Essais auto

Essai Volkswagen Up! GTI

5 minutes de lecture

Après notre essai de la Toyota Yaris GRMN la semaine dernière, il fait décidément bon essayer des petites sportives dans le sud de la France en ce début d’année ! Cette fois, direction la principauté monégasque et ses belles routes adjacentes pour découvrir la nouvelle Volkswagen Up! GTI.

L’annonce de la Up! GTI par la marque de Wolfsbourg a tout de suite suscité l’attention, entre enthousiasme, questionnement et sarcasme :

  • L’enthousiaste : « Un poids plume, un moteur gonflé et les éléments visuels bien connus des GTI, on va bien se marrer ! »
  • L’indécis : « On fait le parallèle avec la Golf 1 GTI, mais 42 ans après, la Up! saura-t-elle être aussi fun ? »
  • Le pessimiste : « Up! GTI, et puis quoi encore ? Il faudrait arrêter de nous faire croire qu’un logo sur une calandre change une auto »

De notre côté, connaissant le succès des petites bombinettes des marques concurrentes, nous montions dans l’avion entre l’indécis et l’enthousiaste, laissant le pessimiste se plaindre contre le hublot.

Une bouille de farceuse !

Arrivés à l’aéroport de Nice, c’est donc une armada de Up! GTI qui nous attend, l’occasion de faire le point sur le look de la petite allemande. Une face avant retravaillée avec un bouclier plus agressif, une baguette GTI, des grosses jantes de 17 pouces, un petit becquet à l’arrière et des touches de noir sur le toit, les rétroviseurs et le flanc pour faire contraste… Pas de doute sur le plan du design, c’est une vraie GTI ! Nos amis d’Outre-Rhin n’ont pas perdu la recette de la potion magique, en bon Gaulois nous voilà rassurés ! Le pessimiste vous dira que ça reste une Up!, mais sa bouille de farceuse aura amplement suffit à nous emballer, spécialement dans sa livrée rouge on ne peut plus explicite. La marée chaussée Princière ne s’y trompera d’ailleurs pas une heure plus tard lorsque l’agent nous arrêtera proche du casino en nous disant « je savais bien que je l’avais jamais vue celle-là encore ! ». Il est vrai que les Aventador seront peut-être plus courantes dans ce coin du continent…

Le trois cylindres 1.0L TSI 115 au menu !

Arrivés à la Rascasse après une toute petite heure de trajet depuis l’aéroport, nous nous installons à table en révisant nos fiches pour la partie fun du trajet qui a lieu l’après-midi. Alors, quoi de bon au menu ? Un trois cylindres turbocompressé d’un petit litre de cylindrée, délivrant une puissance de 115 chevaux et un couple maxi de 200 Nm. Le 0 à 100 km/h quant à lui se boucle en 8,8 secondes. On peut légitimement trouver ça léger, mais l’important est du côté de la balance, qui annonce un tout aussi léger 995 kg à vide ! Et c’est là tout l’esprit de l’auto : pas besoin d’en faire des tonnes pour s’amuser ! Ajoutez à cela un châssis sport et des freins mordants, et tout laisse à penser que l’on devrait bien rigoler !

Mais avant de prendre la direction des jolis serpentins surplombant Monaco, il est inconcevable de ne pas faire un petit tour de principauté, pour les yeux, mais aussi pour tester les évidentes capacités de citadine de notre Up! GTI. La petite sportive est effectivement bien dans son élément dans les étroites rues Monégasques, alliant réel confort et agilité pour se faufiler entre les supercars et les yachts !

Et à l’intérieur : Sport ou chic ?

On ne se moque pas de vous à l’intérieur de la Up! GTI, encore une fois tous les éléments distinctifs des sportives de la marque sont repris : beau volant en cuire avec surpiqûres rouges, sellerie héritage à carreaux, pommeau de vitesse siglé, rappels de rouge sur la planche de bord, signature lumineuse, baguette GTI… Tout y est ! Ou presque, on aurait aimé des compteurs un peu plus sportifs, mais on chipote ! Autre point original, Volkswagen a misé sur l’intégration d’un smartphone avec application sur mesure plutôt qu’un petit GPS. Connectée à la voiture, l’application est fiable et intuitive, et peut alors se piloter à travers les boutons de la console. On y retrouve en autres radio, GPS, mais aussi performances de la voiture en direct. En faisant cela, la marque mise clairement sur une clientèle jeune et économise les coûts de l’intégration d’une console plus sophistiquée : intelligent !

Un go-Kart qui donne la banane !

Bon, la bonne bouffe, les yachts et les paillettes on aime bien, mais chez Crank ce qu’on aime par dessus tout c’est les épingles, les traces de pneus, et l’odeur des freins chauds ! Alors prenons un peu de hauteur direction La Turbie afin de voir ce qu’elle a dans le ventre cette petite GTI. La réponse ? Beaucoup de fun ! Il fallait s’y attendre, les 115ch ne transcendent pas l’auto et un peu plus de peps n’aurait pas fait de mal, mais c’est franchement bien suffisant pour s’amuser ! Sortie de virage, gazzzzz, il ne se passe pas grand chose dans un premier temps, puis le turbo vient donner un bon coup de boost aux alentours de 2000 tr/min, pour délivrer un couple maxi à 3500 tr/min.

Entre les épingles serrées, l’agilité de l’auto est remarquable et on se prend alors au jeu comme des gamins à bord d’un go-kart : sourire vissé jusqu’aux oreilles ! Le débattement très court du levier de vitesse est agréable et encourage à la conduite sportive. On vient d’ailleurs de passer une épingle sur 3 roues, oups ! Le bruit atypique du trois cylindres, bien qu’artificiellement amplifié, ajoute au côté attachant de notre petit bonbon, on n’en attendait pas plus ! Arrivé au sommet, pas le choix de redescendre et de mettre alors les freins à l’épreuve. On pourrait attendre un poil plus de mordant en conduite sportive, mais ces derniers sont endurants et la petite tonne est toute de même vite freinée ! Au chapitre des moins biens, on note la suspension pas vraiment digne d’une petite sportive et le léger manque de maintien des sièges mais l’ensemble reste très satisfaisant et surtout, très amusant. Un vrai jouet qui donne envie de faire des bêtises, on vous avait  bien dit qu’elle avait une bouille de farceuse !

Le bonus du jury : un prix contenu !

Il est temps de dresser le bilan : un look séduisant, un habitacle soigné et à jour, des performances moyennes mais un caractère amusant et attachant… Reste à savoir le prix ! Proposée à partir de 16 790 euros, notre cacahuète allemande (« die Deutsche Erdnuss » pour les intimes) part avec un avantage de 600 euros sur la concurrente Renault Twingo GT (17 400 euros), pourtant légèrement moins performante ! Nul doute que notre petite GTI devrait faire un malheur dans les rues de la capitale, au même titre que des 500 Abarth ou que toutes les petites sportives du segment. Nous, on achète !

Photos de la Volkswagen Up! GTI :

Notation

[rwp-review id= »0″]

Fiche Technique

MOTEUR

Type : 3 cylindres
Alimentation : Turbo compressée
Cylindrée (cm3) : 999
Puissance maxi (ch) : 115
Couple maxi (Nm à tr/mn) : 200 à 3500

TRANSMISSION

Traction
Boîte de vitesses (rapports) : mécanique (6)

POIDS

Données constructeur DIN à vide (kg) : 995
Rapport poids/puissance (kg/ch) : 8.65

PERFORMANCES

Vitesse maxi (km/h) : 196
0 à 100 km/h : 8″8

CONSOMMATION

Moyenne normalisée (L/100 Km) : 6
CO2 (g/Km) : 110
Puissance fiscale : 6 CV

Prix du modèle de base : 16 790 €

Crédits récit et photos : Nicolas Verneret pour Crank

Thomas Boulenger

Blogueur auto depuis 2009, je partage avec passion mes essais et mes voyages autour de l'auto. J'aime quand ça va vite, mais avec l'âge je commence à apprécier le confort du cuir... Ma deuxième passion est le vélo. Vous avez du le voir!
Articles similaires
Essais auto

Essai VW ID.5 : les dés sont jetés !

7 minutes de lecture
Bonjour ID.5! Après ID.3 en 2020 et ID.4 en 2021, l’offensive ID continue en 2022 chez la marque Allemande Volkswagen. Direction le…
Essais auto

Essai VW T-Roc Cabriolet: unique !

5 minutes de lecture
Voici la seule Volkswagen à toit souple disponible sur le marché! Maintenant que la Golf Cabrio et la Beetle Cabrio sont mortes…
Essais auto

Essai VW T-Roc 2022 : encore mieux !

4 minutes de lecture
C’est en 2017 que le T-Roc est arrivé sur le marché. Et oui déjà! J’avais d’ailleurs pu en prendre le volant au…

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.

un + quinze =