24h du Mans 2017: récit et images d’un week-end hors-norme !

Vendredi 16 Juin – Day off : Grid Walk et Parade des pilotes

Tic Toc Tic Toc, le réveil n’a jamais été aussi rapide et fluide qu’aujourd’hui ! En trois minutes chrono en main, me voilà d’attaque pour cette deuxième journée au Mans, alors que je me demande encore si la journée d’hier appartient au rêve ou à la réalité. Au programme du jour, le fameux « Day off ». Comprenez « le calme avant la tempête ». L’occasion rêvée de profiter de cette ambiance si particulière qui règne sur le circuit et à des kilomètres aux alentours.

La première étape consiste comme chaque jour à rejoindre les paddocks par la route, en passant à proximité des campements et des villages de Mulsanne et d’Arnage. Je n’ai qu’une chose à dire : Welcome in the United-Kingdom ! Ahhhh, les anglais… aucun peuple ne pourra jamais représenter mieux la culture du sport automobile que celui-ci ! Ils sont partout et vivent l’évènement comme personne ! Dans la poussière des campements, nos amis anglais garent leurs Audi R8, Porsche GT3, ou encore Ferrari 599 GTO, tente fièrement montée le long de la carrosserie ! Point de classes sociales au Mans, on partage ici la même passion dévorante quelle que soit l’âge, l’origine ou la taille du chéquier. Sur le chemin, les petites rues sont déjà noires de monde, et on n’a jamais autant apprécié de rester coincé dans les embouteillages tant chaque véhicule est intéressant : Mustang Boss 302 cabriolet de 1970 à gauche, Ford GT 2017 à droite, Ferrari F12 TDF quelques voitures devant, Lotus Exige Cup dans le rétro… On ne sait plus où donner de la tête !

Arrivé enfin sur le circuit, nous sommes conviés au Grid Walk. Le vendredi matin est en effet dédié aux fans, qui peuvent déambuler sur la pitlane et jusqu’au virage Dunlop pendant trois heures. Il fait un grand ciel bleu ,la foule est bien présente et s’amasse devant les box Porsche et Toyota pour voir de plus près les autos et espérer apercevoir un pilote. L’ambiance est détendue, la musique résonne dans les paddocks, on ressent clairement la volonté de relâcher la pression en ce vendredi, ce qui donne un côté humain et « famille » très agréable. De manière assez amusante, les panneaux de carrosserie de la plupart des autos sont posés au sol devant les boxs,  pour permettre aux mécaniciens de travailler confortablement sur les voitures « à nues ». C’est donc l’occasion d’observer ces panneaux en carbone de très près. La Ford GT est démontée façon Légo, et on serait bien repartis avec un petit souvenir pour accrocher dans le salon !

Sur la ligne droite des stands, un parcours a été réservé aux enfants dans des voiturettes électriques, tout est fait pour leur donner le virus dès le plus jeune âge ! Je continue alors ma petite marche vers la chicane Dunlop, bien qu’invité par Michelin, la tentation est trop forte ! Quel bonheur de pouvoir marcher sur la piste la veille du départ de la plus grande course du monde. Dans un peu plus de 24h, toutes les caméras du monde seront rivées dans ce virage, et nous voilà aujourd’hui en train de flâner et de faire des selfies sur les vibreurs colorés… Magique !

Quelques heures sont passées et nous voilà en centre ville du Mans, dans un restaurant au pied de la cathédrale. Encore une fois, nous sommes entourés d’un public venu du monde entier, et le trafic est surréaliste : GT3RS, Huracan spyder, 918… quelque chose se prépare ! En effet, la traditionnelle parade des pilotes va débuter dans quelques heures. Au programme, un parcours dans les rues du Mans dans des voitures de collection, permettant aux fans de célébrer et d’approcher de près leurs idoles dans une ambiance festive. Quelques minutes avant le début du défilé, nous avons accès au parking qui contient quelques joyaux ! Jaguar Type D, Ferrari F12 TDF, Porsche 911R… on est biens au Mans ! Notre ami Bibendum fait même quelques heureux !

Rapidement, les pilotes arrivent, et c’est vite l’émeute sur le parking ! Chacun veut approcher LA star du jour qu’est Kamui Kobayashi suite à son tour d’extra-terrestre de la veille. Nous croisons également avec grand plaisir Kazuki Nakajima, José Maria Lopez, Stéphane Sarrazin ou encore Romain Dumas sous ses nouvelles couleurs Alpine. Suivent trois heures de parade sous un soleil de plomb et plus de 30 degrés… couleurs garanties ! Les pilotes jouent le jeu et font la fête avec une foule incroyablement nombreuse, la tradition est respectée ! Quant à nous, c’est soirée repos, avant le grand rush des deux jours de course.

Sommaire : 

Page 1 : Jeudi 15 Juin – Mise en bouche en pays Sarthois

Page 2 : Vendredi 16 Juin – Day off : Grid Walk et Parade des pilotes

Page 3 : Samedi et Dimanche 17-18 Juin : Au cœur de la plus grande course du Monde

Publié par

Thomas Boulenger

Blogueur auto depuis 2009, je partage avec passion mes essais et mes voyages autour de l'auto. J'aime quand ça va vite, mais avec l'âge je commence à apprécier le confort du cuir... Ma deuxième passion est le vélo. Vous avez du le voir!

Une réflexion sur « 24h du Mans 2017: récit et images d’un week-end hors-norme ! »

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

quatre × un =

Quitter la version mobile