ferté Gaucher, pour participer à l’édition 2013 des 24H du Nürburgring.

La 208 GTi Peugeot Sport est la 4ème déclinaison compétition de la 208. Elle a donc bénéficié du développement de ses trois aînées (T16, R2 et Racing Cup) et a pu ainsi être conçue dans un temps très court. Les études ont débuté en décembre 2012. La préparation de la première coque a été possible dès janvier 2013 pour un début d’assemblage en février et un premier roulage à la fin de ce même mois. Elle bénéficie de la banque d’organes mécaniques développés et éprouvés pour 208 T16, 208 R2, 208 Racing Cup mais aussi pour RCZ Racing Cup qui est une référence de la catégorie SP2T en Allemagne après s’être imposée en VLN, aux 24 Heures du Nürbürgring en 2012 et aux 12h de Bathurst cette année.

Bien sûr, la 208 GTi Peugeot Sport profite également des atouts de la 208 GTi de série. Comme elle, elle est dotée du moteur 1600 turbo essence qui passe de 200 à 300 chevaux. Ce moteur est accouplé à une boîte de vitesses 6 rapports actionnée par des palettes au volant. Elle est équipée d’un système de freinage renforcé, de roues 18’’, d’un réservoir de 100 litres et d’une aérodynamique travaillée dans les limites du règlement. Le tout atteint à vide les 990 kg. On remarquera ce “grain de beauté” au dessus de la lèvre, certainement pour rafraichir le petit 1.6L fortement sollicité!

3 questions à Florent Meilhaud, ingénieur responsable du développement 208 GTi Peugeot Sport:

Quelle fut votre première vision de cette 208 GTi Peugeot Sport ?

A titre personnel, quand j’entends GTi, ça me rappelle la 205 qui représente une auto légère, mixant performance et plaisir de conduite. La 208 GTi de série est dans cette lignée et j’ai donc voulu transposer ce concept à la version compétition. Je vais faire en sorte qu’elle se montre à la hauteur du sigle GTi. C’est une fierté mais aussi une pression de travailler sur un tel projet avec un délai si court. Toute l’équipe est extrêmement motivée.

Quels sont vos principaux axes de travail ?

Nous travaillons dans tous les compartiments du jeu. Mais nous attachons une attention particulière à trois axes majeurs. Tout d’abord, la fiabilité. C’est une des clefs en endurance. Puis, les suspensions. Elles sont extrêmement sollicitées sur ce circuit vallonné, bosselé et qui enchaine des changements de revêtement. Enfin, dernier point essentiel, le poids qui est un facteur de performance.

Comment sera la 208 GTi Peugeot Sport à piloter ?

Les pilotes ont des expériences très différentes. L’un des objectifs est donc de concevoir une voiture saine, plaisante à piloter, facile à manier et donc à rattraper en cas de perte d’adhérence. Elle doit aussi préserver physiquement les pilotes, ce qui est indispensable pour des courses longues avec des relais pouvant atteindre 2 heures. Elle dispose ainsi d’agréments de conduite avec des palettes au volant pour passer les rapports, et un maximum de commandes à portée de mains pour assurer la concentration du pilote tout au long de son relais.

PEUGEOT 208 GTI_R2 PEUGEOT 208 GTI_R2

Fiche technique 208 GTi Peugeot Sport 

Moteur
Type : EP6 CDT
Cylindrée : 1.600 cm3 turbo
Puissance maxi : 300 ch
Couple maxi : 36 m.daN
Réservoir : 100 l
Alimentation : injection directe haute pression Magneti Marelli Electronique
Calculateur : SRT Magnetti Marelli + acquisition de données
Afficheur : Couleur Magnetti Marelli
Transmission
Boîte de vitesses : 6 rapports + commande séquentielle avec palettes au volant
Embrayage : Mécanisme poussé, bi disque céramétallique 184 mm
Freins / Direction
Freins AV : Disques ventilés Ø355x28mm / Etriers 6 pistons.
Freins AR : Disques non ventilés Ø290x12mm / Etrier mono-piston.
Répartiteur de freinage AV/AR
Direction: Crémaillère assistée hydrauliquement.
Trains roulants
Suspensions AV : pseudo McPherson, triangles spécifiques rotulés
Barre anti-dévers avant spécifique sur paliers lisses jambe de force
spécifique: aluminium forgé (réglage carrossage côté pivot).
Suspensions AR : essieu en « H » renforcé et modifié pour barre anti déversinterchangeable
Amortisseurs AV / AR : spécifiques Öhlins 3 voies + butée hydraulique réglable

Thomas Boulenger

Blogueur auto depuis 2009, je partage avec passion mes essais et mes voyages autour de l'auto. J'aime quand ça va vite, mais avec l'âge je commence à apprécier le confort du cuir...
Articles similaires
Essais

Essai Peugeot 508 GT 2.0L BlueHdi 180ch

3 minutes de lecture
Les berlines ne sont plus trop dans l’air du temps, si vous ne l’aviez pas encore remarqué l’époque est au SUV. Mais…
Reportage

VW GTI Performance Days

4 minutes de lecture
Volkswagen m’a convié aux GTI Performance Days sur le circuit Paul Armagnac de Nogaro. L’occasion de redécouvrir en totalité la gamme labellisée…
Reportage

24H du Nürburgring 2018 : au coeur de la Légende !

12 minutes de lecture
Pour la cinquième année consécutive, me voilà sur la grille de départ des 24H du Nürburgring ! Je vous raconte tout, des…

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

dix-neuf − treize =