Essais auto

Essai VW ID.5 : les dés sont jetés !

7 minutes de lecture

Bonjour ID.5! Après ID.3 en 2020 et ID.4 en 2021, l’offensive ID continue en 2022 chez la marque Allemande Volkswagen. Direction le Sud, pour découvrir cette nouveauté. Départ d’Aix-en-Provence pour rejoindre La Croix-Valmer.

La famille ID

L’ID.5, c’est le nouveau SUV coupé électrique de Volkswagen. Avec en tête gamme la version GTX, équipée de la transmission intégrale et de la plus grande puissance. C’est ce modèle que j’ai eu la chance d’essayer dans cette teinte gris argent et son toit noir. Elle met particulièrement bien en valeur le travail des surfaces réalisé par les designers.

On retrouve donc le « visage » de la gamme ID sur l’ID.5 grâce à une signature lumineuse similaire. Cela lui donne un côté humain, avec un regard concentré. Il y a aussi des ouvertures d’air de refroidissement réduites et ses larges surfaces peintes. Le but est un design qui apparaît musclé, plein d’assurance et chaleureux quel que soit le point de vue.

L’avant ressemble à s’y méprendre à celui de l’ID.4 malgré les nouveaux boucliers plus ouverts. C’est la ligne de toit qui donne ce caractère particulier à l’auto, et qui lui vaut l’appellation de SUV coupé. Les montants s’étirent vers le bas de la carrosserie et se termine par un spoiler. À l’arrière, des lignes horizontales soulignent la largeur de l’ID.5. Avec comme point d’orgue la bande lumineuse qui relie les feux.

De la suite dans les idées

Évidemment, cela joue sur l’aérodynamique. L’ID.5 parvient à avoir un coefficient de traînée de 0,26. Tandis que celui de l’ID.5 GTX est de de 0,27. Dans tous les cas, c’est mieux que l’ID.4.

Le flux d’air s’écoule le long de la vitre arrière, contourne et traverse le spoiler et ne tourbillonne que dans la zone située en dessous. Dans une quête d’amélioration, les poignées de porte sont intégrées à la carrosserie de l’ID.5. Il en va de même pour le dessin des jantes, plus ou moins pleines. Ici, Il s’agit ici des jantes Ystad de 20 pouces. En option, il est possible d’opter pour les jantes Narvik en 21 pouces.

Les volets de radiateur à commande électrique à l’avant du véhicule ne s’ouvrent que lorsque les groupes moteurs nécessitent de l’air de refroidissement, l’air ne doit passer par les conduits de refroidissement qu’à ce moment-là. Des petits spoilers et des revêtements dirigent le flux d’air au niveau du soubassement.

Dans l’ensemble, la ligne de l’ID.5 apparaît fluide et en même temps, sportive et musclée. Ses porte-à-faux courts et ses grandes roues soulignent son aspect robuste. L’ID.5 mesure 4,60 mètres de long, 1,85 mètre de large et 1,61 mètre de haut.

Chateau de la Gaude

Rapidement après avoir pris possession de mon ID.5 GTX pour le weekend, direction le Château de la Gaude! C’est la bastide provençale par excellence. Il dispose d’un sublime jardin à la française, classé monument historique. Un plaisir pour les yeux et une ode à la ville de Paul Cézanne. A savoir que le Château dispose d’une cave, d’un hôtel, d’un spa et pas moins de 5 espaces de restauration.

Le restaurant gastronomique Le Art est le plus prestigieux de tous puisqu’il dispose d’un étoile au guide Michelin. Aux commandes du restaurant gastronomique, on trouve le chef Matthieu Dupuis Baumal. Le jeune chef propose des assiettes audacieuses, où les notes provençales se parent de subtiles influences japonaises. Exceptionnel. La cheffe pâtissière, Maëlle Bruguera, clôt le repas du jour avec un rafraichissant Finger Fraise Thé Matcha.

En ce qui concerne la cave, les cuvées Garance, Hortense et Mademoiselle ont reçu les médailles de bronze au Decanter World Wine Awards pas plus tard que ce mardi 7 juin. Il y a aussi une source d’eau, découverte pour la première fois au 12ème siècle ainsi que des oeuvres d’art éparpillées sur tout le domaine. Cela offre un contraste saisissant. Surtout avec les sculptures contemporaines monumentales de Philippe Pasqua.

La Volkswagen ID.5 prend la pose devant le requin de l’artiste Philippe Pasqua.

A l’intérieur de l’ID.5

Malgré l’inclinaison et le caractère sportif de la ligne de toit, l’habitacle ne perd rien de sa grandeur ( par rapport à ID.4 ). Son design mise sur la simplicité et le minimalisme. Le tableau de bord a l’air léger et semble flotter. Une surface souple recouvre la partie supérieure du tableau de bord, une surpiqûre le subdivise en différentes zones. Lorsqu’il fait sombre, un éclairage d’ambiance entièrement personnalisable dessine les lignes de l’habitacle.

En configuration classique, le coffre de l’ID.5 offre 549 litres, ce qui est même un peu plus que celui de l’ID.4. Son volume passe à 1 561 litres lorsque les dossiers des sièges arrière sont rabattus et que le chargement atteint le toit. Le pack d’aides à la conduite « Plus » comprend l’ouverture et la fermeture électrique du coffre « Easy Open & Close » qui s’ouvre et se ferme d’un mouvement du pied.

A noter que les matières des garnitures sont toutes exemptes de produits d’origine animale. L’ID.5 GTX dispose de sièges revêtus d’une combinaison de textile et de similicuir. En fonction de l’équipement, la partie centrale des sièges de l’ID.5 peut être revêtue de tissu microfibre « ArtVelours » composé en partie de matières recyclées provenant par exemple d’anciennes bouteilles en PET.

De la techno à gogo

La planche de bord est reprise de l’ID.4 et intègre de série le grand écran de 12 pouces avec le système Discover Pro Max. Tandis que la GTX profite de confortable sièges baquet intégraux. Ils font partie de l’option Top Sport. Les tissus bleus marines avec les surpiqures rouges sont du meilleur effet. Mais il est dommage de trouver des plastiques trop basiques à ce niveau de prix lorsqu’on baisse les yeux.

L’ID.5 a progressé par rapport à l’ID.4 que j’avais essayé il y a un an. En fait, VW a déployé la dernière génération de logiciel 3.0. Et on devrait bientôt voir arriver la version 3.1. Il offre son lot de nouveautés technologiques. Il y a des nouvelles assistances à la conduite, mais également des optimisations en termes de confort et de recharge.

Avec la finition GTX, l’ID.5 dispose de toutes les aides à la conduite au catalogue, y compris une efficace conduite autonome de niveau 2 ou des projecteurs intelligents. On peut aussi disposer de l’affichage tête haute avec réalité augmentée, qui affiche par exemple les bords de la route ou les directions avec de grandes flèches. Il y a aussi un système de stationnement automatique ( Park Assist Plus ) avec une fonction reverse, qui mémorise les 50 derniers mètres d’un parcours, pour les reproduire de façon autonome en marche arrière, mais celui-ci est en option.

Moteurs de la VW ID.5 et ID.5 GTX

Équipé de la grosse batterie de 77 kWh, l’ID.5 est proposé avec trois niveaux de puissance : 174 ch (Pro), 204 ch (Pro Performance) et 299 ch pour cette version GTX. Cette dernière dispose d’un moteur additionnel sur l’essieu avant pour en faire une transmission intégrale. Revers de la médaille. Avec plus de puissance et la même batterie, l’autonomie de la GTX est la plus faible avec 490 km.

Avec l’ID Sofware version 3.0, il y a eu une amélioration de puissances de charge et du temps de recharge en courant continu : 135 kW pour ID.5 Pro et Pro Performance, 150 kW pour ID.5 GTX. Concrètement, c’est jusqu’à 9 minutes de gagnées pour une recharge de 5 à 80%. Elle s’effectue désormais en juste 36 minutes, alors qu’il faudra compter 7 h 30 sur une borne AC de 11 kW.

Avec sa plus grande puissance, la GTX accélère de 0 à 100 km/h en 6,3 sec. Par la suite, Volkswagen lancera une nouvelle fonctionnalité Plug & Charge qui permettra à la borne de reconnaître automatiquement l’auto, sans qu’il soit nécessaire d’utiliser une carte de recharge. L’ID.5 inaugure aussi la charge bidirectionnelle.

Au volant de la VW ID.5

Avec une plate-forme MEB et une batterie de 77 kWh utiles bien connues, l’ID.5 ne pourra pas créer de grande surprise au volant. Malgré tout, c’est plutot une bonne surprise au niveau de l’autonomie! Là encore, le nouveau software 3.0 fait des miracles. Sur un trajet varié et vallonné, en roulant aux limitations, j’ai obtenu une moyenne de 17,5 kWh/100 km, malgré l’usage intensif de la climatisation vu le thermomètre dépassant les 35°. A l’arrêt, la voiture consommait entre 1,5 et 2 kWh rien que pour la climatisation. Il est donc possible d’obtenir un meilleur score avec un temps plus clément!

VW a fait le choix du minimum de commandes physiques, en regroupant toutes les fonctions dans l’écran. L’ergonomie est bien réalisée et il est simple à utiliser. J’ai aussi testé le système de dépassement automatique. Il s’agit du Travel Assist 2.5. On enclenche le clignotant, et si le trafic le permet, l’ID.5 déboîte toute seule.

Le sélecteur de vitesse se situe au niveau du petit écran de 5,3″ derrière le volant. Une position inhabituelle mais on s’y fait rapidement. Cela montre aussi le cote familial de l’auto qui permet de dégager de l’espace entre les passagers.

A l’image de ses cousins Enyaq Coupé RS iV et Q4 Sportback e-tron quattro, les prestations se veulent plus dynamiques que sportives. Cependant, les reprises sont efficaces et permettent de doubler sans danger. Dans les virages, la motricité reste sans faille et surtout le confort est préservé.

Arrivée à La Croix-Valmer

Malgré la canicule annoncée du weekend, voyager dans l’ID.5 est reposant. La suspension filtre efficacement la plupart des inégalités, ce qui, allié à l’insonorisation excellente, rend les déplacements très apaisants.

Le périple s’achève au Domaine Louise à La Croix-Valmer. Au sein d’un parc arboré exceptionnel de 10 hectares et à seulement quelques minutes des plages, le Domaine Louise est un ensemble de 6 villas indépendantes entièrement restaurées. Le cadre est idyllique, avec un calme des plus appréciables. Un peu à l’image de l’ID.5.

On ne peut qu’apprécier la tranquillité du parc arboré et les senteurs aromatiques et essences variées, caractéristiques du sud de la France. Chacune des villas du Domaine Louise bénéficie d’intérieurs de prestige, associés à tous les équipements haut de gamme que l’on attend d’un établissement de luxe.

La décoration s’inscrit parfaitement dans l’histoire et l’esprit du domaine, datant de 1880, alliant modernité et charme provençal. Un riche passé architectural mis en valeur dans le souci du détail et le choix des matériaux nobles et naturels. Cerise sur le gâteau, toutes les villas disposent de leur propre piscine chauffée.

Conclusion

Volkswagen s’adresse déjà aux familles à l’esprit pratique avec son SUV électrique ID.4, il vise désormais ceux qui recherchent un peu plus de style avec cette variante ID.5 plus élégante. La version GTX apporte un concentré de technologie, un équipement très complet, du confort, de l’espace à bord et des performances correctes, mais pas de sportivité.

Notation

Design
7.5
Vie à bord
8.5
Performances
8
Plaisir de conduite
8
Je l'achète pour
son confort
son espace à bord
son look plus dynamique
Je ne l'achète pas pour
son absence de sportivité
8

Photos de la VW ID.5 GTX

Fiche technique de la VW ID.5 GTX
MOTEUR
Type : Électrique
Puissance maxi : 299 ch (220 kW)
Couple maxi : 460 Nm
TRANSMISSION
Intégrale
Boîte de vitesses : automatique
POIDS
Données constructeur à vide : 2242 kg
PERFORMANCES
Vitesse maxi : 180 km/h
0 à 100 km/h : 6″3 sec
CONSOMMATION
Batterie : 77 kWh utile
Autonomie WLTP : 490 km

Thomas Boulenger

Blogueur auto depuis 2009, je partage avec passion mes essais et mes voyages autour de l'auto. J'aime quand ça va vite, mais avec l'âge je commence à apprécier le confort du cuir... Ma deuxième passion est le vélo. Vous avez du le voir!
Articles similaires
Essais auto

Essai VW T-Roc Cabriolet: unique !

5 minutes de lecture
Voici la seule Volkswagen à toit souple disponible sur le marché! Maintenant que la Golf Cabrio et la Beetle Cabrio sont mortes…
Essais auto

Essai VW T-Roc 2022 : encore mieux !

4 minutes de lecture
C’est en 2017 que le T-Roc est arrivé sur le marché. Et oui déjà! J’avais d’ailleurs pu en prendre le volant au…
Essais auto

Essai Volkswagen Taigo : tout nouveau tout beau

4 minutes de lecture
Voici le Taigo, prononcez Thaï-go, c’est le dernier coupé crossover de Volkswagen. Il rejoint une vaste gamme de SUV. Voyez plutôt, VW…