L’Audi RS7 performance va vous arracher une larme

Quelques mois après l’avoir essayée en exclusivité mondiale ici, Audi met en scène sa nouvelle RS7 performance dans une vidéo très poétique.

L’Audi RS7 Sportback performance, c’est un V8 biturbo 4.0 TFSI qui passe atteint désormais 605 ch et 750 Nm. La puissance est envoyée aux quatre roues grâce à la transmission quattro, et permet un 0 à 100 km/h en 3,7 secondes, le 0 à 200 km/h en 12,1 secondes, et jusqu’à 305 km/h en pointe!

De quoi vous arracher une larme? La réponse en vidéo…

La nouvelle DS 3 Performance succède à la DS3 Racing

C’est au Louvre que la marque DS vient de présenter sa nouvelle DS 3, qui est surtout un gros lifting visant à abandonner les chevrons dans la calandre. Chacun appréciera le travail effectué à l’avant.

La DS3 Performance, du nom de la nouvelle branche sportive de la marque, vient donc remplacer la DS3 Racing. C’est désormais le 1.6L THP de 208ch issu de la 208 GTI qui l’anime, il est associé à une boite manuelle à 6 rapports et un différentiel à glissement limité type Torsen.

Par rapport à la DS 3 classique, la caisse est abaissé de 15 mm, les voies élargit de 26 mm à l’avant et 14 mm à l’arrière. Les freins sont également revus en conséquence. La double sortie d’échappement et les jantes de 18 pouces permettent facilement d’identifier cette version Performance.

Elle sera aussi disponible sur DS 3 Cabrio.

Photos de la nouvelle DS 3 Performance

Essai des Audi RS6 Avant performance et Audi RS7 Sportback performance

Etre le premier média au monde à essayer une auto, c’est déjà une sacré opportunité, mais deux… C’est le cadeau que nous fait Audi pour cette fin d’année: Il s’agit des RS6 et RS7 performance!

Le mot performance prend un petit p, comme le q de quattro, une nouvelle désignation chez Audi pour des modèles RS encore plus… performants. Logique implacable. Rendez vous donc sur le circuit de Vallelunga à proximité de Rome en Italie pour les essayer.

Elles sont toutes les deux là, à l’entrée du circuit. A première vue, difficile de faire la différence avec les modèles RS6 et RS7 classiques. On les reconnait tout d’abord grâce à un logo quattro sur la prise d’air et des éléments ajoutés en titanium mat comme les inserts sur les diffuseurs ou les coques de rétroviseurs. Elles sont équipées de jantes spécifiques en 21’’et d’énormes pneus 285/30 sur la RS6 et 275/30 sur la RS7. Les jantes cachent des disques de frein au design wave ( en vague ) pour grappiller un peu de poids, il est bien entendu possible d’opter pour les carbone céramique. En plus, l’adaptive air suspension RS de série abaisse la caisse de 20mm. Des détails certes, mais ces autos sont tellement bestiales qu’il n’en fallait pas plus!

A noter qu’elles pourront recevoir une teinte exclusive bleu Ascari métallique en option.

INTERIEUR

Massif et de qualité, l’intérieur ne vous laissera pas de marbre. De série, elles disposent de sièges sport RS avec renforts latéraux et appuie-têtes intégrés. C’est le même mobilier sur les deux modèles, seules les inscriptions varient.

Mais comment se passer du pack design RS performance qui comprend les sièges bi-tons noir et bleu. Celui-ci inclut le nouveau revêtement des sièges en cuir et Alcantara au design alvéolé et les coutures contrastantes sur les accoudoirs, le volant, le levier de vitesses et les tapis. Maintien impeccable, confort sans reproche, certains pourront reprocher l’absence du virtual cockpit, devenu incontournable dans la gamme Audi.

Les incrustations bleues dans le carbone de la planche de bord sont de toutes beautés. Encore une fois on fait dans le détails, mais ce n’est pas comme ça qu’on atteint la perfection?

MOTEUR

Toutes les deux partagent le même V8 4.0 TFSI de 605 ch et 700 Nm, soit 45ch de plus. La fonction overboost permet de disposer de 750 Nm pendant un court moment. Autant vous dire que l’accélération est brutale et n’a quasiment rien à envier à la R8 surtout qu’il y a plus de 2 tonnes à déplacer!

Le V8 est associé à la boite tiptronic à 8 rapports très réactive. Le 0 à 100 km/h est abattu en 3,7 sec et le 0 à 200 km/h en 12,1 sec. Pour le coup, la vitesse maxi n’est plus limitée à 250 km/h mais à 280 km/h et l’échappement sport est de série. La sonorité est brutale, il n’y a pas d’autres mots. Le V8 fait passer le 2.5L de la RS3 pour un enfant de cœur!

Grace au pack dynamique, la vitesse maxi peut atteindre les 305 km/h. Maintenant que le rapport poids/performance a baissé, le plaisir a t’il grimpé?

COMPORTEMENT

La transmission intégrale permanente quattro délivre la puissance aux roues et distribue de manière optimale le couple selon les besoins via un différentiel central. Et dieu sait qu’il y en a! En sortie de virage, flat out, le V8 explose comme un bâton de dynamite, secouant les 2 tonnes avec force.

En configuration standard, 40 % de la puissance est dirigée vers l’essieu avant et 60 % vers l’essieu arrière, c’est bien équilibré. En plus, le différentiel sport en option sur l’essieu arrière distribue le couple entre les roues intérieures et extérieures. L’ESC dispose d’un mode Sport et peut être désactivé. C’est une vraie torture pneumatique. Ces deux poids lourds se transforment en véritable valseuse sur circuit! Incroyable!

Malgré la suspension RS sport plus, encore plus rigide, le roulis est encore présent. Rappelons que malgré ses performances de supercar, nous sommes au volant d’un break colossal et d’une grosse berline à hayon. On se demande comment ne pas être frustré sur route ouverte avec de telles fusées.

Tout le mérite revient au système de freinage qui parvient à stopper ce boulet de canon.

CONCLUSION

Construites pour l’Autobahn, les RS6 et RS7 performance se sentent finalement à l’aise partout! Avec un peu plus de puissance et d’attention du détails, elles deviennent encore plus exclusives. Pratiques grâce à leurs espaces généreux mais aussi rapides et maniables, difficile de trouver un défaut chez elles. Berline ou break, ça sera à votre bon plaisir…

La nouvelle Audi RS 6 Avant performance sera disponible en France au tarif de 133 700 € tandis que la nouvelle Audi RS 7 Sportback performance le sera à partir de 142 900 € et cela début janvier.

Cette grande première a eu lieu dans le cadre des Audi Sport track attack. Un événement extraordinaire dont on va vous reparler très vite!

Vidéo en POV des Audi RS6 et RS7 performance sur l’Autodromo de Vallelunga

Photos de l’Audi RS6 Avant performance

Photos de l’Audi RS7 Sportback performance

Fiche Technique Audi RS6 Avant performance
MOTEUR
Type : V8
Position : transversale AV
Alimentation : turbo
Cylindrée (cm3) : 3993
Puissance maxi (ch à tr/mn) : 605 à 6100
Couple maxi (Nm à tr/mn) : 750 à 2500
TRANSMISSION
Intégrale
Boîte de vitesses (rapports) : auto (8)
POIDS
Données constructeur DIN à vide (kg) : 2025
Rapport poids/puissance (kg/ch) : 3,34
PERFORMANCES
Vitesse maxi (km/h) : 305
0 à 100 km/h : 3″7
CONSOMMATION
Moyenne normalisée (L/100 Km) : 9,6
CO2 (g/Km) : 223
Puissance fiscale : 52 CV

Fiche Technique Audi RS7 Sportback performance
MOTEUR
Type : V8
Position : transversale AV
Alimentation : turbo
Cylindrée (cm3) : 3993
Puissance maxi (ch à tr/mn) : 605 à 6100
Couple maxi (Nm à tr/mn) : 750 à 2500
TRANSMISSION
Intégrale
Boîte de vitesses (rapports) : auto (8)
POIDS
Données constructeur DIN à vide (kg) : 2005
Rapport poids/puissance (kg/ch) : 3,31
PERFORMANCES
Vitesse maxi (km/h) : 305
0 à 100 km/h : 3″7
CONSOMMATION
Moyenne normalisée (L/100 Km) : 9,5
CO2 (g/Km) : 221
Puissance fiscale : 52 CV

Ford Performance: 1495ch dans l’écurie!

La course c’est la vie, tout ce qui se passe avant ou après est juste de l’attente. C’est sur cette citation de Steeve McQueen que la Ford Performance Day a commencé. Ford n’était pas peu fière de présenter sa gamme, et il y a de quoi!

[quote cite=’Steeve McQueen’]RACING IS LIFE, Anything happens before or after is just waiting[/quote]

Ford nous a convié à découvrir sa gamme Performance sur piste. Une journée sous le signe du sport donc, et il y en a pour toutes les bourses chez Ford: De la petite Fiesta ST à la future GT ultra performante. Nous avions comme terrain de jeu le circuit de la Ferté Gaucher et 1495 chevaux à cravacher!

La Fiesta pour se mettre dans l’ambiance

On commence avec la Fiesta Red, qui ne fait pourtant pas partie de la gamme Performance, mais qui extirpe 140 ch de son 1.0L EcoBoost. Une entrée en matière étonnante, car dès les premiers tours de roue, on oublie vite qu’il s’agit d’un 3 cylindres sous le capot! On enchaîne les virages serrés avec aisance et plaisir, dire qu’elle se contente de frein à tambour à l’arrière… Une belle surprise! On se demanderait presque ce qu’il reste à la ST.

Et bien il suffit de passer derrière son volant pour s’apercevoir qu’elle élève le niveau de jeu sur tous les plans: accélération, freinage, comportement. Plus rapide, plus rigide, le pilotage se fait plus intense. Cela ne fait aucun doute, la Fiesta ST est la plus authentique des GTI! Son 1.6L Ecoboost développe 182 ch et 240 Nm de couple.

L’essai complet de la Fiesta ST.

La Focus ST, un diesel sur circuit

Depuis le début d’année, la Focus ST est disponible en diesel. La TDCi reçoit des trains roulants aux petits oignons puisque ce sont les mêmes que la version essence.

Je retrouve la ST TDCi et sa teinte gris Stealth que j’avais emmené sur route ouverte. Rouler sur circuit avec un diesel est anticonformiste, mais la ST ne rechigne pas à pivoter sur son train avant au freinage, avalant les épingles comme il se doit. Il faut juste distiller le couple avec retenu, avec 185 ch mais surtout 400 Nm sur le train avant, il y a de quoi torturer les pneus dès qu’on met un peu d’angle dans le volant.

Point d’envolée lyrique évidemment, mais une consommation hyper raisonnable et un rythme loin d’être ridicule.

Une deuxième ST TDCI était présente mais en break SW avec une monte pneumatique plus grande ( 19″ contre 18″ ). Ford a collaboré avec Michelin pour développer un nouveau pneu qui contribue à l’efficacité du comportement, notamment sur l’adhérence latérale. Immédiatement on s’aperçoit que le train avant sature beaucoup moins vite, on repousse ainsi les limites de l’auto. Merci Michelin!

L’essai complet de la Focus ST TDCi.

La Focus ST avec l’EcoBoost

Avec le moteur essence 2.0L EcoBoost de 250 ch, la Focus ST accélère de 0 à 100 km/h en 6,5 secondes, plus rapide que sa version diesel, plus lyrique également. La ST est censée être polyvalente, elle ne manque pourtant pas d’attributs sur circuit.

La direction est précise, on la caresse du bout des doigts, les pouces calés dans le volant. Seul problème, le différentiel électronique qui agit sur les freins en courbe.  Ces derniers sont mis à mal, le circuit ne pardonne pas.

On prend tout de même énormément de plaisir à son volant.

L’essai complet de la Focus ST.

Mustang, la légende

La Mustang ne laisse personne indifférent, elle était présente avec le moteur EcoBoost 2,3L de 317 ch pour un couple de 432 Nm en boite manuelle et avec le V8 5,0L de 421 ch et 530 Nm de couple en boite automatique.

Si la version EcoBoost ne démérite pas avec de belles performances, c’est le V8 qui m’a laissé sous le charme. Comment ne pas succomber? A priori la Mustang n’est pas destinée à la piste et pourtant! Le moteur vrombit et glougloute comme nul autre.

Grâce au pack performance de série, une option chez nos amis américains, la ‘Stang sait freiner et tourner comme il se doit! Le grand volant communique énormément, on ressent même l’arrachement des pneus sous la force du V8. Pas de filtre, c’est bien une voiture d’homme que l’on a entre les mains! Le rythme s’accélère et l’auto se laisse aller à de joyeuses dérives, quel plaisir!

L’essai complet de la Ford Mustang GT.

Du sport encore et encore! 

Le sport ne s’arrête pas là chez Ford, outre un engagement en compétition, la Focus RS et la GT ne devraient plus tarder à arriver sur nos routes. Et ce n’est pas fini puisque d’ici 2020, Ford devrait introduire pas moins de 12 modèles sportif! Vive l’ovale bleu!

Photos de la Ford Performance Day

Ford Performance: un retour au Mans?

Ford fera une annonce concernant Ford Performance ce vendredi 12 juin à 15h00.

Bill Ford, Président exécutif, Mark Fields, Président directeur général, et Raj Nair, Viceprésident, en charge du développement produit, seront accompagnés d’invités exceptionnels pour cet événement qui sera disponible en direct pour le monde entier sur Internet.

Est ce que l’on aura le droit à une Fiesta RS? Le retour de Ford aux 24 Heures du Mans 2016?  La deuxième solution semble la plus crédible, cela coïnciderait avec les 50 ans de la première victoire de la Ford GT40 au Mans.

Mais dans quel catégorie? Une LMP1 ou alors utiliser la nouvelle GT dans une configuration course qui serait tellement sexy!

Pour assister à cette conférence de presse, rendez-vous sur http://bit.ly/FordPerformanceSpecialEvent

Via Ford.

BMW au Mondial de Paris 2012

Chez BMW les nouveautés sportives se font discrètes cette année… La petite M135i récemment essayé reçoit dorénavant le xDrive.

La série 3 est désormais disponible avec les accessoires M Performance en attendant une véritable M beaucoup plus sensationnelle! Les bandes noires ne sont pas obligatoire. Elle adopte des jantes 20 pouces, un système de freinage BMW M Performance, le nouveau châssis BMW M Performance ainsi que le kit aérodynamique.

Parmi les M, on a le droit à une M5 gris mat et une M6, toutes les 2 avec un tableau de bord rempli de carbone.

On attends donc avec impatience les nouvelles déclinaisons sportives, c’est à dire M3 et M4, et aussi celle de demain: la i8, encore une fois exposée.

BMW Access

BMW révèle aujourd’hui son nouveau site d’accessoires : BMW Access. Un petit plaisir accordé aux fans de la marque à l’hélice qui se présente sous un design moderne et clair. Il met en scène 8 catégories ; chacune est une nouvelle expérience et offre une prestation différente.

La page qui nous intéresse le plus est bien sûr la page Performance, qui présente par exemple des grilles de calandre noires et des bandes latérales pour un côté plus sportif encore de la M3, les possesseurs de Série 1, Série 3 et BMW X6 y trouveront également leur bonheur.

Si vous suivez l’actualité auto et/ou BMW en particulier vous serez tentés de vous diriger vers la page consacrée à la nouvelle Série 1 : en effet elle se voit attribuer, selon la version proposée (UrbanLife ou Sport) les accessoires adaptés : Porte-vélos, diverses pochettes de rangement ou encore sacs et skis et snowboards pour les sportifs, puis des systèmes de voyage et même supports iPad pour les simples voyageurs. Pratique. Le tout précédé par une courte vidéo, pour la mise en forme. En revanche ces accessoires ne sont pas disponibles à l’achat en ligne, mais vous serez redirigés vers le concessionnaire le plus près de chez vous. Quoi de mieux qu’un montage effectué par un professionnel BMW ?

Le site propose également des accessoires d’intérieur destinés à la Série 3, des accessoires extérieurs pour vos différents voyages, d’autres pour vos enfants, et des catégories Lifestyle (pour votre quotidien) et High Tech.

Nous vous invitons à découvrir vous aussi et dès maintenant Le site BMW Access ici. 

 

Essai de la Mazda RX-8 Performance

En 2003, Mazda marquait le retour du moteur à piston rotatif (moteur wankel) avec sa RX-8. En juillet dernier, la marque a annoncé la fin de son modèle, pour l’instant sans descendance…

La RX-8, c’est l’exotisme automobile à la sauce discrète. Elle affiche son dynamisme sans réelle ostentation: long capot moteur, arches de roues musclées, ligne de coupé et 4 portes… Aussi, elle cultive le culte du triangle, symbole de son architecture moteur: bosse sur le capot, dans le pare choc, le feu antibrouillard dans le bouclier arrière, les baquets…

Les baquets justement, on s’y installe confortablement, parfait pour pouvoir voyager sans se casser le dos. Un imposant tunnel central parcourt l’habitacle, rappelant que la RX-8 est une propulsion, il reçoit le frein à main et le très petit levier de vitesse. Mais le plus important à l’intérieur, c’est ce qui se cache derrière le volant: un compte-tours gradué jusqu’à 10000 tr/mn!

C’est l’une des particularités du moteur Wankel, sa prise de tours telle une moto. Le petit birotor de 2x654cm3 trouve son régime maximum à 9400 tr/mn et développe 231ch et 21.5 mkg de couple. Malgré une petite cylindrée, la consommation est équivalente à un moteur classique pour ce niveau de puissance: quasiment 19L en conduite sportive.

Au niveau du comportement, son châssis sophistiqué offre de très bonnes sensations: double triangulation à l’avant, essieu multibras et différentiel à glissement limité à l’arrière. La voiture est joueuse, facile à manier, stable dans les grandes courbes. Elle peut remercier son faible poids (1350kg) et sa bonne répartition des masses (52/48). Hélas la motricité souffre un peu et explique des performances pures en dessous de ce qu’on imaginerait. 0 à 100km/ en 5.8sec et 240km/h en pointe.

En conclusion, apporter l’aiguille du compte-tours dans la zone rouge dans un hurlement de moto est un manière très grisante de vivre l’automobile, il faudra en assumer les conséquences en raccourcissant les passages à la pompe. Malgré tout, ce plaisir unique derrière un volant, elle seule saura vous le procurer, en attendant une improbable RX-9…

Quitter la version mobile