Joyeux anniversaire Audi Sport!

Au début d’Audi Sport, il y a la technologie quattro. Si elle est désormais présente sur tous les véhicules électriques Audi, qu’ils soient faits pour la route ou pour la compétition, elle a d’abord été mise au point pour des voitures de rallye!

Et oui , le système de traction intégrale a révolutionné la conduite sportive en apportant à la fois sportivité et sécurité. Cette innovation lance définitivement Audi dans le monde des rallyes. L’écurie participera pour la première fois aux championnats du monde en 1980 et ses voitures deviendront légendaires, non seulement grâce à leurs victoires (23 titres mondiaux) mais surtout par leur maniabilité, leur traction et leur tenue de route exceptionnelle, peu importe les conditions.

Pour fêter 40 ans de quattro et 25 ans de modèles RS, Audi m’a convié sur le circuit de La Ferté Gaucher.

Audi RS Q3 Sportback

@louisleducphoto

Réveil matinal sur Paris, mais tonique puisque la couleur du RS Q3 ne laisse pas indifférent! Direction le circuit de La Ferté Gaucher ( LFG ) où m’attende quelques belles surprises!

Le RS Q3 récupère le fameux 5 cylindres de la RS3 et du coup elle a le droit à 400ch et 480Nm de couple. L’accélération est détonante avec un 0 à 100 km/h réalisé en 4.0 sec tout rond! Sauf que je suis perché plus haut que dans la RS3, alors certes ça accélère fort, mais cela est fait dans un confort assez troublant et il vaut mieux prendre garde à sa vitesse car elle peut grimper (très) vite!

Je roule en convoi avec Arnaud, qui est au volant d’un Audi RS Q3 mais rouge. Il parait invisible tellement les badauds sont attirés par le Vert Kyalami. Moi qui suis un garçon assez monochromatique. Me voilà servi!

Audi RS4 avant

@louisleducphoto

Arrivé au circuit, il est temps de passer aux choses sérieuses! C’est parti pour quelques tours à bord de l’Audi RS4.

J’avais gardé un excellent souvenir à bord de ce break sportif par excellence. Cette version restylée n’apporte pas grand chose à part une nouvelle face avant qui adopte désormais l’identité de la gamme RS. Sous le capot, 0n retrouve le V6 2.9L biturbo de 450ch et 600Nm. Il permet de réaliser le 0 à 100 km/h en 4.1 sec.

Pourquoi je l’aime? Parce que ça ressemble à un break mais en mieux. Parce que c’est puissant et que ça accélère fort. Parce que ça se place là où le regard se porte et que tout est très naturel dans son comportement. Et que sur circuit, on a tout sauf l’impression de rouler avec un sac à dos.

ESP Off et Mode dynamic enclenché, je n’ai même pas à jouer des palettes, la tiptronic à 8 rapports arrive à m’extirper de chaque virage efficacement pour que je n’ai absolument qu’a me concentrer sur la conduite.

Est ce que la RS4 avant joue la madame parfaite? Peut être.

Audi RS5

@louisleducphoto

Même recette que la RS4 mais dans un format diffèrent.

La mécanique est la même mais elle perd son coffre si polyvalent puisque la RS5 est un coupé ( ou gagne 2 portes et un hayon en RS5 Sportback). Le V6 2.9L délivre toujours 450 ch et 600 Nm de couple. Mais l’accélération est légèrement plus rapide avec un 0 à 100 km/h en 3,9 secondes.

La vraie différence se ressent lorsque l’on tourne ( vite ). Si la RS4 était du genre neutre, la RS5 se fait beaucoup plus légère et mobile du train arrière. Remettre les gaz trop tôt entraîne une glisse qui la fait pivoter plus que de raison tout en restant facile à contrôler! Un peu moins efficace donc, mais amusante. La RS5 dévoile un autre visage.

Audi RS6 avant

@louisleducphoto

Après une première rencontre en statique de l’Audi RS 6 Avant, c’est le moment de voir ce que ça donne par la plus radicale des manières: sur circuit!

L’Audi RS6, c’est LE BREAK ULTIME. C’est absolument monstrueux et il est difficile de passer inaperçu avec une RS 6 désormais, tant celle-ci est impressionnante visuellement parlant. Et que dire quand la configuration présentée en photo est agrémentée de jantes de 22 pouces et d’une magnifique teinte bleue mate réalisée au sein des ateliers d’Audi Exclusive ?

Sous le capot, on trouve un V8 4.0L bi-turbo de 600ch et 800Nm. L’accélération est foudroyante avec un 0 à 100km/h en 3.6 sec. La puissance est transmise aux quatre roues motrices avec une répartition du couple pouvant aller jusqu’à 85 % à l’arrière et 70 % à l’avant. En condition normale, la répartition est de 60 % à l’arrière et 40 % à l’avant. Le moteur est indexé à une boîte automatique Tiptronic à huit rapports. 2150 kilos, c’est son poids, et ça n’encourage clairement pas à l’emmener sur circuit. Et pourtant…

C’est un délire. Une catapulte qui vous envoie de virages en virages avec force. et heureusement ralenti avec encore plus de force grâce aux énormes disques carbone céramique mordus par L’Audi RS 6 se jette à la corde avec vigueur et une agilité déconcertante, bien aidée notamment par les roues arrière directrices qui, via deux moteurs électriques, peuvent braquer jusqu’à cinq degrés dans le sens opposé à celles de l’avant. Le tout en vous donnant l’impression d’avoir un train arrière léger et presque mobile quand on la place suffisamment bien au freinage.

Intense. Terriblement amusante, performante et envoûtante, l’Audi RS6 Avant sera aussi capable de ramener le canapé de mémé. J’aime énormément la RS4 mais la RS6 a réussi à me mettre une claque!

Essai Audi R8 RWS

L’Audi R8 est une supercar incroyable avec un grip formidable fourni par la transmission intégrale. Mais que se passerait-il sans le quattro? Apparemment c’est la drôle d’idée qu’a eu Audi Sport pour le plus grand bonheur de ceux qui aiment la glisse en produisant en série limitée l’Audi R8 RWS, pour Rear Wheels Series.

Qu’est ce qui change?

La R8 RWS est une R8 qui a perdu son quattro, donc l’arbre de transmission, l’embrayage multi-disques et le différentiel central. Et hop, 50 kg en moins sur la balance pour atteindre les 1590 kg. Les réglages du châssis sont aussi revus en conséquence. Les ingénieurs se sont attardés sur la direction, plus directe, les réglages de suspension et la barre anti-roulis à l’avant est 10% plus rigide.

« L’Audi R8 V10 RWS est conçue pour les puristes. »

Stephan Winkelmann, Directeur Général d’Audi Sport GmbH.

Du coup, on a une voiture qui devrait être fondamentalement différente à conduire. Et cela sans que rien ne puisse le suggérer de l’extérieur. Enfin si, quelques subtils détails comme l’absence de badge quattro (logique) remplacé par des badges Audi Sport mais aussi un sideblade couleur carrosserie pour celui du bas et noir pour celui du haut. Seul les propriétaires choisissant de conserver la bande rouge dans la config permettront aux non-initiés de vraiment la distinguer. Une bande rouge qui traverse la carrosserie comme sur l’Audi R8 LMS GT4 qui fera l’objet d’un article prochainement…

Oh ce V10!

Je suis définitivement amoureux de ce V10 atmo! Il délivre ici 540ch pour permettre à l’Audi R8 RWS de réaliser le 0 à 100 km/h en 3,7 secondes. Mais plus que les chiffres, ce sont ses vocalises toujours aussi folles qui grimpent jusqu’à atteindre les 8500 tr/min pour repartir de plus belle! Onctueux, souple, parfois violent lorsque l’on décide de le cravacher, c’est en tout cas toujours un plaisir de le retrouver et de lui faire dégourdir ses cylindres!

La boite S-Tronic 7 rapports fait toujours des merveilles, elle est d’une efficacité remarquable.

Au volant

La grande différence avec cette R8, c’est que vous devez penser beaucoup plus à votre manière de prendre les virages: Quelle vitesse en entrée? Combien de gaz en sortie? Quel angle de braquage? Plus question de compter sur la magie du quattro! Les niveaux d’adhérence sont quand mêmes fous mais l’arrière sait se montrer joueur.

Elle demande donc beaucoup plus d’engagement à son pilote pour être emmenée dans ses retranchements. La satisfaction de la conduire est d’autant plus grande. La direction semble donner plus d’information et de manière plus naturel, plus simple. Le châssis plus rigide à l’avant ne doit pas être étranger à tout ça.

Audi a même réglé l’ESP Sport pour des dérives contrôlées. Une aire plane mise à disposition a permis de vérifier tout cela: ESP connecté, tout est sous contrôle, ESP Sport, il  y a de quoi s’amuser, et ESP Off, c’est complètement fou! Réussir de belles dérives en est même assez difficile!

Le plaisir comme maître mot

Même si le châssis est plus joueur, le V10 5.2L digne d’un opéra reste la caractéristique principale de l’Audi R8. C’est d’autant plus vrai puisqu’il faut désormais s’appliquer pour en extraire toute la rage. Moi qui avait quelques à priori sur le fait d’utiliser le V10 en 540 ch plutôt que le 610 ch de la V10 Plus, je pense désormais qu’avec 540 ch, c’est largement plus de puissance qu’il n’en faut pour une conduite sportive!

J’ai été assez chanceux pour avoir essayé chaque version de la R8, mais il ne fait aucun doute que si j’avais l’argent, c’est cette version que je prendrais. Oubliez les chiffres, la RWS reste incroyablement rapide. Tout est terriblement gratifiant à son bord, que l’on désactive toutes les aides ou que l’on laisse l’électronique nous garder en « sécurité » et la boite à double embrayage faire le job. Tout reste bien fait et intuitif, à l’image de la marque. Il n’y a bien que les petites touches de carbone à l’intérieur qui me manquent, disponible malgré tout dans le configurateur.

Conclusion

Seulement 999 exemplaires de prévus (futur collector?) mais surtout un ticket d’entrée à 143 800 €, c’est tout de même de 30 070 € de moins que la version quattro! Le plaisir est au rendez-vous, le V10 atmosphérique aussi. Bien joué Audi!

Photos de l’Audi R8 RWS

Notation

[rwp-review id= »0″]

Fiche Technique

MOTEUR
Type : V10
Position : Centrale arrière
Alimentation : atmosphérique
Cylindrée (cm3) : 5204
Puissance maxi (ch à tr/mn) : 540 à 7800
Couple maxi (Nm à tr/mn) : 540 à 6500
TRANSMISSION
Propulsion
Boîte de vitesses (rapports) : automatique (7)
POIDS
Données constructeur DIN à vide (kg) : 1590
Rapport poids/puissance (kg/ch) : 2,94
PERFORMANCES
Vitesse maxi (km/h) : 320
0 à 100 km/h : 3″7
CONSOMMATION
Moyenne normalisée (L/100 Km) : 12,4
CO2 (g/Km) : 283

// Merci à Audi France pour l'invitation.

Audi R8 V10 RWS, elle se passe du quattro!

Une R8 sans quattro mise à part la R8 LMS de course? C’est désormais possible avec la R8 V10 RWS, pour Rear Wheel Series. ( Series? Est ce que son nom annoncerait de futures productions Audi Sport sans quattro? )

Elle sera disponible en Coupe ou Spyder mais comme son nom l’indique, uniquement en propulsion. La puissance est toujours issue du V10 5.2L FSI de la R8 « normale », soit 540ch et 540 Nm. Audi annonce 3,7 sec pour le 0 à 100 km/h et 3,8 sec pour le Spyder. C’est 0,3 sec de plus que la R8 V10 Quattro, cette dernière restant plus efficace.

En abandonnant le quattro, la R8 RWS s’allège de 50kg. Elle n’accuse plus que 1590kg sur la balance. C’est là sa vraie force. Plus de légèreté et d’agilité au volant, et surtout plus de plaisir!

[quote]Un modèle spécial en édition limitée pour les clients ayant une appréciation pour le plaisir de conduire, la R8 V10 RWS est une offre absolument exclusive. Avec son moteur V10 et la propulsion, elle apporte avec succès le concept de conduite de notre voiture de course, la R8 LMS, dans les rues.

Stephan Winkelmann, PDG d’Audi Sport GmbH[/quote]

Audi a prévu seulement 999 exemplaires de la nouvelle R8 RWS pour le monde. Futur collector?

Photos de l’Audi R8 V10 RWS

#WeAreFast: Rencontre avec Renaud et son Audi R8

Aujourd’hui nous rencontrons Renaud et son Audi R8 V8 dans le Nord de la France. L’Audi R8 est le premier coupé GT de la marque aux anneaux. Elle vient s’attaquer aux références de la catégorie en 2007, 10 ans plus tard, elle est devenue une référence en la matière!


SpeedGuerilla : La passion automobile naît souvent très tôt et ne fait que s’accroitre au fur et à mesure des années, mais qu’elle était ta première auto ?

Renaud C’est au lycée que cela a commencé. Un ami est arrivé un jour avec la mythique 205 GTI 1.9L ! J’ai eu l’occasion de l’essayer, et le virus m’a attrapé… J’en ai eu une quelques années plus tard, même si ma première sportive a été une 206 S16, gris sidobre, intérieur cuir. Depuis, j’ai possédé 15 sportives en 19 ans.

SpeedGuerilla : Et actuellement, quelle est ton auto ?

Renaud Je roule actuellement en Audi R8 V8, acquise en Mai 2017. Boite méca, sellerie exclusive baquets bi ton, pack carbone intérieur et moteur, magnétic ride, GPS, Bang & Olufsen, avec un très joli covering bleu ( d’origine elle est gris daytona ). Un vrai bonheur, ma première supercar, un comportement très différent de ce que j’ai pu avoir jusque là ( beaucoup de modèles S et RS Audi entre autre ). Moteur central arrière, répartition des masses plus sur l’arrière, auto plus typée propulsion même si ça reste un Quattro. C’est un vrai régal à conduire cette voiture, et le plaisir des yeux me donne le sourire chaque fois que j’entre dans mon garage…

SpeedGuerilla : Qu’est-ce qui t’a fait venir à cette marque et ce modèle ?

Renaud Je suis très attaché à la gamme Audi, dont j’apprécie la grande diversité des modèles sportifs, la qualité de finition, le look, la facilité de prise en main, la polyvalence, etc. Je leur trouve peu de défauts et ces voitures correspondent à ce que j’attends d’une sportive, à la fois performante tout en gardant un certain confort, des équipements sympa… La R8, c’est le modèle supersport de chez Audi, c’est donc sans hésiter que j’ai acheté la mienne, et j’en suis ravi !

SpeedGuerilla : A l’heure actuelle, par quel modèle pourrais-tu la remplacer ?

Renaud Huuumm ! Habituellement, je change assez rapidement… Là, avec la R8, j’arrive au max de ce que je peux assumer niveau budget… Je vais suivre sa décôte, et on avisera. Mais pour répondre à la question, aujourd’hui, j’ai deux auto qui me plairaient particulièrement. Sans surprise, deux Audi : la nouvelle TT-RS ou la RS3 en version berline. J’ai possédé une S3 berline, j’adore la coupe de cette auto et son côté pratique, surtout que je suis papa depuis un an. J’ai possédé également deux TT-RS de génération précédente et une RS3 8V, je suis fan du moteur 5 cylindres, une petit merveille ! Le nouveau bloc 5 cylindres alu qui équipe ses deux auto, qui développe la bagatelle de 400ch, annonce des perfs assez hallucinantes dans la catégorie… Si je devais changer la R8, à coup sûr, ce serait pour un de ces deux modèles. Mais ça va être plus compliqué de lâcher la R8 cette fois…

SpeedGuerilla : Quel est ton meilleur souvenir auto ?

Renaud Cession de conduite sur circuit avec mon Audi TTS, c’est là qu’on peut mesurer le potentiel de nos voitures. Alors ce n’est pas la voiture la plus adaptée au circuit qui soit, mais quel plaisir ! Le quattro permet d’attaquer fort sans se faire peur, ça accroche, ça passe assez vite partout, même si l’auto a un comportement sous vireur et assez  lourd, c’est quand même un sacré plaisir de mener ce genre d’auto sur piste.

Speedguerilla : Parlons rêves… des rêves automobiles en particulier ?

Renaud Il y en a tellement… Si j’avais le budget no limit, pas facile de faire un choix, il me faudrait un grand garage pour commencer ! J’organise un gros rassemblement tous les ans ou j’ai la chance de réunir grand nombre de supercars entre autres, la voiture qui m’a le plus impressionné est une Ferrari F12 Novitec N-Largo S , un vrai monstre ! Alors pourquoi pas, pour la rareté du modèle, le côté bestial, la sonorité incroyable… Et j’ai un gros faible pour l’Aston Martin DBS qui pour moi a une classe folle, un design proche de la perfection, élégant, sportif, j’affectionne beaucoup cette voiture, et tant d’autres !!

Fiche technique de l’Audi R8 V8
MOTEUR
Type :V8
Cylindrée (cm3) : 4163
Alimentation: atmo
Puissance maxi (ch DIN à tr/mn) : 420 à 7800
Couple maxi (Nm à tr/mn) : 430 à 4500
TRANSMISSION
Intégral
Boîte de vitesses (rapports) : Manuelle (6)
POIDS
Données constructeur (kg) : 1560
Rapport poids/puissance (kg/ch) : 3,71
PERFORMANCES
Vitesse maxi (km/h) : 301
0 à 100 km/h : 4,6″
CONSOMMATION
Moyenne constructeur (L/100 Km) : 14,6
CO2 (g/km) : 332
Puissance fiscale : 34 CV

Renaud : #WeAreFast

Audi TT-RS & R8 Performance Parts pour un look racing

Audi a répondu à la demande des passionnés qui réclamaient plus d’options de personnalisation pour leurs R8 et TT-RS en introduisant de nouvelles pièces pour chacun des deux modèles.

Les pièces, disponibles individuellement et initialement en Allemagne à partir de la fin de l’été 2017, modifient l’aspect extérieur en y ajoutant une grosse dose d’agressivité. Elles ont aussi pour but d’améliorer les performances.

Une R8 inspirée de la course

Commençons avec la R8, qui ressemble désormais à une véritable voiture de course. D’ailleurs, elle rappelle à s’y méprendre la toute dernière R8 GT4 réservée au circuit. On trouve donc une nouvelle lame et des ailettes sur le pare choc avant. Sur le côté, Audi a créé de nouvelles jantes 20″ et des jupes latérales. A l’arrière, il y a un aileron carbone, à nouveau des ailettes, et un diffuseur qui donne dans le sportif!

Le TT-RS encore plus extrême

En ce qui concerne le TT-RS, ses pièces aérodynamiques disponibles imitent celles que l’on trouve sur sa grande soeur, la R8. On notera qu’un nouveau capot est également disponible.

Le TT peut en outre être équipé d’une barre de renfort en croix remplaçant les places arrière et d’une autre anti-roulies pour l’essieu arrière en versions Quattro.

Que pour le look?

Les clients du TT et du R8 auront également la possibilité d’opter pour des amortisseurs à deux ou trois voies et d’un système de freinage plus performant. Le catalogue comprend des plaquettes de freins plus performantes, des kits de refroidissement pour les disques. Côté échappement, il peut être remplacé par un modèle en titane signé Akrapovic. Enfin, Audi Sport propose un volant en alcantara avec point milieu et palettes de transmission en CFRP.

Photos des Audi TT-RS & R8 Performance Parts

L’Audi R8 Spyder V10 plus hypnotise en vidéo!

A peine dévoilée, l’Audi R8 Spyder V10 plus a le droit à un clip promotionnel des plus réussis.

Pour rappel, cette version découvrable de la R8 a le droit à un V10 de 610 ch qui lui permet d’exécuter le 0 à 100 km/h en 3,3 secondes. La couleur verte Micrommata permet de la distinguer du reste de la gamme.

Des performances de haut niveau avec une bande sonore fournie par le V10 exceptionnelle. Que demander de plus? A découvrir donc dans cette vidéo à base de kaléidoscope complétement hypnotisant…

L’Audi R8 V10 Spyder passe à 610ch en version Plus

L’été arrive et Audi en profite pour dégainer une R8 V10 Spyder Plus de 610 ch.

J’avais essayé la R8 Spyder avec son V10 de 540ch en terre Galloise, une machine à plaisir extraordinaire. Audi propose donc désormais comme sur le Coupé de passer le V10 à 610 ch et 560 Nm pour encore plus de sensations avec une version Plus. Avec 1587kg, elle se permet même de gagner 25 kg sur la balance.

Côté performances, le 0 à 100 km/h est abattu en 3,3 secondes contre 3,6 secondes pour la version 540 ch, et la vitesse maxi pointe à 328 km/h (+ 10 km/h).

La Spyder V10 Plus disposera en exclusivité de cette teinte verte Micrommata. De l’extérieur, on pourra la distinguer grâce à son aileron arrière fixe notamment. De série, elle recevra également le freinage carbone-céramique.

On ne connait pas encore le tarif Français mais en Allemagne, elle sera vendue à partir de 207500€.

Photos de l’Audi R8 V10 Spyder Plus

Essai de l’Audi R8 Spyder V10 540ch 2017

Voici la toute dernière Audi R8 V10 Spyder, elle pèse 25kg de moins que l’ancienne génération. Bye le toit du Coupé, ici on a le droit à une capote et un postérieur inédit qui donne à l’auto une ligne à tomber. Pour l’essayer, nous nous sommes rendu au Pays de Galles…

Un peu de technique

Avec le Coupé, la Spyder partage son V10 5.2L atmo de 540ch, et son châssis en aluminium ASF ( Audi Space Frame ) avec sa cellule en carbone. En bonne Audi Sport, elle dispose de la transmission intégrale quattro et d’une boite S Tronic 7 rapports, ce qui lui permet de réaliser le 0 à 100 km/h en 3.6 sec et d’atteindre les 320 km/h.

Le moteur V10 5.2L FSI a été salué sur le Coupé pour ses performances mais aussi aussi pour son incroyable son. Une architecture atypique aujourd’hui, alors qu’il y a quelques années toutes les F1 l’utilisaient… Pour la Spyder, Audi n’a rien changé. L’absence de toit permet justement d’apprécier encore plus sa mélodie envoûtante. Ses 540ch arrivent à 7800 tr/min tandis que le couple maxi de 400Nm est disponible à 6500 tr/min.

La nouvelle boite auto S tronic à 7 rapports est aussi la même que dans le Coupé, ce qui signifie des passages de rapport ultra rapide et un système de launch control pour des départs canon. Au volant il est possible d’opter pour le mode Drive complètement automatique et efficiente ou Sport pour une conduite plus sportive. Des palettes derrière le volant permettent de prendre le contrôle en mode Manuel.

Vous pouvez toujours ajuster la cartographie moteur, la vitesse de passage des rapports, les clapets d’échappement et la suspension via le Drive Select. Il y a également 3 réglages d’ESP: Dry (sec), Wet (mouillé) et Snow (neige). On peut en compter un quatrième si on choisit de le désactiver complétement. La suspension Magnetic Ride, la direction Dynamic et les freins en carbone céramique sont des options.

Hyper rigide et efficace, le chassis ASF ne pèse que 8 kg de plus que le Coupé, soit 208kg, pour palier l’absence de toit. A titre de comparaison, il est 55% plus rigide que celui de l’ancienne génération.

La capote et son mécanisme (composé principalement de carbone et magnésium) pèsent 44kg. Il est possible de l’ouvrir et la refermer jusqu’a 50km/h en moins de 20 sec. 3 couleurs sont disponibles au catalogue.

Et au volant?

Lorsque la capote est en place, il y a finalement peu ou pas de différence avec le Coupé. L’isolation sonore est plus que correcte. Il est quand même possible de faire descendre la fenêtre arrière pour profiter des vocalises du V10. Cette dernière sert aussi de « fitet anti-remous ». Inutile de le préciser, le meilleur moyen de profiter de la Spyder, c’est de rouler décapoté!

Le V10 est épique, c’est la pièce maîtresse. L’instrument de musique, celui qui donne le la, ou plutôt le vrombissement! On grimpe dans les tours sans vouloir que ça s’arrête, on atteint des régimes moteur que l’on a perdu l’habitude d’atteindre, zone rouge, il faut bien penser à changer de rapports: Boum! Ça recommence à grimper! Wow!

A l’intérieur, la qualité Audi est au rendez vous. Cela commence par le Virtual Cockpit que l’on retrouve désormais quasiment sur tout la gamme. Et cela continue par une instrumentation tournée vers le pilote. La position de conduite est parfaite et l’on s’y sent comme dans son canapé. Excitant? Pas vraiment, c’est même trop facile pour une voiture de ce calibre. Il faut penser à déconnecter quelques aides à la conduite, passer en mode Dynamic et activer l’échappement sport pour basculer dans un autre monde.

Ce qui m’a le plus impressionné, c’est la rigidité de la caisse. Le châssis a été particulièrement bien conçu, de manière à ne ressentir aucune différence de comportement entre le Coupé et le Spyder. On peut dire merci au quattro qui permet de prendre des vitesses inavouables en virage et cela en toute sécurité. A cela s’ajoute des disques de frein en carbone ceramique qui renvoient un excellent feeling à la pédale et font preuve d’efficacité.

Sur circuit, elle rentre avec précision dans les virages, tandis qu’en sortie, plus vous remettrez les gaz tôt, plus l’arrière aura envie de passer devant. Même si une transmission intégrale, et que le différentiel permet un répartition du couple variable à 100 % entre les deux essieux, la Spyder est typée propulsion. Les ingénieurs d’Ingoldstat ont trouvé un savant mélange entre plaisir et efficacité: C’est un régal!

Conclusion

L’Audi R8 Spyder est facile à l’usage tout en proposant un comportement digne d’une supercar et des performances affolantes. Voiture plaisir à plus d’un titre, il faudra juste voyager léger avec elle car la taille de son coffre ne fait pas partie de ses qualités.


Prix maximum TTC du modèle de base : 184 000€

Mon modèle d’essai ( Jaune Vegas ) était équipé de série:

  • Audi Virtual Cockpit
  • Drive Select
  • Phares LED
  • Climatisation automatique
  • MMI Navigation plus avec MMI touch
  • Audi magnetic ride

Et comme options:

  • Jantes 20″ noires brillantes à 2 940€
  • Coque de rétroviseur extérieur en carbone brillant Audi exclusive à 1 640€
  • Application décorative en carbone brillant à 2000€
  • Volant cuir Performance R8 avec multifonction plus et 4 satellites de commande à 2000€
  • Pack cuir étendu à 3 610€
  • Système d’échappement Sport à 2 230€
  • Direction dynamique à 1 640€
  • Freins en céramique à 10 430€

Elle s’affichait donc à 213 060€

Photos de l’Audi R8 Spyder V10 2017

Fiche Technique
MOTEUR
Type : V10
Position : Centrale arrière
Alimentation : atmosphérique
Cylindrée (cm3) : 5204
Puissance maxi (ch à tr/mn) : 540 à 7800
Couple maxi (Nm à tr/mn) : 540 à 6500
TRANSMISSION
Intégrale
Boîte de vitesses (rapports) : automatique (7)
POIDS
Données constructeur DIN à vide (kg) : 1720
Rapport poids/puissance (kg/ch) : 3,18
PERFORMANCES
Vitesse maxi (km/h) : 320
0 à 100 km/h : 3″6
CONSOMMATION
Moyenne normalisée (L/100 Km) : 11,4
CO2 (g/Km) : 277
Puissance fiscale : 45 CV